Comment rempoter une plante d’intérieur

Par défaut

20150304G

Quand vous cultivez une plante d’intérieur, il faut penser la rempoter à l’occasion, habituellement au printemps, mais aussi l’été ou au début de l’automne. Pour la plupart des plantes, un rempotage annuel est indiqué (voir Pourquoi rempoter les plantes d’intérieur?), alors que deux rempotages par année ne sont pas excessifs pour les jeunes plantes qui grossissent vite (les boutures récemment enracinées, par exemple). Les plantes qui sont à maturité et qui ne grandissent presque plus, comme les arbres d’intérieur, ou encore qui poussent très lentement, comme les cactus et succulentes, peuvent toutefois rester dans leur pot plus longtemps, jusqu’à 4 à 7 ans dans certains cas.

Étape par étape

Commencez par regrouper les outils et produits nécessaires : pots, terreau, cuillère, petit transplantoir ou baguette, arrosoir, seau de plastique, engrais, mycorhizes, charbon activé, sécateur, etc.

Il vous faut un pot une ou deux tailles plus grande que le pot d’origine (environ 2 à 5 cm) pour les plantes de petite ou moyenne taille. Pour les grosses plantes cultivées des pots de plus de 30 cm, un pot de 8 à 10 cm plus gros convient. Il faut que le pot soit propre et muni d’un ou de plusieurs trous de drainage. En général, les plantes tropicales (violettes africaines, plantes araignées, dracénas, philodendrons, etc.) préfèrent un pot à parois imperméables, comme un pot de plastique; les cactées et succulentes, un pot «qui respire», comme un pot de terre cuite.

20150304ATout terreau «pour plantes d’intérieur», «pour plantes tropicales»,«d’empotage», «de rempotage»,«pour violettes africaines» ou un nom similaire conviendra. Il y a des terreaux plus aérés pour les orchidées et des terreaux mieux drainés pour les cactées et succulentes. Il ne faut jamais utiliser comme terreau de la terre de jardin qui risque de contenir des insectes, des spores de maladies et autres indésirables. Je préfère les terreaux qui contiennent déjà des mycorhizes (champignons bénéfiques). Votre jardinerie saura vous en trouver. Ainsi on n’a pas besoin d’en acheter séparément.

Les terreaux commerciaux contiennent habituellement une certaine charge d’engrais, assez pour 2 ou 3 mois, sinon ayez sous la main un engrais à action lente. Ayez aussi des mycorhizes si le terreau n’en contient pas. (La vaste majorité des végétaux poussent mieux en contact avec ces champignons symbiotiques.)

Préparez le terreau en premier lieu. Versez-en dans un seau ou bol et ajoutez-y, si nécessaire, l’engrais et les mycorhizes selon la dose recommandée. Il ne faut jamais dépasser la dose d’engrais, toutefois: trop d’engrais est bien pire que pas assez! Pour les mycorhizes, trop c’est juste du gaspillage: même en surabondance, ils ne peuvent nuire aux plantes.

20150304HEnfin, si la plante est destinée à passer de nombreuses années dans un pot, ajoutez une poignée de charbon activé. Si vous n’en trouvez pas en jardinerie, il est vendu dans les boutiques d’aquariophile. Entre autres, il empêche les sols de trop se compacter avec le temps et réduit la concentration de sels minéraux dans un terreau vieillissant.

Les terreaux modernes sont habituellement à base de tourbe, de coir, ou d’écorce, tous des produits qui repoussent l’eau quand il sont très secs. Versez donc de l’eau tiède dans le terreau et brassez avec une cuillère. L’action physique de brasser stimulera une bonne absorption Vous voulez un terreau à peine humide; s’il est détrempé, laissez le surplus d’eau s’en drainer.

280_2.KMaintenant, enlevez la plante de son pot (voir Pour enlever un pot sans briser les racines)  et, avec un doigt, un crayon ou une baguette, faites tomber environ 1/3 du vieux terreau, surtout le terreau en surface, car il est généralement le plus contaminé. S’il y a une masse de racines qui font le tour du fond du pot (les dracénas sont célèbres pour ça!), coupez-les au sécateur. Ne craignez rien: ces longues racines servent à ancrer la plante au sol quand elle pousse en pleine terre; elles sont inutiles à une plante qui pousse en pot et leur suppression ne nuira pas à la plante.

Il n’est pas utile de placer une couche de drainage de gravier ou de tessons au fond du pot (voir Pas de couche de drainage), mais vous pouvez placer un morceau de papier journal, d’essuie-tout, de filtre à café, de géotextile ou de moustiquaire au fond du pot pour couvrir le ou les trous de drainage et ainsi empêcher le terreau de sortir pendant les premiers arrosages.

280_4.KMaintenant, versez au fond du pot choisi assez de terreau humide pour hausser la plante au niveau désiré. Centrez la plante dans le pot, puis rajoutez du terreau tout autour de la motte, tassant légèrement. Pour terminer, arrosez bien.

La plupart des végétaux fraîchement rempotés peuvent retourner tout de suite à leur emplacement habituel. Si la plante va au plein soleil, toutefois, il serait sage de la mettre dans un emplacement un peu moins éclairé pendant quelques jours, le temps qu’elle se remette du choc de la transplantation.

Et voilà! Rempoter n’est pas plus compliqué que ça!

Publicités

8 réflexions sur “Comment rempoter une plante d’intérieur

  1. France de Villers

    j’ai de très très grosses plantes d’intérieur qui vivent avec nous depuis de nombreuses années. Les formats de pots dans lesquels elles sont sont déjà les plus gros. Est-ce qu’il serait nécessaire de changer la terre après quelques années? Je ne veux plus qu’elles grandissent, juste qu’elles restent belles.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s