La phénoménale fructification du figuier: une merveille du monde végétal!

Par défaut
20180422A blogs.ubc.ca.jpg

Voici un figuier commun (Ficus carica) en fruits… mais où sont les fleurs? Source: blogs.ubc.ca

Le genre Ficus (figuier) comprend plus de 850 espèces dans la famille des Moracées et est trouvé sur tous les continents sauf l’Antarctique. Les figuiers sont généralement tropicaux, mais certaines rares espèces peuvent tolérer les climats tempérés modérés, notamment le figuier commun (Ficus carica), ce fruitier méditerranéen bien connu.

Extrêmement varié, le genre comprend de grands arbres de jusqu’à 40 m de hauteur, des arbustes, des plantes épiphytes, des grimpantes et les réputés «figuiers étrangleurs», soit des hémiépiphytes qui germent sur une branche de l’arbre-hôte pour finir par l’étrangler et prendre sa place. Et leurs fruits abondants sont à la base de l’alimentation de beaucoup d’animaux de la forêt tropicale. D’ailleurs, certains oiseaux et chauves-souris se nourrissent presque exclusivement de figues… et déposent les graines de figuier dans leurs excréments, assurant ainsi la prochaine génération de l’espèce.

Des fruits pas comme les autres

20180422B Dinesh Valke, WC.jpg

Les petits fruits du figuier pleureur (Ficus benjamina). Source: Dinesh Valke, Wikimedia Commons

Les fruits de tous les figuiers s’appellent figues, que ce soit les fruits relativement gros du figuier commun (F. carica), que nous trouvons frais ou séchés au marché, ou les petits fruits des figuiers pleureurs (F. benjamina) de nos salons. Et ils sont tous réellement très originaux!

Le figuier, en effet, ne semble jamais fleurir. On ne voit qu’un petit fruit qui se forme, grossit et change de couleur pour indiquer sa maturité. Aucune fleur n’est visible. Des fruits sans fleurs? Comment cela est-il possible?

20180422J FR www.tropicalfloridagardens.com.jpg

Les fleurs se trouvent à l’intérieur de la jeune figue. Source: http://www.tropicalfloridagardens.com

En fait, oui, le figuier fleurit, mais les fleurs se trouvent à l’intérieur du petit «fruit» en formation. (Techniquement, ce n’est pas un fruit simple, mais un faux-fruit ou infrutescence appelé sycone… mais, par commodité, j’utiliserai le mot fruit dans ce texte.)

20180422C Ficus benghalensis Joe Mabel, fr.wikipedia.org.jpg

Fruit du banyan (Ficus benghalensis). Notez les ostioles (trous pour permettre l’entrée de la guêpe femelle). Source:  Joe Mabel, fr.wikipedia.org

Vous remarquerez qu’il y a un minuscule trou à l’extrémité de chaque fruit. C’est par ce trou (appelé ostiole) que le pollinisateur accède au fruit. Quand le fruit est prêt à être fécondé, l’ostiole ouvre marginalement et le fruit émet un parfum attisant contenant des phéromones spécifiques pour attirer une guêpe femelle de la bonne espèce.

C’est un exemple de mutualisme extrême, car la plupart des figuiers ont leur propre espèce de guêpe, la seule qui peut les polliniser, et la guêpe vit exclusivement du fruit de ce figuier. C’est un grand risque évolutionnaire à prendre, car si le figuier devait disparaître, la guêpe le suivrait rapidement dans l’extinction et, si la guêpe devait s’éteindre, le figuier n’aurait plus de pollinisateur!

20180422D JMK, WC.jpg

Guêpe pollinisatrice de figues. Source: JMK, Wikimedia Commons

La minuscule guêpe pénètre par l’ostiole (trou)*, apportant le pollen d’un autre figuier de la même espèce. En se frayant un chemin, la femelle endommage ses antennes et arrache ses ailes. L’ostiole commence alors à fermer, question d’empêcher des prédateurs de prendre le même chemin, malgré que parfois plus d’une femelle réussisse à le traverser avant qu’il ne se bouche complètement. La femelle visite les fleurs minuscules — il peut y en avoir des dizaines, voire des centaines! — à l’intérieur du fruit, pondant ses œufs… et pollinisant les fleurs en même temps. Puis, elle meurt, son rôle accompli.

*Chez certaines espèces, la guêpe femelle ne pénètre pas le fruit, mais y insère ses œufs de l’extérieur au moyen d’un ovipositeur, toujours en passant par l’ostiole.

Les larves éclosent et consomment une partie des petites graines en formation… mais le figuier a prévu le coup. Il est prêt à sacrifier certaines graines pour permettre le développement des autres.

20180422E Kyle-the-hacker, WC.jpg

Figue coupée en deux: on voit bien les graines, chacune entourée d’un petit fruit individuel. Notez aussi l’ostiole, toujours visible à l’extrémité inférieure du fruit. Source: Kyle-the-hacker, Wikimedia Commons

Chez la plupart des espèces, les guêpes mâles, sans ailes, fécondent les guêpes femelles à l’intérieur du fruit, puis meurent, n’ayant jamais vu la lumière du jour. La femelle, désormais enceinte, quitte le fruit, devant passer par les fleurs mâles en sortant et ramassant ainsi du pollen, puis vole jusqu’à une jeune figue. Elle la pénètre… et alors le cycle recommence.

Chez certaines espèces, le mâle quitte le fruit avant de féconder la femelle, en creusant un tunnel que la femelle utilisera par la suite pour sortir. Il féconde la femelle à l’extérieur du fruit, puis meurt, et la femelle part à la recherche d’une figue à polliniser.

Manger des insectes? Jamais!

Pour ceux qui sont dédaigneux, sachez que, quand vous mangez une figue, vous ne consommez pas les corps morts des guêpes qui y sont décédées. En mûrissant, la figue produit une enzyme qui digère les cadavres et utilise leurs minéraux pour le développement du fruit.

Fruits sans pollinisation?

20180422F Brown Turkey 3fatpigs.co.uk.JPG

Le figuier ‘Brown Turkey’ est un cultivar parthénocarpique. De telles variétés sont populaires dans les climats frais où la guêpe pollinisatrice de la figue commune ne survit pas. Source:3fatpigs.co.uk

Chez le figuier comestible, le cycle est similaire… dans le cas des variétés fertiles, du moins. Mais beaucoup de cultivars sont parthénocarpiques, c’est-à-dire qu’ils sont capables de produire des fruits sans pollinisation. En contrepartie, leurs fruits ne contiennent pas alors de graines fertiles.

Des plantes parthénocarpiques apparaissent à l’occasion dans la nature, généralement par mutation. Comme ces plantes ne produisent pas de graines, ou encore, seulement des graines infertiles, elles n’arrivent généralement pas à se reproduire à l’état sauvage et sont alors vite éliminées par sélection naturelle.

Chez les plantes cultivées, par contre, la parthénocarpie est souvent considérée comme désirable et est maintenue précieusement par les humains au moyen de multiplication asexuée (bouturage, greffage, etc.). Pas de pépins à cracher chez la banane et l’orange Navel. Pas besoin d’avoir un arbre mâle à la portée pour polliniser les fleurs de l’arbre femelle chez le kaki. Et pas besoin d’avoir la bonne guêpe au bon endroit au bon moment dans le cas du figuier.

20180422G  www.naturamediterraneo.com.jpg

Figue immature avec guêpes pollinisatrices (Blastophaga psenes). Source: www.naturamediterraneo.com

En effet, la guêpe qui pollinise le figuier commun (F. carica), Blastophaga psenes, n’est pas trouvée partout où les figuiers sont cultivés aujourd’hui. Le figuier et sa guêpe sont originaires du pourtour de la Méditerranée, mais s’il a été relativement facile d’acclimater le figuier ailleurs, la guêpe s’est montrée moins commode. Dans les régions plutôt froides, notamment, on arrive souvent à cultiver des figuiers (quitte à devoir les enterrer dans des tranchées l’hiver dans certains cas), mais la guêpe n’y survit pas. Mais peu importe, puisqu’il existe des variétés parthénocarpiques qui n’ont pas besoin de pollinisation!

Et ce n’est pas d’hier que l’humain cultive des figuiers parthénocarpiques. Dans le Moyen-Orient, la plante cultivée la plus ancienne connue des archéologues est un figuier parthénocarpique datant d’au moins 11 200 ans! C’est bien avant la domestication de la deuxième plante cultivée la plus ancienne dans le secteur : le blé!


Les figues : des fleurs insignifiantes, mais des fruits pleins de surprises!20180422A blogs.ubc.ca

Publicités

10 réflexions sur “La phénoménale fructification du figuier: une merveille du monde végétal!

    • Marcel Pedneault

      Oui, j’en cultive moi même une dizaine de variétés ici dans le Pontiac, région de l’Outaouais. La plupart provienne de chez Richter en Ontario, commande postale pas internet. J’en ai aussi une couple que j’ai achetées en jardinerie saisonniere, genre Loblaw, Provigo, Canadian-tire. La plupart sunt rustiques de zone 6-7 ou 8 mais je les cultives en pot et les rentre en dormance complete pour l’hiver et les resors a l’exterieur dès qu’ils sortent eux même de leur dormance à la mi-avril. Tu peux aussi tard à l’automne, les coucher dans une tranchée dans le jardin et les recouvrir de terre ou de paille pour l’hiver,
      C’est beaucoup de travail! Mais pour le trip de manger des fiques que tu as toi-même, ca vaut le coup.
      (1production en juillet et une 2è fin septembre)

      • Merci pour l’info. J’ai déjà cultivé des figues à Québec en zone 4a (en tranchée et en pot), mais c’était beaucoup d’efforts. Sans doute que j’écrirai un blogue sur mes expériences un jour!

  1. Bonjour et merci pour cet article passionnant. Je possède un figuier dans mon jardin (Sud ouest de la France) et je me suis justement plusieurs fois interrogé sur la formation des fruits. Par contre, j’ai cru remarquer que les fruits apparaissaient en 2 temps : un ou deux premiers fruits en bout de chaque branche dès le printemps (en ce moment pour mon arbre) puis beaucoup plus de fruits quelques mois plus tard. Savez vous quelle en est la raison ?

    • Oui, vous avez bien raison. D’ailleurs, je suis resté dans les généralités dans ce texte, car le figuier commun fait des choses encore plus complexes que ce que j’ai décrit. Certains figuiers sont dits «bifères»: ils produisent une première récolte du début de l’été sur les rameaux de l’année précédente, puis la récolte principale à l’automne sur les nouvelles pousses de l’année. Les variétés dites unifères ne produisent qu’une seule récolte à la fin de la saison.

  2. Suzanne Dumas

    Bonjour, question classique, avez-vous un truc pour empêcher les écureuils de manger les figues? Et en plus, ils les choisissent mûres!!!!!

  3. Catherine Lejeune

    Mettre son figuier en dormance, on fait comment? J’ai gardé le mien cet hiver près d’une grande fenêtre, il a semblé bien aimer mais je ne voudrais pas l’achever! Merci à l’avance.

    • La dormance n’est pas obligatoire, mais si on veut le provoquer, on coupe les arrosages au milieu de l’automne. Alors la plante perd ses feuilles et on peut alors faire hiverner le figuier dans un endroit frais et même à la noirceur. il faut quand même arroser un peu pendant l’hiver.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s