2018: l’année du coréopsis

Par défaut
20171227A Coreopsis grandiflora Kor!An, WC.jpg

Coréopsis à grandes fleurs (Coreopsis grandiflora). Source:Kor!An, Wikimedia Commons

Chaque année, le National Garden Bureau, un organisme à but non lucratif qui fait la promotion des plaisirs du jardinage, sélectionne une vivace, une annuelle, un bulbe et une plante comestible à mettre en vedette dans son programme L’année de. C’est une excellente façon de découvrir une plante que vous ne connaissez pas ou pour en apprendre un peu plus sur une plante que vous cultivez déjà.

Voici la première des quatre plantes de 2018, la vivace appelée coréopsis (Coreopsis). Vous trouverez deux autres blogues de la série ici: 2018: l’année de la betterave et 2018: l’année du calibrachoa.

Coréopsis

Le genre Coreopsis est limité au Nouveau Monde et comprend environ 80 espèces, dont 45 trouvées en Amérique du Nord. Ce sont des plantes herbacées de taille généralement modeste (rarement plus de 75 cm) portant des inflorescences composées qui rappellent de petites marguerites, avec un disque central de fleurons fertiles ourlé de huit rayons (plus chez les formes doubles et semi-doubles), souvent dentés. La couleur habituelle est le jaune, parfois avec une auréole rouge-marron.

Les graines aplaties de certaines anciennes espèces, maintenant placées dans le genre Bidens, ont deux dents et sont en forme de punaise, d’où le nom Coreopsis («comme une punaise»), un fait qui se reflète dans le nom commun anglais, «Tickseed». Curieusement, aucune des espèces du genre Coreopsis actuel n’a de graines dentées.

Seulement quelques espèces sont cultivées, en général les plus florifères. Plusieurs de ces dernières peuvent rester en fleurs pendant presque tout l’été, notamment si l’on supprime les fleurs fanées. Les coréopsis sont depuis longtemps populaires dans les jardins, car leur profusion de fleurs est difficile à battre et elles font d’excellentes fleurs coupées.

Plantes de soleil

20180101B Coreopsis lanceolata xerces.org.jpg

Pré fleuri rempli de Coreopsis lanceolata. Source: xerces.org

En général, les coréopsis sont des plantes des champs ou, tout au plus, de l’orée des bois, nécessitant alors beaucoup de soleil. Ils s’adaptent bien aux sols bien drainés et la plupart peuvent tolérer la sécheresse. Par contre, un excellent drainage est nécessaire pour beaucoup d’espèces, surtout pendant l’hiver. Les sols argileux tendent à retenir trop d’eau l’hiver et sont alors à éviter dans plusieurs cas. Beaucoup réussiront mieux dans une plate-bande surélevée, ce qui garantit un drainage parfait. Préférez aussi un sol pas trop riche, car quand la terre est très fertile, les tiges ont tendance à s’affaisser.

En général, les cerfs s’y intéressent peu. Par contre, les insectes pollinisateurs (abeilles, papillons, syrphes, etc.) les fréquentent assidûment et les oiseaux granivores les visitent pendant l’automne et l’hiver si on les laisse debout.

Il y a typiquement deux ports différents chez les coréopsis.

Les variétés à rhizomes sont généralement très durables, pouvant vivre des décennies. Les coréopsis de ces variétés n’ont pas trop de difficulté avec les sols glaiseux non plus, tant que le drainage est raisonnable. Par contre, ils s’étendent éventuellement au-delà de leur aire de plantation et il faut alors les contrôler.

Les variétés qui poussent en touffe, sans rhizomes, par contre, tendent à être de courte vie: souvent seulement deux ou trois ans. C’est aussi dans ce groupe qu’on trouve les plantes moins tolérantes aux sols qui restent humides pendant l’hiver. On peut toutefois diviser ou bouturer les coréopsis de ces variétés tous les deux ans afin de les rajeunir et donc de les conserver. Comme pour compenser cette courte vie, ils sont en général d’une facilité surprenante à produire par semences et ces mêmes espèces qui vivent peu longtemps fleurissent à qui mieux mieux dès la première année.

Maladies
Beaucoup de coréopsis sont sujets au blanc (une forme spécifique aux coréopsis) lorsqu’ils sont cultivés dans des conditions denses ou humides. La maladie a tendance à se manifester à la fin de l’été sous des nuits fraîches et humides et des journées chaudes et sèches. Une bonne aération et un bon drainage ainsi qu’un arrosage attentif (par tuyau suintant ou tôt le matin afin que les feuilles aient le temps de sécher) peuvent aider à la prévenir.
D’autres maladies, telles que le mildiou, peuvent également apparaître, surtout dans les conditions de grande humidité et de manque d’aération.

Quelques espèces sélectionnées

Voici les espèces les plus cultivées:

Coréopsis auriculé (C. auriculata)

20180101C Coreopsis auriculata 'Nana' monrovia.com.jpg

Coreopsis auriculata ‘Nana’. Source: monrovia.com

Dans un genre surtout composé de plantes à feuilles assez étroites, ce coréopsis du sud-est des États-Unis surprend par ses feuilles trifoliées aux folioles spatulées ou même parfois assez rondes, d’où son nom (auriculata veut dire «en forme d’oreille»). La plante forme une rosette basse de feuilles persistantes et de petites fleurs jaunes. La plante longévive produit des stolons courts, mais n’est pas envahissante. C’est le plus hâtif des coréopsis, sa floraison commençant un bon mois avant les autres. Il fleurit de la fin du printemps au milieu de l’été. (La plupart des autres fleurissent du début de l’été jusqu’à la fin de l’été et même pendant une partie de l’automne). Dimensions: 30-60 cm x 30 cm. Zone 4.

Le cultivar nain ‘Nana’, de seulement 25 cm de hauteur, est le plus populaire, mais on cultive aussi ‘Zamphir’, aux rayons tubulaires (dimensions: 30-60 cm x 30 cm).

Coréopsis à grandes fleurs (C. grandiflora)

20180101D CoreopsisEarlySunrise.AAS FR.jpg

Coreopsis grandiflora ‘Early Sunrise’. Source: Sélections All-America

Ce coréopsis fut longtemps le plus cultivé des coréopsis (C. verticillata lui ravit maintenant cette place). C’est une plante qui pousse en touffe, produisant une profusion de tiges feuillues aux feuilles plutôt lancéolées. Les feuilles inférieures sont simples; celles portées sur les tiges florales ont 3 à 5 lobes. Les «marguerites» de 2,5 à 6 cm de diamètre sont jaune orange aux rayons joliment dentés. La floraison se poursuit tout l’été et jusqu’en automne; plus abondamment encore si l’on supprime les fleurs fanées.

Les coréopsis de cette espèce ont souvent la vie courte, étant très intolérants aux conditions hivernales le moindrement humides et très sujets au blanc. Pour leur assurer une durée supérieure, prenez l’habitude de les bouturer ou de les diviser tous les deux ans. Aussi, ils se multiplient rapidement et facilement par semences, fleurissant même l’année du semis si on les démarre à l’intérieur en mars.

L’espèce atteint jusqu’à 90 cm de hauteur, mais presque toutes les variétés cultivées sont plus compactes, de l’ordre de 40 à 60 cm. Elles mesurent toutes environ 30 cm de diamètre. Zone 3.

Il y a de nombreux hybrides, dont ‘Early Sunrise’ (fleurs jaunes doubles, 40 cm x 30 cm), facile à produire par semences et gagnant d’un prix Sélections All-America et d’une médaille d’or Fleuroselect en 1989.

Coréopsis hybride (C. x hybrida)

Depuis quelques années, le marché du coréopsis est dominé par des variétés hybrides. La plupart sont issues de croisements entre les coréopsis de courte vie poussant en touffe, comme C. grandiflora et C. lanceolata, et les coréopsis de longue vie produisant des rhizomes, comme C. verticillata et C. rosea. Si on peut toutefois dire que le feuillage de type G. verticillata, très étroit et mousseux, domine, la gamme des couleurs a explosé: rose, pourpre, rouge, orange, blanc crème et beaucoup de bicolores. Les fleurs sont souvent plus grosses aussi.

La rusticité de ces hybrides est très variable: certains ne sont guère plus que des annuelles, du moins, au nord de la zone 7 alors que d’autres se plaisent dans les zones 4 ou même 3. Il faut donc bien vérifier la zone de rusticité avant d’acheter. D’ailleurs, même quand vous les plantez dans une zone de rusticité appropriée, ces hybrides sont aussi sujets à la pourriture pendant l’hiver que C. grandiflora et réussiront alors mieux dans un sol naturellement bien drainé ou dans une plate-bande surélevée.

Cette espèce pousse bien en plate-bande, mais réussit très bien aussi en pot. Généralement, les coréopsis hybrides sont relativement compacts (45-60 cm x 40-90 cm) et certains sont carrément nains (15-20 cm x 30 cm). Notez que, contrairement aux autres coréopsis, ils sont généralement stériles et ne peuvent pas se ressemer: il faut les multiplier végétativement (par bouturage ou par division).

Coréopsis à feuilles lancéolées (C. lanceolata)

20180101F Coreopsis lanceolata 'Sterntaler' Qwertzy2, WC

Coreopsis lanceolata ‘Sterntaler’. Source: Qwertzy2, Wikimedia Commons

C’est le coréopsis le plus largement distribué dans la nature, de l’Atlantique au Pacifique, de l’Ontario au Mexique. Cette plante ressemble comme deux gouttes d’eau au coréopsis à grandes fleurs, mais a des feuilles plus étroites et des fleurs plus grosses. Surtout, le coréopsis à grandes fleurs a des tiges florales feuillues alors que le coréopsis à feuillage lancéolé n’a pas de feuilles sur la moitié supérieure de sa tige florale. Aussi, il profite d’une plus grande longévité (4 à 5 ans) que le coréopsis à grandes fleurs. Souvent, les fleurs ont une auréole acajou. Cette plante se ressème parfois à outrance si l’on ne supprime pas les fleurs fanées. Dimensions: 30-60 cm x 60 cm. Zone 3.

Coréopsis des marais (C. palustris)

20180102Y Coreopsis palustris 'Summer Sunshine' mtcubacenterorg.jpg

Coreopsis palustris ‘Summer Sunshine’. Source: mtcubacenter.org

Cette espèce rhizomateuse est rarement cultivée, mais a donné un cultivar plusieurs fois primé, ‘Summer Sunshine’, qui attire beaucoup d’attention pour sa floraison dense et sa facilité d’entretien. ‘Summer Sunshine’ est très adapté aux conditions de jardin typique, comme l’ombre partielle et un drainage moins que parfait. Malheureusement, sa rusticité est très faible: zone 7. Parfaite pour nos amis Européens, mais insuffiante pour la plupart des Canadiens.

Attendez-vous à une plante de 75 cm de hauteur et de 40 cm de largeur avec des feuilles simples vert foncé très larges pour un coréopsis et des fleurs jaune doré aux rayons encochés et avec un disque brun. Elle fleurit très tard dans la saison: de septembre à octobre.

Coréopsis rose (C. rosea)

20180101G Coreopsis rosea 'American Dream' mtcubacenterorg.jpg

Coreopsis rosea ‘American Dream’. Source: mtcubacenterorg

Tout à fait original dans un genre où le jaune domine largement, le coréopsis rose produit bel et bien des fleurs roses. Elles sont petites, mais produites en grande quantité sur des tiges minces portant des feuilles presque comme des aiguilles. Il diffère aussi des autres coréopsis en ce qu’il préfère un sol qui demeure constamment humide en tout temps, mais sans excès, et qu’il ne tolère nullement la sécheresse. C’est aussi une plante plus capricieuse, se comportant comme une annuelle quand les conditions ne sont pas tout à fait à son goût. Là où elle est heureuse, par contre, elle se multipliera peu à peu par rhizomes.

Notez que c’est un de ces coréopsis dont il vaut mieux toujours supprimer les fleurs fanées, non seulement pour stimuler une floraison renouvelée, mais pour empêcher la plante de trop se ressemer. Dimensions: 60 cm x 60-90 cm. Zone 4b.

C’est cette plante qui, en hybridation, a transmis les teintes rouges et roses aux coréopsis hybrides… et souvent aussi leur faible longévité.

Coréopsis des teinturiers ou calliopsis (C. tinctoria)

20180101H Coreopsis tinctoria Carl E. Lewis, WC.jpg

Coreopsis tinctoria dans la nature. Les sélections horticoles viennent dans une bonne variété de couleurs.  Source: Carl E. Lewis, Wikipedia Commons

C’est le coréopsis annuel le plus populaire. Il est facile à cultiver par semences semées en pleine terre et souvent utilisé dans les mélanges de prés fleuris à cause de son arrivée rapide à la floraison. Ses fleurs sont habituellement bicolores, jaune et rouge. La forme sauvage est assez grande (environ 90 cm), mais les divers cultivars peuvent être aussi compacts que 20 cm. Il peut parfois se ressemer à outrance. L’épithète tinctoria veut dire «des teinturiers» et, effectivement, on peut tirer une teinture rouge vin de ses fleurs. Dimensions: 30-90 cm x 20-30 cm. Annuelle.

Coréopsis trifolié (C. tripteris)

20180101I Coreopsis tripteris naturecanada.ca.jpg

Coreopsis tripteris. Source: naturecanada.ca

C’est le géant du genre, atteignant 2 à 2,5 m de hauteur à l’état sauvage et portant aussi des fleurs plus grandes que celles des autres coréopsis. Il porte des masses aérées de fleurs jaune clair à disque brun et aux rayons non dentés. Sa floraison dure facilement deux mois, mais est surtout automnale. Ses fleurs et son feuillage sentent l’anis. Ses feuilles sont trifoliées (parfois quinquefoliées) à segments lancéolés. Il est un peu envahissant par ses rhizomes, mais de très longue vie: plantez-le et oubliez-le! Zone 3.

L’espèce a la réputation de parfois demander un tuteur (bien que chez moi, je n’ai absolument aucune plainte à faire à ce sujet). Si oui, il existe quelques cultivars aux tiges plus solides, comme ‘Gold Standard’ (2 m) et ‘Flower Tower’ (2,5 m).

Coréopsis à feuilles verticillées (C. verticillata)

Coreopsis verticillata 'Zagreb' DummenOrange.jpg

Coreopsis verticillata ‘Zagreb’. Source: DummenOrange

Son feuillage très finement découpé fait en sorte que les fleurs jaune vif semblent flotter sur un nuage de verdure. Il a une longue floraison couvrant presque tout l’été même si l’on ne supprime pas les fleurs fanées. Il se propage par rhizomes courts sans devenir envahissant. C’est un coréopsis solide, s’accommodant de presque tous les sols, et de longue vie. Il est probablement le meilleur choix pour le jardinier débutant, car avec lui, le succès est assuré. Un bémol cependant: il est lent à sortir au printemps. Marquez alors bien son emplacement. Dimensions: 90 cm x 60 cm. Zone 4.

Il a donné une foule de cultivars, généralement plus compacts que l’espèce, comme ‘Moonbeam’* (fleurs jaune citron, dimensions: 40-45 cm x 40 cm) et ‘Zagreb’ (fleurs jaune franc, dimensions: 40-45 cm x 40 cm), deux variétés classiques.

*Il est possible que ‘Moonbeam’ soit en fait un vieil hybride plutôt qu’une véritable sélection de C. verticillata.

Compte tenu de la beauté, de la résilience et de la popularité des coréopsis, il est tout à fait approprié que l’année 2018 ait été désignée comme l’Année du coréopsis!20171227A Coreopsis grandiflora Kor!An, WC

Publicités

3 réflexions sur “2018: l’année du coréopsis

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s