Catégories

Recherche

Nos partenaires

À chaque mois sa plante, avril 2023: Saxifraga stolonifera

Photo par Krzysztof Golik

La saxifrage stolonifère est une plante ornementale utilisée à l’extérieur dans de nombreux pays, notamment en raison de sa culture aisée, de sa résistance aux maladies et de sa naturalisation rapide. Bien que sa résistance au froid en permette la culture presque partout en Europe, elle est un poil trop frileuse pour le Québec. Heureusement, elle fait aussi office de plante d’intérieur à entretien léger et à forme originale.

Photo par Jerzy Opioa.

Origine

On l’appelle saxifrage stolonifère, saxifrage sarmenteuse, saxifrage araignée, barbe de vieillard et, en anglais, strawberry saxifrage, strawberry begonia, strawberry geranium ou, plus original, Aaron’s beard et roving sailor… Elle porte plusieurs noms, mais elle n’est ni un bégonia ni un géranium (et encore moins une araignée). En vérité, saxifraga stolonifera est une plante herbacée du genre des Saxifrages, un genre de près de 465 espèces de saxifrages et appartenant à la famille des Saxifragacées.

La saxifrage stolonifère est, pour l’instant, la seule qu’on cultive à l’intérieur, mais de nombreuses saxifrages sont utilisées comme plantes ornementales pour le jardin (S. oppositifolia, S. paniculata ou S. longifolia, pour ne nommer que celles-ci). La saxifrage provient de l’est de l’Asie, notamment de Chine, du Japon et de Corée, et s’est répandue en Europe et en Amérique du Nord.

Elle pousse souvent dans les crevasses entre les rochers. Photo par Alpsdake.

Petite pause linguistique

La saxifrage, le saxifrage? En ce qui concerne les noms botaniques (ceux en latin), la règle est simple: les noms de plantes sont masculins. Par contre, pour les noms communs, il n’y a pas vraiment de règle; on dira donc le Saxifraga mais la saxifrage, un substantif bel et bien féminin dans les ouvrages de référence.

Pour plus d’information sur le genre des plantes: https://jardinierparesseux.com/2017/11/03/le-sexe-des-noms-botaniques/

Continuant sur cette lancée linguistique, mentionnons que saxifrage vient du latin saxifraga, qui vient lui-même de saxum (le rocher) et de frango (briser). L’adjectif «saxifrage» s’employait en médecine pour désigner les médicaments capables de dissoudre les calculs dans la vessie, mais cet usage est révolu.

Évidemment, stolonifère signifie «qui a des stolons», ces tiges aériennes qui permettent de propager la plante. Nous en parlerons plus tard dans la section Multiplication.

Description

Les saxifrages sont de petites plantes basses composées d’une rosette de feuilles dentelées, généralement vert olive. Les feuilles sont pourvues de nervures plus foncées ou argentées, qui offrent un contraste ornemental, et leurs dessous sont d’une teinte pourprée.

Les feuilles sont couvertes d’un duvet blanc ou rougeâtre. Photo par Dalgial.

Durant sa période de floraison, elle produit des stolons rouge serti d’une série de petites fleurs à cinq pétales, dont les trois du haut, plus petites, sont d’une teinte légèrement rose, et les deux du bas, plus grandes, sont blanches. Prises séparément, les fleurs ne sont pas particulièrement belles, mais elles peuvent venir en nombre de sept à soixante, pour un spectacle plus attrayant. Toutefois, dans des conditions intérieures, elles ne fleurissent pas systématiquement.

Les saxifrages ne poussent pas vraiment en hauteur, mais elles s’étendent rapidement en largeur. Elles produisent, tout comme les plantes-araignées (Chlorophytum comosum) ou les fraises (Fragaria), des stolons rouges au bout desquels poussent des saxifrages miniatures. Ces plantes sont donc particulièrement jolies en panier suspendu.

Gros plan d’une fleur, accompagnée de deux autres et de boutons. Photo par Jerzy Opio?a.

Variétés

Il existe peu de cultivars de variétés stolonifères. Outre la forme de base, avec les feuilles vert olive aux nervures argentées, il existe les cultivars suivants:

  • ‘Maroon Beauty’, dont les feuilles vert olive ont des nervures et des revers marron, comme son nom l’indique. Cette teinte foncée est particulièrement apparente sur les nouvelles feuilles;
  • ‘Harvest Moon’, une variété aux feuilles chartreuses presque entièrement jaunes, dont les rebords et les revers sont rouges. On peut s’imaginer, naturellement, qu’elle demande plus de lumière que les versions nommées plus haut.
  • ‘Tricolor’, une version panachée dont les feuilles sont ourlées d’une couleur crème et, sous bon éclairage, elles prennent une teinte rose comme leurs revers. Encore une fois, un éclairage plus vif est requis, tout en prenant garde aux rayons directs du soleil qui peuvent brûler la partie plus pâle. Cette saxifrage est de culture plus délicate que l’espèce de base et est également plus frileuse.
Le cultivar ‘Maroon Beauty’ est plus sombre que l’espèce de base. Dans cette photo, les nervures ne sont pas très apparentes, mais ce n’est pas le cas pour toutes celles qu’on peut retrouver dans le commerce. Photo par Stan Shebs.

Conseils de culture

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est Sunsoleil.jpg

Lumière

La saxifrage demande une belle lumière vive, comme l’exposition de fenêtres à l’est ou à l’ouest dans l’hémisphère nord. Si la plante est bien arrosée et en santé, des rayons directs ne devraient pas causer de problème, sauf ceux intenses du zénith durant la saison estivale.

Arrosage

La saxifrage est une plante qui pousse rapidement. Elle peut demander beaucoup d’eau durant sa période de croissance. Un terreau constamment humide (mais pas détrempé) réduit le risque que les feuilles s’assèchent.

Quand la plante est en période de repos ou sous une lumière timide, comme celles qu’on a l’hiver, on peut laisser le terreau s’assécher légèrement.

Humidité atmosphérique

La saxifrage tolère assez bien l’air sec, mais profite de l’humidité si elle est disponible. En revanche, une humidité atmosphérique élevée augmente les risques de maladies foliaires. On recommande généralement d’éviter de mouiller les feuilles, car, comme beaucoup d’autres plantes pubescentes, elles peuvent développer des maladies.

Terreau et rempotage

Un terreau pour plantes d’intérieur traditionnel conviendra à la saxifrage, qui s’adapte à presque tous les sols dans la nature. Au moment du rempotage, prendre garde de ne pas endommager les stolons, qui sont plutôt fragiles. Heureusement, les saxifrages tolèrent très bien de rester à l’étroit dans leur pot.

Engrais

On peut nourrir la saxifrage durant sa période de croissance avec un engrais tout-usage.

Température

La saxifrage préfère des températures entre 10 °C et 18 °C, surtout la nuit. Elle peut cependant tolérer des écarts bien plus grands, jusqu’à 32 °C, et à l’autre extrême, des gels brefs.

Attention aux cultivars qui peuvent être plus frileux: il est mieux de les garder à au moins 10 °C.

Entretien

Aucune taille n’est nécessaire pour la saxifrage, comme pour la plupart des plantes en rosette. À l’occasion, il faudra retirer une feuille séchée (les feuilles sont d’ailleurs assez difficiles à enlever, offrant une résistance même quand elles sont complètement sèches).

Si jamais la vue de stolons qui pendent ne vous plaît pas, vous pouvez simplement les remettre dans la potée originale et les détacher de la plante mère, avec un ciseau de préférence, quand ils seront enracinés. La potée n’en sera que plus fournie.

Avec le temps, la plante mère devient un peu grincheuse et moins jolie qu’avant. À ce moment, il est préférable de la renouveler en bouturant les stolons.

Multiplication

De ce côté, rien de plus facile: la plante produit d’elle-même ses rejetons. En les déposant dans du terreau légèrement humide, ils continueront d’être nourris par la plante mère, en santé, dont ils pourront être sevrés quand ils seront enracinés. Les bébés produiront des racines en quelques semaines.

C’est justement en raison des stolons que la plante finit par former un tapis assez dense. Photo par Yuya Tamai.

Et la culture extérieure?

Saxifraga stolonifera forme un couvre-sol qui se naturalise rapidement dans le jardin. Vers mai juin, plus tôt ou plus tard selon les climats, elle se couvre de petites fleurs. Dans des zones tempérées, son feuillage est persistant, et caduc s’il fait trop froid. Dehors comme dedans, elle est de culture aisée, peu affectée par les maladies, mais attention aux limaces!

– Lumière: l’ombre ou la mi-ombre lui conviennent;
– Arrosage: elle ne demande pas d’eau quand elle est bien enracinée, généralement l’année suivant la plantation initiale;
– Sol: elle tolère tant les sols argileux que sablonneux, et tant acides que basiques;
– Rusticité: zone 6 à 9. Par contre, elle demande une protection hivernale en zone 6. Les variétés plus colorées peuvent être plus frileuses. Autant dire qu’au Québec, elle sera considérée comme une annuelle, n’étant pas du tout une plante adaptée aux conditions hivernales extérieures.

Saxifrages en fleurs. Photo par Dalgial.

Problèmes

  • Pestes: S. stolonifera peut être attaquée par les tétranyques, les pucerons et les cochenilles. Dehors, par les limaces;
  • Feuille basale qui jaunit: c’est normal, avec le temps, que la plus vieille feuille commence à mourir. Si la plante en produit d’autres, il n’y a pas lieu de s’inquiéter;
  • Feuilles qui jaunissent: quand plusieurs feuilles jaunissent en même temps, c’est souvent qu’elle a été trop arrosée. Il est possible qu’elle ait commencé à pourrir. Au cas où la plante mère ne survivrait pas, la multiplier avec ses stolons;
  • Feuillage sec: c’est souvent un mélange entre le manque d’eau ou des rayons directs du soleil trop vif (particulièrement en période de sécheresse);
  • Absence de fleurs: il se peut que la plante soit trop jeune, soit tenue constamment humide ou, enfin, qu’elle manque de lumière;
  • Taches sur le feuillage: il s’agit de maladies foliaires. Il faut éliminer le feuillage atteint et éviter les éclaboussures sur les feuilles (par exemple en arrosant par bassinage), voire peut-être réduire légèrement l’humidité.

Toxicité

Dans la cuisine japonaise, les feuilles sont utilisées crues ou cuites. Elle n’est pas non plus toxique pour les chats et les chiens. Mais je ne recommande jamais de manger une plante qui n’a pas été cultivée expressément pour la consommation!

Photo par Alpsdake.

Enfin, facile à cultiver, facile à multiplier et ayant des feuilles à forme et texture originales, Saxifraga stolonifera est une jolie plante à suspendre aux fenêtres lumineuses, qu’elle égayera de ses feuilles nervurées et de ses stolons rouge vif.

Saxifrage ‘Tricolor’ et moi, une histoire d’amour

Lors de la rédaction de ces articles, il y a toujours un équilibre à trouver entre les informations obtenues de source officielle et ma propre expérience de culture. Par exemple, je me sens à l’aise d’affirmer que les feuilles mortes sont difficiles à retirer de la saxifrage, comparativement à la plupart des autres plantes, même si ce n’est pas forcément mentionné dans mes recherches.

Le livre Les Plantes d’intérieur du Jardinier paresseux reste ma bible et la base de ces articles. (Si vous ne l’avez pas, je vous le recommande, c’est un ouvrage complet et fort intéressant.) Mais pour S. stolonifera, je ne suis pas vraiment d’accord avec deux des conseils donnés.

Tout d’abord, Larry Hodgson dit que la plante est de difficulté «moyenne». Je l’aurais qualifiée de «très facile» (d’où le compromis de la considérer «facile» dans cet article, ). Ma saxifrage panachée ne m’a donné aucun problème. Je l’ai mise dans un coin de mon salon où elle reçoit peu de lumière (mais à proximité d’une lampe), je l’ai probablement trop arrosée puisque le terreau reste humide pendant des semaines, et pourtant, elle me produit fidèlement de nouvelles feuilles et de nouveaux stolons, j’ignore comment.

Ensuite, le Jardinier paresseux dit que la version panachée demande un éclairage intense, mais mon expérience est toute autre. Pourtant, les feuilles que produit ma saxifrage sont d’un rose vif (et elles sont particulièrement jolies). Je ne lui offre certainement pas un éclairage intense!

Alors, qu’en est-il? J’ai peut-être un spécimen spécialement robuste. Ou bien la saxifrage assimile particulièrement bien la lumière ordinaire d’une lampe (qui n’est même pas une lampe de croissance) et croît donc comme si elle était sous un éclairage intense. Ou c’est qu’il y a un nouveau cultivar sur le marché (les hybrideurs travaillent sans relâche pour offrir des plantes nouvelles, plus belles ou plus solides – peut-être que ce nouveau cultivar fait mieux la photosynthèse que le précédent)…

Ou alors, on en revient au mystère qui étonne les jardiniers depuis toujours: mon ami s’occupe de son croton (codiaeum variegatum) n’importe comment et la plante pète le feu, tandis qu’avec mes meilleurs soins et des recherches à n’en plus finir, ma plante-araignée (chlorophytum comosum), réputée ultra-facile, meurt sans raison. Des fois, il n’y a juste pas de raison…

Et vous, comment a été votre expérience avec Saxifraga stolonifera ‘Tricolor? «Très facile» ou «moyen»?

Photo par l’auteur.

commentaire sur "À chaque mois sa plante, avril 2023: Saxifraga stolonifera"

  1. Daniel Fantino dit :

    Ressemble au lierre terrestre qui pousse dans les pelouses et qui n´est pas un problème pour la tondeuse. Le lierre terrestre, comestible peut être utilisé comme condiment au Québec avec son goût et parfum prononcé. Merci pour la découverte de cette “consoeur” .

  2. odile de petriconi dit :

    J’ai deux saxifrages. La version “traditionnelle” se porte bien mieux que la tricolore dont les feuilles ont tendance à sécher. J’évite de trop arroser et viens de la changer de place pour qu’elle ne soit plus exposée en plein soleil.

  3. Louise dit :

    J’en ai eu deux fois et les deux fois, elles ont été attaquées par les cochenilles. J’essaierai peut-être encore mais je ne vois pas de très beaux spécimens en vente.

  4. Huguette St-Germain dit :

    Après le douloureux deuil de plusieurs saxifrages, j’ai maintenant le grand bonheur de voir grandir et embellir celui que j’ai. Mon truc: je l’arrose par sa soucoupe !

  5. Juliette au balcon dit :

    Bonjour Colin,
    Je comprends votre attachement à votre Saxifraga ‘Tricolor’. C’est une plante fort jolie avec ses feuilles roses et vert olive. Je n’ai jamais eu de saxifrage mais la photo de votre beau spécimen suscite mon envie de m’en procurer une.
    Et je suis d’accord avec vous, le livre “Les plantes d’intérieur” de Larry Hodgson est vraiment une bible dans son genre. Très bien illustré et très complet.
    D’où vient l’association avec les fraises dans le nom anglais? Est-ce en raison de la ressemblance avec des feuilles de fraisier?

    • Mathieu Hodgson dit :

      C’est en partie à cause des feuilles, qui se ressemblent un peu, mais aussi parce qu’ils se multiplient tous deux par stolons.

  6. Anonyme dit :

    bonjour je recherche une plante interieure hoya belle

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!