Fruitiers Pollinisation Truc du jour

Les arbres fruitiers: il en faut souvent deux pour une récolte réussie

Abeille apportant du pollen d'une fleur de pommier à une autre.

Il faut 2 variétés différentes de pommier pour assurer une bonne production de fruits. Photo: Murtagh’s Meadow, Bev Sykes, Wikimedia Commons & Clipart Library

La pollinisation croisée est obligatoire pour beaucoup de fruitiers de climat tempéré et notamment les pommiers, les camérisiers et la plupart des pruniers, des cerisiers et des poiriers. 

La plupart ont bien des organes mâles et femelles dans leurs fleurs, mais sont «autostériles», c’est-à-dire que leur pollen ne peut pas féconder les fleurs du même cultivar. Ainsi, ils ont besoin d’un autre pollinisateur pour produire des fruits.

Par exemple, le pollen d’un pommier ‘Liberty’ ne peut pas féconder les fleurs du même arbre ou de tout autre ‘Liberty’. Par contre, le pollen de ‘Novamac’, de ‘Priscilla’, de ‘Macfree’, etc. peut polliniser un ‘Liberty’. Donc, pour une production de fruits, il faut toujours deux cultivars (ou plus).

Plantes de la même espèce

Soulignons qu’il faut que le pollen vienne quand même d’une plante du même type. Tous les pommiers cultivés (Malus domestica) sont très proches parents et peuvent donc se polliniser. D’ailleurs, les pommetiers (pommiers ornementaux) aussi peuvent se croiser avec les pommiers: en banlieue, où souvent les pommetiers abondent, il n’est pas toujours nécessaire de planter un deuxième pommier pour obtenir une récolte abondante, car les abeilles apporteront du pollen d’un pommetier voisin.

Poirier en fleurs
Il faut un autre poirier pour polliniser un poirier. Photo: HemNorth, garden.org

Par contre, même si les poiriers (Pyrus spp.) sont assez proches parents des pommiers, leur pollen ne peut pas féconder les fleurs d’un pommier et vice-versa. Toutefois, comme les pommiers, la plupart des poiriers (Pyrus communis) doivent être pollinisés par tout autre poirier. Il existe cependant quelques exceptions: 

Chez les pruniers et les cerisiers, la situation est plus complexe: il faut normalement que les pruniers et les cerisiers soient du même type pour que la pollinisation puisse avoir lieu.

Différentes variétés et couleurs de prune.
Chez les différents pruniers, les fruits peuvent se ressembler, mais les fleurs ne sont pas toujours compatibles. Photo: thespruceeats.com

Dans le cas des pruniers, par exemple, il y a trois types principaux utilisés dans nos jardins: les pruniers européens (Prunus domestica) peuvent polliniser les autres européens, les japonais (P. salicina) les autres japonais et les pruniers américains (P. nigra et P.americana) peuvent polliniser d’autres américains, mais certains peuvent aussi polliniser les européens et les japonais!

C’est un peu plus simple chez les cerisiers: les cerisiers sucrés (Prunus avium) pollinisent les sucrés, les cerisiers acides (P. cerasus), les autres acides, point à la ligne.

Complexe, non? Mais il faut le savoir si vous voulez avoir du succès avec vos fruitiers!

La pollinisation croisée n’est pas toujours obligatoire

Pour certains fruitiers, la pollinisation croisée n’est pas obligatoire: les cerisiers acides (Prunus cerasus) et les pruniers européens (P. domestica) sont autofertiles (leur pollen peut les polliniser) et il n’est donc pas nécessaire d’avoir deux arbres différents pour avoir une bonne récolte. La plupart des petits fruitiers, sauf les camérisiers (Lonicera caerulea), sont autofertiles et même une plante isolée portera alors des fruits. 

Une situation plus embêtante: les fruitiers partiellement autofertiles

On trouve dans plusieurs catégories de fruitiers normalement autostériles certains cultivars qui sont «partiellement autofertiles», c’est-à-dire qu’ils peuvent s’autopolliniser. C’est le cas de la plupart des cultivars de poirier asiatique (Pyrus serotina), du populaire poirier commun ‘Beauté Flamande’, du pommier ‘Golden Delicious’, etc. Avant de crier victoire, toutefois, sachez que la production est alors souvent décevante. Oui, il y a une certaine fécondation, mais pas autant que s’il y avait eu un autre cultivar compatible dans les environs. Ainsi, mieux vaut leur offrir un autre cultivar si vous voulez une bonne récolte.

Bleuetier en fruits.
Pour les bleuetiers, on recommande même de planter 3 variétés compatibles pour mieux assurer la pollinisation! Photo: backyardberryplants.com

Quant aux bleuetiers (Vaccinium angustifolium et V. corymbosum), appelés myrtilliers en Europe, ils sont généralement partiellement autofertiles. Certaines variétés sont plus fiablement autofertiles que d’autres… mais tous les bleuetiers produisent néanmoins plus quand il y a une pollinisation croisée. D’ailleurs, la recommandation est de cultiver non pas deux cultivars différents à proximité, mais trois.

Distance de plantation

Quand vous décidez de planter un fruitier qui est autostérile, il faut logiquement planter 2 cultivars différents. La distanciation maximale recommandée pour la plupart des espèces est de 30 m.

Si vous manquez d’espace

Pommier avec trois variétés greffées sur le même arbre.
Une façon d’assurer une pollinisation croisée est de greffer deux variétés sur le même arbre! Photo: rogersspringhill.com

Si votre fruitier préféré nécessite un pollinisateur et que vous n’avez pas d’espace pour un deuxième arbre, voici quelques solutions possibles:

1. Pendant la floraison, coupez une branche d’une variété compatible (encore faut-il avoir un ami qui en cultive une) et placez-la dans un vase d’eau au pied de votre arbre. Ainsi, les abeilles pourront assurer le transfert de pollen.

2. Greffez la branche d’une variété compatible sur votre arbre. Ainsi, votre arbre aura, tous les printemps, une variété compatible tout près!

Que ne ferait-on pas pour obtenir de beaux fruits!

Informez-vous

Avant d’acheter un fruitier, informez-vous toujours auprès du pépiniériste pour savoir non seulement si la variété de votre choix a besoin d’une variété différente pour assurer la pollinisation, mais même pour une recommandation de variété spécialement efficace pour assurer sa pollinisation.

Billet adapté d’un article originalement publié dans ce blogue le 28 mai 2015

Journaliste et blogueur horticole, auteur de plus de 60 livres de jardinage, conférencier très en demande et jardinier passionné, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, vit et jardine à Québec. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2 000 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

11 comments on “Les arbres fruitiers: il en faut souvent deux pour une récolte réussie

  1. Hé oui! Mes pommetiers, nouvellement plantés, ont fertilisés des pommiers qui poussaient à mon insu tout près dans la forêt. Quelle fût ma surprise quand mon fils m’a fait remarquer qu’il y avait de belles grosses pommes dans les arbres autour de mes pommetiers!

  2. Bonjour! Que pensez-vous des arbres fruitiers vendus en pepiniere avec plusieurs varietes de fruits (par exemple 5 sortes de pommes) sur le meme arbre? L’annee derniere j’ai achete un poirier Bartley qui etait suppose etre autofertile, ma production sera donc limitee? Merci de tous vos d’excellents articles!

  3. Christine Sills

    Intéressant article. Est-ce possible qu’un arbre fruitier, bien pollinisé par un autre, ne donne un bon rendement qu’une année sur deux ? C’est ce qui est arrivé à mes deux pommiers. Une année c’est le Rouville, l’autre année, le Ginger Gold. Serait ce leur jeune âge (4 et5 ans )?

  4. Bonjour,
    Est-ce que le poirier de Mandchourie (Pyrus ussuriensis) peut polliniser les poiriers ordinaires ex Beauté flamande ou autres? et est-ce ses fruits deviendraient ainsi comestibles i.e. avec la présence de poiriers ordinaires à proximité?
    J’apprécierais bcp vu que j’ai de la place pour d’autres fruitiers!! 🙂

    • Oui, il pollinise les poiriers communs. Mais non, la pollinisation n’affecte pas le fruit. Le fruit d’un poirier de Manchourie sera toujours petit et dur, le fruit d’un poirier commun gros et juteux: la pollinisation n’a aucun effet sur la fructification en cours. Par contre, les pépins prélevés des fruits hybridés donneront des arbres hybrides aux traits mélangés.

  5. Serge Gaudreault

    Nous avons acheté un prunier brook gold. Nous voulons en acheter un 2e pour favoriser la pollinisation mais notre choix est limitée à Val-d’Or. Le prunier noir est introuvable ici. Que pensez-vous des pruniers Mont-Royal, Toka, Bounty ou Brookred qui sont disponibles ici?

  6. Chantale

    Bonjour , nous sommes nouveaux proprios depuis bientôt un an. Sur notre terrain il y a trois pommiers ! Nous avons eu des pommes l’année dernières mais….non consommable car pleines de vers…..pour cette année que dois je faire ? Est ce trop tard? Je viens d’acheter de la bouillie soufre…mais je crois que j’aurais due faire cela en Avril….j’ai déjà de toutes petite pommes…..autre traitements ? ??? Merci à l’avance….Je suis un Jardinier Paresseux en apprentissage …..

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :