Insectes bénéfiques Insectes nuisibles

Réfléchissez-y à deux fois avant de détruire les bestioles présentes dans le jardin!

Par Emila Smith

Vous devriez peut-être réfléchir à deux fois avant de détruire automatiquement tout ce qui grouille dans le jardin: insectes, araignées et autres bestioles. Toutes ces «bibittes», comme nous les appelons au Québec, ne sont pas nécessairement si nuisibles à votre potager ou votre parterre. 

Ravageurs nuisibles vs insectes bénéfiques

Bien que de nombreux types d’insectes et d’autres arthropodes soient considérés comme des ravageurs en raison des dommages qu’ils peuvent causer aux plantes, il existe de nombreux insectes qui sont en fait très bénéfiques pour le jardin, surtout le potager.

Identification

Dans le cas des insectes de jardin, séparer les bons des mauvais peut être difficile. C’est donc une bonne idée de vous familiariser avec les parasites du jardin en général, puis d’essayer d’identifier ceux qui résident dans votre jardin. Pour les très petits insectes, vous pouvez utiliser une loupe 10X pour faciliter l’identification.

Vérifier vos jardins deux fois par semaine vous aidera à intervenir en temps opportun pour protéger vos plantes. Prenez le temps d’inspecter sous le feuillage, à l’intérieur des fruits, le long des tiges et à la base des plantes. Notez si les dommages augmentent de semaine en semaine.

Identifier les dommages au jardin

Il existe deux types de dégâts très courants sur les plantes: les dégâts de succion et les dégâts de mastication.

Chenilles de papillon du chou sur une feuille de chou mâchée.
La chenille du papillon du chou est un exemple d’insecte qui cause des dommages par la mastication. Photo: SOE10, depositphotos

Les dommages causés par la mastication seront évidents, car les insectes broyeurs arrachent des morceaux de feuille ou de tige pour les ronger, laissant souvent de très grands trous dedans. Ils défèqueront également en laissant des excréments verts, bruns ou noirs sur les plantes. Des trous dans les fruits et un feuillage déformé sont également des indicateurs d’infestation. Les parasites typiques qui aiment mâcher comprennent les sauterelles, les chenilles et les coléoptères.

Pucerons jaunes.
Les pucerons sont un exemple d’insectes suceurs qui produisent du miellat collant. Photo: Rego Korosi, Wikimedia Commons

Les dégâts de succion sont perpétrés par des ravageurs dont les pièces buccales perforent le feuillage et la tige et aspirent la sève de la plante. Lorsqu’ils défèquent sur la plante, vous trouvez du miellat collant sur le feuillage. Les feuilles jaunissent et finissent par brunir, devenant nécrotiques. Les insectes suceurs comprennent les aleurodes, les pucerons et les punaises.

Identifier les insectes du jardin

Prenez le temps de consulter des photographies en couleur de ravageurs typiques du jardin pour vous aider à les identifier.

Les principaux phytoravageurs nuisibles et leurs repas principaux

Les insectes qui vont se nourrir sur la partie de votre plante que vous avez à récolter sont ceux qui font le plus de dégâts. Cependant, certains insectes et acariens se nourrissent simplement de feuillage et de tiges qui ne figurent pas dans votre récolte. Ce type d’insecte peut être bénéfique en petit nombre, car il attirera les prédateurs qui se nourrissent d’insectes qui endommagent vos jardins. Néanmoins, si leur nombre n’est pas contrôlé, certains, comme les pucerons et les tétranyques, peuvent également causer d’autres dommages aux plantes tels que l’enroulement des feuilles.

Infestation et lutte antiparasitaire

Le meilleur type de contrôle est la prévention. Choisir des plantes qui sont bien adaptées aux conditions et au climat locaux peut rendre les plantes plus résistantes. Les petites infestations doivent être éliminées immédiatement après leur découverte. La surveillance de votre jardin est donc un outil fondamental de prévention. Un pH du sol approprié et une humidité adaptée aux besoins de la plante aideront certaines plantes de jardin à surmonter plusieurs dommages causés par les insectes.

Intervention écologique

•       Identification, élimination et élimination des plantes infestées de ravageurs

Éliminez toutes les plantes infestées ainsi que les matériaux où les parasites se cachent. Cultivez le sol pour exposer tous les insectes qui y vivent afin de les éliminer.

•       Mauvaises herbes

Les mauvaises herbes hébergent souvent des insectes, alors gardez les marges de jardin bien ordonnées et éliminez les mauvaises herbes de votre jardin.

•       Cycles vitaux des prédateurs

Certains parasites comme les punaises de la courge augmentent en nombre au fur et à mesure que la saison avance. Si vous plantez tôt, vous pourrez peut-être éviter des dommages importants.

•       Instruments naturels de lutte antiparasitaire

Tétranyques.
Vous pouvez souvent contrôler les araignées rouges (tétranyques) avec un fort jet d’eau. Photo: David Cappaert, Michigan State University, Wikimedia Commons

Les pièges qui collectent les parasites doivent être placés dans ou près du jardin et vérifiés souvent. Détruisez par la suite les parasites ainsi attrapés. Des barrières telles que des couvertures flottantes peuvent être utilisées pour bloquer l’accès des plantes aux ravageurs. Pourtant, ces couvertures permettent au soleil, à la pluie et à l’air de parvenir aux plantes. Seulement les ravageurs en sont exclus. Les petites bestioles comme les araignées rouges (tétranyques) peuvent être éliminées en pulvérisant un jet d’eau assez fort sur le feuillage. Les plus gros parasites peuvent être récoltés manuellement.

•       Lutte biologique: insectes bénéfiques

Chrysope
Les chrysopes sont des insectes bénéfiques qui se nourrissent de parasites comme les pucerons, les aleurodes et les tétranyques.

Les insectes prédateurs attaquent les ravageurs des légumes et des fleurs et peuvent ainsi protéger votre jardin. Ces insectes bénéfiques comprennent les chrysopes, les araignées et les coccinelles. Ils éliminent rarement tous les prédateurs, mais peuvent réduire assez leur nombre pour que la plante n’en souffre pas sérieusement.

•       Bonne chenille et mauvaise chenille

Les mauvaises chenilles qui font des ravages dans votre jardin se transformeront, pour la plupart, en papillons de nuit assez ternes. Les «bonnes chenilles» sont celles qui finiront par devenir des papillons qui sont non seulement beaux, mais qui pollinisent vos fleurs aussi. Si vous trouvez une chenille, prenez une photo pour identifier de quel type de chenille il s’agit. Si c’est une «bonne chenille», peut-être que la laisser ronger une feuille ou deux ne sera pas si difficile à accepter.

•       Araignées à la rescousse

Araignée
Essentiellement toutes les araignées sont prédatrices et sont alors amies du jardin! Photo: Sean Paul Kinnear, Unsplash

Il existe littéralement des milliers d’espèces d’araignées qui vivent dans les jardins et toutes sont bénéfiques. Elles se nourrissent de coléoptères, de papillons de nuit, de guêpes et de la plupart des insectes volants. Et jamais elles ne mangent vos plantes. Bien que vous ne vouliez peut-être pas en avoir dans votre cabanon ou dans l’aire de jeux extérieure de vos enfants, réfléchissez-y à deux fois avant d’essayer de vous en débarrasser quand elles sont dans le jardin.

•       Pesticides

Parmi les pesticides biologiques courants provenant de sources naturelles, il y a les savons insecticides, les huiles minérales ou végétales, telles que l’huile de neem, et le soufre en poudre. Bien qu’ils soient nocifs pour les ravageurs, ils ne sont généralement pas toxiques pour les autres animaux ni pour les humains. Évitez toutefois de mélanger ces pesticides sans vérifier la probité de l’action auparavant: certains sont incompatibles. Par exemple, il faut généralement éviter de laisser les huiles entrer en contact avec les fongicides. 

Les pesticides synthétiques sont soit des pesticides fabriqués à partir de produits chimiques ou encore transformés à partir de sources naturelles.

Conseils pour l’utilisation des pesticides

Tout pesticide que vous utilisez doit être approuvé pour utilisation en culture biologique. Sélectionnez un pesticide homologué et suivez les recommandations des fabricants. Envisagez d’alterner les pesticides pour éviter que les ravageurs ne développent une résistance. Portez des gants en néoprène pour éviter toute irritation due à l’exposition.

Ravageurs courants et conseils pour les gérer

  • Chenilles: Un collier de carton ou de plastique placés à la base des plantes peut protéger des vers gris. Pour les chenilles mangeuses de feuilles, utilisez un insecticide comme le BTK.
  • Cicadelles: L’huile de neem ou les insecticides généraux sont efficaces. Comme ces insectes migrent, des traitements répétés peuvent donc être nécessaires.
Deux altises noires métalliques.
Une simple couverture flottante peut tenir les coléoptères comme les altises loin de vos cultures. Photo: Bob Peterson, Wikimedia Commons
  • Coléoptères: La couverture flottante les éloigne de vos plantes. Aussi, les insecticides généraux les traitent efficacement.
  • Insectes du sol: La prévention est la meilleure solution. Puisque beaucoup sont présents dans les pelouses, avant de préparer un nouveau potager, mieux vaut enlever le gazon 2 ans auparavant, évitant toute culture dans le secteur pendant une saison complète. Labourer le sol aide aussi à les éliminer. Un insecticide granulaire tout usage peut être mélangé dans le sol avant la plantation.
  • Pucerons: Pour les infestations importantes, pulvérisez du savon insecticide ou une huile horticole. Une couverture flottante peut être placée sur les plantes fraîchement semées ou repiquées dans les jardins pour prévenir leur arrivée.
  • Punaises: La couverture flottante, les pièges et l’huile de neem sont de bonnes options biologiques.
  • Tétranyques (araignées rouges): Les savons ou huiles insecticides sont efficaces, tout comme un bon jet d’eau courante.
  • Thrips: Des insecticides à large spectre ou des traitements répétés à l’huile de neem peuvent être utilisés.

Conclusion: profitez des aides de mère Nature

Mère Nature fournit une variété d’aides pour lutter contre l’invasion des ravageurs dans votre jardin. Un sol sain, des variétés de plantes résistantes, la bonne quantité de lumière, des insectes bénéfiques et l’alternance des types de plantes que vous cultivez peuvent tous contribuer à contrôler les infestations de ravageurs sans nécessiter l’utilisation de pesticides chimiques.

Si vous avez besoin d’une aide biologique supplémentaire, pensez à appliquer une couverture flottante, du savon insecticide et des huiles horticoles. En dernier recours, des pesticides à large spectre ou spécifiques peuvent être utilisés pour protéger votre jardin.

À propos de l’auteur

Emila est une blogueuse indépendante passionnée par le jardinage, notamment les plantes d’intérieur, le potager, les fruitiers et l’aménagement paysager. Elle a grandi entourée de la nature et souhaite utiliser ses connaissances pour aider les autres à créer des environnements extérieurs personnels qui sont beaux et sains.

Article traduit et adapté de l’anglais par Larry Hodgson.

12 comments on “Réfléchissez-y à deux fois avant de détruire les bestioles présentes dans le jardin!

  1. Les altises sont facilement tenus à distance en arrosant copieusement les plantes où elles risquent de causer des ravages, les brassicacées généralement(anciennes crucifères) en particulier les semis de radis et de navets.
    J’ai commencé tout jeune ma carrière de jardinier amateur comme chasseur de doryphores.

  2. Claude Vanasse

    pourriez-vous parler des limaces? J’ai été infestée l’an dernier dans mes navets et mes choux. merci

  3. Monique Fortin

    Bonjour, la larve de la mouche de la carotte cause des dommages dans mon potager. Je compte utiliser une couverture flottante cette année. Est-ce que des larves passent l’hiver dans le sol et risquent de causer des dommages sous la couverture? La couverture doit être posée à quel moment et pour combien de temps?
    Ma question vaut aussi pour la doryphore de la pomme de terre.
    Merci beaucoup !

  4. Karine

    Bonjour,

    J’ai des fenouils sauvages au jardin pour que les papillons Machaon viennent y pondre leurs oeufs.
    Ensuite viennent les chrysalides et les merveilles ailées.
    Certaines sont en diapause et j’attends le miracle de la nature avec impatience 🙂

    Idem pour les Flambés sur les mirabelliiers.

    ça change des noctuelles !

    Cordialement.

  5. Anonyme

    Que faire avec les scarabée japonai,i envahissants mes vigne, prunier, et plusieurs variétés de fleurs comme mais rosier par exemple. Les ramasser à la main chaque matin s’avère un emplois à temps plein. Et les pige aux hormones en attire davantage. L’année dernière je n’ai pas vue aucune roses de mais rosier sauf les rouges foncé, en trois semaines mais arbres fruitier ont perdu 1/3 de leurs feuillages. Mais quand je vais au jardin botanique les rosier ne semble pas affecter et les vignobles de ma région ont de magnifiques vigne comment font ils .

    • Sylvie Bourbonnais

      J’ai également le même problème de scarabés japonais sur mon tilleuil, mais surtout sur les rosiers. Ils se logent à l’intérieur des roses. Même en en les noyant dans de l’eau savonneuse, de nouveaux reviennent. C’est une bataille qui gruge énormément de temps.

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :