Achat de plantes Multiplication des végétaux Plantes d'intérieur

Que faire quand votre «plante d’intérieur» est une touffe de semis?

Il y a suffisamment de plants de caféiers (Coffea arabica) dans ce pot pour démarrer une petite plantation de café! Photo: mydomaine.com

On trouve souvent en jardinerie de jolies plantes d’intérieur vertes qui ne contiennent pas seulement une tige, mais une touffe de tiges: 5, 6,7, voire jusqu’à 12, toutes serrées ensemble à la base. En fait, il ne s’agit pas d’une plante unique, mais plutôt d’un pot de semis. Ou parfois d’un bouquet de plantules issues de la culture in vitro.

Ces semis de palmier nain sont serrés densément les uns sur les autres. Photo: gardenbeast.com

Ces semis sont certainement assez jolis et il est difficile de résister à l’envie de s’en acheter une potée ou deux. Le problème est que lorsque vous les ramenez à la maison, ils cessent peu à peu de grandir, du moins, pour la plupart d’entre eux.

Voyez-vous, ses jeunes plants ne sont pas très heureux de leur situation. Ils sont tassés comme des sardines et n’ont pas de place pour grandir normalement. Chaque plant est en compétition féroce avec ses voisins pour un peu d’espace de croissance vitale. Il recherche de la place pour le développement de ses racines, pour obtenir sa part de minéraux nécessaire à sa croissance et pour accaparer une humidité suffisante pour toutes ses racines. De plus, il se débat constamment pour attraper des rayons de soleil que les feuilles voisines essaient de lui voler. 

L’arrosage, surtout, deviendra de plus en plus difficile avec le temps, car il y a tant de feuilles que les racines, limitées dans leur croissance, essayent désespérément d’obtenir leur part d’humidité et doivent s’abreuver. Vous vous rendrez vite compte que la petite colonie s’assèche très rapidement, souvent seulement 2 ou 3 jours après un arrosage pourtant abondant. C’est une véritable guerre pour la survie, l’application visuelle de la loi du plus fort, qui se déroule devant vos yeux sur votre propre rebord de fenêtre!

Parfois, certaines de ces plantules finissent par dominer la colonie… en éliminant la concurrence. Elles réussissent à dépasser les autres, continuant à se développer et à prendre plus que leur part des ressources disponibles tandis que les autres s’éteignent peu à peu.

Il arrive que ces 2 ou 3 plantes dominantes parviennent à survivre malgré la bataille qui fait rage et vivent même ensemble en assez bon état pendant des années, mais jamais avec autant de vigueur qu’une plante unique aurait pu avoir.

Cependant, la plupart du temps, il n’y a pas de vrais gagnants dans cette course pour la survie. Après quelques mois, c’est l’ensemble des jeunes semis qui entre en déclin. Leur croissance ralentit, puis s’arrête, les feuilles pâlissent, puis commencent à jaunir et tomber. La potée n’est plus très appétissante et souvent, c’est la mort lente. Ou encore, vous les vérifiez un matin pour constater que la potée en entier s’est complètement asséchée pendant la nuit et que les plants ne se relèvent plus quand vous les arrosez!

Triste fin!

Variétés communément vendues en semis

L’ardisie naine (Ardisia humilis) est presque toujours vendue sous forme de touffe de semis, mais réussit beaucoup mieux quand vous la cultivez seule dans son propre pot. Photo: Feuillage Wekiva

Les plantes suivantes font partie des plantes d’intérieur souvent proposées sous forme de touffes de semis dans les jardineries.

  • Alocase, masque africain ou oreilles d’éléphant (Alocasia spp.)
  • Arbre à monnaie ou pachira (Pachira aquatica)
  • Aralie du Japon (Fatsia japonica)
  • Ardisie crénélée (Ardisia crenata)
  • Ardisie naine (Ardisia humilis)
  • Asperge d’intérieur (Asparagus spp.)
  • Caféier (Coffea arabica)
  • Fausse aralie (Plerandra elegantissima, syn. Dizygotheca elegantissima)
  • Fève porte-bonheur ou châtaignier d’Australie (Castanospermum australe)
  • Grévillier ou chêne soyeux d’Australie (Grevillea robusta)
  • Monstera délicieux (Monstera deliciosa, syn. Philodendron pertusum)
  • Palmier nain (Chamaedorea elegans)
  • Philodendron arborescent (Philodendron bipinnatifidum, syn. P selloum)
  • Pin de Norfolk ou sapin de Norfolk (Araucaria heterophylla)
  • Podocarpus de Chine (Podocarpus macrophylla)
  • Radermachera de Chine ou China doll (Radermachera sinica)
  • Schefflera à grandes feuilles ou arbre-ombrelle (Schefflera actinophylla)

Les semis de philodendron arborescent (Philodendron bipinnatifidum), avec leurs petites feuilles en forme de cœur, ne ressemblent en rien à la plante mature! Photos: tropicalseeds.com et Ikea.com

Fait intéressant, certaines de ces plantes ne ressemblent pas beaucoup à la plante mature, souvent une plante verte populaire, car elles sont au stade juvénile. Un semis de schefflera à grandes feuilles, par exemple, ne présentera pas encore les grandes feuilles digitées en forme d’ombrelle de la plante adulte, mais que des feuilles simples (les plus jeunes) ou trifoliées (un peu plus matures). Les semis de monstera délicieux ont de petites feuilles ovales qui ne sont nullement grandes et fendues comme celles de la plante adulte et d’ailleurs, elles ressemblent tellement à un philodendron que les pépiniéristes les appellent souvent Philodendron pertusum (un nom erroné, bien sûr!). Et le bébé philodendron arborescent (Philodendron bipinnatifidum) aura des feuilles en forme de cœur ou de flèche, dépendant de son stade de développement, mais rien de tel que ses énormes feuilles adultes découpées en dentelle.

Chaque semis de fève porte-bonheur (Castanospermum australe) a encore un noyau vert à sa base au moment de la vente. Photo: logees.com

Certaines de ces plantes auront même un noyau ou une graine encore visible à leur base ou collé sur leur tige lorsque vous les achèterez. Ou alors, leurs tiges peuvent encore porter des cotylédons, surtout si vous en faites l’acquisition peu de temps après leur arrivée en jardinerie.

Pourquoi les pépinières nous offrent-elles des plantations si bondées?

Avec ses feuilles étalées et profondément coupées, ce radermachera de Chine (Radermachera sinica) est plutôt joli malgré son encombrement. Photo: youridahoflorist.com

Vous devez vous demander pourquoi les pépinières offrent de telles plantations… et la réponse est facile: surtout parce qu’elles ont l’air plutôt jolies de cette façon et sont donc plus vendables!

Un seul semis dans un pot, bien que plus sain à long terme, aurait semblé assez insignifiant à un stade aussi précoce de son existence et vous l’auriez probablement laissé sur place. Mais quand plusieurs petits plants insignifiants forment une grappe épaisse, leur densité assure une forme arrondie et agréable, avec tous les plants tellement bien mélangés ensemble que vous ne pouvez pas vraiment les distinguer individuellement. 

L’autre raison pour laquelle les pépinières productrices de plantes d’intérieur utilisent cette technique est que cultiver des plantes à partir de semences coûte beaucoup, beaucoup moins cher que de les produire par bouturage. Les semences, produites en plein air sous les tropiques, sont très bon marché et les pépinières utilisent des variétés qui poussent assez rapidement à partir de semences. La plupart des espèces ainsi cultivées atteignent le stade d’une plante en pot commercialisable en 6 mois environ.

Cette photo montre un plateau de semis de palmier nain avec, en médaillon, une micro-motte de semis prête à repiquer en pot. Photo: tropicalseeds.com

Et elles occupent beaucoup moins d’espace en pépinière de production que des boutures, réduisant encore les coûts. On sème ces plantes densément dans des plateaux à petits alvéoles, puis on les expédie au revendeur sous cette forme. C’est ce dernier qui transplante les touffes de semis ainsi produites dans des pots de 10 à 15 cm peu de temps avant de les vendre au public. Ainsi, la pépinière peut cultiver beaucoup de plants dans très peu d’espace. 

Donc, produire des potées de semis est très rentable pour le producteur.

L’obsolescence planifiée

Ce grévillier (Grevillea robusta) sérieusement surpeuplée risque de décliner si il ne dispose pas bientôt de plus d’espace pour se développer. Photo:theeveryspace.com

Que les résultats à long terme soient susceptibles d’être décevants pour l’acheteur n’est pas un souci pour le vendeur. L’attitude dans l’industrie horticole a longtemps été de voir les plantes d’intérieur comme des objets éphémères et éminemment jetables, des êtres de courte vie. Si la plante est encore en vie après 8 semaines à la maison, l’industrie considère qu’elle a rempli sa part de l’engagement. (Lisez l’article La durée d’une plante d’intérieur pour plus d’informations à ce sujet.) Pourtant, toutes les plantes mentionnées dans cet article ont en fait la capacité de vivre pendant des décennies dans nos maisons… si on leur donne de l’espace et des soins raisonnables.

Puis-je sauver mes petites plantes?

Bien sûr! Leur principal ennemi est le surpeuplement, donc il s’agit tout simplement de les «désurpeupler» dans un temps raisonnable et toutes ces espèces récupéreront facilement pour devenir de solides plantes vertes permanentes! En fait, il existe trois options pour leur redonner leur vigueur:

1. L’éclaircissage

Maintenant à 3 troncs au lieu des 7 d’origine, ce pin de l’île Norfolk (Araucaria heterophylla) est désormais destiné à une vie plus saine… mais il aurait été encore mieux si vous aviez choisi de ne laisser qu’un seul arbre dans le pot. Photo: img.thrfun.com

Le moyen le plus simple de résoudre le problème de l’entassement des semis est de les éclaircir. Il suffit de prendre une paire de sécateurs et supprimer à la base les plants en excès.

Pour la plupart de ces végétaux, comme le caféier (Coffea arabica), le palmier nain (Chamaedorea elegans) ou le radermachera de Chine (Radermachera sinica), vous pourriez quand même laisser deux ou trois plants dans le pot (mais pas plus) pour avoir encore un peu de densité, mais pour d’autres, comme le pin de Norfolk (Araucaria heterophylla), le schefflera à grandes feuilles (Schefflera actinophylla) et la fève porte-bonheur (Castanospermum australe), qui finiront éventuellement par devenir des arbres d’intérieur de grande taille, et d’autres encore, comme le philodendron arborescent (Philodendrum bipinnatifidum) et le monstera délicieux (Monstera deliciosa), éventuellement des plantes massives aussi larges que hautes, sachez qu’elles pousseront vraiment beaucoup plus sainement chacune dans leur propre pot, surtout à long terme.

Si l’idée de couper de pauvres petites plantes vous rebute (car le but est bien de les tuer pour que les survivants puissent pousser plus sainement), vous pourriez bouturer les tiges coupées dans de petits pots de terreau humide, les cultivant à l’étouffée pendant quelques semaines, le temps qu’elles s’enracinent. Notez toutefois que cette technique ne fonctionnera pas pour le palmier nain (Chamaedorea elegans), une plante ne se multiplie pas par bouturage.

2. La division… quand les plants sont encore jeunes!

Jeune schefflera (Schefflera actinophylla) fraîchement empoté. Maintenant qu’il a de la place pour pousser, il deviendra assez rapidement un joli arbre d’intérieur! Photo: plantsam.com

Ou vous pouvez séparer les plantules et les mettre en pot individuellement ou par groupes de deux ou trois. C’est une opération plus délicate, car leurs racines seront intimement mélangées et il y a un réel danger d’en perdre quelques-unes. Mais si vous faites attention, vous devriez être en mesure de récupérer la plupart d’entre elles.

💡 Truc pratique: Vous devez procéder à la division pendant que les plants sont encore jeunes. Si vous attendez trop longtemps, leurs systèmes racinaires s’endurciront et deviendront même si imbriqués qu’il pourrait être impossible de les séparer sans les endommager sévèrement, surtout dans le cas des variétés ligneuses (celles qui deviendront des arbres un jour).

Pour les séparer, vous pouvez simplement sortir la touffe du pot et tirer sur les plants jusqu’à ce que les racines cèdent, ou encore, couper entre eux avec un couteau tranchant. C’est souvent tout un choc pour les semis, car cela peut laisser beaucoup de dommages aux racines, mais la plupart récupèrent assez rapidement. 

💡 Truc pratique: Il y a aussi une technique plus douce pour diviser des semis. Encore, ôtez la colonie du pot, mais cette fois-ci, immergez sa motte de racines dans un bol ou seau d’eau et laissez-la tremper plusieurs heures, même toute la nuit. Une bonne partie du terreau s’affaissera alors et très souvent, la motte se défera toute seule, les plants tombant même sur le côté. Alors, il suffit de tirer doucement sur un semis et il devrait vous rester dans la main, ses racines intactes ou presque.

Maintenant, empotez vos petits bébés dans un terreau pour plantes d’intérieur. Utilisez un pot à peu près de la même taille que l’original, une division par pot. Assurez-vous de les placer de manière à ce qu’ils soient à la même hauteur que dans le pot d’origine. Arrosez… et placez-les dans un endroit doucement éclairé et assez chaud pendant une semaine, le temps qu’ils récupèrent.

💡 Truc pratique: pensez à utiliser certains des plus petits plants divisés comme plantes de terrarium. Ils finiront probablement par devenir trop grands, mais la plupart se ramifient quand on les taille et ainsi vous pourriez les maintenir très petites pendant plusieurs années.

3. Les rempoter dans un pot plus gros

Vous pouvez aussi simplement replanter la touffe de semis dans un pot plus grand. Photo: stylist.co.uk

La troisième possibilité consiste simplement à rempoter la touffe entière dans un pot plus grand. Dans ce cas, les plants demeureront toujours surpeuplés et leur croissance restera probablement considérablement inhibée, mais au moins les racines périphériques auront de la place pour pousser et cela leur permettra de se développer un peu. Au fil du temps, vous remarquerez probablement que les plants plus faibles mourront. Si oui, coupez-les à la base pour les supprimer.

Vous découvrirez que des plantations surpeuplées devront être rempotées assez fréquemment, probablement chaque année. Dès que vous commencez à remarquer que le terreau s’assèche trop rapidement après un arrosage approfondi, il sera temps de les rempoter dans un pot d’une taille ou deux plus grande. Et notez que ces potées densément plantées resteront toujours fragiles à l’assèchement et nécessiteront une certaine surveillance.

Prendre soin des plantes poussant en touffe

Dans cette potée de semis de podocarpes de Chine (Podocarpus macrophylla), quelques-unes des plantes commencent à prendre le dessus. Avec le temps, les autres mourront probablement. Photo: interiorplants.ca

Les plantes d’intérieur vendues sous forme de touffes de semis fraîchement germés sont d’espèces très différentes les unes des autres et vous ne penseriez pas qu’elles auraient grand-chose en commun en ce qui concerne leurs besoins, mais en fait, elles appartiennent principalement au groupe des plantes d’intérieur «d’entretien moyen». Elles ont besoin d’une lumière vive à moyenne, voire du plein soleil en hiver, d’une humidité de l’air élevée (vous aurez peut-être besoin d’un humidificateur pour les aider pendant les mois d’hiver), d’une fertilisation modérée du printemps au début de l’automne et de températures intérieures normales. Autrement dit, les mêmes conditions qu’on donnerait à presque n’importe quelle plante verte.

Tant que vous ne leur avez pas donné une masse de terre décente pour assurer leur développement, par contre, elles auront besoin d’une surveillance attentive en ce qui concerne l’arrosage. Chaque fois que le terreau commence à sécher, arrosez-les abondamment avec de l’eau tiède ou à température ambiante. Il est très probable que, à certaines saisons et sous certaines conditions, vous ayez à les arroser plus d’une fois par semaine, surtout si elles poussent sous un éclairage intense ou que l’air est sec.

Ces divisions fraîchement rempotées d’asperge d’intérieur (Asparagus setaceus) feront de jolis cadeaux une fois qu’elles auront pu récupérer pendant un mois ou deux. Photo: Crèche Do Ré Mi

En fin de compte, vous finirez probablement avec une demi-douzaine de pots de petites plantes mignonnes, heureuses et saines à partager avec vos amis et votre famille. Un excellent résultat!

10 comments on “Que faire quand votre «plante d’intérieur» est une touffe de semis?

  1. jacques Renouil

    on m’a offert un magnifique pot contenant trois Poinsettia dois je les séparer ou bien les laisser ensemble ? ils font 40cms de haut et sont très garnis de fleurs jusqu’à la base ! Merci beaucoup de tous vos articles très enrichissants .

  2. Manon Gamelin

    C’est souvent ce que je recherche quand j’achète une plante (plusieurs tiges). Merci pour ce précieux conseil.

  3. Rachel Morissette

    Bonjour, est-il recommandé de séparer un cactus de Noël qui est dans son pot depuis au moins 15 ans? Je doute qu’il survive!

  4. Joanne Guy

    J’ai récupéré un pot avec des pins de Norfolk…il a quelques années évidemment c’était touffu et 5 tiges….la dominante mesure 30” maintenant…est-il trop tard pour les séparer? Est-ce que je risque de trop briser les racines? En plus les tiges ont des épines désagréables à manipuler.
    Merci

  5. Non, c’est trop tard: vous risquez de tuer la plupart. Soit que vous supprimer les moins fortes ou vous les laissez continuer de pousser en touffe.

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :