2018 : l’année du calibrachoa

Par défaut
20180109A Calibrachoa MixMasters SpringShowers, BallFloraPlant.jpg

Calibrachoa × hybrida MixMasters Spring Showers. Source: BallFloraPlant, National Garden Bureau

Chaque année, le National Garden Bureau, un organisme à but non lucratif qui fait la promotion des plaisirs du jardinage, sélectionne une vivace, une annuelle, une plante comestible et un bulbe à mettre en vedette dans son programme L’année de. C’est une excellente façon de découvrir une plante que vous ne connaissez pas ou pour en apprendre un peu plus sur une plante que vous cultivez déjà.

Voici la deuxième des quatre plantes honorées en 2018, l’annuelle appelée calibrachoa ou Million Bells (Calibrachoa × hybrida). (Voici le lien pour la première plante de 2018, la vivace appelée coréopsis.)

De l’obscurité au vedettariat

20180109B Calibrachoa Million Bells Trailing Magenta, Suntory.jpg

C’est la série Calibrachoa × hybrida Million Bells® (ici ‘Trailing Magenta’) qui a lancé le calibrachoa sur le chemin du succès. Source: Suntory, National Garden Bureau

Peu de plantes sont devenues si populaires aussi rapidement que le calibrachoa (Calibrachoa). (On prononce ca-li-bra-KO-ah.)

Essentiellement, aucun jardinier ne connaissait le genre Calibrachoa avant que la compagnie japonaise Suntory ne lance la série hybride Million Bells® en 1992. Je me souviens très bien que ma jardinerie locale ne savait même pas comment appeler cette nouvelle plante et la vendait sous le nom de mini-pétunia! Peu importe le nom, toutefois: le succès fut instantané et le calibrachoa, encore appelé Million Bells par le public, même quand il s’agit de variétés d’autres séries, est désormais parmi les annuelles les plus populaires au monde!

Pétunias et calibrachoas: de proches parents

Pendant presque deux siècles, les calibrachoas étaient placés dans le genre Petunia, car les deux plantes appartiennent à la même famille, celle des Solanacées, et partagent beaucoup de caractéristiques, notamment des fleurs en trompette.

20180109D Calibrachoa parviflora, www.fireflyforest.com.jpg

Un calibrachoa sauvage: Calibrachoa parviflora. Source: http://www.fireflyforest.com

Cependant, dès le début du 20e siècle, les taxonomistes ont commencé à se douter que quelque chose clochait: les espèces à petites fleurs (aujourd’hui appelées Calibrachoa) n’étaient pas interfertiles avec les espèces à grosses fleurs (Petunia). Pourtant, il était facile de croiser n’importe quel «pétunia» à petites fleurs avec un autre à petites fleurs et n’importe quelle espèce à grosses fleurs avec une autre à grosses fleurs. En d’autres mots, les deux groupes étaient génétiquement incompatibles.

Ce n’est qu’en 1985 que les botanistes D.O. Wijnands et J.J. Bos proposèrent officiellement de scinder le genre Petunia en deux en se basant sur le nombre de chromosomes. Le genre Petunia comprend désormais les 21 espèces dont le nombre de chromosomes en phase haploïde (n) est 7. Le genre Calibrachoa, nommé pour le botaniste et pharmacien mexicain Antonio de la Cal y Bracho (1764-1833), comprend les 28 espèces dont le nombre haploïde (n) est 9. Et normalement, les végétaux (et les animaux) doivent partager le même nombre de chromosomes pour produire une descendance.

20180109C i.pinimg.com et Public Domain Pictures .jpg

Les fleurs des calibrachoas sont plus petites que celles des pétunias et résistent mieux aux intempéries. Source: i.pinimg.com et Public Domain Pictures

Visuellement, on peut assez facilement distinguer les calibrachoas des pétunias d’après la taille de leurs fleurs. Celles des calibrachoas ne mesurent qu’environ 2,5 à 3 cm de diamètre alors que, typiquement, les fleurs des pétunias sont deux ou même trois fois plus grandes.

Il y a toutefois d’autres différences :

  • Des poils collants recouvrent les feuilles et les tiges des pétunias, un détail qu’on découvre rapidement quand on essaie de supprimer leurs fleurs fanées. Les calibrachoas hybrides ne sont pas du tout collants.
  • Les fleurs des pétunias sont souvent abîmées par la pluie, alors que les fleurs des calibrachoas y résistent mieux.
  • Les pétunias sont, pour la plupart, de vraies annuelles et meurent à la fin de la saison. Les calibrachoas sont généralement vivaces (du moins, dans un climat doux, soit les zones 9 à 12) et les tiges deviennent même ligneuses avec le temps.
  • La gamme des couleurs naturelles des pétunias est relativement limitée (blanc, violet et rouge), bien que, grâce à 150 ans d’hybridation, elle soit beaucoup plus étendue qu’à l’origine. Les calibrachoas sont offerts en presque toutes les couleurs de l’arc-en-ciel dans la nature et encore davantage en hybridation.
  • Les calibrachoas tolèrent mieux la fraîcheur que les pétunias et peuvent continuer de fleurir plus longtemps à l’automne, même après un léger gel.
  • Il y a d’autres différences morphologiques moins visibles, comme les capsules de semences sans côtes (Petunia) ou avec côtes (Calibrachoa), mais je laisserai les détails plus obscurs aux botanistes!

D’ailleurs, une des différences les plus évidentes, du moins jusqu’à récemment, était que les pétunias avaient tendance à arrêter de fleurir si l’on ne supprimait pas leurs fleurs fanées, obligeant le jardinier à faire un ménage régulier, alors que les calibrachoas fleurissent à qui mieux mieux même si on laisse les vieilles fleurs sur la plante. Mais maintenant, les nouvelles lignées de pétunia sont aussi capables de fleurir sans être taillées que les calibrachoas, donc cette distinction n’est plus valide.

La naissance des × Petchoa

20180109F x Petchoa SuperCal Pink Ice, www.newplantsandflowers.com.jpg

Le × Petchoa SuperCal® Pink Ice pousse comme un calibrachoa, mais ses fleurs sont plus grosses. Source: http://www.newplantsandflower.com

C’est la différence entre le nombre de chromosomes qui fait en sorte que les pétunias et les calibrachoas sont génétiquement incompatibles, du moins en théorie. Des hybrideurs japonais ont néanmoins réussi à faire un croisement intergénérique en laboratoire entre les deux plantes, ce qui a donné une plante triploïde appelée × Petchoa. Les petchoas sont stériles (comme la plupart des hybrides entre deux genres différents) et on ne peut les multiplier que par bouturage ou par la culture in vitro. Ils sont disponibles dans le commerce et ressemblent aux calibrachoas par leur culture et leur port, mais avec des fleurs plus près de la taille de celles des pétunias.

L’adaptation à la culture

Les calibrachoas sont originaires des régions tropicales d’Amérique du Sud, notamment du Brésil, où ils poussent surtout sur des falaises et dans les talus d’éboulis. Cette capacité de pousser dans un milieu où le sol se draine très rapidement fait en sorte qu’ils s’adaptent très facilement à la culture en contenant et notamment en panier suspendu, car cela reproduit les conditions de leur milieu naturel.

Les calibrachoas ont toutefois plus de difficulté avec la culture en pleine terre, car ils craignent les sols argileux, contrairement aux pétunias. Aussi, ils sont moins tolérants que les pétunias aux sols calcaires (bien que les cultivars modernes de calibrachoas y soient plus résistants) et préfèrent les sols légèrement acides… encore, pas un problème quand on les cultive en pot, car la plupart des terreaux commerciaux sont légèrement acides.

Cultiver des calibrachoas chez vous

20180109G Calibrachoa Callie Peach Syngenta.jpg

Calibrachoa × hybrida Callie® Peach. Source: Syngenta, National Garden Bureau

Cultivez les calibrachoas au soleil (au moins 6 heures de soleil par jour) dans un sol bien drainé. Préférez un sol assez riche, ou encore, fertilisez régulièrement. Comme mentionné ci-dessus, les calibrachoas sont à floraison continuelle et d’ailleurs «autonettoyants» (les fleurs fanées tombent d’elles-mêmes). Ainsi, il n’est nullement nécessaire de supprimer les fleurs défraîchies pour assurer une floraison sans arrêt tout l’été.

Bien que les calibrachoas tolèrent un peu de sècheresse, mieux vaut ne pas les laisser se faner, car cela retarde leur croissance, surtout si ce mauvais traitement se répète. Mieux vaut arroser régulièrement, de façon à ce que le terreau demeure toujours légèrement humide.

20180109H www.agardenforthehouse.com.jpg

On peut facilement bouturer les calibrachoas. Source: www.agardenforthehouse.com

Les calibrachoas sont pérennes dans les régions libres de gel sévère (zones 9 et plus). Ailleurs, il faut prendre des boutures au début de l’automne pour assurer leur pérennité. Cultivez-les à l’intérieur sur un rebord de fenêtre ensoleillé ou sous une lampe de culture pendant l’hiver. On peut aussi récolter des semences afin de pouvoir les ressemer au printemps, mais il faut savoir que tous les calibrachoas couramment vendus sont des hybrides complexes et que, par conséquent, les graines ne seront pas fidèles au type par semences.

D’ailleurs, jusqu’à récemment, seulement des variétés produites par reproduction végétative (culture in vitro et boutures) étaient offertes aux jardiniers, mais depuis 2014, il y a une lignée sous forme de semences sur le marché: la série Kabloom®. Semez les graines à l’intérieur environ 8 semaines avant la date prévue de repiquage au jardin, pressant les graines dans le terreau sans les couvrir. Placez le contenant de semis au soleil ou sous une lampe de culture (les graines ont besoin de lumière pour germer) à une température de 21 à 24 °C. La germination aura lieu dans 10 à 14 jours. Par la suite, cultivez les jeunes plants comme n’importe quel autre semis d’annuelle.

Que de choix!

20180109 Calibrachoa Million Bells, Suntory.jpg

Quelques cultivars de Calibrachoa × hybrida de la série Million Bells®. Source: Suntory, National Garden Bureau

Il y a plus de 300 variétés de calibrachoas couramment en vente, dans plusieurs séries. Les plantes varient en taille et en port (certaines lignées sont plutôt retombantes, d’autres plutôt buissonnantes), en type de fleur (simple ou double) et surtout en couleur: blanc, rose, rouge, orange, jaune, bleu, violet, vert et plus encore, parfois avec un œil contrastant, une étoile «imprimée» sur la couleur de base, des striures ou des macules, etc. Presque aucune couleur ou combinaison de couleurs n’est impossible chez cette plante.

En plus des Million Bells, la première série lancée il y a maintenant plus de 25 ans, il y a Aloha Kona®, Cabaret®, Callie®, MiniFamous®, Superbells® et plusieurs autres. À vous de choisir quand vient le moment de remplir vos bacs et paniers de jolies plantes à fleurs pour l’été à venir!20180109A Calibrachoa MixMasters SpringShowers, BallFloraPlant

Publicités

3 réflexions sur “2018 : l’année du calibrachoa

  1. Judit Mezei

    Merci pour l’article – je ne les ai connu pas du tout.
    Je peux vous poser une question? Eté passé, j’ai acheté un Laurus nobilis avec l’avertissement dessus qu’il fallait pas le consommer.
    J’imagine que c’est pour ne pas avaler les insecticides ou les engrais… mais j’aimerais le quand même consommer. J’attends jusqu’à quand à votre avis que les traces chimiques puissent disparaître?
    Merci d’avance de votre réponse….

    • Vous avez entièrement raison. Comme certains pépiniéristes traitent leurs plantes avec des insecticides, ils indiquent de ne pas les consommer. Ils n’ont pas le droit d’appliquer des pesticides très persistants sur les plantes à vendre, toutefois, donc tout trace de cet insecticide serait disparu après au maximum 3 mois.

  2. Joannie

    Merci pour cet article des plus intéressants! Je les adores depuis que j’ai découvert que je pouvais les garder dans la maison l’hiver et avoir quelques fleurs au printemps. J’ai un petit plant qui a maintenant 3 ans. À l’automne je le coupe très court et il repousse tranquillement tout l’hiver. Au printemps il recommence a fleurir sur le bord de la fenêtre, juste a temps pour retourner dehors! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s