Arbres Engrais Jardinage Mythes horticoles Truc du jour

Les croyances populaires ont la vie dure 

Personne ne sait d’où elles viennent ni comment elles commencent. Comme les légendes urbaines, les croyances populaires sur le jardinage se répandent comme une traînée de poudre, de jardinier en jardinier, jusqu’à ce que tout le monde les connaisse. Et souvent, elles paraissent logiques. Mais en général, elles n’ont aucun fondement ou si peu. 

Le plus triste, c’est que, habituellement, elles font en sorte que jardiner demande plus de temps ou plus d’efforts ou encore, elles nuisent à l’apparence ou à la productivité du jardin. Et elles sont tenaces. Certaines datent du XVIIe siècle, sinon d’avant… et comme on continue de les répéter, elles continueront de prospérer et nuiront aux futures générations de jardiniers. 

Grand-mère et petits-enfants
 font du jardinage
Est-ce que votre grand-mère vous a appris des fausses croyances sur le jardinage? Photo: depositphotos.com

Le pire, c’est que j’écris cette chronique en sachant très bien que plusieurs lecteurs ne me croiront pas. «Pour qui se prend-il pour contredire ce que ma grand-mère, qui savait tout sur le jardinage, m’a appris?» Je vous suggère donc de faire votre propre étude comparative, car, parfois, c’est seulement quand on voit les résultats qu’on peut s’en convaincre. 

HUIT CROYANCES PERSISTANTES… 


1. Après une taille, il faut badigeonner les plaies des arbres et des arbustes avec de la peinture d’émondage pour les protéger des maladies. 

Branche coupée
N’appliquez aucun produit sur une branche coupée. Photo: Lynn Greyling, publicdomainpictures.net

Au contraire, quand on recouvre une plaie de peinture, de goudron ou d’un autre produit, cela tend à emprisonner l’humidité présente sur la plaie et à ainsi créer un microclimat propice au développement des champignons nuisibles. Mieux vaut bien nettoyer une plaie pour supprimer les irrégularités et ainsi mieux permettre à la surface de bien s’assécher, mais n’appliquez aucun enduit. 

2. Effeuiller les tomates hâte la maturation des fruits. 

Une personne taille des feuilles de tomates
Enlever les feuilles d’un plant de tomates réduit son apport d’énergie. Photo by Anna Tarazevich, pexels.com

Les tomates n’ont pas besoin d’être exposées au soleil pour mûrir. La preuve? Vous ferez rougir une tomate récoltée avant sa pleine maturation aussi rapidement dans un sac de papier placé dans un garde-manger sans lumière que sur le rebord de la fenêtre au grand soleil. De même au jardin, les fruits ne mûrissent pas plus rapidement si vous enlevez le feuillage. De plus, le faire réduit l’apport d’énergie à la plante, donnant des tomates plus petites et moins sucrées. Effeuiller les tomates peut même donner une insolation (un coup de soleil) aux tomates subitement exposées au grand soleil! 

3. Il faut supprimer les gourmands des tomates pour augmenter la récolte 

Gourmand de tomates
Faut-il supprimer les gourmands de tomates? Photo: Cheryl, flickr.com

Un gourmand est, par définition, une tige qui ne produit pas et qui vole de l’énergie à la plante mère. Et certains végétaux produisent de tels gourmands: pommiers, lilas, etc. Chez la tomate, ce ne sont pas des gourmands, mais des tiges secondaires qui, au lieu de voler l’énergie de la plante mère, lui en donnent davantage. De plus, ces faux gourmands peuvent produire des tomates à leur tour. Les laisser pousser peut même presque doubler la récolte de tomates si les conditions sont bonnes.

Aussi, des études récentes démontrent que la suppression des gourmands tend à provoquer des maladies foliaires, baissant encore davantage la quantité et la qualité des tomates produites sur les plants ainsi taillés. Enlever les tiges secondaires peut, par contre, augmenter la grosseur des tomates restantes, mais seulement un peu. Si vous supprimez ces tiges, le poids total de la récolte sera nettement inférieur, souvent du tiers. Pour en savoir plus sur le sujet, lisez: Un rappel: il n’est pas nécessaire de supprimer les «gourmands» de tomate

4. Arroser vos plantes au plein soleil peut brûler le feuillage. 

Étincelles dans la pelouse
Jamais n’a-t-on vu des plantes s’enflammer parce qu’il y avait des gouttes d’eau sur leur surface! Photo: pxhere.com

Ce mythe se base sur le principe que chaque goutte d’eau se retrouvant sur le feuillage agirait comme une loupe, augmentant l’intensité du soleil et provoquant une brûlure. Or, il n’en est rien. Jamais n’a-t-on vu des plantes s’enflammer parce qu’il y avait des gouttes d’eau sur leur surface! Cela dit, il n’est pas très utile d’arroser quand le soleil est intense, non pas parce que cela brûlerait le feuillage, mais parce que presque toute l’eau s’évaporera et ne profitera donc pas aux plantes.

Arrosez de préférence tôt le matin: il fait encore frais (donc il y aura moins d’évaporation) et vos arrosages seront ainsi plus efficaces. Évitez d’arroser le soir cependant (pourtant plusieurs municipalités nous contraignent à le faire!), car le feuillage reste alors humide plus longtemps, ce qui augmente les risques de maladies. 

5. Il faut placer une couche de drainage de gravier ou de tessons au fond des pots. 

Pot sans couche drainante versus un pot avec une couche drainante de gravier
Les gravillons ou tessons, étant nettement plus gros que les particules de terre, font que le terreau retient plus d’eau. Photo: Garlan Miles, commons.wikimedia.org

Au contraire, une couche de drainage de matière grossière réduit le drainage et occupe pour rien de l’espace qui aurait pu servir aux racines. C’est qu’un contraste trop marqué entre la grosseur des particules de terre et celle de la couche de drainage nuit à l’action capillaire: les gravillons ou tessons, étant nettement plus gros que les particules de terre, font que le terreau retient plus d’eau et empêche les surplus de s’en évacuer. Les plantes peuvent ainsi rester dans l’eau stagnante et pourrir.

Si vous voulez une couche de drainage efficace, placez-la en surface du terreau et non pas au fond du pot. Ainsi, l’eau s’évacuera de la couronne, l’endroit de la plante le plus sujet à la pourriture, et restera auprès des racines, qui tolèrent mieux sa présence. 

6. Un binage vaut deux arrosages.

Biner brise les racines de nos plantes et provoque un stress hydrique. Photo; Baleha, depositphotos.com

Biner brise la croûte du sol et peut ainsi réduire l’action capillaire, engendrant moins d’évaporation, donc en théorie ce vieux mythe recèlerait une certaine vérité. Mais biner brise aussi les racines des plantes et provoque un stress hydrique. Donc, binez si vous le voulez pour éliminer les mauvaises herbes, mais il faut quand même arroser par temps sec. Par contre, pailler vaut bien deux arrosages… et parfois trois ou même quatre!

7. Supprimer les fleurs fanées des lilas augmente leur floraison l’année suivante. 

Une personne taille les fleurs de lilac
Supprimer tout simplement les fleurs de lilacs est un geste tout à fait inutile. Photo: depositphotos.com

Pourtant, les études démontrent qu’il n’en est rien. En réalité, la plupart des lilas ont une floraison essentiellement bisannuelle: une année de grosse floraison sera suivie d’une année de floraison plus faible et il n’y a rien à faire pour l’éviter. Cela ne veut pas dire de ne jamais tailler un lilas, par contre: on peut tailler pour réduire sa hauteur, pour enlever les gourmands qui entravent sa croissance, etc., mais supprimer tout simplement les fleurs est un geste tout à fait inutile. 

8. Quand une plante va mal, il faut la fertiliser. 

Une personne repend du fertilisant
Faut-il fertiliser une plante malade? Photo: Oregon State University, flickr.com

En général, une plante malade n’a pas un système racinaire très fort et ne peut donc pas bien absorber l’engrais qu’on verse sur son sol. Au contraire, l’engrais peut endommager ses racines fragilisées. Mieux vaut trouver la vraie cause du problème (insectes, maladies, mauvais emplacement, etc.) et le régler. Quand la plante recommence à pousser, voilà le moment pour la fertiliser.

Il y a toutefois une exception à cette recommandation: si la plante souffre d’une carence en minéraux, soit le manque d’un élément (dans ce cas, sa croissance sera chétive et son feuillage déformé, jauni ou rougeâtre), on peut la fertiliser… mais non pas par ses racines, car elles sont trop faibles pour bien absorber l’engrais. Il faut plutôt vaporiser l’engrais, dilué au quart de la dose régulière, directement sur son feuillage. Ainsi, il sera rapidement absorbé par le feuillage et agira sans tarder pour corriger le problème. 


Et voilà pour huit mythes courants sur le jardinage. Il y en a beaucoup d’autres! Mais avant de croire de vieilles superstitions sur le jardinage, pensez-y deux minutes. Demandez-vous toujours s’il y a des preuves concrètes qu’une technique est efficace. Très souvent, moins nous les humains agissons sur les plantes, mieux elles poussent! 

Originalement publié dans le journal Le Soleil le 1er aout 2004. 

22 comments on “Les croyances populaires ont la vie dure 

  1. Anonyme

    Et la lumière fut 🔆.Merci pour ces infos, très apprécié. 🙏

  2. Denise B. Québec, Qc 👩‍🌾

    Bon matin cher Mentor, je cherche la vérité concernant la récolte de mon ail. Certains le lavent d’autres pas
    avant l’installation pour le séchage. Qu’en est-il réellement ? J’ai récolté, lavé et suspendu 2 parcelles dimanche, il m’en reste une à cueillir cette semaine.

  3. Merci pour ces conseils. C’est vrai que quelques fois on trouve des infos contradictoires. Nous avons beaucoup de leçons à retenir de nos anciens mais pas dans tous les domaines.

  4. Bonjour Larry, tu es notre encyclopédie en général et celle des filtres des croyances en particulier.
    MERCI pour ces rappels de sagesse Larry.

  5. Anonyme

    Merci! Encore j’apprends de vos conseils! Bonne semaine M. Hodgson, et bien contente de vous lire!

  6. Dominique

    Merci de nous rappeler tout cela .
    J’ai abandonné le drainage des pots grâce à vous .J’ai failli perdre plusieurs plantes d’appartement à cause de cette technique pourtant très recommandée sur les sites ,émissions de télé etc
    Je suis vos conseils ,je mets juste un filtre sur le trou de drainage pour éviter la fuite du terreau .

  7. Lise Jolicoeur

    Toute ces croyances populaires m’ont fait tellement travailler pour rien. Merci je prends bonne note de vos conseils. A vous, j’espère,bien que la science vous aidera à trouver réconfort dans votre maladie afin de continuer et prolonger votre précieuse vie.

  8. ergolou8Louise D.

    L’année où, faute de temps, pour la première fois, je n’ai pas coupé les fleurs de mes lilas, j’ai eu une belle surprise au cours de l’hiver. Les graines ont servi de nourriture aux oiseaux et j’ai eu le bonheur d’assister à leur festin. Je n’ai plus jamais coupé les fleurs suite à la floraison.

  9. FranceB

    Pour la question sur l’ail, voir le site québécois : http://www.lepetitmas.com

  10. Nicole Tremblay

    Monsieur le jardinier paresseux, je suis vos recommandations et crois en vous, merci pour ces confirmations que vous nous avez déjà données!

  11. Denise B. Québec.
    Une recherche rapide sur le blog du Jardinier Intelligent m’a donner la réponse à ta question.
    https://jardinierparesseux.com/2018/09/02/ne-lavez-pas-les-oignons-lail-et-les-pommes-de-terre-a-la-recolte/

  12. M. Hodgson ne répond plus aux questions. Vous trouverez pleins de réponce via la recherche de son site. D’ailleurs, le sujet de votre question a déjà été traité dans l’article suivant:

    https://jardinierparesseux.com/2018/09/02/ne-lavez-pas-les-oignons-lail-et-les-pommes-de-terre-a-la-recolte/

  13. Denise B.

    C’est :
    https://www.lepetitmas.ca

    Sinon, c’est un site plutôt catholique…!

  14. DeniseB.

    Merci, je l’ai aussi trouvé après avoir écrit mon commentaire.

  15. Merci Larry! Aujourd’hui, j’ai appris. Et je ne ferai plus des erreurs que je faisais depuis près de… 50 ans!

  16. Daniel Fantino

    Je confirme que le feuillage n´empêche pas les tomates de mûrir, et que les tiges secondaires produisent et sont une sécurité si la tige principale casse lors d´un orage.
    Les tomates de serres achetées en épicerie, Savoura et une autre ont produits des fruits comparables aux originales.
    Quand aux Tomaté (3423) coeur de boeuf, feuillage et tiges sont forts et splendides. Le nombre de fleurs est délirant et tous les fruits ont bien le lignage vertical comme une citrouille, et sont de forme allongés. Si le goût est conforme, mes 5 plants vu la quantité finiront en conserves. Je songe même à leur envoyer un chèque ! Je trouve ingrat d´exploiter leur labeur avec rien en retour. Essayez les Tomatés ! Chères et pas facile à trouver, mais solides et très productives. Plants déterminés ?

  17. Sylvie Lavallée

    Merci infiniment M. Hodgson pour ces précieux conseils. Dans certains cas, vous me rassurez, car je croyais avoir un problème alors qu’il n’en est rien. Dans d’autres cas, je me rends compte que j’ai instinctivement fait ce qui est le mieux pour la plante, i.e. au lieu de mettre du gravier au fond de la plante, je l’ai simplement déposée dans un vieux chaudron rempli de terre, l’eau s’écoule donc dans la terre qu’il y a sous le pot. Vous me rassurez aussi au sujet des tomates qui n’ont pas besoin de soleil pour mûrir, car cet année, j’ai un jardin plus petit et mes plants de tomates sont plus serrés les un contre les autres, empêchant le soleil d’atteindre les tomates.

  18. lucille thompson

    merci pauvres grands-mères qui ont .été. mal informées !!

  19. Sandrine Giaume

    Bonjour,
    Personnellement je serais plutôt méfiante par rapport à une peinture d’émondage.
    Pour éviter qu’elle ne se casse car elle avait été très fragilisée, j’ai mis délicatement de l’argile sur la branche d’un potimarron et j’ai été étonnée du résultat. En effet, même si l’endroit est resté disons un peu creux, formant presque un angle, cela n’a pas empêché la branche de continuer de pousser normalement par la suite. L’argile, c’est de la terre, mais une terre qui a des propriétés bienfaisantes sur la santé d’un être humain et donc qui peut aussi aider à la cicatrisation d’une plante.

  20. Monique Rondeau

    Pour le site du Petit Mas c’est http://www.lepetitmas.ca (et non .com)

  21. Jean-Baptiste Cilio

    Bonjour Daniel, j’habite en France et je ne trouve pas la référence de cette tomate « Tomaté » qui a l’air bien intéressante. 3423 est-ce un numéro de catalogue ? Quel est votre fournisseur ?
    Merci d’avance pour vos réponses.

  22. Boisson

    Bonjour, « Tomaté », en France, elle est appelée Tomate cœur de Bœuf » elle devrait se trouver en graines ou en plants. J’en ai régulièrement vu sur les étals. Bonne journée.

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :