Catégories

Recherche

Nos collaborateurs

N’oubliez pas de fertiliser vos semis!

En ce début avril, je commence graduellement mes semis. À la mi-mars, j’ai planté quelques semences de verveine bonne-à-rien (Verbena bonariensis). Puisque je n’ai pas beaucoup de semis à partir en même temps, ça me permet de rassembler mon matériel et d’acheter ce qui me manque. Un début en douceur. Rien ne sert de partir en lion pour finir en mouton!

Photo : Mathieu Hodgson

Au début avril, c’était au tour du chou frisé, du persil, de l’aneth et bien sûr, des tomates, le classique du potager. Il commence à y avoir du monde dans la place! Mais ce n’est pas fini! Cette semaine, je partirai quelques semis de laitue qui seront transplantés au jardin début mai, pour mes premières récoltes. En dernier, viendront, à l’intérieur, les concombres et les capucines, au début mai.

Pour l’instant, je n’ai vu qu’une petite tête de verveine sortir du terreau, mais, d’ici peu, les semis sortiront de partout, comme dans le jeu de la taupe (ne vous en faites pas, je ne taperai pas sur mes semis avec un marteau!). J’ai peu d’espace chez nous pour partir mes semences à l’intérieur. Sous mon bureau, il y a une tablette avec deux plateaux de semis. L’un est couvert d’un dôme en plastique transparent où je garde mes pots avant la germination. L’autre n’est pas couvert et je m’en sers pour transférer les semis qui ont germé. Le tout est surplombé d’une lumière DEL à spectre complet. Éventuellement, toutes ces plantules auront faim! Comment doit-on les nourrir?

Jardinier mal fertilisé

Je vous fais une confidence. L’année dernière, j’ai complètement oublié de fertiliser mes semis. Je ne m’en suis même pas rendu compte puisque mon jardin a très bien réussi, malgré les quelques ratés habituels (comme chaque année, certaines plantes réussissent mieux que d’autres).

Comprenez-moi bien, je ne suggère pas d’arrêter d’utiliser des engrais sur vos semis. Je me suis bien équipé cette année. Je n’oublierai pas de le faire, juré craché. Cependant, je crois qu’il faut bien comprendre pourquoi et comment fertiliser pour qu’on puisse le faire de façon raisonnée.

Semis de tomate
Photo : jag2020

Quand commencer à fertiliser nos semis?

J’ai entendu plusieurs versions de la même histoire, mais, en général, on s’entend pour dire que la fertilisation doit débuter quand votre semis a de 4 à 6 vraies feuilles. Par vraies feuilles, j’exclus les cotylédons qui sont, en général, les deux premières feuilles de la plante et qui ont une apparence différente des autres feuilles. En vérité, les cotylédons sont déjà à l’intérieur de la semence avant la germination et se déploient lorsque les conditions sont propices.

Pourquoi attendre que la plante ait de 4 à 6 feuilles? C’est simple! Ceux qui mangent, par exemple, des graines de citrouille ou de tournesol savent à quel point elles sont bourrées d’énergie. Une semence est donc composée d’une petite plante embryonnaire et d’énormes réserves d’énergie pour permettre aux semis de pousser en attendant qu’ils aient des racines pour se nourrir et des feuilles pour réaliser de la photosynthèse. Pas de feuilles, pas de racines, pas d’engrais!

Il faut aussi noter que plusieurs terreaux sont légèrement fertilisés. Vérifiez l’emballage de votre terreau préféré. Cela pourrait expliquer pourquoi mes semis de l’année dernière ont réussi malgré le manque d’engrais. Une autre raison d’attendre que nos semis soient développés avant de fertiliser.

Engrais pour semis
Photo : Mathieu Hodgson

Alors on utilise quoi comme engrais?

Quand on est un jardinier paresseux, on travaille le moins possible. J’utilise rarement des engrais solubles dans l’eau, car je dois en rajouter régulièrement et c’est trop de travail. Alors j’utilise un engrais biologique à libération lente de type tout usage qui libérera ses minéraux au cours de toute une saison. Mais dans le cas des semis, je fais une exception. Je tiens à ce qu’ils reçoivent des nutriments immédiatement, pas à la fin de l’année! J’utilise donc un engrais biologique soluble dans l’eau que j’ajoute à chaque arrosage. En revanche, on peut utiliser le quart ou la moitié de la dose recommandée par le manufacturier.

Je ne m’attarde pas trop aux chiffres sur les étiquettes d’engrais qui donnent les taux d’azote (N), de phosphore (P) et de potassium (K), les éléments majeurs dont ont besoin les végétaux pour vivre. Les plantes prendront ce dont elles ont besoin. C’est pour cette raison que j’utilise de l’engrais tout usage. Mais si j’avais un engrais pour les plantes annuelles sous la main, je ne le jetterais pas aux vidanges pour autant. Aussi bien qu’il serve à quelque chose.

Mais, faites attention aux engrais avec des chiffres très élevés (comme du 30-30-30 ), car ils risquent d’endommager vos semis. Si vous remarquez des feuilles aux bouts brunis, arrêtez ou ralentissez votre fertilisation. Il est possible que l’engrais se soit accumulé dans le terreau et qu’il soit maintenant trop concentré.

Engrais bionik

Pendant des années, mon père utilisait des engrais liquides à base d’algues, tel que le Bionik algue marine liquide 0,36-0-0,22. Mais il y a un nouveau produit disponible sur le marché que je vais essayer cette année et qui contient non seulement des algues, mais aussi du frass d’insectes: le Bionik engrais tout-usage 1-0,5-0,3. Cet engrais, certifié biologique par Québec Vrai est aussi un produit du Québec. Son ingrédient principal, le frass d’insectes, est un résidu de l’élevage d’insectes contenant leurs déjections et leurs mues. Des études ont démontré que le frass avait la capacité d’augmenter la croissance des végétaux, mais aussi leur rendement. Au jardin, la chitine contenue dans ce produit grâce aux mues d’insectes nourrira la faune microscopique du sol, ce qui aidera à prévenir les maladies et les infestations d’insectes nuisibles. Disponible bientôt dans une jardinerie près de chez vous!

Du compost dans son terreau à semis?

On suggère parfois de mélanger du compost à son terreau à semis. Il faut prendre des précautions avec cette pratique. Bien que j’adore le compost et que je crois qu’il est essentiel à la réussite de votre potager, je vous suggère de laisser le compost à sa place, c’est-à-dire à l’extérieur. 

Un compost domestique trop jeune ou mal préparé peut contenir des pathogènes à cause du manque d’oxygène dans son processus de compostage. Cependant, les composts commerciaux conventionnels (souvent composés de tourbe et de fumier) ont normalement atteint une température suffisamment élevée sur une durée assez longue pour détruire les pathogènes, comme ceux qui causent la fonte des semis. Aussi, un compost qui n’est pas assez décomposé pourrait contenir des composés toxiques pour les semis. 

Il y a bien sûr des types de compost (le vermicompost, entre autres) qui sont appropriés pour la culture des semis, car ils sont exempts de pathogènes et de composés toxiques et sont gorgés de vie microbienne bénéfique, comme des bactéries et des champignons mycorhiziens. Les mycorhizes créent des associations symbiotiques avec les plantes et les aident avec l’absorption des nutriments et de l’eau, en plus d’améliorer la structure du sol. Le compost marin forestier Bionik est un bon exemple. Celui-ci peut être mélangé à raison de 5-10% dans les terreaux de semis et d’empotage disponibles sur le marché. Jusqu’à maintenant (en plus de 15 années d’existence), aucun problème de fonte des semis n’a été rapporté à la suite de son utilisation. 

N’ajoutez pas trop de compost puisque ça peut avoir un effet sur la porosité du sol. Les terreaux à semis sont très légers. Cela permet une bonne circulation d’oxygène dans le sol, nécessaire à la respiration des racines. Certains composts, ou des quantités trop importantes de compost, peuvent alourdir votre terreau. Tenez-le-vous pour dit, il y a certains risques à l’utilisation de compost domestique dans un terreau à semis. Il ne faut pas oublier non plus que le compost agit à plus long terme, nourrissant le sol et les microorganismes bénéfiques aux plantes qui y habitent plutôt que de nourrir les plantes directement. Enwoye dehors, compost!

Étiquettes + fertilization des semis


commentaire sur "N’oubliez pas de fertiliser vos semis!"

  1. Provot Francis dit :

    Bonjour,

    Que pensez-vous des coquilles d’oeufs broyées pour les jeunes plants de tomates ( 3 ou 4 vraies feuilles) ?

  2. reneejo dit :

    Je n’ai jamais fertilisé mes semis(sauf les tomates, et encore, j’oubliie souvent), mais ce sera certainement bénéfique pour plusieurs variétés. Merci

  3. Didi dit :

    Si je garde l’eau de cuisson des pâte, est-ce que ce sera suffisant? Qu’est-ce que j’ai d’autre qui ferait un bon fertilisants maison? En attendant d’avoir un petit budget pour le commercial. Merci

  4. AMC dit :

    Didi, je ne sais pas si ça sera suffisant mais faut s’assurer que l’eau de cuisson ne contient pas de sel car cela aura un effet néfaste et risque de tuer les semis (et toute plante qui en reçoit).

  5. Armand Labbé dit :

    Merci bcp! J’ai quelques semis. Mais, un bémol: on ne pars pas des semis, on les commence. Et vous pourriez utiliser courriel au lieu de e-mail.

    • Joanne Blais dit :

      Ce n’est pas un cours de français, c est un site d information horticole!
      S.v.p donnez lui une chance !.Nous sommes vraiment chanceux que l œuvre de
      Larry continue. Merci à son fils, Mathieu !
      N.b. Ne corrigez pas mes fautes s.v.p ce n est pas le but du site .merci

      • Danielle dit :

        Bonjour madame Blais, je suis bien d’accord qu’il faut utiliser en tout temps, les les bons mots de notre belle langue française si on ne veut pas la perdre…sans même s’en apercevoir.

  6. Cindy dit :

    Merci ?

  7. Cindy dit :

    Merci (bonhomme sourire aux joues roses) mais ça sort un point d’interrogation! Bref bonne journée hihi

  8. Anonyme dit :

    Merci pour ces infos! Même si nous avons un potager depuis 10 ans et je « commence  » mes semis avec amour, j’apprends toujours et je devienne de plus en plus paresseuse à chaque année,,,c’est vraiment cool !

    Question: où trouvez des semis pour la verveine ?? encore mieux, de la verveine citronnée??? …miammmm

  9. Flomie dit :

    Bonjour, Merci beaucoup pour vos conseils. J’ai un engrais en granules. Je pensais en mettre un peu dans le terreau lorsque je repiquerais mes semis. Pensez-vous que le dégagement sera trop lent? Merci!

  10. Isabelle dit :

    Bonjour,
    je lis à certains endroits que ce serait plus efficace de vaporiser les feuilles et le dessus du terreau des semis plutôt que dans l’eau d’arrosage. Qu’en pensez-vous?

    Merci d’avance!

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :