La vérité au sujet des gourmands de tomate

Par défaut
20170708A

Ce soit-disant gourmand est en fait une tige secondaire.

Chaque fois que j’ose expliquer ce qui se passe réellement avec les «gourmands» des tomates, ceux que tout le monde nous dit de supprimer, cela suscite un tel tollé que j’en ai pour des semaines de courriels haineux de la part des jardiniers choqués. On dirait qu’ils ne veulent pas entendre la vérité sur la situation, que le concept de «gourmand» leur est si précieux qu’ils y tiennent précieusement.

Mais parfois, il vaut la peine d’entendre la réalité.

Et la réalité est que les tomates ne produisent pas de gourmands. Et l’on ne peut pas supprimer quelque chose qui n’existe pas!

Le mot juste

Un gourmand est, par définition, une tige qui ne produit pas. Or les soi-disant gourmands des tomates (si on les laisse pousser, bien sûr) produiront fleurs et fruits. Ces «gourmands», qui poussent à l’aisselle des feuilles, ne sont pas autre chose que des tiges secondaires. Les laisser pousser peut même presque doubler la récolte de tomates si les conditions sont bonnes.

Un gourmand sape l’énergie, une tige feuillue en donne

20170708B Digo Paul.jpg

Le mot gourmand est péjoratif. Illus. Digo Paul

Le mot «gourmand» est lourd de sens et est nettement péjoratif. Quand on l’entend, on imagine que le gourmand sape l’énergie de la plante. Au contraire, le mot «tige», le vrai terme, n’est ni négatif ni positif.

Peut-on au moins, avant de continuer la conversation, appeler les choses par leur nom et donner aux pousses qui paraissent à l’aisselle des feuilles leur vrai nom, soit tige (ou branche, si vous préférez), avant d’aller plus loin?

Car les tiges secondaires qui poussent sur les tomates ne sapent pas l’énergie de la plante. Bien au contraire, elles lui fournissent de l’énergie.

On se rappelle que toute l’énergie des végétaux vient de la photosynthèse et que la photosynthèse est faite par les parties vertes de la plante. Et ces tiges secondaires sont non seulement vertes, mais portent des feuilles, beaucoup de feuilles. Plus une plante de tomate a de feuilles, plus elle aura de l’énergie. C’est aussi simple que cela.

Pourquoi alors supprime-t-on les tiges secondaires?

Des générations de jardinier ont appris à supprimer les tiges secondaires. Même mon père a toujours insisté sur le fait que cette taille était importante. D’ailleurs, la pratique est aujourd’hui si bien ancrée qu’on oublie pourquoi on l’applique. Voici la raison:

20170708C tomatodirt.com.jpg

Quand on fixe une tomate sur un tuteur unique, on n’a presque pas d’autre choix que de supprimer les tiges secondaires. Photo: tomatodirt.com

Quand on tuteure une plante de tomate pour l’élever du sol, il y a une limite au nombre de tiges qu’on peut fixer au support. Nos ancêtres ont pris la décision de supprimer les tiges secondaires de façon à mieux pouvoir monter la plante sur son support, puis de planter plus serré pour essayer de compenser. Quand on utilise un seul tuteur, habituellement on ne conserve qu’une tige, la principale, et l’on supprime les autres. Quand on utilise deux tuteurs, on laisse pousser une deuxième tige et l’on supprime les autres.

Donc, la suppression des tiges secondaires était à l’origine strictement une question de technique de  tuteurage.

20170708D Hort.jpg

Avec une cage à tomate de la bonne taille, la suppression es tiges secondaires n’est plus nécessaire. Image tirée du livre Les 1500 trucs du jardiner paresseux de Larry Hodgson.

L’arrivée des cages de tomate dans la deuxième moitié du 20e siècle a changé la donne. Comme elles supportent la plante de tous les côtés, il n’était plus nécessaire de supprimer les tiges secondaires. Dès qu’une tige sort de la cage, on la repousse à l’intérieur, tout simplement. Sauf que la plupart des jardiniers continuent de les supprimer, par tradition, sans même se demander pourquoi ils le font.

Évidemment, les petites cages à tomate courantes sont conçues pour les tomates déterminées, soit les plantes relativement petites. Pour supporter une tomate indéterminée, comme la populaire et très vigoureuse tomate cerise ‘Sweet 100’, une énorme plante aux tiges multiples, il faut une grande cage à tomate. Elles sont moins courantes, mais on peut quand même en trouver sur le marché ou encore s’en fabriquer.

Si vous utilisez une cage à tomates de taille appropriée, il n’est plus nécessaire de supprimer les tiges secondaires.

L’avantage de la suppression des tiges secondaires

20170708E onlytomatoseeds.com.jpg

Pour obtenir une tomate géante, cultivez une variété à gros fruits et supprimez tous les fruits sauf un. Photo: onlytomatoseeds.com

Il y a quand même un avantage à supprimer les tiges secondaires. Comme la plante produit moins de fruits, elle mettra un peu plus d’énergie dans sa récolte réduite et les fruits seront légèrement plus gros.

Les avantages de ne pas supprimer les tiges secondaires

20170708E simplyfreshdinners.jpg

Quand les conditions sont bonnes, les tomates non taillées donnent presque deux fois plus de tomates que les tomates taillées, mais elles sont légèrement plus petites. (Cette illustration est un montage pour souligner la différence entre les deux techniques, mais ne montre pas les résultats d’une expérience actuelle.)  Photo adaptée de: simplyfreshdinners

Si vous ne supprimez pas les tiges secondaires, vous obtiendrez environ 2 fois plus de tomates (quand les conditions sont bonnes, 1½ plus sous des conditions moyennes), mais elles seront d’une taille légèrement inférieure aux tomates produites par une plante taillée. Par contre, elles ont souvent meilleur goût, car la plante a plus de feuilles et donc plus d’énergie… et la plante convertit l’énergie solaire en sucre.

Évidemment, le plus grand avantage de ne pas supprimer les tiges secondaires est que cela vous demande moins d’efforts. Vive la paresse dans le jardinage!

Fausses croyances

La croyance que laisser pousser toutes les branches ralentira la récolte est fausse. Une tomate non taillée produira aussi rapidement qu’une tomate taillée. Après tout, elle a plus d’énergie pour le faire.

20170708F Scot Nelson, Flickr.jpg

Insolation  causée par une exposition subite au soleil. Photo: Scot Nelson, Flickr

Oui, diront certains, mais les fruits doivent être exposés au soleil pour mûrir et donc une plante taillée, qui a nettement moins de feuillage pour cacher les fruits, verra ses fruits mûrir plus vite. Mais en fait, ce n’est pas le cas: même les fruits complètement cachés par le feuillage mûrissent parfaitement bien. C’est le feuillage qui doit être exposé au soleil, pas les fruits. D’ailleurs, les fruits subitement exposés directement au soleil à la suite d’une taille peuvent prendre une insolation (coup de soleil), comme dans la photo.

Les jardiniers des régions froides qui prétendent que, à cause de leur saison de croissance courte, il leur faut supprimer les branches secondaires pour accélérer le mûrissement, se trompent aussi. D’accord, en fin de saison, supprimer les fleurs et les fruits qui n’auront pas le temps de mûrir et donc qui utilisent inutilement l’énergie de la plante, peut être utile pour améliorer le goût des tomates restantes, mais si possible, laissez le feuillage intact. Je répète, plus la tomate a de feuilles vertes, plus elle disposera d’énergie… un grand avantage quand votre saison de croissance est courte.

Une taille à faire

Peu importe votre façon de cultiver les tomates, il est toujours important de supprimer les feuilles jaunies. Elles ne contribuent plus à la croissance de la plante et peuvent abriter des maladies.

Alors, on taille ou on ne taille pas?

Maintenant que vous savez un peu plus sur la situation, c’est à vous de décider si vous supprimez ou non les tiges secondaires. Mais moi, je ne taille pas.

Et maintenant, défoulez-vous!

Je vous l’avais dit, certains jardiniers deviennent fous de rage quand je suggère qu’il est parfaitement acceptable de ne pas supprimer les tiges secondaires (ils tiennent au terme «gourmand») des tomates. Ajoutez alors vos commentaires ci-dessous.20170708A

Publicités

151 réflexions sur “La vérité au sujet des gourmands de tomate

  1. louise

    Ne pas tailler d’accord, mais est ce qu’il faut les fixer à un tuteur du coup ? Ou les laisser se répandre à leur guise sur le sol ? Est ce que les fruits ne risques pas de pourrir s’ils sont un peu trop au contact du sol ?

    • On peut les laisser se répandre si on veut. Il y a un peu de risque que les fruits pourrissent (pas parce directement à cause du fait qu’ils touchent au sol, mais parce que des limaces ou insectes du sol peuvent percer le fruit, ce qui laisse entrer des spores de maladie), mais le vrai problème est que la plante occupe alors beaucoup d’espace. D’où l’idée de la tuteurer ou de la laisser monter toute seule dans une cage à tomates. On gagne alors d’espace pour d’autres cultures.

      • louise

        Ok, merci beaucoup pour cette réponse très complète ! Je me posais la question car j’ai un peu tardé à poser les tuteurs cette année et les branches fragiles de la tomate sont délicates à fixer je trouve. Et mes pieds de tomates avaient l’air en super forme de pouvoir pousser librement ! Mais c’est vrai qu’à la longue ça doit prendre vraiment trop de place, je penserai à la cage à tomates à l’avenir.

  2. Geneviève Bordeleau

    Pour ma part, la seule raison qui me pousse à tailler les tiges secondaires est l’aération (une rangée de plants de tomates comportant chacun une seule tige tuteurée est mieux aéré que quelques bosquet bien touffus), pour diminuer le risque de maladies fongiques en cas d’été pluvieux. Quel est votre avis à ce sujet?

    • fanny

      Les maladies fongiques surviennent bien plus facilement sur des plants de tomates où l’on a taillé les « gourmands » car cela leur laisse une plaie ouverte propice aux maladies… Mes plants non taillés sont très serrés, donc peu aérés et je n’ai que très peu de mildiou voire pas du tout!

  3. bruno carrière

    J’ai toujours supprimé les gourmands sauf un ou deux. Il y a toujours un gourmand qui est plus vigoureux que les autres donc il est bon de le garder. Présentement mes plants de tomates sont tres vigoureux, une belle récolte de grosses tomates en perspective. Meme si j’ai enlevé plusieurs gourmands mes plants produisent beaucoup de belles feuilles qui protege ma récolte contre le soleil.

  4. Miquel

    Perso je n’enlève jamais les tiges secondaire et une année avec 6 plants de tomates cerise sweet j’en ai récolté plus de 10 kg de tomates cerises sans compter les autres variétés plantées. Je plante mes plants le long de ma clôture de piscine pour en plus d’avoir de bonne tomates du jardin sans produit chimique et récolté mûri sur le plant (bien meilleure que celle de commerce) me serve de brise vu. J’accroche juste mes branches au grillage qui me sert donc de tuteur.

  5. Judit

    Les années dernières, nous avons utilisé une cadre au-dessus des tomates à la place des tuteurs. Comme ça chaque tige peut être fixée par un fil différent au fur et à mesure qu’elles poussent. Les pieds de tomates produisent 2-3 fois plus (les indéterminés). Certains cadres restent en hiver, les autres vont à la cave,et ils supportent bien les orages et du vent aussi.

  6. Clodine

    Enfin, je sais ce qu’est un gourmand. Comme je ne savais pas ce que c’était, je n’ai jamais enlever quoique ce soit. Maintenant, je suisz instruite et toujours paresseuse dont je continue à ne rien enlever. Chic !

  7. berthod

    Plus les années passent et moins je taille les tomates ; cette année j’en ai laissé une partie « sauvage », pour tester justement, d’autres j’interviens un peu juste pour limiter l’étalement. Cela semble logique que au plus l’on crée de plaies sur les plants plus est à craindre la survenue d’une maladie.
    Merci pour cet article, et l’an prochain je mettrai en place des cages fait maison !

  8. cécile clef

    Merci pour cet article…enrichissant sur l’origine des choses et réconfortant!!! par contre quelle est la solution lorsqu’on plante plus de 300 pieds de tomates…le système des cages me parait compliquer pour un grand nombre de pieds et malheureusement certaines variétés de tomates produisent beaucoup de tiges…ça devient vite envahissant…une forêt de tomates!..merci..

    • À l’échelle de votre plantation, il vous faut calculer qu’est-ce qui demande le moins d’efforts pour vous. Il existe plusieurs formes de supports un peu comme une cage en longueur, un peu comme on fait pour les framboisiers, toujours faites maison. Peut-être que cela vous conviendrait.

      • Maxime

        Je travaille dans le maraîchage biologique. Je crois que le tuteurage et l’entretien des plans dépendent du type de culture et de la sorte de tomate. Avec 1200 plants de tomate en serre, on drajonne les plants pour créer une constance et une structure. 3 feuilles, une grappe. Comme ça, on peut calculer les kilos par semaine. Pour nous, le drajonnage est rentable. Pour monsieur et madame tout le monde, le tuteurage me semble essentiel pour gagner de l’espace mais le drajonnage superflu. Cependant, je n’aime pas les cages. Avec le poids des tomates au bout des drajons, les branches finissent par casser. Mettez des tuteurs au 3-4 plants et cordez en sandwich à l’horizontal au fur et à mesure que le plant croit. Bonne chance à tous!

  9. Danielle

    Merci beaucoup cher jardinier paresseux, vous venez de m’enlever un stress pour les années à venir, d’autant plus que les avis reçus à propos des gourmands différaient d’un conseiller à l’autre. Mon pied de tomates Big Beef est dégarni du bas puisqu’on m’avait dit d’enlever les feuilles qui ne produisaient pas mais bon, je souhaite ma première expérience réussie quand même!

  10. NATHALIE

    Ça me paraît tellement plein de bon sens ! Cette année, je n’enlèverai rien ! Grâce au temps gagné, je pourrai faire autre chose d’utile ou pas comme rêvasser ou regarder les oiseaux ou mes chats.

  11. simone claudon

    Je ne taille pas mes tomates je les attache avec plusieurs tuteurs en fonction de leur évolution.
    La preuve que les « gourmands » donnent des tomates, si l’on met des gourmands en terre il forme un nouveau pied qui fleurit puis donne des fruits.
    Je ne fais que des tomates anciennes sur lesquelles il ne faut pas les couper sur les tomates cerises non plus.
    Merci pour votre article

  12. L »an passé comme il me restait un quinzaine de plants de tomates cœur de bœufs, et que je ne voulais pas les jeter, je les ai planté le long d’un mur de cloture sans tuteur et sans m’en occuper.
    J’ai décidé de ne pas les tailler , et je les ai attachés à la grille au dessus du mur lorsqu’ils ont mis des fruits. Mes autres plantations de tomates, bien tuteurisées, et taillées, ont toutes connu le mildiou, et par enchantement cette zône a part y a échappé, et les tomates sont arrivées à profusion, et très grosses. Cette expérience m’ayant réjoui, je l’ai renouvelée cette année avec proximité immédiate de courgettes, bettes rouges, et choux alsacien. Allez voir ma page FB vous verrez ce coin à tomates qui promet.
    J’ignore si j’ai bien fait de tout mettre en mélange, mais mes courgettes rendent à profusion, et les choux sont tres prometteurs……..
    Michel Lacaux 36350 La Pérouille Berry France.

  13. Véronique

    j’ai entendue dire que tailler les tomates créer des plaies et fragilise la plante vis à vis des attaques de mildiou. Donc cet année je n’ai pas taillé et pour le moment elle sont en pleine forme. Les années passées, j’ai toujours eu le mildiou en fin de saison et j’ai rarement une belle récolte… Je croise les doigts pour cette année.

  14. Elziere

    Très instructif ! Merci. Donc ôter les « gourmands » n’a aucune utilité et ne peut, éventuellement, que favoriser la propagation de maladies . Et cette année n’ayant a qu’à peine taillé les tiges basses, je constate d’ailleurs que sur mes plants tres touffus actuellement il y a quantité de belles grosses tomates en train de mûrir et les « cerises » sont déja délicieuses. Donc fini pour la taille!!!

  15. THIEBAUX DELPHINE

    Personnellement j’ai juste envie de dire que la meilleure façon de prouver que votre méthode est bonne ou mauvaise est tout simplement d’essayer…avant de râler… 😉

  16. jean michel augay

    bonsoir, merci pour ce superbe article, c’est fait : je deviens paresseux…!!! Mais une question: que préconisez-vous en dimensions (hauteur/diamètre/taille des carrés ) pour ces cages à tomates?

  17. mariaud

    moi j’enlève les gourmands sauf pour les tomates cerises !
    les gourmands sont moins vigoureux que la tige mére ,les feuilles aussi donc moins d’energie donc inutile
    de plus les tomates sont nettement plus petites

  18. Toinou psychédelique

    Coucou, merci pour cet article très intéressant que je vais m’empresser d’envoyer à mes parents !
    Pour ma part je taillais les tiges secondaires en fonction de la place que j’avais, de la hauteur dont je disposais (pour celles en serre), afin qu’ils montent plus ou moins vite.
    Par ailleurs, cette année j’ai enlevé quelques (grandes et petites) tiges secondaires que j’ai placé dans le sol, elles ont toutes prises, ainsi cela permet de multiplier les pieds de tomates à moindre coût.
    Très bonne journée,
    Naturellement vôtre,
    Antoine.

  19. Bonjour à vous, je viens de lire votre article sur le sujet des gourmands de tomate et bien que je vous accorde l’usage abusive du mot gourmand, il demeure qu’un plant sans taille de ce tiges secondaires fait élargir le plant au point qu’une humidité se préserve près de la tige mère pour amener les fruits à développer plus facilement des moisissures et des attaques par limaces et escargots. Ce que je puis suggérer lorsqu’une tige secondaire oubliée a une longueur de plus de 6 cm, c’est de la couper et de la planter pour obtenir un nouveau plant de tomate. Dans une terre noire gorgée d’eau, enfoncez la tige secondaire jusqu’au premier branchement; malgré le flétrissement de cette tige, continuez d’arroser quotidiennement et la tige reprendra de la vigueur pour produire un nouveau plant de tomate et ainsi vous pourrez multiplier votre production de tomates par beaucoup plus que par le double.

  20. Dominique

    Un filet tendu horizontalement à 60 cm du sol (largeur 1 m env.), et laissant dépasser les tuteurs permet d’aérer les pousses et facilite la récolte.

  21. Crystal Shane

    Enfin quelqu’un qui fait comme moi , ça fait des années que je n’ enlève pas soit disant les gourmands, qui me donnent de belles et très bonnes tomates , je suis ravie de votre article et je me sent un peu moins seule 🙂

  22. Eh bien cher jardinier paresseux, j’ai justement expliqué ça à un ami la semaine passée et votre article arrive à point. C’est fou ce que les croyances ont la vie dure. Beaucoup de choses sont faites parce que nos aïeuls les faisaient ainsi et on aime croire ces traditions. Et bien merci, je vais dire à cet ami de ne plus faire ça. Dans le fond, c’est exactement comme pour les dahlia et autres fleurs, plus on enlève de tiges, plus les fleurs sont grosses. Merci d’être là pour expliquer les choses comme elles sont et ceux qui sont fermés aux nouvelles idées, ben, continuez comme vous le faisiez, trop obtus pour comprendre.

    • Augay jean michel

      Bonjour Lynn, excellente réponse, adopter sans vouloir convaincre à tout prix … Jardinier Paresseux à totalement raison, il m’a convaincu de sa méthode, moi qui faisait parti de ces indécrotables acharnés de la tradition…! Et bien aujourd’hui je répand la  » bonne parole « , et qu’est- que je ramasse…par les conservateurs !!! Dur de changer les habitudes…

  23. Sébastien Ackermann

    Article clair et complet sur la une part importante de la culture des tomates: la phase de croissance des plants.
    Je cultive des tomates depuis pas mal d’années et on m’a toujours montré et appris à retirer les gourmands. Résultat, mes plants étaient fragilisés, secs, fins et parfois malades. Les tomates, elles prenaient souvent des coups de soleil.
    Depuis 2 ans, mais surtout cette année je n’ai quasiment pas retiré mes gourmands suite à de nombreux conseils en permaculture et videos/articles « récoltés » sur le net.
    Le résultat est tel que décrit sir cet article: rendements énormes, tous les gourmands ont produit des fruits.
    J’ai même voulu comparer, en retirant les gourmands sur 2 plants, et la différence est flagrante en faveur des plants non taillés.
    Un grand bravo « jardinier paresseux » pour cet article étayé qui devrait figurer tel que dans le Wikipedia du mot « gourmand ».
    Sébastien
    Permaculteur en cours d’optimisation

  24. Raph

    Bonjour,
    J ai mis pour la première fois des tomates dans mon jardin. Au début je coupais les gourmands!!!Et puis je suis tombé sur des sites qui disaient de ne pas couper les gourmands.Ce qui m arrangeait bien, ça faisait moins de boulot!!!!😂😂😂.(j ai juste continué à couper les gourmands sur 1 plant, les 7 autres je n ai rien fait).pour l instant tous mes plants se mélangent tellement il y a des tiges (je relie les branches avec une fine corde au tuteur quand même peur qu elles se cassent!!), et bien sur énormément de tomates dessus!
    Sur le plant où je coupe les gourmands j ai beaucoup moins de tomate et elles sont de même taille que les autres.

    Donc je vous remercie d avoir publié cet article!!!Moins de travail sur le plant et plus de tomates!!!!Que la nature est bien faite!!!

  25. Sounillac

    Bonjour j ai voulu essayer cette année et effectivement j ai eu de très belles tomates jusqu à ce qu elles attrape le mildiou faute de quoi… j aurai du couper les brancher au sol et je pense que mes plantations étaient trop serrés …je suis déçue car c est d’est pieds que j avais fait pousser cet hiver. Et je vais essayer de sauver les autres avec du bicarbonate de soude….est ce que je ne pourrai plus planter mes tomates à cet endroit à cause de la maladie?

  26. Arnaud

    Je cultive des tomates depuis une dizaine d’années et je ne les ai taillées que la première année: galère et maladie des plantes. Maintenant je les laisse faire ce qu’elles veulent et j’ai des récoltes importantes et délicieuses. Donc oui au jardinage paresseux 😁

  27. Bonjour ‘je taille pas les 🍅 tomates je ne traite pas et je récolte de beaux fruits. Il est vrai que cela fait beaucoup de tiges mais il faut attacher en conséquence
    😄

  28. chris Hat

    Merci pour ces informations intéressantes. J’ai lu quelque part qu’il fallait aussi enlever les gourmands des fraises. Croyance ou réel besoin?

    • C’est plutôt vrai. Si on les laisse tous pousser, la plante-mère mettra moins d’énergie à fleurir, donc à produire des fruits. De plus, dans 2 ou 3 ans, il y aura tellement de petits fraisiers que la compétition pour les resources sera trop forte. Donc, habituellement on laisse pousser 2 ou 3 stolons (donc, des bébés). Quant la plante-mère produit moins (ce qui ne prend que 3 ans habituellement, les jeunes peuvent la remplacer.

    • Tout dépend de votre climat local. Environ 4 semaines avant que vous attendez le premier gel, vous pouvez supprimer les fleurs, car elles n’auront pas le temps de mûrir ni même d’atteindre une taille suffisante pour faire des tomates vertes.

    • Il est impossible de répondre à cette condition: il y a trop de définitions de « tomate productive » (nombre total de fruits, poids total, etc.), de type de tomate (cerise, coeur de boeuf, etc.) et aussi des facteurs climatiques (durée de la saison, culture en serre). Chose certaine, les tomates indéterminées produisent plus que les tomates déterminées. Parmi les tomates reconnues comme « productives » dans ma région, il y a Mountain Magic et Sun Gold.

    • Je pensais avoir répondu à votre question, mais il faut croire que non.

      C’est une question très complexe. Déjà, est-ce que « productif » réfère au nombre de fruits ou du poids total? Aussi, différentes tomates produisent plus que d’autres sous certaines conditions, moins sous d’autres. Les tomates les plus productives sont sans doute les variétés cultivées en serre en utilisant des pollinisateurs (bourdons). Il y a des tomates qui ont produit plus de 1000 fruits sous de telles conditions. En plein air, c’est très différent et il y a d’autres facteurs dont il faut tenir compte. Dans ma région, par exemple, où les étés sont frais et courts, une tomate productive doit pouvoir tolérer ces deux facteurs; dans d’autres, c’est des variétés adaptées aux grosses chaleurs qu’il faut cultiver. Il y a plus de 15 000 cultivars de tomate: ça fait beaucoup de tomates à vérifier!

  29. Nathalie

    Je confirme, laisser une 2 ème tige ( voir 3 tiges) pousser double la production avec autant de tuteurs que besoin. Je l’ai expérimenté pour la 3 ème année; toutefois quand ma plante est très touffue et produits beaucoup de fleurs et fruits, je ne laisse pas toutes les autres repousses. Cette année production abondante et succulente en Sarthe.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s