Rempotage selon la méthode «jardinier pressé»*

Par défaut
20180402E www.lowes.com.jpg

Comment rempoter une plante vite et bien. Source: www.lowes.com

Normalement, pour rempoter une plante, on prend le temps d’enlever une certaine quantité de l’ancien terreau, mais si vous êtes très pressé ou si la plante est l’une de celles qui n’aiment pas qu’on dérange ses racines (clivia, amaryllis, hoya, etc.), il y a une méthode bien plus rapide.

Pour ce faire, en plus du nouveau pot plus gros de 2 à 5 cm que l’ancien, trouvez un pot de la même taille que le pot de la plante à rempoter. Maintenant, voici quoi faire, étape par étape:

281_1.K

1. Versez du terreau dans le fond du pot plus gros et centrez le plus petit dedans. Illustrations: Claire Tourigny

281_2.K

2. Maintenant, remplissez avec du terreau tout autour du plus petit pot et tassez.

281_3.K

3. Enlevez le plus petit pot et vous aurez… un moule parfait de la motte de racines de la plante!

281_4.K

4. Il suffit alors de dépoter la plante et de la mettre dans le trou moulé. Pressez un peu, arrosez et presto: rempotage terminé!

Simple, n’est-ce pas?

20180402G 500 Trucs.png*Truc tiré du livre Les 1500 trucs du jardinier paresseux.20180402E www.lowes.com.jpg

Publicités

Comment rempoter une plante d’intérieur

Par défaut
20180317A Conrad Nutschan, WC

La quantité de racines qui remplit ce pot indique que la plante avait vraiment besoin de rempotage! Source: Conrad Nutschan, Wikimedia Commons

Quand vous cultivez une plante d’intérieur, il faut penser la rempoter à l’occasion. On le fait habituellement au printemps, mais c’est aussi possible de le faire l’été ou au début de l’automne.

Pour la plupart des plantes, un rempotage annuel est indiqué (voir Pourquoi rempoter les plantes d’intérieur?) alors que deux rempotages par année ne sont pas excessifs pour les jeunes plantes qui grossissent très rapidement (les boutures récemment enracinées, par exemple). Les plantes qui sont à maturité et qui ne grandissent presque plus, comme les arbres d’intérieur, ou encore qui poussent très lentement, comme les cactus, les succulentes et les hoyas, peuvent toutefois rester dans leur pot plus longtemps, jusqu’à 4 à 7 ans dans certains cas.

Étape par étape

Commencez par regrouper les outils et produits nécessaires : pots, terreau, cuillère, petit transplantoir ou baguette, arrosoir, seau de plastique, engrais, mycorhizes, charbon horticole, sécateur, couteau tranchant, etc.

20180317B www.gumtree.com

Beaucoup de jardiniers ont déjà des pots qu’ils peuvent réutiliser. Il suffit de bien les nettoyer auparavant. Source: http://www.gumtree.com

Pour maintenir une belle croissance chez les plantes de petite ou moyenne taille, il vous faut un pot d’une ou deux tailles plus grandes que le pot d’origine (environ 2 à 5 cm). Pour les grosses plantes qui se trouvent dans des pots de 30 cm ou plus, un pot de 8 à 10 cm plus gros conviendra. Si vous ne voulez pas que la plante grossisse davantage, rempotez-la dans un pot de même taille que l’original. Cela réduira son élan!

Il faut que le pot soit propre et muni d’un ou de plusieurs trous de drainage. En général, les plantes tropicales (violettes africaines, plantes-araignées, dracénas, philodendrons, etc.) préfèrent un pot à parois imperméables, comme un pot de plastique; les cactées et succulentes, un pot «qui respire», comme un pot de terre cuite… mais cela n’est pas obligatoire.

20180317D.jpg

Tout terreau pour plantes d’intérieur peut convenir. Source: http://www.rona.ca

Tout terreau «pour plantes d’intérieur», «pour plantes tropicales», «d’empotage», «de rempotage», «pour violettes africaines» ou portant un nom similaire conviendra. Il y a des terreaux plus aérés pour les orchidées et des terreaux mieux drainés pour les cactées et succulentes. Il ne faut jamais utiliser comme terreau de plante d’intérieur de la terre de jardin, car elle risque de contenir des insectes, des spores de maladies et d’autres indésirables et devient généralement beaucoup trop compacte. Je préfère les terreaux qui contiennent déjà des mycorhizes (champignons bénéfiques). Votre jardinerie saura vous en trouver. Ainsi vous n’aurez pas à en acheter séparément.

Les terreaux commerciaux contiennent habituellement une certaine charge d’engrais, assez pour 2 ou 3 mois, sinon ayez sous la main un engrais à action lente. Ayez aussi des mycorhizes si le terreau n’en contient pas. (La vaste majorité des végétaux poussent mieux en contact avec ces champignons symbiotiques.)

Préparez le terreau en premier lieu. Versez-en dans un seau ou bol et ajoutez-y, si nécessaire, l’engrais et les mycorhizes selon la dose recommandée. Il ne faut jamais dépasser la dose d’engrais, toutefois: trop d’engrais est bien plus nuisible que pas d’engrais du tout! Pour les mycorhizes, en appliquer trop, c’est juste du gaspillage: même en surabondance, ils ne peuvent nuire aux plantes.

20180317C www.joshsfrogs.com

Un peu de charbon horticole peut faire tenir le terreau plus longtemps. Source: http://www.joshsfrogs.com

Enfin, si la plante est destinée à passer de nombreuses années dans un pot, ajoutez une poignée de charbon horticole. Il aidera à empêcher le terreau de trop s’affaisser quand les autres ingrédients (non seulement la matière organique, mais aussi la perlite et la vermiculite) commenceront à se compacter, ce qu’ils feront avec le temps.

Les terreaux modernes sont habituellement à base de tourbe, de coir (fibre de coco) ou d’écorce, tous des produits qui repoussent l’eau quand ils sont très secs. Versez donc de l’eau tiède dans le terreau et remuez avec une cuillère. L’action physique de malaxer stimulera une bonne absorption. Vous voulez un terreau à peine humide pour l’empotage; s’il est détrempé, laissez le surplus d’eau se drainer.

20180317I Gardening for Dummies

Si les racines sont denses et font le tour du pot, coupez-les, tout simplement. Source: Houseplants for Dummies

Maintenant, enlevez la plante de son pot (pour savoir comment faire, lisez Pour enlever un pot sans endommager les racines) et, avec un doigt, un crayon ou une baguette, faites tomber environ 1/3 du vieux terreau, surtout le terreau en surface, car il est généralement le plus contaminé. S’il y a beaucoup de racines qui recouvrent le fond du pot ou qui en font le tour, coupez-les avec un couteau. Ne craignez rien: ces longues racines ont surtout évolué pour ancrer la plante quand elle pousse en pleine terre; elles sont inutiles à une plante qui pousse en pot et leur suppression ne nuira pas à la plante.

20180317K.jpg

Placez un filtre quelconque au fond du pot. Source: jardinierparesseux.com

Il n’est pas utile de placer une couche de drainage, de gravier ou de tessons au fond du pot (voir Pas de couche de drainage), mais vous pouvez placer un filtre quelconque (morceau de papier journal ou d’essuie-tout, filtre à café, géotextile, moustiquaire, etc.) au fond du pot pour couvrir le ou les trous de drainage et ainsi empêcher le terreau de sortir au cours des premiers arrosages.

20180317J HC.jpg

Il faut toujours laisser une «cuve d’arrosage» au sommet du pot, soit un espace où vous pourrez verser de l’eau lors de l’arrosage. Source: Claire Tourigny, Les 1500 trucs du jardinier paresseux

Maintenant, versez au fond du pot choisi assez de terreau humide pour hausser la plante au niveau désiré. Centrez la plante dans le pot, puis rajoutez du terreau tout autour de la motte, tassant légèrement. Pour terminer, arrosez bien.

La plupart des végétaux fraîchement rempotés peuvent retourner tout de suite à leur emplacement habituel. Si la plante va au plein soleil, toutefois, il serait sage de la mettre dans un emplacement un peu moins éclairé pendant quelques jours, le temps qu’elle se remette du choc de la transplantation.


Et voilà! Rempoter n’est pas plus compliqué que ça!

Pour enlever un pot sans endommager les racines

Par défaut
20180302A MAD gardening tips, YouTube.jpg

Pour rempoter une plante, il faut d’abord savoir comment enlever le pot. Source: MAD gardening tips, YouTube

La saison de rempotage arrive. En effet, le moment idéal pour rempoter nos plantes d’intérieur est quand elles débutent leur saison de croissance, soit, pour la plupart, entre la fin de février et le début de mai. Pour savoir comment rempoter une plante, lisez Comment rempoter une plante d’intérieur. Mais avant de pouvoir placer une plante dans un nouveau pot, il faut d’abord pouvoir la sortir de son pot d’origine.

Votre but est de sortir la plante de son pot sans endommager ses racines. Agripper la plante et tirer vers le haut est rarement la bonne technique. La moitié du temps, vous arracherez ainsi des racines.

Un peu d’arrosage, un peu de taille

Commencez par bien arroser une ou deux journées auparavant. La plante sera plus facile à enlever si ses racines sont un peu humides.

Si des racines sortent des trous de drainage, supprimez-les au sécateur, car elles vont entraver vos efforts et, de plus, seront endommagées de toute façon lors des manipulations suivantes.

Une bonne tape sur le fond

280_1.K

Pour enlever un pot sans endommager les racines, donnez une bonne tape sur le fond du pot. Source: Claire Tourigny, tiré du livre Les 1500 trucs pour jardinier paresseux

Maintenant, inversez le pot, et, tenant la base de la plante entre vos doigts, frappez sur le fond du pot avec la paume de votre main. Généralement, c’est tout ce qu’il faut pour dégager la motte et ainsi pouvoir l’enlever sans peine. Pour les plantes trop grosses et trop lourdes à inverser, placez la plante sur le côté sur une table, frappez le fond du pot avec votre main pour le dégager et essayez de l’enlever.

Si les racines ne cèdent pas et que le pot a des parois flexibles, essayez de comprimer le pot à deux ou trois endroits en faisant le tour. Parfois, cela suffit et le pot s’enlève bien par la suite.

20180302C moziru.com & clipart-library.com .jpg

Parfois, il faut passer un couteau autour de l’intérieur du pot pour détacher la motte de racines. Source: moziru.com, clipart-library.com & jardinierparesseux.com

Si le pot ne lâche toujours pas, insérez un couteau (il n’a pas besoin d’être coupant) entre le pot et la motte de racines, faites le tour du pot pour dégager toute racine qui y est collée, et tentez de nouveau.

20180302D clipart-library.com.jpg

Il arrive qu’il faille couper ou casser le pot pour sortir la motte de racines. Source: clipart-library.com & jardinierparesseux.com

Ça ne fonctionne toujours pas? Ça arrive! Il peut alors être nécessaire de couper le pot, s’il est en plastique (des cisailles à métal feront l’affaire), ou de le fracasser avec un marteau (pot de terre cuite ou de céramique) pour en sortir la plante. Après tout, mieux vaut sacrifier le pot que la plante!20180302B CT, 1500.jpg

À quelle saison rempoter vos plantes d’intérieur?

Par défaut

20170227A.jpgBien des auteurs insistent sur le printemps (fin février, mars, avril) pour rempoter les plantes d’intérieur, mais en fait, on peut les rempoter en toute saison… tant que la plante est en croissance.

En effet, le seul danger est de rempoter une plante en dormance qui aura alors tendance à pourrir suite à l’ajout d’un terreau nouveau, riche en minéraux et en humidité, à un moment où elle n’est pas encline à accepter des changements. Donc, pour beaucoup de plantes, on peut rempoter n’importe quand entre la fin de l’hiver (fin de février) et la fin d’octobre, mais pas à la fin de l’automne ni pendant l’hiver.

On peut toutefois rempoter en tout temps les plantes qui poussent toute l’année, comme c’est souvent le cas des plantes qui poussent sous un éclairage artificiel.

Pour un mini-cours sur le rempotage, lisez Comment rempoter une plante d’intérieur.

Si l’eau est dure…

Par défaut

20160228A.jpgSi l’eau de votre robinet est très dure, soit d’un pH de 7,5 ou plus (votre municipalité pourrait vous le dire), rempotez vos plantes d’intérieur deux fois par an, au printemps et au début de l’automne, en remplaçant presque tout le terreau. L’eau dure contient beaucoup de sels en solution, sels qui sont toxiques aux racines des plantes lorsqu’ils s’accumulent… ce qu’ils feront très rapidement dans un pot où l’eau de drainage reste dans la soucoupe. En rempotant deux fois par année et en jetant l’ancien terreau au compost, par contre, vous «nettoierez» les racines des contaminants et la croissance de la plante sera alors très belle.

Si vous ne pouvez pas rempotez si souvent, songez à lessiver le terreau aux 2 mois, soit en laissant couler l’eau à travers le terreau pour drainer dans l’évier. Le lessivage aussi fait diminuer les sels qui s’accumulent dans le terreau. Vous trouverez plus d’information sur le lessivage dans le texte Ce n’est pas que sur les vêtements qu’on pratique le lessivage.

Un rempotage automnal

Par défaut

0002277Il n’y a pas de saison spécifique pour rempoter nos plantes d’intérieur: on peut le faire au printemps, à l’été ou à l’automne, tant que la plante est en croissance. Mais beaucoup de plantes poussent très rapidement au cours de l’été (certaines doublent même de volume!) et, rendues à l’automne, débordent de leur pot. Il est donc logique de rempoter ces plantes à l’automne.

Une façon de déterminer si une plante a besoin de rempotage est de surveiller la fréquence d’arrosage qu’elle demande. Si un arrosage par semaine semble suffire à la maintenir, tout est beau, mais si elle montre des signes de détresse après 3 ou 4 jours, avec des feuilles qui commencent à faner, c’est généralement parce que le pot est rempli de racines et que le terreau n’est pas capable de jour son rôle habituel de réservoir d’eau. Alors, un rempotage s’impose.

Comment rempoter

Choisissez un pot d’environ 5 cm plus gros que le pot précédent (pour les plantes de petite ou de moyenne taille) ou de 10 cm plus gros (pour les grosses plantes). Il doit être muni d’un ou de plusieurs trous de drainage.

Préparez d’avance le terreau que vous utiliserez, l’humidifiant pour qu’il se manipule facilement, et aussi le pot. Il est souvent utile d’y incorporer des mycorhizes, des champignons bénéfiques qui manquent habituellement dans les terreaux commerciaux. Couvrez le ou les trous de drainage avec une petite section de papier journal ou de moustiquaire pour empêcher le terreau de s’y engouffrer quand vous arroserez.

Pour sortir la plante de son pot, inversez-le en tenant la tige entre vos doigts et tapez solidement sur le fond du pot. Cela devrait dégager la motte de racines. Tirez ensuite sur le pot pour l’enlever. Si la plante ne bouge pas, essayez de passer un couteau entre le terreau et le pot. Parfois, il faut aller jusqu’à casser le pot pour l’enlever.

20150304gMaintenant, étudier la motte de racines, taillant celles qui semblent mortes ou pourries ainsi que celles qui font le tour du pot. Puis, avec une baguette, faites tomber une partie de l’ancien terreau en la passant entre les racines. Assurez-vous surtout d’enlever le terreau en surface: c’est là où, avec le temps, tout surplus de sels minéraux s’accumule, ce qui peut être toxique pour la plante.

Ajoutez du terreau humide au fond du nouveau pot pour que la motte soit au bon niveau (environ 2,5 cm plus bas que le rebord). N’ajoutez pas de «couche de drainage» au fond du pot:  elle est inutile et même néfaste. Centrez la motte dans le pot et remplissez de terreau, en utilisant encore la baguette pour pousser le terreau à travers les racines. Tassez bien et arrosez.

Et voilà, déjà terminé! Mettez la plante à l’abri du soleil direct pendant deux ou trois jours, au besoin, puis retournez-la à son lieu de séjour habituel. Rien de plus simple!