Catégories

Recherche

Nos collaborateurs

6 histoires de décès végétaux pour le Dìa de los muertos

Samain, Toussaint ou Dìa de los muertos, peu importe ce que représente le premier novembre pour vous, je vous souhaite une belle journée commémorative. Comme c’est pour énormément de cultures une journée pour commémorer les défunts, j’ai choisi de vous faire un article d’histoires en mémoire de mes propres regrettés.

Photo: Jhovani Morales

Vêtue de noir et parlant (écrivant) à mi-voix, laissez-moi vous raconter des histoires sur la vie et la mort de mes plantes… (Et prenez des notes pour ne pas reproduire les circonstances tragiques de ces décès!)

Petite crassule de la bonne volonté

Cette plante fut ma toute première. L’ennui, c’est qu’elle est morte si vite que… je ne la considère pas vraiment comme telle! Et pourtant, je l’ai aimée pour le bref moment que ça a duré!

Je l’ai acheté à l’université pour une campagne de financement. Une jolie petite crassule qui aurait tout mon amour! Voulant bien faire, je ne l’ai pas mise dans mon sac d’école parce que… vous voyez, c’était une plante, toute petite et fragile! Je l’ai donc gardée dans mes mains le temps de me rendre au métro, puis à ma voiture.

Pas de chance, j’étais stationnée loin, j’avais un bon 10 minutes de marche et il ventait beaucoup. Ma petite crassule, dont la terre était très sèche, s’est alors envolée de son pot pour tomber au sol…

Mais…

…J’ai oublié de vous dire… on était en janvier et il y avait une tempête de verglas… Oups!

Mon bébé plante est donc tombé dans une cuvette d’eau glacée, dans un creux de slush brune (de la gadoue), mais pas grave… elle avait soif de toute façon, je suppose!

Hey les Québécois! Je veux pas vous écœurer mais… ça s’en viiiiieeennnt!

Bref, je ramasse ma pauvre petite plante et je retourne chez moi. Là, je décide de lui faire un MAGNIFIQUE terrarium. Je la mets dans un bocal à poisson sans trou de drainage, avec un mini pouce de terre, et je la place dans ma chambre sans fenêtres au sous-sol. TADA!

Je sais, je sais, c’est surprenant, mais… elle n’en est pas morte! Il faut savoir que les plantes grasses n’ont pas besoin d’un terrarium, c’est trop humide et pas assez aéré. Elles ont aussi besoin d’un bon drainage et de soleil… Mais cette plante avait envie de vivre et, tout comme moi, elle était pleine de bonne volonté!

Puis, je suis partie en voyage une semaine. Ma mère, pleine de bonnes intentions, trouvait que ma petite crassule était laide et avait probablement besoin d’eau puisque je ne l’arrosais que très peu. À mon retour, la petite crassule baignait depuis une semaine dans un bocal dans lequel il y avait plus d’eau que de terre.

Ce fut le coup de grâce de cette pauvre petite crassule de la bonne volonté!

Aloès, jamais plus…

Numéro 1.

Ma vraie première plante (que j’ai réussi à garder plus que deux semaines) fut un aloès. Il était joli, vert, plein de vie, et ses jolies feuilles pointaient vers le ciel. Je l’ai arrosé soigneusement, abondamment, régulièrement, jusqu’au jour où il a commencé à avoir les feuilles plates, comme si elles s’étaient vidées de leur substance.

J’ai fait des recherches et Internet m’a mise sur la piste d’un manque d’eau. J’ai donc arrosé mon aloès de plus belle! Mais plus le temps passait, plus il semblait mal en point.

Mon ami Internet m’a alors dit qu’il s’agissait probablement d’un surplus d’eau ayant fait pourrir les racines. La plante manquait donc effectivement d’eau; elle n’avait plus assez de racines saines pour s’abreuver. Elle a tenté et tenté de poursuivre sa vie, mais tristement, les épreuves ayant été trop dures, elle s’éteignit paisiblement et très, TRÈS lentement…

Je n’ai malheureusement pas gardé de preuve de mes meurtres, alors à défaut d’une image d’aloès mort, en voici un vivant (qui ne m’appartient pas!) avec un ‘ti zoizeau pour égayer cet article.

Photo: Jean van der Meulen

Numéro 2.

Mon second aloès, qui fut également ma seconde plante, vécut un peu plus longtemps. En fait, il a même réussi à grandir! Il s’épanouissait si bien, que voyant sa bonne santé et sa jolie couleur verte, j’ai jugé nécessaire de lui offrir un pot plus gros.

Ignorant qu’il était bien à son aise dans un pot à peine serré, et armée des meilleures intentions, j’ai choisi de le planter dans un pot gigantesque. Il pourrait ainsi croître à son aise, aussi longtemps qu’il le voudrait, sans être dérangé de nouveau dans quelques années pour un nouveau rempotage!

Tout petit dans son énorme pot, il a survécu, mais il a cessé de grandir. Dans un si grand pot, les racines poussent et prennent toute l’énergie de la plante, la laissant petite en surface.

Déçue de ne plus le voir progresser, j’ai pris le conseil d’une collègue: le mettre dehors, en plein soleil, tout l’été. Forte de cette recommandation, je l’ai sorti au printemps et je l’ai mis en plein soleil sans l’acclimater. Le soir, il avait pris une jolie couleur dorée, le lendemain, elle était plutôt couleur caramel, et le surlendemain, chocolat au lait.

Brûlé en quelques jours dans les flammes de l’enfer, c’est ainsi que mourut dans mes bras un deuxième aloès.

Numéro 3.

Bien que devenue meurtrière en série d’aloès, j’ai tenté ma chance avec trois bébés qui me furent donnés. Ils sont tous morts. Sans doute ai-je pris un peu trop au pied de la lettre le conseil de «ne pas m’en occuper» et les ai un peu négligés…

Numéro 4.

Bien plus tard, chroniqueuse accomplie pour le Jardinier paresseux, j’ai choisi de tenter de nouveau ma chance et d’acheter un aloès. Sur la base d’une relation faite de méfiance, nous nous observions de loin. Je ne l’arrosais qu’aux mois, et il s’en portait bien. Il a fait des bébés. J’étais aux anges. Comme le célèbre docteur Frankenstein, j’ai pu m’écrier: IL VIT! MHOUHAHAHA!!

Mais le destin ne l’entendait pas ainsi. Conséquence divine d’avoir pris pour acquis mon aloès, une infestation de thrips a frappé! Et comme ces insectes entraînent rapidement des infestations dignes d’une plaie d’Égypte, j’ai écouté le message que l’univers m’envoyait et j’ai sacrifié l’aloès aux dieux des plantes d’intérieur en le mettant sur mon balcon en plein hiver.

«Ô êtres cosmiques, je vous offre en sacrifice un énième aloès! Je vous promets de ne plus jamais céder à la tentation de posséder cette plante interdite, mais par pitié, soyez cléments envers votre dévouée jardinière et épargnez mes autres végétaux!»

Et la réponse divine fut la suivante…

Le kalanchoé de l’amour véritable

une infestation massive de thrips. Si l’histoire de mon kalanchoé m’a appris quelque chose, c’est que de vivre dans le déni face à des indésirables, ça ne résout pas du tout le problème.

Abandonné de tous, sans fleurs et coincé dans ses feuilles fanées, mon kalanchoé attendait la mort dans un présentoir extérieur d’épicerie, en plein mois d’octobre. Même le gros collant rose fluo annonçant un 50% de rabais ne le rendait pas attrayant aux yeux des clients.

Mais voilà qu’un jeune homme amoureux pensa à sa conjointe en voyant cette plante décrépie. Lui qui ne lui avait jamais acheté de cadeau en trois ans, il décida que c’était l’élément parfait à lui offrir.

Premier cadeau de mon amoureux! J’étais aux anges de recevoir cette plante torturée et j’entrepris de l’aimer. Quelque deux ou trois semaines plus tard, elle était fleurie et magnifique! Bien qu’il ne s’agisse pas d’une plante rare, elle valait très cher à mes yeux et sa présence sur mon bureau me rappelait chaque jour l’homme de ma vie. (Hoonn! C’est-ti cute!)

Après deux ans de croissance, de fleurs et de bonheur, elle se révéla cependant être également la favorite des thrips, lesquelles la dévorèrent. Elle n’avait mis que deux semaines avant de revenir à la vie, elle n’en mit pas plus de deux à s’éteindre, dévorée de toutes parts par de minuscules insectes, ses fleurs encore colorées pendant mollement aux bouts de son cadavre…

Observation au microscope d’un thrips. Taille réelle : 1,5 mm. Photo: I, Toony, Wikimedia Commons.

La vie, c’est un apprentissage!

En ce jour des Morts, j’espère vous avoir fait sourire un peu avec mes histoires de maltraitance végétale. Je vous rassure: j’ai une centaine de plantes bien en vie en ce moment! À vous maintenant de me raconter l’histoire de vos disparues en commentaire.

Novembre, c’est le mois de la grisaille, faisons-nous sourire!

P.S. C’est aussi le moment où je planifie mon horaire de conférences. Au cas où vous voudriez m’engager pour vos événements du temps des fêtes, écrivez-moi pour réserver votre place!

Étiquettes + Dìa de los muertos


commentaire sur "6 histoires de décès végétaux pour le Dìa de los muertos"

  1. Mireille dit :

    Savoureux comme article!
    Merci!

    • Bonjour. Vous m’avez fait littéralement fait pleurer de rire en lisant votre histoire de 6 morts …. Je vous lis sur le blog de notre cher disparu Le Jardinier Paresseux. À chaque fois je vous trouve ludique et très instructive mais là vous vous êtes surpassée ! En fait, j’étais en train de pleurer, pour de vrai, vousm’avez z ramené le sourire. Je veux créer un groupe de filles fofolles pour se défouler et rire et vous vous seriez certainement la bienvenue ! Mille mercis !

  2. Castellvi dit :

    Erreur ! Mais non, ce n’est pas le jour des morts mais pour la Toussaint c’est la fête de tout le monde!

    • J.J. dit :

      C’est exact, et la confusions est fréquente. Contrairement à une tradition ancienne , le jour de “Todos Santos” devrait être l’occasion de démonstration de joie, laissant la mélancolie pour le lendemain.
      Les mexicains ont eux l’art de commémorer leurs défunts dans une sorte de joie plus ou moins syncrétique, voir païenne dans certains aspects, qui démythifie la notion de mort.

  3. Catherine dit :

    Le 1er novembre, c’est la Toussaint = tous les saints. Jour de joie.
    Le 2 novembre, c’est le Jour des morts, en français. El día de los muertos, en espagnol. Jour de recueillement..

  4. celadon7 dit :

    Jardinier d’extérieur, de serres tropicales à tempérées , élagueur j’ai entendu parler des thrips , pour la première fois j’en voit un , il est vrai que l’infiniment petit est difficile à coller sur une carte mémoire avec un réflex .les plantes meurent comme chacun de nous En mon temps de jardinier , une fois la saison passée de fleurissement , arrachées ou parfois retournées avec un bêchage sur les grandes parcelles personne ne se souciait de leur devenir une fois sur le tas de compost . En échange d’une photo de faucon crécerelle un voisin m’a donné un jeune aloès posé à terre dans son conteneur de terre cuite devant un mur orienté Sud , pour l’instant il a l’air d’être content ayant bien verdit. Ayant travaillé comme élagueur en région parisienne au cimetière de Pantin parisien des croque morts j’en ai vu , des morts aussi .En fait ces endroits avec les fleurissements ponctuels c’est joyeux , il y a de la vie au dessus Ma perception de la mort a changé , un endroit instructif avec les disparus connus , célèbres te permet de connaître l’histoire locale ou régionale . Solognot.

  5. Anne Marie dit :

    Meurtre non prémédité. Laissez moi vous raconter l’histoire de mon pamplemoussier. Du haut de mes 6 ans, j’avais mis en terre quelques graines de pamplemousse, qui, une dizaine d’années plus tard avaient donné une magnifique plante de salon d’environ 5pieds de hauteur. Ma magnifique, un beau matin, s’est mise à perdre tragiquement ses feuilles, sans raison apparente jusqu’à devenir un horrible chicot! Ce n’est que quelques mois plus tard que ma mère m’a avoué qu’elle avait confondu un contenant d’herbicide trouvé dans le capharnaüm de notre garage, avec de l’engrais, et croyant bien faire avait copieusement arrosé ma magnifique de cette potion létale! Que je lui en ais voulu longtemps!!

  6. Josée charbonneau dit :

    A chaque matin, j’ai hâte d’ouvrir ma boite courriel pour lire vos articles. Merci beaucoup!

  7. Jacquelin dit :

    Lorsque je commence à lire, je sais déjà que c’est toi Audrey!
    Tu me fais sourire! Merci!
    J’aime beaucoup les articles de toutes les collaboratrices et tous les collaborateurs de ce site!
    Merci

    • Pauline Carrier dit :

      Merci beaucoup pour tes textes si bien écrits.
      J’espère avoir la chance d’assister un jour à une de tes conférences.

  8. Céline dit :

    Encore une fois une jolie lecture le sourire ? aux lèvres!
    Je crains pour la vie de mon aloès que j’ai transplanté et séparé de ses bébés ?Je croise les doigts ? vu qu’ il est bien entouré d’une trentaine de plantes dans la salle à dîner ensoleillée ??
    Merci Audrey pour ces petits bouts de joie…en pots ?

  9. Huguette dit :

    Lorsque mes parents partaient en vacances pour les mois d’hiver, ma mère mettait de petites étiquettes sur chaque plante nous indiquant le moment d’arroser: une fois semaine les lundis ou celle-ci une fois par mois, celle-là pas du tout…. Astuces judicieux

  10. Labelle dit :

    Bonjour
    Je cherche à me désabonner depuis des semaines..impossible..le lien wordpress me balade et me dir “erreur…….” ms je passe par une messagerie ou il est possible de bloquer des expéditeurs…bref , serait il possible de m aider , tous les jours c est vraiment trop, vu que j ai bcp d autres mails ms dont je peux choisir la fréquence !!!
    Je suis en France, merci de m aider
    Cordialement
    Chantal

  11. Anne ??? dit :

    Rires !! Belle plume
    Oui nous avons tous été pris au dépourvu devant un vegetaux qui, l’incompris a vite dépéri & bon, devenu compost !
    MAIS ! Ce n’est plus ainsi
    Tout pousse
    Et mon chum trouve que j’exagère mais, à quoi bon… j’aime rentrer plusieurs d’entre elles pour verdir notre intérieur
    En attendant le printemps !

  12. Natacha dit :

    Que je t’adore ? nous raconter des histoires et TES histoires, tu me mets un soir à chaque fois
    Étant moi même dans le domaine de l’horticulture depuis maintenant 7 ans, moi aussi plus jamais d’aloès…. J’ai tue tous à chaque fois et pourtant j’ai plusieurs plantes ?…. Mais celle là je n’y arrive pas ?

  13. Louise Roux dit :

    Je vous ai trouvé « tordante » , à la lecture de vos textes. Je riais et riais vous voyant, tel un court métrage, dans vos relations avec chacune de vos plantes. Vive novembre….. et nos deuils à faire?.
    Merci !

  14. Lalou dit :

    J’ai commis mon premier meurtre avec une plante que ma mère a laissé à mes bons soins pendant un de ses voyages. Son beau cylamen est mort en quelques jours de mes soins enthousiastes. J’ai aussi tué un énorme aloès que j’avais depuis des années. je l’ai mis dans un pot sans trous et arrosé régulièrement. les feuilles ont fait comme les vôtres, ramollissement, décoloration, pourriture. C’est là que j’ai vu l’eau au fond du pot!

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :