Arbres À chaque mois sa plante Plantes d'intérieur Truc du jour

À chaque mois sa plante, août 2022: le schefflera à grandes feuilles

Le schefflera à grandes feuilles, maintenant Heptapleurum actinophyllum, était jusqu’à récemment connu des amateurs de plantes sous le nom de Schefflera actinophyllum. C’est un arbre d’intérieur populaire dans les climats tempérés. Vous le voyez dans les maisons, mais aussi dans les bureaux, les centres commerciaux et les hôpitaux. Et c’est également un arbre d’ombrage populaire dans les pays tropicaux. 

Bien qu’originaire du nord de l’Australie, de la Nouvelle-Guinée et de l’Indonésie, il pousse maintenant dans tout le monde tropical, car on le cultive couramment dans les parcs et jardins de cette vaste région. D’ailleurs, il s’est échappé de la culture pour devenir une plante envahissante dans certains pays.

Changement de nom

Le nom botanique du schefflera à grandes feuilles a très souvent changé. Depuis que je cultive des plantes d’intérieur, soit environ 50 ans, j’ai dû changer de nom au moins 4 fois pour les différents livres et articles que j’écrivais. Certains se rappelleront du nom de Brassaia actinophyllum, par exemple, qui fait aussi partie du passé. 

D’ailleurs, peu de genres ont une histoire taxonomique aussi turbulente que le genre Schefflera. Il est membre de la famille du lierre, les Araliacées. Ce genre de plus de 700 espèces qui a été démantelé, réuni et démantelé encore plusieurs fois en plus de 30 genres au fil du temps. 

En 2015 arrivent de nouveaux changements taxonomiques, basés cette fois-ci sur la génétique des végétaux et son nom change encore. D’après cette dernière interprétation, il y aurait maintenant 5 clades différents, tous géographiquement isolés, mais partageant des traits similaires, qui contiendraient plusieurs genres plus étroitement apparentés. Parmi les «nouveaux genres» (plusieurs sont de vieux noms qui ont été ressuscités), il y a AgalmaBrassaiaDidymopanaxDizygothecaPanaxParatropiaSciadophyllum et Tupidanthus. Et Heptapleurum.

Actuellement, seules 8 espèces originaires des îles du Pacifique appartiennent à ce qui reste du genre Schefflera. Et le schefflera à grandes feuilles, le sujet de cet article, n’est pas sur cette courte liste! Il devient alors Heptapleurum actinophyllum. Donc un Heptapleurum comme la majorité des espèces australoasiatiques. Alors, sortez votre stylo et changez vos étiquettes! 

Les folioles du schefflera sont disposées comme les rayons d’un parapluie.
Les folioles sont disposées comme les rayons d’un parapluie à l’extrémité du pétiole. Photo: Wicki, Wikimedia Commons

Vous reconnaissez peut-être le schefflera à grandes feuilles par ses feuilles composées qui ont la forme des rayons d’un parapluie. Cette apparence d’ombrelle est aussi l’origine du nom actinophyllum, car il signifie «feuilles en forme de rayon». C’est l’origine d’un autre nom couramment utilisé pour cette plante: arbre ombrelle.

Son nom botanique d’origine, Schefflera, honore le botaniste prussien du 18e siècle Johann Peter Ernst von Scheffler. 

Les fleurs rouges du schefflera à grandes feuilles sont alignées sur de longs racées au sommet de l'arbre.
Les racèmes de fleurs du schefflera à grandes feuilles créent un impact assez étonnant dans les jardins tropicaux. Photo: Mauro Guanandi, Wikimedia Commons

Quant au nom Heptapleurum, il vient de ses fleurs, pas de ses feuilles. Des racèmes de jusqu’à 2 m de long, composés de jusqu’à 1 000 petites fleurs rouges, apparaissent tôt dans la saison de croissance. Cette forme rappelle celle d’une côte. Aussi, un taxonomiste au moins semble avoir cru qu’il avait toujours 7 de ces «côtes» par inflorescence, d’où le nom Heptapleurum, qui signifie «à 7 côtes». Et aussi, d’après Wikipédia, les racèmes sont à l’origine du nom «arbre-pieuvre.» Mais les poulpes n’ont-ils pas 8 tentacules, plutôt que 7?

En tout cas, ne vous attendez pas à profiter de ses fleurs fantastiques dans le calme de votre salon. Vous ne serez pas non plus en train de salir vos doigts en dégustant les fruits pourpre foncé apparemment délicieux, adorés par les oiseaux et les mammifères, y compris les chauves-souris frugivores et les kangourous arboricoles. Car seuls les scheffleras à grandes feuilles matures fleurissent et ceux cultivés comme plantes d’intérieur ne sont jamais que des adolescents.

Pourtant, si le fruit est comestible, le feuillage ne l’est pas. Il est même légèrement toxique, assez pour éventuellement nuire gravement à un jeune enfant ou à un petit animal de compagnie qui en mangera trop. Il peut causer des vomissements, des problèmes rénaux, des tremblements et des problèmes cardiaques et respiratoires. Et il peut également causer une irritation buccale, tout comme de la difficulté à avaler et des brûlures de la bouche, des lèvres, et de la langue. Il n’y a pas de risque à le toucher, mais même si juste un peu de sève s’écoule sur la peau, mieux vaut rincer pour éviter toute irritation.

Description

Jeune schefflera à grandes feuilles qui a germé sur une paroi rocheuse.
Jeune schefflera à grandes feuilles qui a germé sur une paroi rocheuse. Photo: Forest & Kim Starr, Wikimedia Commons

Le schefflera à grandes feuilles pousse souvent comme un hémiépiphyte dans la nature. Autrement dit, les graines déposées par les oiseaux et les animaux germent sur les branches des arbres. Ainsi, la jeune plante commence sa vie en tant qu’épiphyte, une plante qui pousse fixée sur une autre plante, à la manière d’une orchidée ou d’une broméliacée. C’est-à-dire qu’elle germe dans la partie supérieure de l’arbre, où il y a un ensoleillement abondant, avec comme seul substrat un peu d’écorce rugueuse. Cependant, la petite plante commence également à produire de longues racines. Elles se frayent lentement un chemin le long du tronc de l’arbre hôte. Lorsqu’elles atteignent le sol, le schefflera à grandes feuilles forme peu à peu son propre tronc et se libère de son hôte, devenant un arbre indépendant.

Grand schefflera mature dans un jardin. Il porte des fleurs rouges..
Votre petit schefflera de salon deviendra un arbre immense… si vous lui laissez suffisamment de place! Photo: H. Zell, Wikimedia Commons

Le schefflera à grandes feuilles est un véritable arbre, avec un tronc ligneux brun qui atteint jusqu’à 15 m de hauteur en plein air dans des conditions humides tropicales. À l’intérieur, il atteindra facilement le plafond si vous le laissez faire. Mais vous pouvez également réduire sa hauteur à une qui convient mieux à l’espace disponible en taillant la plante.

L'extrémité de chaque foliole est équipée d'une fine pointe qui aide à son égouttement.
Notez la pointe fine de la feuille du schefflera à grandes feuilles, car ce trait est absent sur l’autre schefflera courant, soit le schefflera nain (Heptapleurum arboricola). On l’appelle l’apex d’écoulement. Il permet à la pluie de s’écouler plus rapidement de la feuille lorsque la plante pousse dans la forêt pluviale. Photo: Forest & Kim Starr, Wikimedia Common

Le schefflera à grandes feuilles est cultivé pour ses jolies feuilles palmées vertes luisantes. Le nombre de folioles par feuille varie de 3 à 5 sur les semis à 7 ou parfois 9 sur les plantes d’intérieur de taille moyenne. Dans nos demeures, les feuilles ont rarement beaucoup plus de 30 cm de diamètre. Sur les grands spécimens extérieurs, où la lumière du soleil est beaucoup plus intense, il peut y avoir jusqu’à 16 folioles et les feuilles deviennent beaucoup plus grandes, jusqu’à 60 cm de diamètre. Les feuilles lustrées sont oblongues et étroites avec une marge lisse, bien que les feuilles plus jeunes soient parfois dentées. Elles poussent sur de longs pétioles qui s’éloignent du tronc en s’arquant.

Touffe dense de semis de schefflera à grandes feuilles.
Touffe dense de semis de schefflera à grandes feuilles luttant pour leur survie dans un petit pot. Photo: evanthia.nl

Les jeunes plantes que vous voyez souvent dans les jardineries dans des pots de 10 cm sont généralement cultivées à partir de semences. Elles apparaissent souvent sous la forme de 5 à 12 semis tassés dans un seul pot et vendus comme «pot de verdure ornementale.» Ces touffes ont tendance à dépérir assez rapidement dans des conditions domestiques. Il n’y a pas de place dans un si petit pot pour une telle masse de jeunes plants! Soit ils meurent tous, soit un ou deux des semis en viennent à dominer les autres et à prendre leur place. 

Pour en savoir plus sur ce phénomène récent et malheureux et ce qu’il faut faire à ce sujet, lisez Que faire quand votre «plante d’intérieur» est une touffe de semis?

Au fur et à mesure que les jeunes plantes poussent, elles forment un tronc vert parsemé de lenticelles blanches et de nœuds foliaires bien marqués. Ce n’est qu’à mesure que la plante grandit que la partie inférieure devient ligneuse et développe une écorce brun clair.

Les jeunes plants se ramifient rarement. Pendant les premières années de leur vie, ils concentrent leur énergie à atteindre une bonne hauteur. Dans leur forêt tropicale natale, c’est une stratégie de survie tout à fait logique. Leur objectif est de pousser à travers la canopée des arbres vers le soleil. Alors, ils essaient de grandir uniquement en hauteur au début. C’est quand ils «gagnent leur ciel» que les spécimens cultivés en plein air se ramifient dans leurs parties supérieures. Cela fonctionne parfaitement!

Cette stratégie n’est pas une aussi bonne idée pour une plante d’intérieur. Il rencontrera un plafond que d’atteindre le ciel. Donc, à l’intérieur, vous devrez probablement le pincer ou le tailler pour encourager la ramification… mais plus à ce sujet ci-dessous.

Variétés

Une tournée dans presque n’importe quelle jardinerie vous montrera qu’on trouve en réalité deux variétés courantes de scheffleras à grandes feuilles dans les jardineries. L’espèce, H. actinophyllum, puis un cultivar très populaire, ‘Amate’.

Schefflera à grandes feuilles
Les plantes cultivées à partir de semences ont des feuilles vert moyen assez larges qui sont seulement moyennement lustrées. Photo: David J. Stang, Wikimedia Commons.

Ainsi, la première est l’espèce elle-même, H. actinophyllum, issue de semences. Il peut s’agir d’une plante individuelle ou de deux ou trois plantes dans un assez grand pot. Donc, une situation viable à long terme. Cependant, souvent ces jours-ci, vous voyez plutôt des touffes de plantules comme expliqué ci-dessus. À la maison, séparez les semis et plantez-les chacun dans son propre pot ou encore, supprimez sélectivement les plants en trop. 

N’oubliez pas que votre schefflera à grandes feuilles, même s’il peut vous sembler bien chétif maintenant, sera un jour une plante de très bonne taille. Il réussira mieux s’il est cultivé seul, éventuellement dans un grand pot.

Le schefflera à grandes feuilles produit par semences a de grandes feuilles vert moyen. Une fois dans un pot plus grand, il poussera lentement mais sûrement, chaque feuille successive augmentant en taille et en nombre de folioles jusqu’à atteindre 7 voire 9 très grandes. À ce moment-là, votre plante sera déjà un arbre d’intérieur assez intéressant, bien qu’elle sera encore relativement compacte.

Schefflera à grandes feuilles ‘Amate’.
Heptapleurum actinophyllum ‘Amate’ a des feuilles vert foncé superbement lustrées. Photo: lowes.com

L’autre choix courant est H. actinophyllum ‘Amate’. Cette variété est apparue en culture de tissu dans les années 1980 et a montré une meilleure résistance aux maladies et aux insectes. En particulier, il porte des feuilles vert foncé très lustrées, presque comme un miroir. Elles paraissent d’ailleurs cirées! On dirait que les insectes et les spores de maladie ont de la difficulté à se fixer à une feuille aussi lisse! Vous n’avez certainement pas besoin d’un lustrant à feuilles pour faire briller cette plante!

Cette apparence semble plaire à la fois aux pépiniéristes et aux consommateurs, car ‘Amate’ a rapidement conquis le marché. Et il reste très populaire à ce jour. Si vous trouvez un schefflera à feuilles vert foncé à un seul tronc dans un pot, c’est presque certainement ‘Amate’, même s’il ne porte pas d’étiquette. Oui, il est vraiment populaire!

‘Amate’ produit également une plante un peu plus petite que l’espèce, avec des feuilles plus petites et plus étroites, des pétioles plus courts et des nœuds foliaires plus rapprochés (ainsi les feuilles poussent plus étroitement ensemble). En conséquence, il ne s’emparera pas aussi rapidement de tout l’espace dans votre salon!

Schefflera à grandes feuilles ‘Amate Soleil’ aux feuilles jaune citron.
Heptapleurum actinophyllum ‘Amate Soleil’. Photo: greenflow.hk

Récemment, une variété à feuilles dorées, H. actinophyllum ‘Amate Soleil’ est devenue plus largement disponible. Cette mutation de ‘Amate’ a des feuilles aussi lustrées et des mêmes dimensions, mais elles sont d’une couleur vert chartreuse vif. Saisissant! Et ‘Amate Soleil’ semble également se développer assez rapidement.

Schefflera à grandes feuilles Nova aux folioles profondément découpées.
Très original, Heptapleurum actinophyllum ‘Nova’ peut être difficile à trouver. Photo: H&C Orchard

Le schefflera à grandes feuilles le plus original est certainement ‘Nova’, car les folioles vertes sont profondément découpées, un peu comme des feuilles de chêne. Donc, vous seriez excusé de ne pas réaliser qu’il s’agit d’un schefflera. Il peut être difficile à localiser, cependant, mais vérifiez autour de vous et peut-être que vous le trouverez. Il n’est pas totalement indisponible!

Schefflera à grandes feuilles ‘Renegade’: un schefflera colonnaire inhabituel.
Heptapleurum actinophyllum ‘Renegade’ est un schefflera colonnaire inhabituel. Photo: strikefoliage.com.au

Bien sûr, ‘Renegade’, une autre mutation de ‘Amate’, est certainement assez étrange aussi. Il produit des feuilles avec seulement un pétiole très court, de sorte que les folioles semblent pousser directement à partir du tronc, s’évasant parfois à la manière d’un éventail. En conséquence, à mesure qu’il grandit, ‘Renegade’ forme une colonne plutôt qu’un arbre arrondi.

Il existe également quelques cultivars à feuillage panaché (bicolore), mais ils sont rarement offerts. C’est plus quelque chose que son propriétaire millionnaire très fier vous montrera sur Instagram! 

Vous pourriez voir une plante étiquetée H. actinophyllum ‘Variegatum’ tout simplement… mais cela ne veut pas dire grand-chose. C’est une sorte de nom de plume donné à tout schefflera à grandes feuilles panaché d’origine inconnue. 

H. actinophyllum ‘Dazzle’ est l’exemple d’un cultivar panaché qui porte un nom. Il a de grandes feuilles et des marques jaune crème sur une plante à port colonnaire. Il y en a d’autres, mais ils sont tous rares, généralement la possession prisée de collectionneurs qui n’ont aucune intention de les partager. La plupart des scheffleras panachés que vous voyez et que vous pouvez facilement acheter appartiennent à une espèce différente, H. arboricola (décrite ci-dessous), et non à H. actinophyllum.

Le schefflera nain

Schefflera nain (Heptapleurum arboricola).
Le schefflera nain (Heptapleurum arboricola) porte une tige plus mince et des feuilles nettement plus petites. Notez comme leur extrémité est arrondie (celles du schefflera à grandes feuilles se terminent en une pointe fine). Photo: Chrizz, Wikimedia Commons

Il faut mentionner le schefflera nain (Heptapleurum arboricola, anciennement Schefflera arboricola), même s’il n’est pas le sujet principal de cet article. C’est un schefflera très courant dans le commerce, plus encore que le schefflera à grandes feuilles, et aussi dans nos maisons. Par contre, beaucoup de gens confondent les deux plantes. Même les photos que je vois sur les médias sociaux et sur Internet mélangent constamment les deux! Voici alors comment distinguer ces deux cousins.

D’abord, malgré son nom «schefflera nain», H. arboricola n’est pas si nain. Il peut atteindre 12 m (40 pieds) en plein air sous les tropiques. Et quand même facilement 2,5 m dans un pot à l’intérieur. Ce sont plutôt ses feuilles qui sont naines. Rarement plus de 10 cm de diamètre contre jusqu’à 30 cm pour le schefflera à grandes feuilles.

Les feuilles sont aussi plus nombreuses et ne grossissent pas successivement à mesure que la plante grandit comme celles du schefflera à grandes feuilles (H. actinophyllum). Et elles ne sont pas très lustrées, du moins, chez la plupart des cultivars, mais plutôt mates. 

Un trait à noter est que l’extrémité de la foliole du schefflera nain est arrondie; elle ne porte pas l’apex d’écoulement pointu si typique du schefflera à grandes feuilles.

Le schefflera nain est aussi plus porté à se ramifier que H. actinophyllum, mais, même dans son cas, un peu de taille de temps en temps aidera beaucoup à lui donner une apparence plus dense.

Schefflera nain ‘Gold Capella’ aux feuilles panachées de jaune.
Un des nombreux scheffleras nains à feuilles panachées: ‘Gold Capella’. Photo: ikea.com

On peut facilement trouver un schefflera nain à feuilles vertes, mais les cultivars à feuillage panaché — strié, bordé ou marbré de blanc ou de jaune — abondent sur le marché. Parmi les nombreuses variétés, il y a ‘Green Gold’, ‘Gold Capella’, ‘Janine’, ‘Trinette’ et ‘Luseanne’. D’autres cultivars offrent une foliole lobée, comme ‘Maggie’.

Le schefflera nain est un arbuste épiphyte, poussant très haut dans la cime des arbres en Asie tropicale à l’état sauvage. Comme c’est un arbuste, il n’a pas le tronc épais, raide et droit de H. actinophyllum, mais plutôt une tige d’environ la taille d’un crayon. Et elle a tendance à se développer en biais. Un peu de pinçage, d’élagage et parfois une replantation sont parfois nécessaires pour rendre cette plante symétrique.

Schefflera nain aux baies dorées
Le schefflera nain fleurit rarement à l’intérieur, mais quand il le fait, des baies attrayantes et durables suivent les fleurs insignifiantes. Photo: JMK, Wikimedia Commons

De plus, il fleurira à l’intérieur, mais pas si facilement. Principalement sur des plantes de quelques années.

Autres espèces

Et puis il y a «les autres»! Il y a littéralement des centaines d’espèces autrefois regroupées sous le nom de Schefflera, mais beaucoup portent maintenant un nouveau nom. Parmi celles-ci, vous pourriez trouver:

Schefflera rustique
Croissance printanière sur le schefflera rustique (Heptapleurum delavayi). Photo: edgeplot, Flickr

Le schefflera rustique (H. delavayi, anciennement S. delavayi) tire son nom de sa capacité à survivre à des hivers plus froids que la plupart des autres. C’est un grand arbuste à feuilles persistantes, capable de pousser dans les zones de rusticité 8 à 10*. Sa culture en plein air est donc possible dans les secteurs protégés de l’Europe francophone et même, avec une certaine protection, dans le sud-ouest de la Colombie-Britannique au Canada. Par contre, la plupart des jardiniers canadiens devront le faire hiverner à l’intérieur, à tout le moins dans un garage juste un peu chauffé.

*Pour en savoir plus sur les zones de rusticité, lisez Comprendre les zones de rusticité

Fausse aralie aux feuilles étroites et dentées.
La fausse aralie (Plerandra elegantissima) ne ressemble pas beaucoup à un schefflera dans sa forme juvénile, mais prend une forme similaire quand elle atteint sa maturité. Photo: BotMultichillT, Wikimedia Commons

La fausse aralie, que je connaissais sous le nom de Dizygotheca elegantissima pendant la «plantomanie» des années 1970 (où les plantes d’intérieur étaient particulièrement prisées), est devenue Schefflera elegantissima pendant un certain temps, mais s’appelle maintenant Plerandra elegantissima. Elle ne ressemble en rien à un schefflera dans sa forme juvénile. À ce stade, ses folioles palmées composées sont très étroites, vert foncé dessus et violet sombre dessous, ont la marge dentée et une nervure centrale pâle. C’est plutôt à maturité, généralement après une quinzaine d’années de culture, qu’elle change subitement d’apparence, produisant des folioles beaucoup plus larges et uniquement vertes, comme un schefflera assez typique.

Schefflera à huit feuilles
Schefflera à huit feuilles (Heptapleurum heptaphyllum). Photo: LiChieh Pan, Flickr

Il y a aussi le schefflera à huit feuilles (H. heptaphyllum, syn. Schefflera octophylla) qui a, vous l’aurez deviné, 8 folioles. Et aussi, le schefflera digité (H. insulaire, syn. Schefflera digitata), de la Nouvelle-Zélande.

Et je pourrais continuer encore longtemps ainsi, mais je suis sûr que vous avez compris. Il existe plus de 700 anciens scheffleras appartenant maintenant à divers genres, dont chacun est susceptible de paraître dans une jardinerie un jour comme plante d’intérieur sous le nom de schefflera.

En plein air

Schefflera à grandes feuilles utilisé comme arbre de rue à Hong Kong
Schefflera à grandes feuilles (Heptapleurum actinophyllum) utilisé comme arbre de rue à Hong Kong. Photo: Ngamna Dacherz, Wikimedia Commons

Cet article concerne la culture de scheffleras à l’intérieur, mais voici deux avertissements concernant leur culture à l’extérieur pour mes lecteurs vivant sous les tropiques.

Premièrement, la plupart (le schefflera rustique, H. delavayi, étant la principale exception) sont des plantes strictement tropicales, donc adaptées aux zones de rusticité 10 à 12. Seuls quelques-uns étendent leur distribution vers les climats subtropicaux (zone 9) ou tempérés (zone 8 et moins). Ainsi, si vous ne vivez pas dans les tropiques, il faut les cultiver comme plantes d’intérieur.

Deuxièmement, certains scheffleras se sont révélés envahissants dans les climats tropicaux. C’est le cas du schefflera à grandes feuilles (H. actinophyllum), envahissant entre autres dans le sud de la Floride, et du schefflera nain (H. arboricola). Ce dernier est tellement envahissant à Hawaï que les gens le prennent pour une plante indigène et l’appellent schefflera hawaïen! Le Global Compendium of Weeds le classe comme une adventice et déconseille sa culture! Donc, si vous plantez ces espèces à l’extérieur, vous devrez couper les tiges florales avant que les graines ne soient mûres. 

La culture d’un schefflera

La plupart des gens trouvent que, mise à part sa sensibilité aux tétranyques, le schefflera à grandes feuilles est une plante d’intérieur assez facile à cultiver. Certes, il n’a pas de besoins particuliers qui pourraient rendre sa culture compliquée: juste des soins de routine qu’on applique à toutes les plantes de maison. Il suffit de savoir que, même si vous le taillez régulièrement, il a tendance à devenir un véritable arbre d’intérieur. Votre bébé schefflera à grandes feuilles si mignon que vous venez d’acheter ne restera pas longtemps une petite plante de bureau!

Alors, que devez-vous savoir pour réussir à cultiver un schefflera?

Lumière

Une lumière vive à moyenne conviendra parfaitement. Le schefflera à grandes feuilles tolère le plein soleil aussi, bien que vous devriez peut-être d’abord l’y acclimater. Ignorez les étiquettes qui suggèrent qu’il s’agit d’une plante d’ombre. Il peut survivre à l’ombre pendant des mois, mais commencera éventuellement à dépérir.

Une fenêtre à l’est conviendrait parfaitement. Et une fenêtre au sud ou à l’ouest serait bien en automne et en hiver. Cependant, il faudrait peut-être tirer un voilage entre lui et le soleil brûlant pendant la chaleur de la journée durant les mois d’été. Ou encore, reculez votre schefflera à grandes feuilles de la fenêtre à ce moment-là.

Si vous le placez à l’extérieur pour l’été, ce qu’il aime beaucoup, assurez-vous de l’acclimater complètement avant de le mettre en plein soleil, sinon ses feuilles peuvent brûler.

Enfin, donnez à votre plante un quart de tour hebdomadaire dans la même direction, et ce, pour maintenir une croissance uniforme.

Des tiges faibles et molles et une croissance pâle sont des signes certains que votre plante ne reçoit pas toute la lumière dont elle a besoin.

Arrosage

Arrosez abondamment en humidifiant toute la motte, mais seulement lorsque le sol est sec au toucher. Impossible toutefois de prévoir la fréquence d’arrosage. Cela varie selon les conditions. Un schefflera à grandes feuilles seul dans un grand pot et placé à la mi-ombre peut nécessiter un arrosage aux 10 jours environ alors qu’une de ces potées bourrées de semis dans un pot trop petit peut nécessiter un arrosage aux 2 ou 3 jours, surtout si elle est au soleil. Alors, testez toujours avant d’arroser. En hiver, surtout, un arrosage excessif peut entraîner la pourriture.

Humidité atmosphérique

Moyenne. Le schefflera à grandes feuilles tolère l’air sec, mais cela peut entraîner un risque accru de tétranyques à deux points (araignées rouges). L’air humide (humidité relative de plus de 50%) donnera une meilleure croissance et améliorera la résistance aux ravageurs. Lorsque l’air est très sec, c’est-à-dire une humidité relative de 30 % ou moins, pensez utiliser un humidificateur pour l’amener à un niveau plus sécuritaire. Les baisses sérieuses d’humidité sont plus un problème en hiver.

Engrais

Fertilisez légèrement les jeunes plantes en pleine croissance quelques fois par année, mais seulement pendant leur période de croissance printanière et estivale. Un engrais tout usage conviendra parfaitement, mais tout autre engrais est parfaitement acceptable aussi. Une fois que les plantes ont atteint la hauteur désirée, réduire l’apport d’engrais peut aider à ralentir leur croissance future.

Température

Les températures ambiantes de nos demeures conviennent parfaitement. Et une température plus fraîche en hiver est acceptable sans être nécessaire. Essayez tout de même de maintenir cette plante tropicale au-dessus de 12 °C en tout temps. Des températures plus basses peuvent provoquer la chute des feuilles.

Rempotage

Pour encourager une croissance assez rapide des plantes plus jeunes, rempotez-les tous les ans ou deux dans un pot légèrement plus grand, de préférence au printemps ou en été. Pour ralentir une plante mature, laissez-la dans le même pot pendant 3 à 5 ans, mais faites un surfaçage annuel au printemps. C’est-à-dire, grattez la couche supérieure et remplacez-la par un terreau frais. Cela aidera à éliminer toute accumulation nocive de sels minéraux. Au bout de 4 ou 5 ans, rempotez en changeant le terreau, mais replantez dans un pot de la même taille. Tout cela contribuera à ralentir sa croissance au maximum.

Un terreau d’empotage générique conviendra parfaitement à cette plante.

Entretien

Comme mentionné ci-dessus, le schefflera à grandes feuilles se ramifie rarement seul. Ou du moins, pas avant très longtemps. Livré à lui-même, il poussera droit vers le plafond sur un tronc épais et robuste. Alors, pincez ou taillez l’extrémité de la plante pour la forcer à réagir. Cela stimulera les bourgeons dormants trouvés plus bas sur la tige et les encouragera à pousser.

Bien sûr, s’il n’y a qu’un bourgeon qui se réveille, vous n’aurez toujours pas de ramification: juste un nouveau tronc de remplacement. Il faut donc parfois pincer plus d’une fois, 3 ou 4 mois plus tard, pour stimuler la ramification désirée.

Si votre plante est plus grande que vous ne le souhaitez et que votre objectif est de réduire sa taille, vous pouvez la rabattre, même presque jusqu’à la base, et elle produira un nouveau tronc.

Rincez les feuilles à l’eau tiède tous les 2 ou 3 mois pour enlever toute poussière et conserver leur lustre caractéristique. Le rinçage élimine également les tétranyques qui peuvent s’y cacher.

Multiplication

Les pépinières commerciales cultivent des scheffleras à partir de semences (pour produire l’espèce) ou de culture de tissus (pour multiplier des cultivars).

Honnêtement, peu de jardiniers amateurs multiplient leur schefflera. S’ils veulent un deuxième spécimen, ils l’achètent, tout simplement. Rarement démarrent-ils leurs propres plants. Mais ce n’est pas impossible. Si vous décidez de contrer la tendance, sachez qu’il y a trois méthodes qui sont logiquement possibles à la maison. Le marcottage aérien est la méthode la plus facile et la plus sûre. La bouture de tiges est possible, mais le taux de succès est moindre. Enfin, produire des scheffleras par semis est facile si vous avez accès à des graines viables. Mais il faut alors calculer que vous perdrez au moins 3 ans avant d’obtenir une petite plante réellement présentable.

Illustration montrant le marcottage aérien

Marcottage aérien

Le meilleur moyen pour multiplier un schefflera à grandes feuilles est le marcottage aérien, car le taux de réussite est supérieur à celui du bouturage. Il s’agit d’envelopper la tige dans une boule de mousse de sphaigne humide et d’encourager les racines à s’y développer. Lorsque cela est fait, il vous suffit de couper la plante maintenant enracinée et de la rempoter indépendamment. Par la suite, un nouveau tronc poussera juste en bas de la blessure de l’ancien.

Vous pouvez en savoir plus sur la façon de faire le marcottage aérien étape par étape dans l’article Comment réussir un marcottage aérien.

Bouture de tige

Illustration montrant les outils nécessaires pour bouturer un schefflera.
Le schefflera à grandes feuilles n’est pas si facile à bouturer. Assurez-vous d’appliquer une hormone d’enracinement. Et une culture à l’étouffée (dans une mini-serre) est fortement recommandée. Ill.: jardinierparesseux.com  

Le bouturage de tige demeure possible, mais un peu compliqué*. Le principal problème avec cela est que ce schefflera a une tige ligneuse et que, comme beaucoup de boutures ligneuses, elle est très lente à s’enraciner. Or, si la bouture commence à sécher plus vite qu’elle ne peut faire de nouvelles racines, vous la perdrez. Donc, vous devez tout faire pour stimuler un enracinement rapide. Notamment en maintenant une humidité très élevée pendant tout le processus d’enracinement. 

*Remarquez que son cousin, le schefflera nain, est, tout au contraire, facile à bouturer.

Voici ce qu’il faut faire.

  1. Il est préférable de procéder au bouturage au printemps ou au début de l’été.
  2. Arrosez bien la plante la veille du bouturage. Elle doit être parfaitement hydratée.
  3. Préparez un pot de 15 à 20 cm rempli de terreau humide.
  4. Retirez les 2 ou 3 feuilles inférieures pour libérer plus de tige nue.
  5. Coupez le haut de la plante avec un couteau bien aiguisé ou un sécateur. Vous aurez besoin d’environ 10 à 15 cm de tige nue.
  6. À l’aide d’un coton-tige ou d’un pinceau d’artiste, appliquez de l’hormone d’enracinement sur la plaie laissée sur la bouture.
  7. Faites un trou de 5 à 10 cm de profondeur dans le terreau au centre du pot.
  8. Insérez l’extrémité coupée de la tige dans le trou et comblez bien de terreau humide. Vous devez raffermir le sol pour bien fixer la tige. Une tige qui bouge est moins portée à s’enraciner!
  9. Couvrez le tout avec un grand sac en plastique transparent ou une mini-serre. Scellez bien pour maintenir une culture à l’étouffée (une humidité élevée).
  10. Placez l’ensemble dans un endroit bien éclairé à des températures assez chaudes, mais pas en plein soleil.
  11. L’enracinement est lent et peut prendre un mois ou plus, mais lorsqu’une nouvelle feuille commence à apparaître du haut de la bouture, c’est un signe qu’elle s’est enracinée.
  12. Lorsque la bouture a produit une 2e nouvelle feuille, ouvrez peu à peu le sac plastique ou la mini-serre, question d’acclimater la plante graduellement à l’air ambiant plus sec.
  13. Vous avez maintenant un nouveau schefflera bien enraciné à partir d’une bouture!

Notez que la base de la plante mère produira un nouveau tronc si vous continuez à en prendre soin. Ainsi, vous aurez deux plantes.

Semis

Semis de Schefflera.
Le schefflera à grandes feuilles est assez facile à cultiver à partir de graines. Photo: Sheldon Navie, keyserver.lucidcentral.org

Les semences de Schefflera à grandes feuilles ne sont pas largement disponibles, mais si vous faites une recherche en ligne, vous devriez pouvoir trouver une source. Et les catalogues de graines spécialisés dans les plantes tropicales ou les plantes d’intérieur en proposeront sans doute. Ce n’est que dans les pays tropicaux que vous aurez la possibilité de récolter vos propres graines de schefflera à partir d’un arbre de votre jardin!

Il n’y a rien de spécialement difficile dans la germination des graines de schefflera. Voici ce qu’il faut faire:

  1. Laissez les graines tremper dans un thermos d’eau chaude, mais non bouillante, pendant une journée.
  2. Remplissez quelques petits pots avec du terreau à peine humide.
  3. Insérez les graines dans le mélange à environ 2 à 3 mm de profondeur.
  4. Placez le pot dans un endroit bien éclairé à des températures chaudes (20–27 °C), mais pas en plein soleil.
  5. Couvrez le pot avec une mini-serre ou un sac en plastique transparent pour maintenir une humidité élevée.
  6. Gardez le mélange légèrement humide en tout temps.
  7. La germination prendra probablement 30 à 60 jours.
  8. Une fois que les semis germent et produisent leur première vraie feuille, ouvrez progressivement le sac ou la mini-serre pour les acclimater à l’air plus sec.
  9. Ensuite, retirez le ou les pots du sac ou de la mini-serre et traitez les plantules comme des plantes adultes.

Problèmes

Les scheffleras à grandes feuilles sont sujets à plusieurs insectes nuisibles.

Dommages causés par les tétranyques aux feuilles de schefflera.
Les tétranyques sont un problème courant sur les scheffleras, surtout lorsque l’air est sec. Photo: http://www.apsnet.org

Les tétranyques à deux points attaquent lorsque l’air est sec. Ils provoquent le dessèchement, le jaunissement et la perte des feuilles. Ils sont vraiment minuscules et difficiles à voir, mais ils laissent des «toiles d’araignées» révélatrices. Le maintien d’une humidité atmosphérique élevée peut aider à les tenir à distance. Et pulvériser de l’eau ou de l’eau savonneuse peut faire baisser leur population.

Les infestations de tétranyques sont la principale raison pour laquelle je ne considère pas le schefflera comme une plante d’intérieur facile à cultiver. Ils sont malheureusement très courants, surtout chez les jardiniers débutants, car les néophytes saisissent rarement l’importance d’une forte humidité chez les plantes d’intérieur.

Lorsque les cochenilles à carapace (de petits dômes bruns, verts ou transparents qui se collent aux tiges ou aux feuilles) et les cochenilles farineuses (comme des petites boules d’ouate), introduites par des plantes contaminées, se fixent sur les scheffleras, elles peuvent être très difficiles à déloger. Elles drainent l’énergie de la plante et peuvent éventuellement la tuer. De plus, un miellat abondant et collant s’égoutte des insectes sur vos meubles et votre plancher. La plupart des traitements semblent fonctionner au début, puis les parasites reviennent encore et encore. Allez-y! Essayez vos méthodes favorites, mais si elles échouent, il pourrait être sage de vous débarrasser de la plante contaminée et de recommencer.

Pour prévenir les cochenilles à carapace et les cochenilles farineuses, isolez toujours les plantes nouvellement achetées pendant au moins 30 jours avant de les placer avec vos autres plantes.


Le schefflera: un arbre d’intérieur classique, toujours robuste et élégant, qui est largement disponible et qui pourrait faire partie de votre décor pendant des années, voire des décennies. Vous voudrez sûrement l’essayer!

4 comments on “À chaque mois sa plante, août 2022: le schefflera à grandes feuilles

  1. Dallaire

    Le mien perd ses feuilles et tiges du bas depuis un certain temps qu’elle serait la cause ?
    Merci !

  2. Bonjour,
    Mon schefflera nain passe l’été dehors pour la 1ère fois: j’aimerais bien qu’il fleurisse mais je ne me fais pas trop d’illusions… J’ai encore beaucoup ri tout en m’instruisant, surtout avec « didymopanax » !!!
    Mille mercis !

  3. LianeLapointe

    Bonjour. J’ai 2 scheffleras. J’ai l’intention de faire du marcotage avec un des 2 qui est très grand en hauteur et rien au niveau du tronc. Je tente l’expérience bientôt. Ça sera une première je vous en donne des nouvelles .Je vais essayé de vous envoyer une photo dans le prochain courriel. Merci beaucoup pour les bibliothèques d’informations que vous nous partager. Bonne journée .🙏

  4. « Ce genre de plus de 700 espèces qui a été démantelé, réuni et démantelé encore plusieurs fois en plus de 30 genres au fil du temps.  »
    Ils sont insupportables ces phylogénéticiens, j’y perds mon Linné, pardon, mon latin (enfin, le peu qui me reste…) 😂

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :