Maladies des plantes Truc du jour

Est-ce que je devrais enlever les plantes malades?

C’est l’automne! C’est le temps de trainer vos enfants dans des vergers bondés. Les forêts sont en feu (et par ça, je veux dire que les arbres ont des couleurs flamboyantes!). On a enfin congé des chaleurs de l’été. Et, comme dirait Bleu Jeans Bleu: « On est-tu ben juste en coton ouaté?! »

Blanc sur des feuilles de courge. Photo: Ejdzej, Wikimedia Ccommons

L’apocalypse dans vos plates-bandes

Mais les jardins commencent à souffrir. Plus il fait froid, plus les plantes meurent. Le potager est de moins en moins productif. Et il y a les maladies! Les tomates ont du mildiou. Le phlox a du blanc! Ça ne va pas bien dans le jardin!

Certains disent que quand une plante est malade, il faut absolument enlever et détruire les parties atteintes. Ça a l’air d’avoir du bon sens! De cette façon, la maladie ne pourra pas se propager aux autres plantes. Sinon, les feuilles infectées vont tomber sur le sol et infecter la terre. L’année suivante, les maladies vont revenir en force! Ça va être l’apocalypse dans les plates-bandes!

Sauf que… ce n’est pas nécessairement vrai.

Les spores de champignons sont microscopiques . Elles peuvent être présentes sans qu’on les voit. Photo: Cesar Calderon, Wikimedia Commons

Des champignons partout

Oui, le blanc sur vos feuilles de courge pourrait en infecter d’autres. Mais, malheureusement, il est fort probable que le pire soit déjà fait… car le blanc est un champignon et que ceux-ci se propagent par spores, comme des graines miniatures qui flottent dans les airs. Donc, s’il y en sur les feuilles, il y en a probablement sur les autres plantes, par terre, partout! Puisque la maladie est partout, est-ce que ça vaut vraiment la peine d’enlever les feuilles malades? Il ne faut pas oublier que tant que les feuilles sont vertes, elles font de la photosynthèse. Ça, c’est bien meilleur!

Et même si on enlevait toutes les plantes malades, il y aurait des champignons et des bactéries sur les autres plantes. Et si on enlevait toutes les plantes et toute la terre et tout le jardin au complet, et bien, les petits mosus se cacheraient chez les voisins en attendant de refaire surface et causer une belle surprise l’année suivante. C’est comme essayer de se débarrasser des pissenlits! C’est perdu d’avance.

Tomates sur plant infecté de mildiou
Laissez les feuilles et branches de vos plantes malades sur le sol où elles se décomposeront. Au moins les plantes malades vont être bien nourries. Photo: pitrs10, depositphotos.com

Bouillon de poulet pour vos plantes malades

En plus de tout ça, je conseille de laisser les plantes malades dans le jardin pour l’hiver. Quoi?! Comme tout est infecté de tout façon, aussi bien les laisser se décomposer et nourrir le jardin… comme dame Nature l’a toujours prévu. Après tout, le meilleur compost pour une plante est celui qui vient de ses propres tiges et feuilles.

Il est aussi possible de les mettre au composte. Il y a des bonnes chances que les champignons et les bactéries y trouvent le parfait endroit pour mourir. Non, composter ne tue pas nécessairement tous les restes de maladie — surtout si on fait un compostage à froid comme celui qu’on obtient avec un composteur domestique — mais il détruit quand même la plupart des sources d’infection. Au moins, les plantes malades vont être bien nourries.

La rotation des cultures réduit la propagation des maladies au potager. Photo: Sten Porse, Wikimedia Commons.

Solutions?

«Ben là! Es-tu en train de me dire que toutes mes plantes vont être malades tout le temps, pour toujours et qu’il n’y a rien que je puisse faire?»

C’est à peu près ça! La maladie, c’est normal, chez les plantes comme chez l’humain. On ne va pas à l’hôpital pour un rhume. Mais il y a quand même des choses simples qui peuvent résoudre le problème et qui n’impliquent pas de mettre le feu dans les plates-bandes.

Commencer par la rotation des cultures dans le potager est une solution. Les spores des maladies hivernent dans le sol, mais si on plante des tomates à un autre endroit l’année suivante, pas de problème! Et les courges qui seront mises à la place des tomates ne seront pas affectées, car plupart des maladies sont spécifiques à leurs hôtes.

Une autre solution serait aussi d’utiliser des plantes résistantes aux maladies! Ou simplement des variétés plus résistantes. Oui, il y a des courges qui résistent au blanc, des tomates qui résistantes au mildiou et des phlox sans blanc. Le progrès dans ce domaine est phénoménal! Si on repêche des champions, on a plus de chance de gagner un championnat que des champignons!

Mathieu est gestionnaire des sites web jardinierparesseux.com et laidbackgardener.blog, pour lesquels il aime bien écrire. Il est aussi concepteur de jardins à Montréal, au Canada. Dans ses temps libres, on peut le retrouver à jardiner sur sa terrasse ou à la pêche sur le bord d'une rivière.

18 comments on “Est-ce que je devrais enlever les plantes malades?

  1. Pingback: Est-ce que je devrais enlever les plantes malades? - joliplantarium.com

  2. Maria Nieuwenhof

    Bonjour,
    J’aime ta façon d’écrire qui est semblable à celui de ton père! Le jardinage est « le fun » quand c’est pas compliqué ?

  3. Merci pour les trucs et astuces. Quelle belle relève au Jardinier Paresseux! La pomme n’est pas tombée loin de l’arbre 🙂

  4. Jean-Guy Bleau

    Solution pour du mildiou sur les feuilles de mon érable rouge

  5. Monique de Gatineau

    Cher Mathieu, tu es le digne fils de ton père. On note le même sens de l’humour (à ta manière), tout en prodiguant des informations utiles. Bravo et merci de continuer ce blog très informatif et agréable.

  6. J’espere que la pêche ne l’emportera pas sur le bloge…..

  7. Denise Hamel Boulanger

    Le plant de tomates que vous avez montré est atteint de quelle maladie? Mes plants ressemblaient beaucoup à ceux-ci. Denise

    • Mathieu Hodgson

      C’est le mildiou qui éventuellement tue les feuilles. On le voit régulièrement à l’automne ou par temps humide. On peut esseyer d’enlever les feuilles infectées, mais personnellement je ne m’en don e pas la peine. J’en ai depuis la moi d’août et mes plants produisent encore des tomates malgré la maladie.

  8. J’adore la bio de Matthieu! :O)

  9. Grand merci de poursuivre ce blogue, c’est faire honneur à un grand homme! Il doit être bien fier lui aussi de voir son oeuvre se poursuivre. Et c’est super de le voir faire des petits coucous sur Facebook. Cet article tombe à point, comme vous vous efforcez de nous renseigner quand on en a besoin. Merci, merci!

  10. Ça va être intéressant de continuer à suivre cette chronique quotidienne depuis plus d’un an et demi dans mon cas. Évident que le fils a bien appris de son père et qu’il partage le même sens de l’humour. Je veux aussi être capable de lire Larry régulièrement tant que sa santé lui permettra.
    Je me souviens de Matthieu à Québec High school. Il n’était pas dans mes classes, mais QHS étant une petite école, on connaissait tout le monde.

  11. france nolet

    Merci pour tout ces renseignements qui sont toujours très appropriés et facile à comprendre c est super tel père tel fils

  12. Mon jardin est dans un gros bac en bois. Je ne peux faire une rotation de mes plantations. Si j’enlève la terre d’environ 1 pied de profondeur, pensez-vous que j’aurai de bons résultats? Merci!

    • Mathieu Hodgson

      Effectivement! Mais ça me semble être beaucoup de travail. Dans mon potager, qui est en pots et balconières, je réutilise la même terre d’année en année sans problème.

  13. Je suis heureuse de vous lire et je suis sûre que votre père l’est aussi! 🙂

  14. Huguette

    Merci Mathieu! J’ai bien rigolé en vous lisant. Vous savez capter notre attention tout en donnant de bons conseils.

  15. Un grand merci pour votre réponse. Je ferai la rotation et un remède contre le mildiou si ça représente. Je lis religieusement vos chroniques. Ça fait du bien à l’année!

  16. Denise Hupé

    Ton père est sûrement très heureux de savoir que son travail ne restera pas inachevé… quel beau cadeau tu lui fais et, à nous tous également.

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :