Catégories

Recherche

Nos partenaires

Construire son potager urbain: trucs et astuces pour du mobilier en bois durable

Le mois de mai est une période parfaite pour mettre en place votre potager urbain, voire le construire. Depuis plusieurs années, j’ai la chance d’avoir un potager en plein sol pour cultiver une grande diversité de légumes. Malgré tout, j’ai longtemps habité en logement et la culture en bac était ma meilleure amie. J’ai cultivé autant dans de bons vieux bacs rubbermaid que dans toutes sortes de contenants recyclés. Il est toujours surprenant de voir le nombre de variétés qu’il est possible de faire pousser hors sol, et ce, assez facilement.

Lorsque j’ai joint l’équipe des Urbainculteurs, j’ai redécouvert le plaisir de verdir des lieux bétonnés et de petits espaces, tout en maximisant l’utilisation de cultures utiles et comestibles avec les potagers surélevés en bois. Quel plaisir d’embellir les lieux grâce à ces mobiliers urbains uniques! Voici donc quelques trucs et astuces pour vous permettre vous aussi de réaliser du mobilier de jardin aussi esthétique qu’abordable, et durable!

potager urbain

Quelle essence de bois utiliser?

Plusieurs sont disponibles sur le marché. Il est donc important de faire un choix éclairé si vous souhaitez que vos bacs aient une durée de vie intéressante. Il faut parfois investir un peu plus au départ, mais cet investissement sera vite rentabilisé avec tous les légumes savoureux dont vous profiterez par la suite.

Le bois traité brun

Ce type de bois a reçu un traitement au cuivre alcalin quaternaire. Il est recommandé pour la construction de structures comme des pergolas, des patios et des bancs. Bien qu’il soit très durable et tentant de l’utiliser pour la construction de bacs à jardin, il n’est pas encore conseillé par Santé Canada quand il est question d’être en contact avec des aliments.

Épinette et pin blanc

Facilement disponible, et ce, dans plusieurs dimensions, ces essences ont par contre peu de résistance naturelle à l’extérieur si elles sont non traitées. L’épinette est plus abordable, mais moins esthétique que le pin. Le pin blanc, quant à lui, sera plus léger; un avantage si vous devez déplacer vos bacs!

Pruche et mélèze

Ces deux essences possèdent une résistance naturelle à l’extérieur. Moins facilement disponibles, les planches auront tendance à tordre et à craquer en vieillissant. Pour son côté esthétique, le mélèze est tout de même une option intéressante.

Cèdre

Grand gagnant pour sa résistance naturelle élevée à l’extérieur, il est esthétique, léger et disponible en plusieurs dimensions. Vous aurez accès sur le marché à deux types de cèdre. Le cèdre blanc de l’Est (Thuya occidentalis) est notre #1. Nous l’utilisons aux Urbainculteurs pour l’ensemble de notre mobilier à potager urbain. Il est local et abordable, quoiqu’un peu moins accessible que le cèdre rouge de l’Ouest (Thuja plicata) qui lui, est plus dispendieux, moins local, mais accessible dans plusieurs quincailleries.

Les matériaux pour l’assemblage

Il existe une panoplie de vis, clous et autre matériel dans les quincailleries: de quoi s’y perdre, parfois! Voici donc ce qu’utilise notre équipe et qui vous servira pour la réussite de votre projet. Utilisez des vis traitées pour l’extérieur et une bonne colle à bois de grade alimentaire. Pour les parties plus structurelles, comme les solives (planches sur lesquelles votre plancher de bacs repose et qui devront supporter un grand poids), vous devriez opter pour des vis structurelles en acier galvanisé.

construire son potager urbain

Pourquoi opter pour ce type de vis pour vos planchers? Car les vis standards sont bonnes pour exercer une pression et coller deux planches ensembles, mais sont moins résistantes quant aux forces latérales et de torsion, et elles ont plus tendance à casser! Si on veut réduire les coûts et ne pas acheter de vis structurelles qui peuvent être dispendieuses, et si ce n’est pas une structure qui pose un danger, on peut varier vis et clous de bonne taille (les clous sont plus forts en torsion).

La protection du bois

Bien que plusieurs essences de bois aient une résistance naturelle à l’extérieur, je vous conseille de prévoir un traitement adéquat afin de prolonger la vie du bois et le rendre plus esthétique. Si toutefois vous ne souhaitez pas exécuter ce travail, sachez que votre bois va grisonner et peut-être même noircir beaucoup plus rapidement.

potager urbain

Il existe différentes méthodes de traitement: l’huile de lin (peu résistante au grisonnement), la méthode Shou-sugi-ban (bois torréfié) et l’application d’une teinture conçue pour le bois. Nous utilisons la teinture Sansin, un produit à base d’eau et d’huile de lin qui est offerte en plusieurs teintes, facile d’application et abordable. Il est important de bien sabler pour ouvrir le grain du bois avant l’application. Assurez-vous également qu’il n’y ait aucune pluie de prévue au moins 48 heures avant et après l’application, et qu’il fasse 10 °C, autant le jour que la nuit.

Enfin, l’intérieur des bacs est recouvert de géotextile feutré, de préférence. Ne surtout pas mettre de toile en plastique, car on veut une bonne aération et un bon drainage; il faut que ça respire!

Quelques mobiliers utiles au jardin

En terminant, je souhaitais vous présenter quelques mobiliers intéressants à construire pour votre potager urbain. Que vous soyez menuisier·ère ou non, j’espère que cette brève incursion vous aura inspiré·e pour vos futurs projets de potager en bacs. Et maintenant, à vos marteaux!

Le bac à jardin

construire son potager urbain
  • Profondeur du bac: minimum de 12 po et idéalement 20 po
  • Pas trop large, pas trop gros (ergonomie et déplacement)
  • Prévoir le poids de la terre/compost mouillé sur le plancher/solives
  • Géotextile à l’intérieur
  • Espacement entre le plancher (écoulement de l’eau)
  • Mettre à niveau (esthétique et plus durable)

Le lit de culture

construire son potager urbain
  • Égaliser son sol avant l’installation
  • Minimum de 10 po de hauteur
  • Pas trop large et pas trop long (ergonomie)
  • Planches plus larges: 2 po ou plus pour les pourtours
  • Géotextile sur les parois seulement
  • Carton ou papier journal au fond: il se dégradera et laissera votre terreau en contact avec le sol existant.
  • Renforts horizontaux à tous les 4 à 6 pieds

La compostière

  • Intérieur en treillis métallique galvanisé avec trou 1/4 ou 1/2 po
  • Espace entre les planches pour la ventilation
  • Couvercle avec pentures
  • Devanture pouvant s’enlever en 2 sections (facilite le brassage)
  • Pas trop haut et pas trop gros (ergonomie), mais pas trop petit non plus (chaleur et vie microbienne)
  • Dessous en carton et treillis (anti-rongeur)

commentaire sur "Construire son potager urbain: trucs et astuces pour du mobilier en bois durable"

  1. Christian Labrie dit :

    Pour la compostière, vaut-il mieux mettre ou ne pas mettre un couvercle? Il me semble avoir d?jà lu dans ce blog qu’il valait mieux laisser y tomber l’eau de la pluie, donc, pas de couvercle.

    • Mathieu Hodgson dit :

      Utiliser un couvercle sur une compostière présente des avantages comme protéger le compost des excès de pluie, maintenir la chaleur pour accélérer la décomposition, et empêcher les animaux de perturber le compost. Cependant, dans des régions avec peu de précipitations, un couvercle pourrait limiter l’humidité nécessaire au compost et réduire la circulation de l’air, surtout si le couvercle n’est pas bien aéré. Le choix d’utiliser ou non un couvercle dépend donc de votre climat local et vos besoins spécifiques.

      • DANIELLE DE CROMBRUGGHE dit :

        Ici j’ai besoin d’un couvercle car le vent soufflerait les feuilles mortes ajoutées. Tout comme les côtés de ma compostière il y a des espaces entre les planches de mon couvercle laissant passé vent et pluie. J’ai ajouté a l’intérieur de ma compostière sur 2 côtés une toile pour limiter le vent autrement mon composte s’asséchait trop vite.

    • Chantal dit :

      Concernant la protection du bois d’un bac à potager, une alternative naturelle (et peu coûteuse!) aux teintures vendues en commerce est d’en concocter une soi-même en laissant tremper une laine d’acier dans du vinaigre. Selon le type de vinaigre utilisé et le temps de trempage, on peut obtenir différentes teintes qui viennent “magnifier” le bois, sans danger pour les aliments cultivés dans le bac. Nous avons teint nos deux bacs en cèdre de cette façon et le résultat est spectaculaire! Plusieurs recettes et tutoriels sont disponibles sur internet.

  2. Sylvie L. dit :

    Merci pour vos précieux conseils! Ils arrivent à point car mon mari et moi voulons justement construire un bac à jardin.

  3. Manon Gamelin dit :

    Nous allons construire des bacs surélevés. Votre article arrive juste à point. Merci pour vos conseils!

  4. Jocelyne Filion dit :

    Pour le bac à jardin faut il tapisser le fond de geotextile aussi ainsi que les côtés ? Faut il percer les trous pour l egouttement entre les planches? Mon jardin à un grillage et reste toujours détrempé ! Que faire?

  5. Celine dit :

    Bonjour
    Je suis à construire un potager au sol
    Je fais la technique du bois brûlé
    J’ai appliqué de l’huile de lin
    Bien hâte de voir le résultat
    Cèdre blanc
    ?

  6. agnes dit :

    je suis surprise que vous ne parlez pas de la technique de brûler le bois à l’intérieur du bac pour éviter qu’il pourrisse moins vite, afin que les microorganismes du sol décompose le bois.
    ça fait toute la différence…

  7. Sara dit :

    Dans les petites structures à construire, on pourrait ajouter une table de rempotage et un mini-chassis (bois + pvc) aux dimensions des bacs pour les protéger des premiers froids

  8. Robert Grondin dit :

    Possible d’avoir le plan du bac?

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!