À chaque mois sa plante Plantes d'intérieur

À chaque mois sa plante, juillet 2021: le ficus ginseng

Deux ficus ginseng sur une table

Par Larry Hodgson

Le ficus ginseng ou figuier ginseng est une plante d’intérieur des plus inhabituelles. Avec son «tronc» multiple gonflé et ses nombreuses petites feuilles, il ressemble beaucoup à un bonsaï, mais c’est un «bonsaï» qui nécessite très peu de soins particuliers.

Origine

Comparaison des feuilles de Ficus microcarpa à celles de Ficus benjamina.
La meilleure façon de distinguer Ficus microcarpa du plus populaire Ficus benjamina est de regarder l’extrémité de la feuille. Si elle est légèrement pointue ou même arrondie (à gauche), c’est un F. microcarpa; si la pointe est longue et mince (à droite), c’est un F. benjamina. Photo: borneoficus.info

La plante derrière le ficus ginseng est Ficus microcarpa, appelé parfois laurier d’Inde, banian de Malaisie ou arbre de l’intendance. F. microcarpa est souvent vendu sous le nom F. retusa, une espèce différente qui est rarement cultivée à l’intérieur, ou F. nitida, en fait un autre nom pour le populaire ficus benjamina ou figuier pleureur (F. benjamina), qui lui ressemble beaucoup, mais qui n’a pas de tronc gonflé.

Comme toutes les quelques 850 espèces du genre Ficus, F. microcarpa est un figuier et est ainsi apparenté au figuier comestible (Ficus carica), bien que les deux ne se ressemblent pas. Certainement, les minuscules fruits ronds de F. microcarpa ne sont normalement pas consommés (pas qu’ils soient toxiques, mais il n’y a tout simplement pas grand-chose à manger!). Parmi les traits qu’ils ont en commun, cependant, il y a une sève blanc laiteux (latex), des stipules qui protègent les nouvelles feuilles et qui tombent à leur épanouissement et un système de pollinisation très complexe impliquant une guêpe miniature spécifique, système décrit dans l’article La phénoménale fructification du figuier: une merveille du monde végétal!

Ficus microcarpa poussant en plein air comme arbre d’ombrage.
Ficus microcarpa cultivé comme arbre d’ombrage. Photo: Forest et Kim Starr, Wikimedia Commons.

F. microcarpa forme un grand arbre étalé ressemblant à un gros champignon vert lorsqu’on le cultive sans entrave en plein air. Il peut atteindre jusqu’à 30 m de hauteur en forêt. Il est densément couvert de feuilles persistantes lisses et oblancéolées d’environ 3 à 6 cm de longueur. 

Ficus microcarpa aux racines échasses
En plein air, Ficus microcarpa produit souvent des racines échasses qui finissent par devenir des troncs.
Photo: ラングレー, Wikimedia Commons

Il commence souvent sa vie comme épiphyte, germant sur les troncs et les branches des arbres (ainsi que sur les parois rocheuses et les bâtiments), prenant plus tard racine dans le sol et formant alors un tronc. Il fait partie des célèbres «figuiers étrangleurs» qui peuvent entourer leur arbre hôte et l’étouffer afin de prendre sa place.

Cette espèce, déjà répandue dans la nature (on la trouve dans toute l’Asie du Sud-Est et une partie de l’Océanie jusqu’en Australie, y compris l’Inde, le Sri Lanka, la Nouvelle-Calédonie et le sud de la Chine), a été largement plantée comme arbre d’ombrage et de rue dans les zones tropicales et subtropicales du monde entier. Comme il produit un nombre massif de racines épaisses qui peuvent soulever les trottoirs et les routes, il est sage de choisir l’emplacement avec soin avant de le planter à l’extérieur dans une région au climat tropical. Il est même devenu envahissant dans les pays où sa guêpe pollinisatrice obligatoire, Eupristina verticillata, a également été introduite.

Mais qu’en est-il du ficus ginseng ?

Vous devez vous demander pourquoi j’écris tant à propos d’un grand arbre d’extérieur alors que le ficus ginseng est une petite plante d’intérieur! Eh bien, il s’avère que c’est la même plante, simplement cultivée différemment.

Ficus de ginseng à racines nues montrant la cicatrice de greffage.
Le ficus ginseng est en fait deux plantes en une: un Ficus microcarpa à feuilles plus petites et au port plus arbustif greffé sur un spécimen plus massif avec des racines exposées. Sur cette photo, vous pouvez clairement voir la cicatrice où le porte-greffe a été coupé. Photo: Maplantemonbonheur.fr

Le ficus ginseng est en fait deux plantes en une, l’une greffée sur l’autre… et toutes deux sont des sélections de Ficus microcarpa, normalement produites en Asie, notamment en Chine ou Taïwan

La base du petit ficus ginseng est formée à partir d’un Ficus microcarpa standard issu de graines ou de boutures et cultivé en pleine terre dans des conditions tropicales optimales. Il forme naturellement plusieurs racines épaisses ressemblant à des carottes: c’est son mécanisme de stockage de l’eau en vue de périodes de sécheresse. Au bout de deux ans environ, quand les racines sont assez développées, des équipes de travailleurs arrachent les jeunes arbres et coupent toute la partie aérienne, ne laissant qu’un court chicot. Les racines sont nettoyées et toutes les racines secondaires sont élaguées, ne laissant que les plus épaisses. Même celles-ci sont raccourcies afin de permettre leur placement dans un pot de dimension restreinte.

Pots contenant des racines de ficus ginseng dont la partie aérienne a été supprimée.
Racines mises en pot, prêtes pour le greffage. Photo: Yuping Horticulture Co., ficusweb.ru

Ce qu’il reste de la plante est maintenant mis en pot, laissant environ la moitié supérieure de la racine exposée. Elle va progressivement «s’endurcir» et son épiderme mou et jaune d’origine s’épaissira, brunira et prendra une apparence d’écorce: le tronc du futur ficus ginseng. Sous terre, de nouvelles racines absorbantes se formeront pour remplacer celles qui ont été supprimées.

Vaste nombre de jeunes ficus ginseng dans une pépinière chinoise.
Le ficus ginseng est produit à grande échelle en Asie. Photo: alibaba.com

Des tiges d’une variété à croissance plus dense et à feuilles plus petites avec des entrenœuds courts, comme ‘Green Island’, sont ensuite greffées sur le chicot fraîchement recoupé afin que la nouvelle plante prenne une apparence dense et arborescente. On laisse ensuite la plante pousser pendant quelques mois à plus d’un an, jusqu’à ce qu’elle atteigne un aspect assez feuillu et attrayant pour la vente.

Ensuite, les plantes sont dépouillées de leur terre une deuxième fois et envoyées à racines nues en Europe où elles sont empotées, puis expédiées pour ensuite être vendues aux amateurs de plantes d’intérieur européens et nord-américains.

Que de transitions pour une si petite plante !

Ginseng de nom, mais pas de parenté

Le ficus ginseng n’a aucun rapport de parenté avec le véritable ginseng (Panax ginseng). Les deux plantes appartiennent d’ailleurs à deux familles différentes (les Moracées pour le ficus et les Araliacées pour le ginseng). Ce qui a mérité le nom de ginseng à ce ficus sont ses racines gonflées qui ressemblent beaucoup à celles d’une plante de ginseng.

Le mot ginseng lui-même vient d’un terme chinois signifiant «personne racine». Les Chinois pensaient que les racines fourchues de Panax ginseng ressemblaient aux jambes d’une personne et l’ont appelé rénshēn, rén signifiant «personne» et shēn signifiant «racine». Au fil du temps, la prononciation de rénshēn est devenue ginseng ou ginnsuu.


Un pseudobonsaï

Bien que pour la plupart des amateurs de plantes d’intérieur, le ficus ginseng corresponde tout à fait à leur idée d’un bonsaï, les bonsaïstes ne seront pas d’accord. Jamais ils n’auraient rabattu le haut d’une plante, laissant une énorme cicatrice encore visible des années plus tard. Et souvent ils ne trouvent pas très harmonieuses les épaisses racines-troncs qui poussent n’importe comment. N’empêche qu’un bon bonsaïste pourrait trouver un spécimen avec des racines un peu moins disproportionnées et, par une sélection et une taille minutieuses, venir à cacher le tissu cicatriciel et à former les branches bien placées afin de pouvoir en faire un bonsaï en bonne et due forme.

Ficus microcarpa en bonsaï.
Ce Ficus microcarpa est devenu un véritable bonsaï après de nombreuses années de soins particuliers. Photo: Ragesoss, Wikimedia Commons

La plupart des maîtres du bonsaï, cependant, recommandent plutôt l’utilisation d’une bouture de Ficus microcarpa afin de former un véritable tronc et ensuite d’entraîner la jeune plante dès sa jeunesse pour une vie future de bonsaï.

Culture du ficus ginseng

Le ficus ginseng est une plante d’intérieur assez facile à cultiver. La plupart du temps, les mêmes soins que vous donnez à vos autres plantes lui conviendront parfaitement. En voici les détails.

Éclairage: Visez un éclairage intense, même le plein soleil, si possible, bien qu’il tolère très bien un éclairage moyen, de préférence avec au moins quelques heures de soleil par jour. Il s’adaptera éventuellement à une faible luminosité, mais son apparence restera alors un peu clairsemée. Il poussera magnifiquement sous une lampe de culture DEL ou fluorescente.

Faites une rotation régulière du pot pour que tous les côtés reçoivent leur juste part de la lumière du soleil.

L’été, si possible, acclimatez votre ficus ginseng aux conditions de plein air et placez-le au soleil.

Arrosage: Arrosez abondamment, mais seulement lorsque le sol est sec au toucher. Si vous gardez le sol constamment détrempé, la pourriture pourrait s’installer. Le ficus ginseng entrepose un peu d’humidité dans ses racines épaisses, mais ne récupérera pas nécessairement bien si vous le laissez sécher trop souvent.

Ginseng ficus dans un pot Ikea sans trou de drainage.
Soyez prévenu qu’Ikea vend le ficus ginseng dans des pots sans trou de drainage, ce qui rend un arrosage adéquat presque impossible. Rempotez toujours ces pauvres plantes dans des contenants plus appropriés dès que possible. Photo: sarahdorweiler, pixabay.com

Il est impossible de prévoir une fréquence d’arrosage précise pour un ficus ginseng. Elle variera forcément en fonction de toutes sortes de facteurs: intensité lumineuse, saison, température, humidité de l’air, taille du pot, etc. Certains ficus ginseng assez gros ont été empotés dans des pots à bonsaï ridiculement petits et peuvent nécessiter un arrosage plusieurs fois par semaine; d’autres passent facilement une semaine voire deux avant que leur terreau s’assèche suffisamment pour nécessiter un arrosage.

Cette plante ne connaît pas de saison de dormance, mais sa croissance peut ralentir en hiver, ce qui réduira sans doute ses besoins en arrosage.

Ficus ginseng avec racines aériennes.
Les plantes cultivées sous une forte humidité produiront des racines aériennes. Photo : Earth100, Wikimedia Commons

Humidité: Le ficus ginseng vient d’un climat à l’atmosphère très humide, mais s’adapte étonnamment bien à une humidité de l’air faible (30%). Sous une humidité élevée, supérieure à 75% la plupart du temps, il produira des racines aériennes qui peuvent s’épaissir et ajouter à son attrait. (Les producteurs de bonsaïs les placent souvent dans des terrariums pendant de longues périodes ou encore, utilisent un système de brumisation automatique pour stimuler ce type de croissance qu’ils considèrent comme désirable.)

Engrais: Tout engrais tout usage appliqué à faible dose (peut-être un quart de la dose recommandée) suffira. Appliquez-le pendant la saison de croissance principale, du début du printemps à l’automne.

Température: Les arbres établis à l’extérieur ont la réputation de tolérer une certaine fraîcheur avec peu de dommages, même jusqu’à 0 °C, mais les plantes en pot ne sont pas aussi résistantes. Essayez de maintenir les températures au-dessus de 13°C en tout temps.

Taille à la main d’un ficus ginseng avec des ciseaux.
Taille d’un ficus ginseng. Photo: plantopedia.de

Nettoyage: N’oubliez pas que cette plante qui a l’air si mignonne lorsque vous l’achetez jeune dans un petit pot est en fait un arbre forestier et que cet arbre continuera à pousser toute sa vie. Donc, si on le laisse faire, avec le temps l’effet «arbre» dominera et l’effet «bonsaï» ne sera plus très perceptible. Idéalement, alors, vous devriez le maintenir à une taille relativement modeste, et ce, en pinçant ou en élaguant les branches qui s’allongent trop. 

Une technique que vous pouvez essayer consiste à rabattre les tiges de moitié ou même plus chaque printemps. (N’ayez pas peur : la plante repoussera rapidement !) Ou encore, taillez régulièrement, au besoin, raccourcissant toute tige qui semble trop s’allonger.

Assez souvent, un ficus ginseng produira quelques tiges à partir du chicot du porte-greffe, soit en bas de la cicatrice provoquée par le greffage. Ces tiges auront un entrenœud plus long et des feuilles plus grosses et plus pâles que le greffon et en viendront, si vous les laissez faire, à dominer la plante. Idéalement, vous devriez donc couper toute tige provenant du porte-greffe dès qu’elle apparaît.

Taillez aussi les racines qui sortent des trous de drainage. 

Quant aux racines aériennes (le cas échéant), que vous les enleviez ou les laissiez est une décision que seulement vous pouvez prendre.

Fruit de Ficus microcarpa.
Fruit de ficus ginseng. Photo: Forest et Kim Starr, Wikimedia Commons

Le ficus ginseng produit assez rarement des fruits, du moins quand on le cultive à l’intérieur, mais lorsqu’ils apparaissent, ils peuvent être laissés sur la plante comme un attrait supplémentaire. Ils tombent généralement d’eux-mêmes à la fin de leur vie utile.

Rempotage: Il est préférable de prendre l’habitude de rempoter un ficus ginseng tous les 2 ou 3 ans (plus souvent si votre eau est très alcaline), enlevant en se faisant la majeure partie de l’ancien terreau et supprimant les racines encerclantes.

Vous pouvez rempoter votre ficus dans un pot de la même taille si vous souhaitez limiter sa croissance. Si vous le placez dans un pot plus grand, ses dimensions auront tendance à augmenter.

Rempotez pendant la saison de croissance (idéalement au printemps). Vous pouvez utiliser le terreau de votre choix : à empotage, à bonsaï, à cactus ou même à orchidées. Tout mélange qui se draine bien conviendra. Après le rempotage, arrosez soigneusement pendant les deux premières semaines jusqu’à ce que les racines commencent à repousser. Aussi, protégez la plante du plein soleil pendant cette période si possible.

Multiplication: Cette plante est facile à cultiver à partir de boutures de tige, de préférence effectuées pendant la saison de croissance. Vous pouvez placer les boutures dans l’eau, mais vous obtiendrez de meilleurs résultats en les plaçant dans du terreau. Les boutures s’enracinent mieux à l’étouffée (sous un dôme transparent ou à l’intérieur d’un sac de plastique transparent). Rappelez-vous cependant que les boutures ne vous donneront pas l’effet «tige gonflée» de la plante d’origine, mais auront plutôt des tiges d’épaisseur normale donnant une plante d’aspect arborescent.

Vous pouvez aussi multiplier le ficus ginseng par marcottage aérien.

Les baies récoltées à partir de plantes à l’intérieur ne contiendront aucune graine fertile, mais les graines récoltées sur des arbres en plein air pollinisés par des guêpes ou achetés auprès d’un semencier fiable sont faciles à semer et germent rapidement.

Insectes et maladies: Ce ficus n’est pas considéré comme particulièrement sujet aux insectes et aux maladies, du moins lorsque vous le cultivez à l’intérieur (il a plus d’ennemis en plein air dans les tropiques), mais les cochenilles, les thrips et les tétranyques restent des problèmes potentiels. Isolez les nouvelles plantes pour aider à prévenir leur propagation et isolez et traitez toutes les plantes infectées que vous voyez.

Toxicité: La sève du Ficus microcarpa peut provoquer des irritations cutanées si elle reste trop longtemps sur la peau et certaines personnes y développent une allergie à force de contacts trop fréquents. Mieux vaut alors porter des gants et des lunettes protectrices lorsque vous faites de la taille. Les feuilles peuvent être toxiques pour les chiens et surtout pour les chats s’ils en consomment trop. Ainsi, il est préférable de garder cette plante hors de portée des enfants et des animaux domestiques.

Cela dit, les oiseaux adorent les fruits et, en effet, ils sont, avec les chauves-souris frugivores et les singes, les principaux agents de dispersion des graines de Ficus microcarpa dans la nature.


Le ficus ginseng: une plante d’intérieur un peu bizarre, mais bon ! Nous, les jardiniers, aimons les bizarreries, n’est-ce pas !

Journaliste et blogueur horticole, auteur de plus de 60 livres de jardinage, conférencier très en demande et jardinier passionné, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, vit et jardine à Québec. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2 000 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

7 comments on “À chaque mois sa plante, juillet 2021: le ficus ginseng

  1. Juliette au balcon

    Que d’étapes à réaliser pour fabriquer ce petit faux bonsaï! Je n’avais aucune idée de ce long processus un peu compliqué. Pour ma part, j’aimerais un jour pouvoir admirer un Ficus microcarpa en arbre dans toute sa splendeur de gros champignon vert! Et je laisse les créatures greffées chez le marchand de plantes!
    Merci. C’est quand même très intéressant de savoir comment cette bizarrerie est fabriquée.

  2. Marie Claude Allard

    Bonjour, est-ce que le ficus ginseng pourrait avoir une place dans un jardin miniature en pot pour l’intérieur? Mon pot a 12 pouces de diamètre. Avec quelles autres plantes, qui ont une pousse lente ,puis-je l’accompagner? Je vais également y faire une terrasse avec de la pierre décorative. Je me suis procurer le livre de Janet Calvo sur les Miniatures Gardens, mais il est difficile de pouvoir identifier les plantes convenants à ce hobby qui est le jardin miniature. Même le jardin botanique n’a pas pu m’aider. Donc je demande votre aide précieuse pour me guider.

    Au plaisir,

    Marie-Claude

    • Oui. Il faudrait juste le tailler pour l’empêcher de dominer l’ensemble. Et il est vrai que les plantes miniatures sont presque impossibles à trouver.

      • Marie Claude Allard

        Faut-il tailler le système racinaire ou simplement la plante?

  3. Surtout la plante. En présumant que les autres plantes s’établissent et sont bien dans leur pot, elles s’accommoderont longtemps des racines du ficus.

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :