Catégories

Recherche

Nos collaborateurs

Faire pousser une forêt

C’est plus facile que vous ne le pensez! Suivez la méthode de la nature et vous pourrez faire pousser une forêt dans un plateau à semis avec très peu d’efforts.

Ici, en Alaska, les deux arbres les plus courants sont le bouleau et l’épinette. À l’automne, ils distribuent tous deux leurs graines et leurs bractées dans la forêt, dans votre jardin, dans les rues et sur les trottoirs, etc. Vous avez vu les preuves, mais vous n’avez peut-être pas reconnu ces petites formes comme étant des fruits, des noix, des graines, des glands, des plantes de la forêt. 

Les bouleaux d’Alaska

Il existe cinq espèces de bouleaux en Alaska. Deux sont des espèces naines, et il y a trois espèces d’arbres: le bouleau d’Alaska (Betula neoalaskana), le bouleau à papier (Betula papyrifera) et le bouleau Kenai (Betula kenaica). Toutes ces espèces s’hybrident là où leurs aires de répartition se chevauchent. Si possible, récoltez des graines dans la zone où vous allez planter ou dans une zone présentant les mêmes conditions de croissance et une altitude similaire.

Bractées et graines de bouleau.

Piège à graines

Pour cultiver votre propre forêt, il vous suffit de préparer un plateau à semis avec la terre dont vous disposez, y compris du terreau usagé ou de la terre de jardin. Vous laisserez cette plaque à l’extérieur jusqu’au printemps, puis vous veillerez à l’arroser doucement tous les deux jours, car les contenants peu profonds ont tendance à se dessécher plus rapidement que les grands pots. Dans quelques semaines, vous verrez peut-être un peu de verdure.

Graines d’épinette. Photo: Rasbak

Cette méthode est connue sous le nom de «piège à graines» et vous pouvez être récompensé par une variété d’espèces que l’univers fournit, des mauvaises herbes aux fleurs sauvages. Si vous placez le piège à graines près d’un arbre, vous serez pratiquement assuré d’obtenir des graines de cet arbre. Je laisserais les jeunes plants qui poussent dans le bac pendant quelques années, jusqu’à ce qu’ils mesurent 2 à 5 cm et soient plus faciles à manipuler pour les transplanter dans des pots plus grands, par exemple des pots d’un gallon. Les jeunes plants peuvent rester dans ces pots plus grands pendant plusieurs années. Plantez-les en pleine terre lorsqu’ils auront atteint une hauteur de 30 à 45 cm.

De plus, vous pouvez également planter intentionnellement des graines d’arbres. Il suffit de ramasser des cônes d’épinettes ou de pin arrivés à maturité et de les laisser sécher dans un sac en papier pendant une quinzaine de jours. Secouez le sac et vous devriez voir des dizaines de graines tomber au fond. Plantez-les finement dans un plateau à semis, comme indiqué ci-dessus. Recouvrez-les d’une fine couche de sable ou de gravier pour les maintenir en place.

Les épinettes d’Alaska

Dans la région d’Anchorage où je vis, les épinettes noires et blanches sont les conifères les plus courants. Dans la ville voisine de Girdwood, les épinettes de Lutz (Picea x lutzii) sont très répandues. L’épinette de Lutz est un hybride d’épicéa blanc (Picea glauca) et d’épicéa de Sitka (Picea sitchensis). L’épicéa de Sitka se trouve dans le sud-est de l’Alaska. Les épinettes blanches sont faciles à cultiver, mais les épinettes noires (Picea mariana) ont besoin d’un feu pour disperser leurs graines.

Dissémination des semences

Dans la nature, les graines sont transportées par le vent ou disséminées par les oiseaux, les écureuils et d’autres animaux. Les graines «auto-stoppeuses» s’attachent à la fourrure ou aux chaussettes. Les «flotteuses» se déplacent dans l’eau, comme une noix de coco qui roule sur une plage et se jette dans les vagues. Les «voyageuses du ventre» sont dévorées par les animaux et éjectées loin à la ronde. C’est le problème du Prunus padus, le cerisier à grappes, qui est devenu envahissant, ici, en Alaska.

Ella avec une petite épinette.

Étiquettes + Picea mariana, Picea sitchensis, Picea glauca, Picea x lutzii, épinette noire, Betula neoalaskana, Betula papyrifera, Betula kenaica


commentaire sur "Faire pousser une forêt"

  1. briganti dit :

    Très instructif
    merci

  2. Daniel Fantino dit :

    Très intéressant. Merci. En hiver après une période venteuse, on peut apercevoir sur la neige plein de “points bruns” un peu comme du poivre moulu grossièrement. Chez moi ce sont des semences de bouleaux . Incroyable la quantité. Chênes et noyers dont les écureuils enterrent glands et noix, les oubliés finissent par pousser. Dans le sens des vents dominants, l´orée d´une forêt peut croître de 100 m par année en dispersant de nouveaux arbres. Ne pas tondre ce boisé en devenir pendant quelques années, et voilà, elle devient un boisé. Les conifères me semblent beaucoup plus lents à coloniser un nouvel espace. Bouleaux et peupliers sont les maîtres incontestables.

  3. Danie dit :

    Merci pour cet autre beau et très intéressant article!

  4. Diane dit :

    Wow! Je n’aurais jamais envisagé faire pousser un arbre à partir d’une petite graine. Mais à bien y penser, c’est tout à fait logique et possible de le faire, n’est-ce pas? Une autre belle façon de s’amuser et d’expérimenter avec le jardinage et les possibilités de Dame Nature. Merci pour cet autre bel article, M. Ryan!

  5. julien C. dit :

    Avant de déménager, j’ai récupéré des graines et des boutures de mon ancien jardin… 🙂

  6. lecracleurdbd10d4689 dit :

    du polytric c’est facile de l’humidité encore et toujours

  7. Lily dit :

    Voilà environ 10 ans, j’ ai récupéré des Samares d’érables dans un quartier résidentiel où à l’automne les couleurs des arbres étaient magnifiques. Je l’es ai lancés sur les abords du chemin où je marchais et chez moi en campagne,et aujourd’hui je vois des érables un peu partout colorés les abords de la forêt où il y en avait pas.

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :