Compostage Truc du jour

Ce qu’il ne faut pas mettre dans le composteur

Par Larry Hodgson

Avec la saison du compostage qui commence, il peut valoir la peine de se rappeler ce qu’on ne devrait pas mettre dans le composteur. 


Rien de synthétique, rien d’animal

Évidemment, on ne met jamais de verre, de métal, de plastique non biodégradable ou d’autres produits synthétiques dans un composteur: ils ne se décomposent pas! Mais il y a aussi certains produits organiques dont il vaut mieux se passer, du moins quand il s’agit d’un composteur domestique.

C’est le cas des produits d’origine animale (gras, viandes, excréments d’animal familier [dont la litière à chat], couches jetables, etc.) à cause des microbes néfastes qui peuvent s’y développer. D’accord, un compost qui chauffe bien devrait pouvoir détruire même les microbes les plus nocifs, mais les composteurs domestiques n’ont pas la réputation de dégager beaucoup de chaleur. Également, l’odeur des viandes tend à attirer la vermine. Pour ces raisons, il vaut mieux éviter de composter ces produits. On peut toutefois composter le poil des animaux, du moins, en quantités raisonnables.

Mauvaises herbes

Évitez aussi les mauvaises herbes qui sont en graines, car, là encore, les graines risqueraient de ne pas être détruites par la chaleur et le compost pourrait propager des mauvaises herbes quand il sera utilisé.

C’est la même chose pour les racines des mauvaises herbes traçantes (prêle, herbe aux goutteux, renouée du Japon, chiendent, etc.): il y a de bonnes chances qu’elles se décomposent, mais pourquoi prendre des risques inutilement? Évitez alors de les mettre au compost, sauf… 

Mauvaises herbes avec racines.
Si vous laissez les racines à sec dans un emplacement ensoleillé, elles vont mourir et pourront alors être compostées. Photo: ohtheplacesyoullgrow.com

… si vous les tuez auparavant. Et vous pourriez les tuer facilement en les faisant sécher au soleil. Les mauvaises herbes à racines minces ne résisteront même pas à une journée de soleil intense si vous les étalez sur l’asphalte, le béton ou une toile noire. Celles à racines plus épaisses nécessitent parfois plusieurs jours de solarisation. Ou laissez-les tremper dans l’eau jusqu’à ce qu’elles commencent à pourrir. Pourri = mort!

Vous trouverez une bonne source d’information sur le compostage sur le site du Conseil canadien du compostage.

Feuilles malades

Et que dire des plantes ou feuilles malades, infestées de champignons, de bactéries ou de virus?

La réponse est plus controversée.

Les autorités vous diront de ne pas les composter, tout simplement. Comme cela, aucune explication n’est nécessaire.

Mais personnellement, je les ajoute au composteur. Après tout, décomposer les feuilles malades, c’est ce que mère Nature fait le plus facilement. C’est sont gagne-pain! Et n’est-ce pas que mère Nature a toujours raison? Peut-être que l’article suivant pourrait vous aider à y voir clair: Peut-on composter les feuilles malades?

Plantes toxiques

Elles peuvent aller directement au composteur! Les composés toxiques des végétaux se décomposent très rapidement et sont aussitôt transformés en matière organique riche. En fait, certains stimulent même un compostage plus rapide!

Herbe à la puce.
L’herbe à la puce est une plante toxique qui ne devrait jamais être mise au composteur. Photo: robeo123, depositphotos

J’ajouterais cependant une exception: l’herbe à la puce ou sumac vénéneux (Toxicodendron radicans) ainsi que les plantes apparentées. Non pas que leur composé toxique, l’urushiol, une huile, ne se décompose pas en composés non toxiques, mais il le fait lentement. Et il reste une nuisance pour la personne qui gère le composteur pendant ce temps. Il ne faut jamais brûler ces plantes non plus. Alors, ensachez-les et enterrez-les. Pour d’autres informations sur cette plante envahissante difficile à gérer, lisez L’herbe à la puce: Pas touche!

Produits lents à se décomposer

Déchiqueteuse professionnelle découpant des feuilles de chêne.
Il faut réduire les feuilles de chêne en miettes si vous voulez les voir se décomposer en une seule saison. Photo: fiskness, depositphotos

Attention aussi aux produits biologiques qui se décomposent mal: les grosses branches, les bûches et le bois de menuiserie se décomposent très lentement, par exemple, à moins qu’on ne les passe dans une déchiqueteuse industrielle. Et les rafles de maïs et les noyaux de fruit prennent également beaucoup de temps à se décomposer. Il peut aussi être sage de réduire en miettes les feuilles de chêne et les aiguilles de conifère pour hâter leur décomposition.

Coquilles d'oeuf.
Il faut réduire les coquilles d’oeuf en poudre pour qu’elles se décomposent. Photo: Cala Mitysyl, depositphotos

Beaucoup de gens jettent les coquilles d’œuf et les écailles d’huîtres dans le compost, ce qui n’est pas mauvais en soi, mais à moins de les avoir broyées auparavant en une fine poudre, elles ne se décomposeront pas complètement avant de nombreuses années… souvent plusieurs décennies. Au moins, vous aurez recyclé un déchet plutôt que de l’avoir jeté dans le dépôt municipal, mais il ne faut pas vous attendre à ce qu’elles contribuent beaucoup à la qualité du compost.

Enfin, les os sont bannis pour deux raisons précitées: risque de contamination et décomposition très lente.

Bon compostage!

Billet adapté d’un article paru dans ce blogue le 17 avril 2016.

À propos Larry Hodgson

Journaliste et blogueur horticole, auteur de 65 livres de jardinage, conférencier et vulgarisateur hors pair, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, nous a quitté en octobre 2022. Reconnu pour sa grande générosité, sa rigueur et son sens de l'humour, il a touché plusieurs générations de jardiniers amateurs et professionnels pendant 40 ans de carrière. Grâce à son fils, Mathieu Hodgson, et une équipe de collaborateurs, le blogue jardinierparesseux.com continuera sa mission de démystifier le jardinage et le rendre plus accessible à tous. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2800 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

27 comments on “Ce qu’il ne faut pas mettre dans le composteur

  1. Comme toujours, merci de vos précieux conseils. Un pur plaisir de vous lire chaque matin. Bonne journée !!

  2. Louise L

    C’est toujours une bonne chose de nous rafraîchir la mémoire sur le compostage. Je retiens surtout l’information sur les coquilles d’œufs. Merci pour vos informations journalières si précieuses!

  3. Daniel Fantino

    Je triche allegrement. Avec plusieurs acres, trier est impensable. Les feuilles de noyers ne devraient pas l´être. Elles y vont. Os, huile, litière à chat (sciure de bois) dans mon second tas qui va plus servir à combler les creux où sont des flaques d´eau. Le premier tas, plus propre ira au jardin, et arbres et framboisiers y poussent en plus des champignons. Je n´arrose pas ni aére. Ce sera plus long c´est tout. Les os sont placés au fond afin de ne pas attirer la vermine. En compostant la litière des chats, je réduit ma poubelle pour les éboueurs de façon significative.

  4. Marie-Johanne

    Ma question peut sembler étrange mais je me suis toujours demandée si on pouvait enterrer une pelure de banane directement au pied d’une plante sans lui nuire? La logique veut que ce soit compostable mais est-ce que la concentration d’un seul aliment peut débalancer la croissance d’une plante même si la dégradation se fait lentement ?

  5. ryndam1962

    bonjour moi je fait secher mes coquilles d’oeuf je les met dans mon moulin a café et je les donne mes plantes tout au long de la saison

  6. ryndam1962

    pour les peaux de bananes je fait la méme chose les secher et le mettre en poudre avec le moulin a café et hop dans mes plantes

  7. Marie-Johanne @ Je ne pense pas qu’un simple peau de banane, et même un kilo de peaux de bananes puissent nuire à la croissance d’une une plante. On prétend que la peau des bananes est riche en potasse, mais même si c’est vrai, certainement pas au point de produire des effets nuisibles comme le chlorure de potassium(sylvinite).

  8. « Avec la saison du compostage qui commence »
    Pour nous qui n’avons pas de très grands et longs froids, la saison du compostage c’est toute l’année !

    Les coquilles d’huitres et de moules, ma mère avait la mauvaise habitude de les mettre dans la cage aux poules. Quand je récupérais les fientes pour les épandre dans le jardin (un excellent amendement !), il me fallait trier, cela me permettait de rouspéter abondement pendant ce qui était devenu une corvée.

    J’ai pensé à vous amis, en partant faire un tour dans les bois, je sui passé tout à l’heure dans la rue de Québec.

  9. Nicole Gray

    Merci beaucoup et Joyeuses Pâques!

  10. Il y a cependant des produits animaux qu’on peut mettre au compost : des phanères (poils, cheveux, plumes, ongles…) Ça se dégrade très bien et apporte beaucoup d’azote.

    Cependant, quand je tonds ma toison au printemps, je répartis bien le cheveux dans le fût à compost : les mettre en tas les fait fermenter et ça dégage une forte puanteur soufrée.

  11. Une question au sujet du Sumac, j’y touché e Dordogne il y a trois ans et j’ai eu une réaction allergique tré forte, moi qui suis déjà allergique aux pollens graminées et autres
    Cette fois là fut très importante.
    Merci.

    • Évidemment, une réaction allergique à une plante n’a aucun rapport avec sa toxicité. Ainsi, le sumac (Rhus coriaria) n’est pas considéré toxique… mais vous devez l’éviter!

  12. Gabrielle

    Merci pour vos bons conseils! Je prévois tailler mes hydrangées fraise-vanille. Je les ai transplantés voilà une dizaine d’années. Ils sont trop hauts (+ou- 2 mètres) et l’année dernière, ils nous cachaient la vue. Certaines branches sont assez grosses ( 4-5 cm). À quelle hauteur dois-je les tailler? Prenez bien soin de vous car vous nous êtes très précieux . ?

  13. Les huitres et les moules, c’est plus long à composter mais les rayons UV les dégradent. J’aime penser que les minéraux qui les composent sont un excellent apport au potager. Alors comme votre maman je les passe par le poulailler, dont la litière sera compostée et puis, les coquilles, je les laisse par dessus le sol de culture. Une saison et hop, ça se désagrège facile.

  14. Merci, je vais suivre les suggestions et éviter la sylvinite 😉

  15. Annik K.

    Bonsoir
    est-ce que les feuilles de rouleau absorbant (style sopalin)se compostent ?

  16. Bonjour,
    Je me demande si on peut mettre dans le compost n’importe quel type de champignon ? J’ai des champignons qui se développent sur une souche d’arbre (ils forment des plateaux jaunes/blanchâtres)…
    En lectrice régulière de ce site, j’ai voulu poser ma question sur le forum mais il est en maintenance… Alors je tente ma chance ici !
    Merci !

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :