Categories

Recherche

Nos partenaires

Changements climatiques et nos jardins

Les changements climatiques, ce sont de vrais casse-tête pour nous, les jardiniers. On doit faire face à des conditions météorologiques imprévisibles: sécheresses prolongées, pluies torrentielles, vagues de chaleur et gelées tardives. Tout cela peut stresser nos plantes et bouleverser leurs cycles de croissance. Sans oublier les nouveaux ravageurs et maladies qui profitent du réchauffement pour se répandre vers le nord.

S’adapter au changement

Comment adapter nos jardins à des conditions de sécheresse autant que d’humidité extrême? Avec un sol humide et bien drainé! Bien que cela puisse sembler contradictoire, il est possible d’avoir un sol qui reste humide tout en étant bien drainé. Le secret? La matière organique!

Photo: maxbelchenko

La matière organique, c’est un peu le héros du jardin! Quand vous l’incorporez dans le sol, elle améliore sa structure en augmentant sa porosité. Résultat: l’air et l’eau circulent plus librement, ce qui booste le drainage. Elle aide aussi à former des agrégats, ces petits amas de particules de sol qui créent des espaces entre eux, permettant à l’eau de s’écouler facilement et évitant les sols détrempés.

En même temps, la matière organique agit comme une éponge. Elle absorbe l’eau et la libère progressivement pour les plantes quand le sol commence à se dessécher. Vous avez donc un sol qui reste bien humide sans être détrempé.

Enfin, en améliorant la structure du sol, la matière organique empêche aussi la compaction, ce qui est super pour le drainage. Un sol bien structuré et riche en matière organique permet à l’excès d’eau de s’écouler, tout en retenant juste ce qu’il faut d’humidité pour que vos plantes soient heureuses.

Comment ajouter de la matière organique au sol?

La plupart des plantes préfèrent un sol humide et bien drainé, ou peuvent s’y adapter. Pour y parvenir, ajoutez simplement de la matière organique. Cette technique fonctionne pour les sols sablonneux comme argileux. Les sols sablonneux nécessitent plus de matière organique, car elle se délavera rapidement, tandis que les sols argileux, bien que plus difficiles à travailler, en bénéficieront tout autant.

1. Compost et fumier

Photo: Onfokus

Pour enrichir votre sol sans trop d’effort, ajoutez du compost bien décomposé. Étalez-le à la surface ou incorporez-le légèrement. Le compost fait des merveilles en améliorant la structure du sol et en apportant des nutriments essentiels. Faites-le au printemps et à l’automne, avant de planter ou après la récolte, et vous aurez un sol fertile et bien structuré sans vous fatiguer.

Si vous avez accès à du fumier, c’est une bonne alternative au compost. Attention cependant avec le fumier frais: il peut «brûler» les plantes, introduire des mauvaises herbes et transmettre des bactéries aux humains. Assurez-vous qu’il soit bien composté avant utilisation, ou attendez 120 jours avant de récolter.

2. Paillis organique

Photo: zlikovec

Le paillis organique, c’est le meilleur ami du jardinier paresseux. Utilisez des feuilles mortes, des copeaux de bois, de la paille ou des rognures de gazon. Étalez une couche de paillis autour des plantes et sur les plates-bandes. Non seulement ça conserve l’humidité et réduit les mauvaises herbes, mais en se décomposant, le paillis enrichit votre sol en matière organique, le rendant doublement humide et bien drainé. Appliquez-le tout au long de l’année, en particulier au printemps et en été, et laissez la nature faire le reste.

3. Engrais verts

Le trèfle blanc est un excellent engrais vert. Photo: sn8h

Les couverts végétaux, comme le trèfle ou le seigle, sont parfaits pour ceux qui aiment la simplicité. Semez ces plantes entre vos cultures principales. Une fois bien établis, fauchez-les et mélangez-les au sol. Ces plantes enrichissent le sol en matière organique sans que vous ayez à faire grand-chose. Utilisez-les après la récolte ou pendant la période de jachère, et profitez d’un sol amélioré sans effort supplémentaire.

4. Engrais organiques

Mon père préconisait l’utilisation d’engrais d’algues comme engrais complémentaire dans le jardinage. L’hydrolysat de poisson est aussi à découvrir.

Les fertilisants organiques, comme les extraits de plantes, les émulsions de poisson et les farines organiques apportent des nutriments essentiels au sol et ajoutent plus de matière organique. Bien que ce soit en quantité modeste comparé aux bons vieux compost et fumier, c’est toujours mieux qu’un engrais de synthèse. Pour vraiment enrichir votre sol, rien de tel que les amendements organiques comme le compost, le fumier bien décomposé et les engrais verts.

5. Débris de plantes

Laissez les résidus de culture et les débris de plantes se décomposer naturellement sur le sol. À la fin de la saison de croissance, laissez-les en place jusqu’au printemps. Ces débris ajouteront des nutriments au sol et amélioreront sa structure, tout en préparant votre jardin pour la saison suivante. C’est une méthode simple et efficace pour enrichir votre sol sans lever le petit doigt.

Des végétaux polyvalents et résilients

Pour réellement adapter votre jardin aux conditions climatiques changeantes, choisissez des plantes qui tolèrent autant la sécheresse que l’humidité. Certains végétaux sont parfaits pour les périodes sèches et d’autres prospèrent dans des conditions humides. Même si la sélection n’est pas énorme, en choisissant des plantes adaptées à une variété de conditions, vous vous assurez que votre jardin reste beau et résilient, quelle que soit la météo.

Dans les prochaines semaines, je vous viendrai avec des sélections de vivaces, arbustes, et arbres polyvalents et résilients en ces temps de changement.


commentaire sur "Changements climatiques et nos jardins"

  1. Il y a les changements climatiques et il y a aussi la faune qui détruit nos jardins en le consommant. J’ai planté 4 variétés de salades (50 plants) et 2 jours après toute rasé par un petit lièvre et pourtant j’ai une clôture autour du jardin. On doit se battre contre le climat et contre les animaux et j’ai dû mettre des filets à insecte sur mes plants de salade pour que je puisse en manger avant l’automne. Je passe pour le méchant parce que je laisse pas les lièvres manger mes salades.