Compostage Paillis Truc du jour

7 composts non conventionnels à préparer vous-même

Ces 7 substituts pour le compost conditionneront votre sol et vous aideront à cultiver des plantes saines. Voici un guide de ces «composts non conventionnels» qui faciliteront la vie du composteur néophyte.

Par Glenn Anderson

Vous n’avez pas de place pour un gros bac de compost… ni le temps de vous en occuper, mais vous savez que les végétaux profitent grandement de l’utilisation du compost qui améliore la qualité du sol en plus de l’enrichir? Évidemment, vous pourriez toujours acheter du compost, mais, en plus du prix, il n’est pas certain que vous obtiendrez la qualité désirée.

Mais peu importe. Car il existe d’autres solutions. Des substituts de compost et des composts non conventionnels dont vos plantes pourront tirer parti! Oui… Des produits maison faciles à utiliser, parfaits pour le novice. Vous découvrirez rapidement que votre cuisine et votre jardin regorgent de déchets alimentaires et d’autres ingrédients que vous pouvez utiliser pour fabriquer ces produits riches en minéraux et microbes bénéfiques.

Le compostage est un processus de décomposition biologique contrôlé qui conditionne votre sol pour une meilleure croissance. Il est donc très utile de connaître les éléments que vous pourrez utiliser comme alternatives au compost.

Cet article présente 7 substituts de compost prometteurs que vous pourriez utiliser chez vous. On y explique chaque méthode en plus de fournir des commentaires utiles. Et nous terminerons avec certains ingrédients qui sont inappropriés pour le compost.

Alors, plongeons dedans!

Ces 7 options qui peuvent remplacer le compost traditionnel

Beaucoup de résidus apparemment inutiles, avariés et non pertinents que vous avez peut-être négligés toute votre vie peuvent vous aider à faire du bon succédané de compost pour votre jardin. Certains de ces éléments peuvent être entièrement nouveaux pour vous, certains bizarres, tandis que d’autres sont des éléments que vous avez rarement utilisés.

Voyons ces 7 produits qui peuvent fonctionner comme substituts de compost ainsi que la méthode étape par étape pour les utiliser.

1. Marc de café

Marc de café
Donnez une seconde vie à votre marc de café! Photo: tab62, depositphotos

Ne jetez pas le marc de café; il peut faire un excellent substitut pour le compost… et son utilisation est si facile. Le marc de café améliore la rétention d’eau, l’aération et le drainage des sols et offre certains minéraux. Par contre, non: il n’a aucun pouvoir magique comme certains le prétendent. Il n’éloigne pas les limaces, les criocères du lis, les chats, etc. Et il n’est pas «trop acide», comme d’autres le prétendent. Mais en se décomposant, il libère des minéraux bénéfiques, comme l’azote, et stimule la vie microbienne.

Comment faire:

  • Étape 1: Récupérez le marc de café. Parfois, un café local accepte d’en donner à ses clients jardiniers. 
  • Étape 2: Répartissez simplement le marc autour de vos plantes (n’appliquez-en jamais plus de 2 cm d’épaisseur, sinon il a tendance à croûter et à bloquer la circulation d’air) ou faites-le pénétrer dans sol. Son effet se fait sentir surtout à moyen et à long terme.

Même les vers de terre adorent le marc de café (du moins, en quantité modérée). 

Pour en savoir davantage sur le marc de café et ses utilités dans le jardin, lisez Le pour et le contre du marc de café.

2. Le compost Bokashi

Inoculant Bokashi versé sur les déchets de cuisine.
Le compost bokashi nécessite un mélange inoculant composé de son et de microorganismes, notamment des bactéries lactiques anaérobies (Lactobacillus casei entre autres) et des levures. Photo: AnSyvan, depositphotos

Le compost Bokashi est une alternative au compost classique qui fonctionne en faisant fermenter les pelures et déchets de fruits et de légumes, les restes de viande, les coquilles d’œufs, etc. Il opère dans un bac hermétiquement fermé, en l’absence d’oxygène. Et on peut le faire dans la maison… carrément sur le comptoir de la cuisine si vous voulez. Il s’y fait une fermentation anaérobique grâce au son ensemencé, transformant les déchets collectés en compost. C’est l’une des méthodes de compostage intérieur les plus efficaces.

Comment faire:

  • Étape 1: Achetez un seau à bokashi avec un robinet de drainage ou fabriquez-en un vous-même.
  • Étape 2: Ajoutez les restes de fruits, de légumes, de viande, de noix, de coquilles d’œufs, etc., dans le seau bokashi.
  • Étape 3: Versez l’inoculant bokashi sur les restes.
  • Étape 4: Couvrez avec un couvercle hermétique pour garder l’air à l’extérieur.
  • Étape 5: Laissez les résidus se décomposer pendant deux semaines.
  • Étape 6: Assurez-vous de vider régulièrement le liquide qui s’y forme (le «jus de bokashi») tous les 2 à 3 jours. Le jus est hautement concentré en éléments en décomposition. C’est un engrais liquide riche qu’il faut diluer à 1/100 avant d’en arroser vos plantes. 
  • Étape 7: Après 2 semaines, versez le contenu çà et là dans le jardin, tout simplement, l’enterrant sous 20 cm de terre. La décomposition continuera sous terre, libérant des minéraux pour les plantes environnantes.

3. Vermicompostage

Vers rouges et vermicompost.
Les vers rouges sont très efficaces pour décomposer les déchets de cuisine. Photo:  worldnews, depositphotos

L’utilisation de vers grouillants et visqueux pour faire du compost peut sembler dégoûtante, mais vous serez étonné des résultats. Le vermicompostage consiste à nourrir les vers avec des déchets de cuisine et de jardin, déchets qu’ils excréteront rapidement sous forme de compost. Oui, vous aurez déjà du vermicompost prêt à utiliser après seulement quelques semaines! Le vermicompost est rempli de nutriments et respectueux du sol.

Comment faire:

  • Étape 1: Commencez avec un grand récipient en plastique ou en béton.
  • Étape 2: Ajoutez une couche de terre ou de sable au fond.
  • Étape 3: Ajoutez des restes d’aliments comme des fruits, des œufs, etc. dans le récipient, en le gardant en une couche uniforme.
  • Étape 4: Achetez des vers rouges (ou ramassez-en s’il y a un tas de fumier dans le secteur) et relâchez-les uniformément sur les restes de nourriture partiellement décomposés.
  • Étape 5: Couvrez le mélange pour le protéger du soleil et empêcher les prédateurs (dont vos petits animaux!) d’y avoir accès.
  • Étape 6: Versez de l’eau dedans de temps en temps pour éviter qu’il ne surchauffe.
  • Étape 7: Vérifiez-le après 20 à 24 jours. Des milliers de vers seront alors à l’œuvre et vos matériaux seront entièrement décomposés.

Évitez la viande, le lait, l’oignon, etc. dans le mélange, car ils prennent plus de temps à se décomposer.

Vous trouverez plus d’information sur le vermicompostage dans ce billet: Compostage avec des vers de terre.

4. Fumier de poules

Si vous avez des poules, leur fumier peut remplacer le compost. Le fumier de poules fournit des micronutriments et des macronutriments à votre sol. Il fonctionne comme un excellent engrais pour le jardin et aide les plantes à bien pousser.

Comment faire:

  • Étape 1: Mettez le fumier de poules sur une surface plane.
  • Étape 2: Mélangez-le avec des rognures de gazon.
  • Étape 3: Ajouter un peu d’eau au mélange.
  • Étape 4: Ajoutez du foin sec.
  • Étape 5: Ajoutez un peu plus de fumier de poules et un peu d’eau.
  • Étape 6: Répétez l’ajout de fumier, de tontes de gazon et d’eau.
  • Étape 7: Continuez à arroser le tas pour réduire la sécheresse et le rendre absorbant.
  • Étape 8: Retournez la pile tous les 2 à 3 jours. Vous pouvez également le faire toutes les deux semaines si vous n’êtes pas pressé.
  • Étape 9: Quand votre mélange est devenu brun foncé, il est prêt à être utilisé dans votre jardin.

Vous pouvez également utiliser un thermomètre à sonde pour vérifier la température du compost. S’il est entre 60 et 70 degrés Celsius, il est prêt.

5. La bouse de vache

La bouse de vache convient aux plantes délicates, car elle est pauvre en azote. C’est le plus lent de tous les substituts de compost. En règle générale, il faut 5 à 6 mois avant qu’il ne soit prêt à utiliser comme remplacement de compost. Le fumier frais contient des bactéries. C’est pourquoi le fumier séché est le meilleur choix.

Comment faire:

  • Étape 1: Préparez une couche plus ou moins carrée de 7,5 cm de matières organiques sèches (feuilles sèches, rognures de gazon sèches, etc.), de préférence de 90 sur 90 cm ou de 120 sur 120 cm.
  • Étape 2: Ajoutez une couche de 5 cm de bouse de vache séchée sur le dessus.
  • Étape 3: Répétez le processus jusqu’à ce que la couche atteigne 1,2 m.
  • Étape 4: Versez de l’eau sur la couche pour la garder humide.
  • Étape 5: Retournez le tas tous les 3 à 4 jours. Essayez de maintenir son humidité, mais ne le laissez pas devenir détrempé.
  • Étape 6: Continuez à vérifier sa température jusqu’à ce qu’il atteigne 50 à 70 degrés Celsius.
  • Étape 7: Votre compost sera prêt quand il ressemblera à des miettes et que le centre ne chauffera plus

6. Déchets de cuisine

Restes de cuisine.
Vous pouvez réduire les restes de cuisine en miettes et les placer directement dans le jardin. Photo: 72soul, depositphotos

L’utilisation des déchets de cuisine est un moyen intelligent de vivre en harmonie avec votre environnement. Presque tout déchet végétal et certains déchets animaliers de table peuvent servir: épluchures, légumes et fruits abîmés (crus ou cuits), feuilles de plantes d’intérieur, coquilles d’œuf, thé, etc. 

Comment faire:

  • Étape 1: Coupez les résidus en petits morceaux.
  • Étape 2: Réduisez les coquilles d’œuf ou d’huître broyées en poudre.
  • Étape 3: Mélangez bien les restes.
  • Étape 4: Mélangez-les avec la terre de votre jardin ou placez-les autour des plantes.

7. Paillis

Vous pouvez fabriquer ou acheter du paillis biologique pour votre jardin. Le paillage est un moyen relativement facile et pratique de retenir l’humidité, de réduire les mauvaises herbes et d’augmenter les nutriments dans le sol. Ce processus vous permet d’utiliser des feuilles hachées, des déchets de jardin, des journaux, des écales de sarrasin ou de riz, etc. comme compost.

Le paillis maison partiellement décomposé est un produit qui fonctionne à long terme. Il faut environ douze mois pour atteindre l’étape finale.

Comment faire:

  • Étape 1: Coupez et déchiquetez tous les déchets de jardin disponibles, les feuilles séchées, les bottes de paille, les journaux, les branches déchiquetées, etc.
  • Étape 2: Prenez un bac à compost approprié et ajoutez-y les matériaux.
  • Étape 3: Retournez les matériaux tous les 2 à 3 mois.
  • Étape 4: Après 11 à 12 mois, votre compost de paillis sera prêt.

Choses que vous ne devriez pas utiliser pour faire du compost

Il est bon de savoir ce que vous ne devriez pas utiliser comme substituts de compost. L’utilisation de mauvaises alternatives peut endommager les plantes, créer une odeur intolérable, attirer les mouches des fruits et les rongeurs ou causer d’autres problèmes.

Voici une liste à retenir:

  • Crottes et litière des animaux de compagnie;
  • Graisses animales, huiles ou graisses;
  • Cendre de charbon de bois;
  • Arêtes de poisson ou os de viande;
  • Mauvaises herbes portant des fleurs, des graines ou des rhizomes.

Conclusion

Maintenant que nous avons fait un petit tour du sujet, vous pouvez constater qu’il y a une foule de façons faciles pour obtenir de très bons substituts pour le compost, des composts non conventionnels que vous pouvez préparer vous-même. C’est vrai que leurs processus peuvent prendre du temps et nécessiter de la patience et de la diligence, mais le jeu en vaut la chandelle.

De plus, faire du compost avec des éléments alternatifs est rentable et ne nécessite pas de compétences spéciales. La meilleure partie est que vous pouvez appliquer la plupart des techniques précédentes dans votre propre jardin, sur le comptoir de la cuisine ou même dans une chambre spacieuse.

Maintenant que vous avez empilé votre précieux compost en suivant l’une de nos méthodes, explorez davantage les substituts de compost pour créer votre propre manuel de compostage facile.

À propos de l’auteur

Glen Anderson est un écrivain de contenu pour le Web. Il est jardinier, passionné d’entraînement physique et croit fermement aux aliments biologiques. Glen a passé la moitié de sa vie à chercher des idées pour cultiver de la nourriture et une variété de fleurs dans son jardin. Il aime écrire sur le jardinage autant qu’il aime prendre soin de son propre jardin.

Article traduit et adapté de l’anglais par Larry Hodgson.

À propos Larry Hodgson

Journaliste et blogueur horticole, auteur de plus de 60 livres de jardinage, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, vit et jardine à Québec. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2 500 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

12 comments on “7 composts non conventionnels à préparer vous-même

  1. Anonyme

    Bonjour, votre article tombe à point 🙃. Je fais mon propre compost avec déchet de cuisine, feuilles mortes etc etc directement sur le sol. Ça fonctionne très bien 😄. Ma question concerne l’application au jardin. Je sais que l’on peut en mélanger avec la terre à l’automne ou au printemps lors de la plantation. Pour les légumes qui aiment pousser avec du compost, est-il nécessaire d’en rajouter durant l’été et à quelle fréquence? Merci pour cette chronique 🙏

  2. Michel

    MERCI, article très pertinent

    Quand je plante un arbuste p.ex. fusain nain compactus 1,5×1,5, je mets un poisson en solde au fond du trou
    de 50x50x50 cm. Dessus du simple sable et un peu d’os en poudre ensuite mon compost à verre de terre et mon achat de sol biologique crevettes et algues.

    Aussi pour mes Hydrangeas en arbre. Les Forsythias, même s’ils n’ont ont pas tellement besoin. Mais superbe résultat .

    Je mets beaucoup de fumier de mouton (voisin) en dessous du paillis. Et j’arrose quand mon eau – mètre me
    le dit.
    Bon été à tous le Jardiniers Paresseux et Larry en particulier.

  3. MarioStNic

    A anonyme… Ma réponse ne vous éclairera sans doute pas beaucoup. Mais j’aimerais dire que vous devez toucher la terre avec vos mains nues. Défaire les mottes, en sentir la texture, apercevoir les beaux (!) lombrics… Avec l’expérience, j’oserais dire qu’on fini par comprendre sa terre et par connaître ses besoins. Enfin, moi j’ai l’impression de savoir quand je dois la nourrir; je me fie à cela et les résultats semblent me donner raison.

  4. Siemeck

    Peut-on mettre comme compost directement sur le jardin des restes de légumes cuits ? Merci

  5. Lise Fournier

    J’ai beaucoup de fourmis dans mon composte est-ce que c’est normal

  6. Rachel

    Personellement, je ne mettrais pas de restes cuits dans le jardin parce que c’est le genre de chose qui attirent les rongeurs, ratons laveurs, blattes, etc.

  7. Rachel

    Pour ma part, j’ajoute du composte à l’automne (et je ne le mélange pas avec la terre, je le mets simplement dessus) avant de pailler pour l’hiver et encore au printemps au moment de semer/planter, et c’est tout. C’est déjà peut-être plus qu’il n’en faut, mais ça ne fait pas de mal. Les petites bestioles viendront tout mélanger en douceur pour vous.

  8. Nicole

    J’ai des cèdres qui ont bruni cet hiver
    Comment faire pour qu’ils sont tous verts

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :