Mythes horticoles Sol Truc du jour

Mythe horticole: pour alléger un sol argileux, il suffit d’ajouter du sable

Brouette de sable apportée sur un sol argileux rouge.

Est-ce vrai qu’on devrait mélanger du sable à un sol argileux? Photo: milyhandyman.com & hiclipart.com

On entend souvent que la solution à un sol trop argileux (glaiseux), lourd et souvent détrempé, difficile à travailler, serait d’y mélanger du sable… et d’ailleurs l’idée paraît logique. Après tout, si un sol argileux est si dense et lourd, laissant difficilement pénétrer l’eau et l’air, c’est qu’il est composé de particules extrêmement fines qui se serrent les unes contre les autres. Quoi de mieux alors que d’ajouter du sable, dont les particules sont énormes en comparaison? N’est-ce pas évident que la présence de grosses particules à travers des particules plus fines aidera à mieux laisser circuler l’air et l’eau (et donc à alléger le sol)? 

Glaise plus sable égale béton
Quand vous ajoutez sable à un sol argileux, le résultat ressemble à du béton! Ill.: 20210311B motherearthnews.com, cdeasia.com & patrickmorin.com

Mais c’est mal comprendre comment les sols fonctionnent. Ajoutez du sable dans de l’argile et cette dernière va tout simplement s’insérer partout à travers le sable, englobant ses particules et créant un mélange qui ressemblera davantage à du béton qu’à un sol de jardin.

Pelle de matière organique
C’est de la matière organique qu’il faut ajouter aux sols argileux pour les aérer. Photo: bhg.com

Pour alléger un sol argileux, la vraie solution est d’y mélanger une bonne quantité de matière organique: 5, 10, 15 cm ou plus de bois raméal fragmenté, de feuilles mortes déchiquetées, de paillis forestier, de compost, de fumier, etc. L’humus créé par la décomposition de la matière organique fera s’agglomérer les particules d’argile, laissant de l’espace pour la circulation de l’air et de l’eau. Et continuez d’ajouter de la matière organique régulièrement, car la matière organique, de par sa nature, est portée à disparaître avec le temps. Il suffit maintenant de l’appliquer en surface, sous forme de paillis, car l’humus descendra tout naturellement dans le sol désormais allégé.

La méthode du jardinier paresseux

Trois couches de sol: couche arable, sous-sol, roche-mère
Puisque la couche arable a été enlevée sur votre terrain, pourquoi ne pas la remettre? Ill.: US Department of Agriculture

Ou encore, faites comme un jardinier paresseux: ne touchez pas à l’argile d’origine, mais ajoutez plutôt une épaisse couche (20 à 30 cm) de bonne terre directement sur sa surface… et jardinez dans cette nouvelle couche de terre arable. Car il se trouve que, si l’argile fait un piètre sol de surface, elle forme un excellent sous-sol, retenant bien l’eau et les minéraux et les libérant aux plantes au besoin. Avec une couche de bonne terre par-dessus un fond d’argile, vous venez de créer un milieu ressemblant drôlement aux meilleures terres agricoles.

D’ailleurs, vous venez peut-être ainsi de reconstituer la situation qui régnait sur votre terrain avant la construction de votre maison. C’est que, typiquement, dans un ensemble résidentiel, la première chose que le constructeur fait est d’enlever et de vendre la couche de terre arable (elle servira entre autres à préparer les «terres à jardin» commerciales), laissant un vaste champ d’argile sur lequel il pose directement, juste avant la vente, des rouleaux de gazon, afin de faire «plus propre» et d’ainsi mousser la vente. En rajoutant la «bonne terre» enlevée, vous ne faites alors que rétablir le bon ordre des choses. Dame Nature vous en sera reconnaissante!

Article adapté d’un billet de blogue du 27 novembre 2015

14 comments on “Mythe horticole: pour alléger un sol argileux, il suffit d’ajouter du sable

  1. Dominique

    Exact !
    Depuis des années je laisse le feuilles mortes au sol ,les petits déchets de taille en tout genre ,du brf qui provient des tailles plus importantes passées au broyeurs, un peu de compost et fumier de cheval et ma terre s’est transformée !
    Bonne journée Jardinier paresseux !

    • Brin de paille

      Bonjour Dominique,
      J’ai également une terre argileuse lourde. J’ai depuis des années ajouté un paillage (paille rapidement abandonnée car c’est un nid à limaces, BRF fabrication maison) qui a progressivement transformé la terre. Mais pour les massifs jeunes c’est encore la galère et ma production de BRF n’y suffit plus. Ma voisine a un cheval, je pourrais aller lui demander un peu de fumier. Quand puis-je l’étendre et comment? Y a t-il une précaution à prendre?
      Merci

  2. Carole Myette

    Merci beaucoup pour ces capsules de conseils, c’est apprécié

  3. Line Bertrand

    Est-ce qu’ajouter de la vermiculite peut aider également à aérée le sol?

    • Elle peut augmenter excessivement la capacité d’un sol argileux de retenir l’eau et n’est pas alors conseillé. Elle est plus utile dans un sol sablonneux.

  4. Merci du conseil!

  5. Marie Arsenault

    Bonjour M. Hodgson, j’adore vos capsules, votre raisonnement, vous êtes mon meilleur! À l’été 2020, j’ai fait couper et dessoucher 36 pins rouges qui rendaient la culture maraîchère impossible. Dans l’espace créé, je veux y récolter des légumes variés. Que dois-je faire? Merci à l’avance! Bon vendredi! Marie A. Rimouski

    • Vous pouvez réduire les souches en copeaux avec une dessoucheuse (rogneuse de souches) louée, mais les racines resteront et peuvent rendre la plantation très ardue. Pourtant, les enlever est une tache monstre… et elles ne nuisent pas tant que cela aux plantes qu’on réussit à mettre en terre. Et évidemment, elles se décomposeront d’elles-mêmes avec le temps, mais pas avant plusieurs années.

      Quand le sol sera dégelé, essayez de voir si vous êtes capable ou pas de creuser des trous de plantation sans trop de difficulté. (Cela dépend en partie sur le type de sol.) Parfois, juste en tassant le trou de quelques centimètres, la situation passe de « iimpossible » à « pas si mal ».

      Une possibilité, si le sol s’avère impossible travailler, serait de couvrir la section d’une couche de bonne terre (20 cm peut-être) et d’y jardinier.

      Sinon, avec un tracteur, un pic, une hache, une scie à chaîne et beaucoup d’huile de bras, vous pourriez extraire le gros des grosses racines. Il y a peu quelque dans votre secteur avec de l’expertise dans le domaine. Une fois les grosses racines arrachées, les petites et moyennes restant ne dérangeront pas tant que cela.

      • Marie Arsenault

        D’abord, merci beaucoup de la rapidité à me répondre. Ma question concernait plutôt quel amendement dois-je apporter au sol. Les souches ont été enlevées après l’abattage. C’est « Arbre santé » (Christian Cyr) qui a fait le travail. Le sol est plutôt sablonneux et les résidus d’épines des pins ont fait leur oeuvre avec le temps. Il est très facile de creuser dans ce sol. J’habite à Rimouski, secteur Pointe-au-Père, près d’une tourbière, sur un petit plateau. Un mélange de terres 1/3 grasse, 1/3 minérale et 1/3 organique, est-ce que ce serait une bonne solution pour faire pousser des légumes? J’ai l’intention d’y mélanger légumes et plantes ornementales. Encore une fois un gros MERCI! J’apprécie grandement votre générosité. Bonne journée. Marie A.

      • Oui, cette terre devrait convenir. Bonne chance avec ce beau projet!

  6. Lucie Hébert

    Bonjour, merci pour cet article. Nous avons fait changer notre drain français l’année dernière ce qui a eu pour effet de ramener en surface le sol de fond glaiseux avec beaucoup de roches. Nous nous sommes acharnés à enlever les roches et une bonne couche de cette terre avant d’y ajouter une bonne couche de terre arable et du paillis (forestier et feuilles mortes). Il nous reste à faire la même job pour une partie du terrain. Est-ce que je dois comprendre qu’il n’est pas nécessaire d’enlever la terre glaiseuse même avec les roches avant d’ajouter la terre arable et le paillis? L’avantage que je vois pour cette année est que ce sol devrait s’être renfoncé depuis un an. Merci pour votre réponse ….qui pourrait nous épargner beaucoup de travail.

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :