Plantes aux feuilles bizarres: les feuilles perfoliées

Par défaut
Lonicera sempervirens Stan Shebs, W

Notez la feuille perfoliée et presque ronde de ce chèvrefeuille toujours vert (Lonicera sempervirens). Source: Stan Shebs, Wikimedia Commons

J’écris une série de blogues sur les plantes aux feuilles bizarres, des articles qui paraîtront de temps en temps au cours des mois à venir. Deux articles précédents ont déjà été publiés: vous pouvez les lire à Cinq plantes aux feuilles bizarres et Quatre autres plantes à feuilles bizarres.

Je consacre davantage le blogue d’aujourd’hui à un type de feuillage qu’au choix de plantes: les feuilles perfoliées.

Les sœurs siamoises du monde végétal

20180108B Michael G. Simpson, WC.jpg

La plupart des feuilles sont soit pétiolées soit sessiles. Source: Michael G. Simpson, Wikimedia Commons

Rappelons que la plupart des feuilles des angiospermes — sûrement plus de 95%! – sont fixées à leur tige par un pétiole (rétrécissement de la feuille semblable à une tige). La plupart des exceptions sont sessiles — elles s’attachent directement à la tige, sans pétiole — et d’autres encore enveloppent partiellement ou entièrement la tige et peuvent être considérées comme des feuilles embrassantes ou engainantes. Mais la situation la plus étrange est quand la feuille semble complètement envelopper la tige, au point où la tige paraît la traverser. Ces feuilles sont appelées feuilles perfoliées.

20180108C Michael G. Simpson, W

Les feuilles perfoliées peuvent quand même avoir des formes différentes. Source: Michael G. Simpson, Wikimedia Commons

Le mot «perfolié» vient du latin moderne perfoliatus de per (à travers) et foliatus (feuillu). Ainsi, il signifie essentiellement «dont la feuille a été percée».

20180108D thebotanicalhiker.blogspot.ca.JPG

Les feuilles perfoliées du silphium perfolié (Silphium perfoliatum) attrapent souvent l’eau de pluie, au grand plaisir des oiseaux. Source: hebotanicalhiker.blogspot.ca

La plupart des feuilles perfoliées ont évolué lorsqu’une paire de feuilles opposées a fusionné. C’est le cas de la gigantesque vivace silphium perfolié (Silphium perfoliatum), appelée la plante bain d’oiseau, car l’eau de pluie s’accumule souvent dans la dépression où les deux feuilles se rejoignent et parfois des oiseaux viennent s’y baigner. Dans le cas de cette plante, vous pouvez quand même voir assez clairement qu’il y avait à l’origine deux feuilles et qu’elles se sont soudées à la base, mais beaucoup de feuilles perfoliées ont si bien fusionné qu’elles semblent n’être qu’une seule feuille, souvent ronde.

20180108E Bupleurum rotundifolium Stefan.lefnaer, WC.jpg

Le buplèvre à feuilles rondes (Bupleurum rotundifolium) est un exemple d’une feuille unique qui est devenue perfoliée. Source: Stefan.lefnaer, Wikimedia Commons

Toutes les feuilles perfoliées ne proviennent toutefois pas de feuilles opposées fusionnées, par contre. Parfois, une seule feuille embrassante ne s’arrête pas à encercler la tige par une simple base mince, mais la base devient hypertrophiée, donnant une feuille qui semble avoir été percée par la tige. Le buplèvre à feuilles rondes (Bupleurum rotundifolium), une annuelle ornementale parfois cultivée, appartient à ce groupe.

Un trait variable

20180108F www.ornamental-trees.co.uk.jpg

Seulement les feuilles juvéniles de l’eucalyptus d’Australie (Eucalyptus perriniana) sont perfoliées. Source: www.ornamental-trees.co.uk

Curieusement, plusieurs plantes portent à la fois des feuilles perfoliées et des feuilles «normales» (pétiolées ou sessiles), soit en même temps, ou encore, les feuilles perfoliées appartiennent à un stade spécifique du cycle de la vie de la plante. Par exemple, beaucoup d’eucalyptus, comme la gomme d’Australie (Eucalyptus perriniana), ont des feuilles juvéniles perfoliées, mais leurs feuilles adultes sont normales, semblables à celles d’un saule, c’est-à-dire étroites, opposées et pétiolées. Si vous élaguez une branche mature,  par contre, les branches qui repousseront produiront des feuilles juvéniles perfoliées… du moins, pendant un certain temps.

De même, plusieurs chèvrefeuilles grimpants, dont le chèvrefeuille toujours vert (Lonicera sempervirens) vu dans l’image au début de cet article, produisent des feuilles perfoliées sur la tige florale, mais des feuilles normales opposées pétiolées ailleurs.

Un trait assez largement, mais inégalement, distribué

La perfoliation a évolué indépendamment dans différentes familles de plantes (Apicacées, Astéracées, Caprifoliacées, Colchiacées, Crassulacées, Fabacées, Montiacées, Myrtaceaées, Plantaginacées et beaucoup d’autres). Personnellement, je n’ai jamais vu d’explication quant à pourquoi la feuille perfoliée a évolué indépendamment dans tant de familles ni même quant à sa raison d’être, sinon la théorie — assez faible à mon avis — qu’elle agirait comme barrière pour empêcher des insectes rampants de monter plus loin sur la plante. Normalement, dame Nature ne crée pas une structure pour rien, ce qui porte donc à croire qu’une telle feuille doit avoir une ou plusieurs utilités. Si vous avez une autre explication, je suis tout ouïe!

La perfoliation demeure un trait non seulement assez inhabituel, mais marquant, à tel point que les botanistes soulignent toujours sa présence comme détail important dans l’identification des végétaux. D’ailleurs, vous remarquerez que beaucoup de plantes à feuilles perfoliées portent perfoliata, perfoliatus ou perfoliatum comme épithète spécifique. Et c’est souvent la caractéristique la plus utile pour faire la distinction entre deux plantes autrement similaires.

La perfoliation dans votre jardin

20180108F science.halleyhosting.com.jpg

Pourpier d’hiver (Claytonia perfoliata), un légume peu connu. Source: science.halleyhosting.com

Parmi les plantes perfoliées convenant aux jardins de climat tempéré, on trouve le pourpier d’hiver (Claytonia perfoliata, syn. Montia perfoliata), un légume de culture rapide mais plutôt méconnu, le silphium perfolié (Silphium perfoliatum) précité, qui devient de plus en plus populaire comme vivace pour l’arrière-plan de la plate-bande, et plusieurs chèvrefeuilles grimpants (Lonicera spp.). On trouve aussi la cardère (Dipsacus fullonum) dans plusieurs jardins, soit comme plante utile (sa tête florale sert à carder la laine), plante ornementale… ou mauvaise herbe.

Dans les climats doux, plusieurs eucalyptus au feuillage juvénile perfolié sont largement cultivés.

20180108G Crassula perforata, www.sedumphotos.net_.jpg

Le collier de boutons (Crassula perforata) est une plante d’intérieur assez populaire aux feuilles succulentes perfoliées. Source: http://www.sedumphotos.net

Dans nos demeures, et dans les climats arides tropicaux (zones 9 et plus), le collier de boutons (Crassula perforata) est assez courant. C’est une plante succulente qui est offerte sous diverses formes, de densément feuillue et plutôt dressée à assez lâche et aux feuilles bien espacées, mais qui a toujours des feuilles perfoliées. Vous devriez être en mesure d’en trouver au moins une variété dans n’importe quelle jardinerie. C. rupestris marnieriana est similaire, mais aux feuilles plus petites et plus charnues.

20180108H Crassula umbella, shroomery.org.jpeg

Le crassula ombelle (Crassula umbella) est tellement bizarre qu’on dirait une plante extra-terrestre! Source: shroomery.org

Beaucoup plus rare et beaucoup plus étrange est le crassula ombelle (Crassula umbella), avec des feuilles en forme de parapluie, parfois au revers bordeaux (le cultivar ‘Wine Cup’, par exemple). Réellement une bizarrerie!

Cultivez les crassulas comme vous le feriez pour n’importe quelle plante d’intérieur succulente, avec un éclairage intense et des arrosages modérés.

Les plantes à bouton

20180108J Conophytum ernestii conophytum.com.jpg

Chez les plantes à bouton (ici Conophytum ernestii), chaque feuille rappelle un bouton rond et charnu… et la fleur (ici, seulement le bouton floral) sort en plein centre. Source: conophytum.com

Je ne suis pas certain que les conophytums (Conophytum), aussi appelés plantes à boutons, soient vraiment considérés comme ayant des feuilles perfoliées, car il n’y a jamais de tige qui traverse ce qui semble être une seule feuille ronde, mais qui est en fait composée de deux feuilles soudées ensemble. Par contre, une fleur individuelle «perce» bien la feuille à la bonne saison.

J’ai décidé de considérer les conophytums comme étant perfoliés pour les fins de cet article. Mettez alors cela sur le dos d’un caprice d’auteur, si vous le voulez, mais je pense que les feuilles des conophytums sont tout simplement parmi les plus fascinantes du monde végétal et je voulais à tout prix vous les présenter!

20180108P Conophytum calculus, Abu Shawka, WC.jpg

Certains conophytums, comme ce Conophytum calculus, paraissent parfaitement sphériques. Source: Abu Shawka, Wikimedia Commons

Les conophytums sont parmi les nombreuses plantes appelées pierres vivantes, toutes indigènes de l’Afrique australe et appartenant à la famille des ficoïdes, les Aizoacées. D’autres pierres vivantes se trouvent dans les genres Lithops, Fenestraria, Frithia, Pleiospilos et plusieurs autres genres encore, mais leurs feuilles sont moins clairement réunies en une seule que celles des conophytums: on voit bien qu’il s’agit de deux feuilles charnues pressées l’une contre l’autre. Toutes les pierres vivantes sont des succulentes sans tige, collées au sol, qui survivent à leur environnement hostile et aride en prenant une apparence de pierre afin de se camoufler contre les prédateurs.

20180108K Conophytum bilobum, MIike Peel, www.mikepeel.net.jpg

Tous les conophytums ont des feuilles bizarres, mais elles ne sont pas toujours en forme de bouton, comme on le voit ici avec le Conophytum bilobum.  Source: Mike Peel, http://www.mikepeel.net

Les quelque 100 espèces de Conophytum ne sont pas toutes des plantes à bouton, par contre. En effet, beaucoup portent des paires de feuilles en forme de cône, d’où le nom de genre Conophytum, de cono (cône) et phytum (feuille). On pourrait toutefois traiter environ un tiers des espèces de plantes à bouton, car leurs deux feuilles d’origine ne forment désormais qu’une seule feuille et elle est distinctement ronde et charnue, comme un bouton.

Les conophytums ont beau être mignons comme tout, leur culture n’est pas facile pour autant. Pour en savoir plus sur la façon de les réussir, lisez: Comment cultiver les conophytums.


Les feuilles perfoliées: assez bizarres pour mériter une place dans des films de science-fiction, mais assez communes pour être présentes dans votre environnement si vous vous donnez la peine de les remarquer. Gardez les yeux ouverts lors de votre prochaine promenade dans la nature ou dans un jardin!Lonicera sempervirens Stan Shebs, W

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s