Automne: pas la meilleure saison pour la multiplication

Par défaut
20171126A AKuptsova, pixabay.jpg

Les semis et boutures faits à l’automne reprennent difficilement. Source: AKuptsova, pixabay

Il y a un temps pour tout… et l’automne n’est pas la meilleure saison pour la multiplication des plantes. Que ce soit pour les semis ou les boutures, la reprise est lente quand les jours sont courts, car ils reçoivent des indications contradictoires. Quand vous mettez des graines ou des boutures en contact avec du terreau et que vous arrosez, vous leur envoyez le signal «poussez!» Mais entre la mi-octobre et la fin de février, sous l’influence des jours courts, dame Nature leur envoie plutôt le signal contraire. «Prenez un temps d’arrêt», dit-elle.

Il en résulte des semis qui ne lèvent pas ou seulement très faiblement et qui ne grandissent que très lentement, si même ils grandissent. Souvent, ils s’étiolent. Les boutures poireautent, hésitant à s’enraciner. Dans les deux cas, c’est souvent la pourriture qui s’installe.

Un printemps artificiel

20171126B.jpeg

Créez un printemps artificiel en éclairant vos semis et boutures. Illustration tirée du livre Les 1500 trucs du jardinier paresseux

Si vous voulez défier dame Nature avec une multiplication hors-saison, utilisez plutôt un éclairage artificiel. Placez vos pots de semis ou de boutures à 15 à 30 cm d’une lampe fluorescente ou DEL et réglez la minuterie à 12 à 16 heures. Il serait sage aussi de les cultiver à l’étouffée (sous un dôme ou dans un sac de plastique transparent), car l’air de nos maisons est sec l’hiver et une culture sous plastique créera un «effet de serre» bénéfique. Avec des jours longs et une bonne humidité, vous convaincrez vos semis et boutures que c’est le printemps, et donc la bonne saison pour pousser, et leur croissance sera alors rapide et robuste.

20172226C.jpeg

Une culture à l’étouffée est très utile quand l’air est sec. Illustration tirée du livre Les 1500 trucs du jardinier paresseux

Une fois leur croissance bien engagée, enlevez peu à peu la couverture transparente, augmentant plutôt l’humidité au moyen d’un humidificateur ou d’un plateau humidifiant, mais gardez les jeunes plants sous éclairage artificiel tout l’hiver si possible, jusqu’au début de mars au moins, pour que leur croissance se maintienne.

Oui, parfois on peut berner dame Nature et gagner de l’avance sur l’été à venir!20171126A AKuptsova, pixabay

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s