Quand nos plantes d’intérieur sont des mauvaises herbes

Par défaut
20170116A.jpg

Les bébés plantes de kalanchoé sautent dans les pots voisins.

On n’en parle pas souvent, mais certaines plantes d’intérieur peuvent se montrer des mauvaises herbes. Comme celles de nos platebandes et jardins, elles s’étendent de pot en pot, cherchant à s’accaparer à elles toutes seules le terreau qu’on y trouve.

Quelques coupables

Kalanchoé

20170116B.jpg

Bébés plantes sur une feuille de Kalanchoe daigremontiana.

Plusieurs kalanchoés (Kalanchoe daigremontiana, K. pinnata, K. laetivirens, etc.) parfois inclus dans le genre Bryophyllum ont la curieuse capacité de produire des plantules sur la marge de leurs feuilles. C’est mignon comme tout et donne amplement de bébés à partager avec ses amis… mais les plantules «sautent» assez facilement dans les pots voisins. Comme les bébés ainsi enracinées produisent très rapidement des bébés à leur tour, il y a souvent passablement de désherbage à faire.

Pire, les kalanchoés sont allélopathiques: ils dégagent des produits toxiques qui importunent les plantes avec lesquelles elles partagent le pot. Ainsi, la plante désirée pousse moins bien ou peut même mourir. Mieux vaut vraiment garder les «kalanchoés sauteurs» à leur place!

Plante crevette pourpre

20170117C.jpg

Plante crevette pourpre (Porphyrocoma pohliana)

La très jolie plante crevette pourpre (Porphyrocoma pohliana, aussi appelé Justicia scheidweileri) est une petite plante au feuillage mis en valeur par des nervures argentées et qui produit à son sommet un «cone» rouge durable décorée de fleurs pourpres éphémères. Je n’ai jamais eu à l’acheter: elle est apparue dans le pot d’une plante rapportée d’une pépinière et depuis ce temps, se propage chez moi de pot en pot grâce à ses fines semences qu’elle sème à tout vent.

Plante aux éphélides

20170116M.jpg

Plante aux éphélides (Hypoestes phyllostachya)

La plante aux éphélides (Hypoestes phyllostachya), aussi de la famille des Acanthacées, est une petite plante aux feuilles joliment tachetées de blanc, de rouge ou de rose, parfois au point où l’on voit très peu de vert. Les fleurs discrètes passent souvent inaperçues, mais produisent néanmoins des graines viables. Les plantes qui en résultent et qui paraissent ici et là dans d’autres pots sont beaucoup plus visibles.

Plante araignée

20170117D.jpg

Les fleurs de la plante araignée (Chlorohytum comosum) donne des graines parfois envahissantes.

La populaire plante araignée ou phalangère (Chlorophytum comosum) produit, sur ces longs stolons arqués (en fait, des tiges florales) de petites fleurs blanches qui donnent de petites graines noires. Il en résulte parfois une profusion de petites plantes araignées dans les pots voisins. Mais les semis ne sont jamais panachés comme l’est souvent la plante adulte: leur feuillage est toujours entièrement vert.

20170117E.jpg

Plante araignée orange (Chlorophytum orchidantheroides)

Elle n’est pas la seule plante araignée qui se ressème. La plante araignée orange — qui porte beaucoup à confusion à cause de ses multiples noms (Chlorophytum orchidantheroides, C. amaniense ou C. orchidastrum, avec ou sans le nom de cultivar ‘Fire Flash’) — produit de larges feuilles à nervure centrale orangée et aucun stolon rampant. Elle aussi saute de pot en pot grâce aux graines qu’elle produit. Ainsi va-t-il aussi pour la plante araignée à grandes feuilles (C. macrophyllum), à feuilles vertes de grande taille.

Euphorbe à nervures blanches

20170117F.jpg

Euphorbe à nervures blanches (Euphorbia leuconeura)

La plupart des euphorbes succulentes (genre Euphorbia) restent sagement dans leurs pots d’origine, mais une, l’euphorbe à nervures blanches (Euphorbia leuconeura), à la tige enflée dressée et aux jeunes feuilles marquées de nervures blanches (les feuilles adultes sont entièrement vertes), saute allégrement de pot en pot grâce à ses semences. À maturité, la plante expulse ses graines avec force: elles peuvent voyager jusqu’à 5 m! Vous la trouvez souvent dans les échanges de plantes: ceux qui l’ont ont toujours des bébés à donner!

Dorstenia fétide

20170117G.jpg

Dorstenia fétide (Dorstenia foetida)

La dorstenia fétide (Dorstenia foetida) est une autre succulente à tige enflée coiffée de feuilles elliptiques, mais cette fois-ci cultivée pour ses fleurs bizarres en forme de tournesol vert… et elles aussi lancent leurs graines partout.

Papyrus d’appartement

20170117H.JPG

Fleurs de papyrus d’appartement (Cyperus alternifolius)

Aussi appelé cyperus à feuilles alternes, le papyrus d’appartement (Cyperus alternifolius) est une populaire plante d’intérieur graminiforme qui pousse le pied dans l’eau et dont chaque tige se coiffe d’un parapluie de feuilles linéaires. Sous de bonnes conditions ce papyrus produit aussi une profusion de graines légères comme l’air qui germent dans les pots de ses voisins, formant de petites touffes de feuilles vertes étroites rappelant les graminées de nos pelouse.

Plante feu d’artifice

20170117I.jpg

Plante feu d’artifice (Pilea microphylla)

Ce piléa (Pilea microphylla) produit de minuscules feuilles et des fleurs si petites que vous ne les verrez pas sans loupe, mais cela ne l’empêche pas, grâce à ses petites graines, d’envahir les pots des autres plantes.

Oxalide corniculée

20170117J.jpg

Oxalide corniculée (Oxalis corniculata)

Cette plante trifoliée à fleurs jaunes (Oxalis corniculata) est strictement une mauvaise herbe: personne ne penserait la cultiver. On le trouve souvent dans les pots de cactus et des succulentes quand on les achète… et bientôt dans les pots de toutes nos plantes!

Fougères

Cyrtomium-falcatum.jpg

Fougère-houx (Cyrtomium falcatum)

Les fougères produisent des spores légères comme l’air… et qui voyagent via les courants d’air dans nos maisons. Ainsi, elles peuvent atterrir n’importe où. Elles germent notamment dans les pots de semis, car elles aiment bien l’humidité qu’on y trouve. Parmi les espèces portées à vagabonder, il y a la fougère-houx (Cyrtomium falcatum), le ptéris rubané (Pteris vittata) et le capillaire (Adiantum raddianum et autres).

Psilote nu

Psilotumyoung.jpg

Psilote nu (Psilotum nudum)

Cette bizarre de plante (Psilotum nudum) est sans racines ni feuilles, portant seulement de minces tiges vertes coriaces et fourchues. Longtemps considérée comme un ancêtre des fougères, le psliote nu est désormais accepté par lex taxologistes comme étant une fougère à part entière, mais une fougère pas comme les autres, très primitive dans toutes ces caractéristiques. Il se ressème par spores qui germent non pas à la surface du sol, comme la plupart des autres fougères, mais de façon souterraine. J’en ai plein dans mes plantes d’intérieur.

Mousses

20170117K.jpg

Mousse qui pousse dans un pot

Oui, les mousses aussi s’installent dans nos plants d’intérieur, probablement apportées de l’extérieur par le vent dans la plupart des cas, car leurs spores sont si petites qu’elles peuvent facilement traverser une moustiquaire. Les mousses tendent surtout à apparaître dans les terreaux qu’on garde plutôt humides, comme dans les pots de semis, mais même parfois dans les pots de cactus. Personnellement, je les laisse faire: elles créent un joli tapis vert qui cache le terreau de vue et ne nuisent pas à leur hôte.

D’ailleurs les amateurs de terrarium installent souvent des mousses dans leurs montages.

Hépatique

20170117L.jpg

Hépatique (Marchantia spp.)

Cette parente des mousses est moins bienvenue dans les pots de nos plantes d’intérieur. L’hépatique (Marchantia spp.) est une proche parente des vraies mousses (les deux sont des bryophytes) et, comme elles, se multiplie par spores déplacées par les courants air. La progression latérale constante de l’hépatique fait toutefois qu’elle forme un tapis rase-sol tellement dense que la circulation d’air et l’évaporation dans le sol se trouve compromise, ce qui peut mener à la pourriture des racines de la plante désirée.

On peut se débarrasser de l’hépatique en grattant et en enlevant le terreau infesté sur une profondeur de 1 cm pour le remplacer par un terreau frais. Aussi, arrosez un peu moins, car la présence d’hépatiques indique généralement un sol trop humide.


Si vous cultivez des plantes d’intérieur, tôt au tard vous trouverez assurément une ou plusieurs de ces plantes spontanées dans vos pots. À vous de décider s’il s’agit d’ennemies à abattre… ou de mignonnes nouvelles plantes à installer dans leur propre pot!20170116a

 

Advertisements

Une réflexion sur “Quand nos plantes d’intérieur sont des mauvaises herbes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s