Truc du jour

Comment devenir un agriculteur urbain en faisant repousser vos restes de cuisine

Photo: chiarazeni, depositphotos

Par Ryan Pell

Vous connaissez peut-être des citadins qui cultivent des fruits et des légumes (principalement ces derniers) à la maison. Ce que font ces gens fait partie d’un concept plus vaste appelé agriculture urbaine, qui consiste à cultiver des aliments dans les zones urbaines.

Les scientifiques prédisent que le rôle du jardinage urbain augmentera chaque année, alimenté par les besoins croissants de la population mondiale et l’impact imminent du changement climatique. Selon Wired, les fermes urbaines pourraient produire plus de 189 tonnes métriques de nourriture chaque année, soit environ 10 % de la production mondiale.

Dans cet article, nous ne vous encouragerons pas à commencer à cultiver autant de nourriture, mais nous vous montrerons plutôt comment vous pouvez devenir un agriculteur urbain en faisant repousser vos restes de cuisine.

Intéressé?

Voici comment faire.

1. Préparez l’espace et les outils pour les plantes

Le jardinage est un engagement sérieux et vous devez vous y préparer. Après tout, vous aurez pas mal de plantes entre les mains et elles nécessiteront votre attention particulière.

Donc, la première chose que vous devez vous demander est: avez-vous le temps de jardiner à la maison? Cette activité ressemble un peu à l’apprentissage d’une langue étrangère: vous devez être cohérent, consacrer suffisamment de temps dans une journée pour améliorer vos compétences et être persévérant. Et, si vous faites parfois des erreurs (et cela arrive, surtout au début), il faut être prêt à corriger le tir et à continuer.

Si vous êtes prêt à vous engager, commencez à acheter tous les outils nécessaires à l’agriculture urbaine. Votre boîte à outils devrait inclure:

  • Arrosoir
  • Gants de jardinage
  • Houe*
  • Pelle*
  • Pots
  • Râteau*
  • Sécateur
  • Transplantoir*

*Outils nécessaires si vous jardinez au sol.

Vous pouvez remplacer certains de ces outils par quelque chose que vous avez déjà à la maison. Par exemple, les pots ne sont pas nécessaires si vous disposez de récipients en plastique robustes et appropriés. Cependant, assurez-vous que leur fond est percé pour permettre un bon drainage. Une cuillère de cuisine peut remplacer le transplantoir, du moins pour les petits plants. Vous pouvez également utiliser une bouteille en plastique avec un trou percé dans le bouchon à la place d’un arrosoir.

2. Oignons verts

Oignons verts
Photo: Victor Serban, Unsplash

Maintenant, jetons un coup d’œil à quelques plantes que vous pouvez réellement faire repousser à partir de restes de cuisine. Et commençons par l’une des plus simples: l’oignon vert.

Le moyen le plus rapide de faire pousser des oignons verts est de simplement planter un bulbe d’oignon dans un pot de terreau humide, laissant seulement la pointe exposée, ou de le placer dans un petit récipient en plastique avec un peu d’eau dans le fond et d’attendre qu’il commence à germer. Vous pouvez également percer l’oignon avec 3 ou 4 cure-dents pour le suspendre au-dessus de l’eau dans un verre, avec sa base touchant l’eau. Il commencera à produire des racines, puis une pousse verte apparaîtra et s’allongera pour devenir des feuilles étroites et tubulaires: des feuilles parfaitement comestibles. Voilà vos oignons verts!

La chose la plus fascinante à propos de la culture d’oignons verts est que de nouvelles feuilles continueront de repousser même après la récolte des précédentes, du moins, jusqu’à ce que le bulbe finisse par s’épuiser après plusieurs mois.

Vous pouvez également faire pousser d’autres légumes à partir de restes. Par exemple, vous pouvez mettre un trognon de laitue dans un verre pour qu’il trempe dans l’eau ou, mieux encore, dans un pot avec du terreau. Ainsi, il pourra repousser. Il en va de même pour le céleri, le chou, le poireau et la carotte. (La carotte bouturée ne produira pas une nouvelle racine cylindrique, cependant, mais plutôt des fanes qui sont, on se rappelle, comestibles) Vous trouverez plus d’informations sur cette méthode dans le billet Cultivez des verdures à partir des restes de cuisine

3. Tomates

Tomates poussant dans un potager.
Vous pouvez faire pousser vos propres tomates à partir des graines que vous récolterez. Photo: Priscilla Du Preez, Unsplash

Les tomates sont un peu plus difficiles à cultiver à la maison. Elles ont besoin de plus d’espace et ont tendance à devenir grandes et feuillues. Cependant, il existe plusieurs façons de planter des tomates à partir de restes de cuisine.

Tout comme de nombreux fruits tropicaux dont nous avons parlé dans le billet Cultivez des plantes d’intérieur à partir de pépins et noyaux, les tomates poussent à partir de graines. Et les tomates que vous achetez à l’épicerie ou au marché en contiennent en grand nombre. Donc, si vous voulez cultiver des tomates à partir de restes, vous devez d’abord récolter quelques graines. Lorsque vous le faites, nettoyez-les et séchez-les un peu, puis semez-les dans un pot de terreau pour qu’elles puissent commencer à germer. Placez le pot dans un endroit chaud et ensoleillé.

Un moyen encore plus simple consiste à déposer une tranche de tomate sur du terreau humide. Vous aurez alors la surprise de voir de tout petits semis apparaître à la surface en seulement 3 à 10 jours, semis qui s’enracineront tout seuls dans le terreau en dessous.

Dans les deux cas, il faut arroser vos petits plants dès que le terreau commence à s’assécher et toujours offrir un maximum d’éclairage.

Quand l’été arrive (les tomates ne tolèrent nullement le froid et il ne faut pas les sortir trop tôt), vous pouvez les planter à l’extérieur, en bac ou en pleine terre, dans un emplacement très ensoleillé. À cette fin, creusez une tranchée et ajoutez-y une bonne poignée de compost maison. Ensuite, déterrez soigneusement votre plantule de tomate avec ses racines, placez-la dans la tranchée et recouvrez-la de terre en ne laissant apparaître que partie supérieure de la tige, celle portant les feuilles. Terminez en arrosant généreusement la plante.

Puis offrez à la plante un bon entretien estival: tuteur ou cage, arrosages, fertilisations, etc. Quand les fruits prennent leur coloration finale, ils sont prêts à consommer.

4. Fines herbes

Fines herbes sur un rebord de fenêtre.
Vous pouvez bouturer plusieurs fines herbes et les faire pousser sur un rebord de fenêtre ensoleillé pendant quelques mois. Photo: Sixteen Miles Out, Unsplash

Cultiver des herbes à la maison vous permettra d’y avoir accès toute l’année. C’est toujours agréable d’avoir du basilic frais à mettre sur votre pizza fraîchement cuite, n’est-ce pas?

La multiplication des herbes peut être assez facile, même si leur entretien par la suite est parfois plus complexe. Pour la plupart des variétés, il vous suffit d’insérer une bouture d’environ 7,5 cm de long dans un pot de terreau humide et de maintenir une forte humidité atmosphérique.

Rappelez-vous: les herbes sont habituellement très exigeantes. Il faut un emplacement très ensoleillé ou un espace sous une lampe horticole très intense si vous voulez les voir s’épanouir à l’intérieur. De plus, vous ne pouvez vraiment faire pousser des herbes dans la maison que pendant de courtes périodes — rarement plus de deux ou trois mois —, car elles finissent par dépérir. Dans ce cas, cependant, faites d’autres boutures à partir de fines herbes fraîches achetées au supermarché. 

Les résultats seront meilleurs et plus durables si vous pouvez repiquer vos boutures de fines herbes en plein air quand elles sont enracinées. Autant les fines herbes sont fragiles dans la maison, autant elles sont très vigoureuses en plein air!

5. Ail

Ail fraîchement récolté.
Ail au moment de la récolte. Photo: Shelley Pauls, Unsplash

Si vous avez de vieilles gousses d’ail ratatinées, ne les jetez pas tout de suite. Tant qu’elles contiennent au moins un germe de vie (recherchez une pointe verte), vous pouvez les faire pousser.

Voici comment faire démarrer l’ail à la maison à partir d’une gousse:

Prenez une gousse d’ail sans enlever la peau. Placez-la dans un pot de terreau, l’enfonçant à peine sous le sol avec la pointe vers le haut, à raison d’environ 4 gousses par pot de 10 cm. 

Trouvez un endroit ensoleillé dans votre maison et placez-y le pot. Arrosez au besoin quand le terreau est sec. 

Si vous cultivez l’ail à l’intérieur, il est peu probable qu’un bulbe digne de ce nom se forme, mais le feuillage est délicieux. Il aura le même goût que les gousses, mais il sera un peu moins intense. Ce sont donc les feuilles que vous allez récolter, au stade que vous voulez : jeunes ou plus matures.

Si vous avez accès à un espace de jardinage en plein air, que ce soit dans une balconnière ou en pleine terre, vous pouvez y repiquer les petits plants dès que la température le permet, soit vers le milieu du printemps. Ils grossiront tout l’été pour produire un bulbe, sans doute plus petit que l’original, mais quand même contenant des gousses comestibles. Lorsque les feuilles jaunissent à la fin de l’été, c’est votre indice que le bulbe est prêt à être récolté.

Cultiver des plantes à la maison, c’est facile!

Même si vous n’avez aucune expérience de l’agriculture urbaine, vous en apprendrez les rudiments assez rapidement. Assurez-vous simplement de commencer petit et d’améliorer vos compétences en apprenant à vous occuper de votre petit jardin.

Faire repousser des plantes à partir de restes de cuisine est également une étape vers un meilleur respect de l’environnement, car ainsi, vous produirez moins de déchets. Si vous souhaitez en savoir plus sur votre rôle dans la sauvegarde du climat de notre planète, le blogue Greeneration contient des tonnes d’informations utiles.

Article traduit et adapté de l’anglais par Larry Hodgson.

À propos Larry Hodgson

Journaliste et blogueur horticole, auteur de plus de 60 livres de jardinage, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, vit et jardine à Québec. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2 500 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

11 comments on “Comment devenir un agriculteur urbain en faisant repousser vos restes de cuisine

  1. Merci de valoriser cette belle idée que beaucoup peuvent avoir quand on vit dans un appartement sans jardin, ni balcon 😉 Je me souviens du regard lumineux de mes enfants étudiants ayant mis à tremper un trognon de légume ou d’ananas et me racontant leur expérience comme si ça avait été leur idée unique et originale 😉 Il y a quelque chose de magique dans la Nature qui fait tout pour que notre vie humaine se mêle aux autres éléments. Merci <3

      • Charette

        Bonjour, j’ai essayé l’été dernier des laitues et céleri mais sans grand succès à même le petit potager extérieur où j’ai cultivé des tomates et du basilic.

    • Daniel Fantino

      Très bel exercice pour les cerveaux éprouvés des enfants. Les enfants doivent noter leurs observations. Un céleri intact du marché avec ses feuilles (pour
      l´effet visuel), placez sa base dans un récipient transparent dans un peu d´eau près d´une fenêtre. Attention qu´il ne chavire pas. Après 2 jours il fera pitié, puis fera des racines. A replanter en terre dans un pot assez grands, fera de nouvelles tiges minces. Avec le temps des bébés apparaîtront. Vous avez un nouveau copain pour des années en prélevant une branche de temps en temps. Fonctionne aussi avec un coeur de céleri. Les vieilles branches jaunissent et sèchent tout comme l´oignon et l´échalote. La morale pour les enfants, avec de l´aide et de la patience on surmonté nos difficultés. Si un céleri le peut, nous aussi. Bon essai.

  2. Line Bertrand

    J’ai un ananas 🍍 que j’ai fait repousser. Il a environ 4 ans. Je le sort l’été au jardin en plein soleil. Bien sûr je ne m’attends pas à ce qu’il produise un fruit mais je suis quand même fier du résultat et de le montrer. J’en ai également des plus jeunes et en ai partis deux autres la semaine dernière. Si ça fonctionne ces derniers iront directement en terre l’été prochain car je veux me créer un petit coin tropical.

  3. Jacqueline Arsenault

    Bonjour
    Merci pour vos précieux conseils
    J’ai une question à laquelle je ne trouve aucune réponse malgré mes recherches.
    Pourquoi devrait-on semer dans de tout petits contenant pour ensuite transplanter dans de plus grands lorsque les plants ont quatre feuilles? Pourquoi ne pas semer directement dans un pots plus grand et transplanter au jardin quand le plant est prêt. Il y a surement une raison puisque toutes les sources semblent unanimes sur ce point, mais j’aimerais connaitre la logique de cette façon de procéder. Pouvez vous m’aider?

  4. À propos des pots en plastique à utiliser pour la culture : « Cependant, assurez-vous que leur fond est percé pour permettre un bon drainage.  » il suffit pour les percer d’utiliser un morceau de fil de fer rougi à la flamme de la gazinière, ça fait des trous très propres.
    Un bémol à propos des graines de tomates : celles du commerce sont souvent issues de F1 et ne donneront probablement pas de fruits. J’ai fait l’expérience avec des graines récoltées sur des géraniums du commerce : les plants obtenus ont donné de magnifiques et luxuriantes tiges et feuilles, mais ne fleurissent pas.

  5. Bonjour,
    Super article ! Je connaissais pour l’ail et l’oignon depuis au moins 50 ans mais pas pour la salade, le choux, le céleri et la carotte. Moi qui adore faire pousser à partir de rien je vais me régaler ! Un très grand merci pour cette découverte !!!

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :