Mythe horticole: si une plante-araignée ne produit pas de bébés, c’est qu’elle doit être un mâle

Par défaut

Suis-je un garçon ou une fille? Source: gointerior.me, http://www.freepngclipart.com & melbournechapter.net, montage: jardinierparesseux.com

Le monde du jardinage est bourré de renseignements douteux et même faux. Par exemple, on entend dire que si une plante-araignée, ou phalangère (Chlorophytum comosum), ne produit pas de «bébés» (plantules), c’est qu’il doit s’agir d’un plant mâle. Et cela semble logique, n’est-ce pas? Car, chez les humains, les hommes (les mâles) ne produisent pas de bébés, seulement les femmes (les femelles) le font.

Mais cela, bien sûr, est un non-sens. Le sexe d’une plante n’a rien à voir avec le fait qu’elle produise des plantules adventives. C’est une forme de reproduction asexuée: aucun échange avec une autre plante, mâle ou femelle, n’est nécessaire. Et il se trouve que la plante-araignée, comme la grande majorité des végétaux, a des fleurs «parfaites», c’est-à-dire bisexuées. Les organes masculins et féminins y sont présents et fonctionnels. La plante-araignée est donc hermaphrodite, c’est-à-dire à la fois mâle et femelle.

Les vraies raisons pour lesquelles les plantes-araignées ne produisent pas de bébés

visi135578

Jeune plante-araignée: bientôt elle sera en âge de produire des bébés. Source: www.bakker.com

Si une plante-araignée ne produit pas de bébés, c’est pour une autre raison. Et c’est généralement soit parce qu’elle est trop jeune pour le faire (elle doit en général avoir environ un an avant de pouvoir produire des plantules) ou qu’elle ne profite pas des conditions de croissance dont elle a besoin.

Et cela n’est pas très courant.

Il se trouve que la plante-araignée est extrêmement facile à cultiver (à l’intérieur du moins; pour réussir en plein air, elle a besoin d’un climat tropical). Elle peut tolérer des arrosages irréguliers, une sécheresse prolongée, peu ou pas d’engrais et des températures extrêmes et produira néanmoins au moins quelques bébés sur ses célèbres stolons retombants.

Mais ce qu’elle ne peut pas tolérer, c’est un éclairage insuffisant.

20181106C Ju-Lee, www.gardeningknowhow.com.jpg

Plante-araignée manquant sérieusement de lumière: aucun bébé ne sera produit. Source: www.gardeningknowhow.com

N’oubliez pas que la lumière est la seule source d’énergie pour les plantes vertes (chlorophylliennes). Pour elles, la lumière est aussi importante que la nourriture l’est pour l’humain. La plante-araignée est incroyablement tenace et survivra pendant des années dans une situation de faible luminosité, essentiellement à moitié morte faute d’énergie solaire, mais elle ne fleurira pas dans ces conditions… et pour cette plante, la floraison est l’essentielle première étape de la production de bébés. J’explique.

Une hampe florale modifiée

20181106D Reaperman, Wikimedia Commons.JPG

La hampe florale produit d’abord des fleurs, ensuite des bébés. Source: Reaperman, Wikimedia Commons

Vous voyez, même sous un éclairage à peine acceptable, la plante-araignée produit quelques hampes florales arquées qui portent de minuscules fleurs blanches. Pas trop voyantes et de courte durée, les fleurs risquent de passer inaperçues. Cependant, pendant que les premiers boutons floraux s’épanouissent, la hampe continue de s’allonger, se cambrant maintenant sous le poids des petites plantes qui s’y forment. Ce sont les «bébés» que vous attendiez. Plus les plantules sont grandes et nombreuses, plus la tige pend, ce qui confère à la plante son port retombant bien connu. Mais encore, elle doit fleurir avant de produire les bébés… et cela nécessite de la lumière.

Dans la nature (c’est un couvre-sol largement répandu en Afrique subsaharienne), la plante-araignée pousse bien sûr au sol et la tige arquée touche bientôt la terre où les bébés s’enracinent, ce qui donne plus de plantes-araignées. Ainsi, la plante-araignée se propage davantage par reproduction asexuée (des plantules qui s’enracinent dans le sol) que par la reproduction sexuée.

20181106E Florian Wickem, Wikimedia Commons.jpg

Bien éclairée, cette plante-araignée produit des dizaines de bébés. Source: Florian Wickem, Wikimedia Commons

Quand on cultive une plante-araignée en panier suspendu sous un éclairage adéquat, elle  produit de plus en plus de hampes florales arquées. Les jeunes plantes en suspension commencent à produire des hampes florales à leur tour, des hampes qui s’allongent parfois jusqu’à toucher le sol, provoquant cette pluie de bébés qui est l’attrait principal de la plante.

Seulement quand la lumière est juste

Mais pour produire des bébés en abondance, la plante-araignée a besoin d’un bon éclairage. Et même pour un nombre modeste de bébés, il lui faut au moins un éclairage modéré. Sous un éclairage faible, loin de toute fenêtre, elle produira seulement des feuilles.


Maintenant que vous le savez, déplacez votre plante d’araignée «mâle» dans un endroit plus éclairé — peut-être directement devant une fenêtre — et sous peu, elle produira des bébés en abondance!

Publicités

Comment la plante-araignée a obtenu son nom

Par défaut
20180205A laoblogger.com & clipart-library.com .jpg

Le nom «plante-araignée» ne vient pas de la ressemblance de la plante avec une araignée. Source: laoblogger.com & clipart-library.com

J’ai toujours présumé que la plante-araignée (Chlorophytum comosum) tirait son nom de ses tiges arquées, celles qui pendent vers le bas comme autant de pattes d’araignée. Ou possiblement à cause de sa rosette de feuilles arquées. Ne sont-elles pas vaguement araignesques? Ou peut-être à cause de ses nombreux bébés, chacun pouvant peut-être ressembler à une petite araignée.

Cependant, il s’avère que l’apparence de la plante n’a rien à voir avec son nom.

Voici ce qui est arrivé.

Une plante qui guérit les morsures d’araignée

20180205B Anthericum liliago, Meneerke bloem, WC.jpg

La phalangère (Anthericum liliago) a des feuilles et des fleurs similaires à celles de Chlorophytum comosum et, en plus, la réputation de guérir les morsures d’araignée. Source: Meneerke bloem, Wikimedia Commons

Il y a une plante appelée Anthericum liliago qui était autrefois considérée comme un antidote aux morsures d’araignée, d’où toute une série de noms communs comme phalangère (de Phalangium, le nom d’une araignée), herbe à l’araignée ou plante-araignée, selon la région. En Espagne, aussi, on l’appelle hierba contra la araña, hierba de la araña ou falangera, pour les mêmes raisons.

20180205C Daniel Villafruela, WC.jpg

C’est vrai que les fleurs de Chlorophytum comosum, ci-dessus, ressemblent à celles d’Anthericum liliago. Source: Daniel Villafruela, Wikimedia Commons

Lorsque le naturaliste suédois Carl Peter Thunberg décrivit Chlorophytum comosum, originaire des forêts d’Afrique, en 1794, il l’appela Anthericum comosum, car il voyait une ressemblance avec A. liliago. En effet, les deux ont beaucoup en commun, y compris des feuilles graminiformes et de petites fleurs blanches presque identiques, bien qu’A. liliago (toujours appelé phalangère de nos jours, un rappel de ses supposés pouvoirs guérisseurs) ait un port dressé alors que C. comosum laisse choir ses longues tiges florales.

Pendant un certain temps, les deux furent même placés dans le genre Phalangium (qui, si vous vous souvenez, est le nom d’une araignée), renforçant ainsi la croyance.

Trop tard pour changer

Au moment où notre plante a été déplacée dans le nouveau genre Chlorophytum en 1862 (nom sans aucune référence aux araignées, car il veut tout simplement dire «plante verte»!), Chlorophytum comosum était déjà si couramment appelé plante-araignée que ce nom lui est resté depuis.

Ainsi, votre plante-araignée a reçu son nom commun à cause de la supposée capacité d’un proche parent de guérir les morsures d’araignée.

Cela dit, je vous suggère de ne pas essayer d’appliquer du jus de plante-araignée sur votre plaie la prochaine fois qu’une araignée venimeuse vous mord, mais plutôt de voir un médecin sans tarder!20180205A laoblogger.com & clipart-library.com .jpg

15 plantes d’intérieur passe-partout

Par défaut
20180126A Darlene Taylor, YouTube .jpg

Certaines plantes d’intérieur sont plus faciles à cultiver que d’autres. Source: Darlene Taylor, YouTube

Pourquoi est-ce que les jardiniers novices semblent toujours vouloir débuter avec les plantes les plus compliquées à réussir? Gardénias, bonsaïs, plantes carnivores, pierres vivantes et plantes à fleurs en général, soit des végétaux qui donnent du fil à retordre même aux jardiniers les plus expérimentés? Idéalement, il faudrait commencer par des plantes faciles, afin de s’y faire la main, puis ajouter progressivement des plantes de plus en plus complexes.

Voici donc 15 plantes passe-partout, des végétaux qui réussiront sous presque toutes les conditions d’intérieur. Notamment, elles sont toutes capables de tolérer un éclairage faible, soit la cause principale de la perte des plantes d’intérieur, et supportent aussi l’air sec, un autre problème majeur dans nos demeures.

  1. Aglaonéma (Aglaonema)
20180126B www.homedepot.com.jpg

Aglaonéma (Aglaonema). Source: www.homedepot.com

L’aglaonéma est une plante dressée aux tiges épaisses et courtes et aux feuilles lancéolées charnues souvent marquées d’argent, parfois de rose ou de rouge. Sa croissance est très lente… mais il tolère les coins les plus sombres!

  1. Aspidistra ou plante de belle-mère (Aspidistra elatior)
20180126C Aspidistra www.palmaverde.nl.jpg

Aspidistra (Aspidistra elatior). Source: www.palmaverde.nl

L’aspidistra est parfois appelé plante des marchands de vin, car il peut pousser, d’après la légende, dans un caveau à vin. C’est un peu exagéré, mais sa tolérance à l’éclairage faible est légendaire. La plante ressemble à une touffe de muguet géant, mais sans les fleurs, aux feuilles coriaces vert foncé, parfois panachées de blanc. Sa croissance est extrêmement lente.

  1. Dieffenbachia (Dieffenbachia)
20180126D Dieffenbachia www.homedepot.com.jpg

Dieffenbachia (Dieffenbachia). Source: http://www.homedepot.com

Le dieffenbachia est une plante dressée au «tronc» épais vert et à larges feuilles maculées de blanc. Quand il atteint le plafond, on coupe et bouture la tête alors que la plante mère recommence à pousser à partir de la base. C’est la plante classique des églises sombres et des corridors de bureau, où peu d’autres végétaux réussissent.

  1. Dracéna ou dragonnier (Dracaena spp.)

 

20180126E Dracaena fragrans 'Massangeana' www.homedepot.com.jpg

Dracéna (Dracaena fragrans ‘Massangeana’). Source:  http://www.homedepot.com

Il existe plusieurs espèces de dracénas, mais l’espèce la plus facile à cultiver est le dracéna fragrant (D. fragans), au tronc épais et ligneux et aux larges feuilles lancéolées arquées, parfois avec une bande jaunâtre au centre. Il ressemble à un plant de maïs. Le dracéna de Derema (D. deremensis), à tige verte et aux feuilles plus étroites vert foncé souvent rehaussées de striures jaunes ou blanches, n’est plus considéré comme une espèce à part, mais plutôt comme une variante de D. fragrans. Et il est tout aussi facile à cultiver.

  1. Faux zamier (Zamioculcas zamiifolia)
20180126F Zamioculcas www.homedepot.com .jpg

Faux zamier (Zamioculcas zamiifolia). Source: www.homedepot.com

Cette plante curieuse à frondes pennées luisantes et au pétiole enflé ressemble à un palmier, mais sans tronc. Pourtant, le faux zamier est plutôt une Aracée: de la famille du philodendron! Il est parfaitement à l’aise dans les coins les plus ombragés et tolère la négligence, ayant la capacité de repousser à partir d’un épais rhizome souterrain si jamais vous oubliez de l’arroser pendant quelques mois.

  1. Figuier lyre (Ficus lyrata, syn. F. pandurata)
20180126G Ficus lyrata, olinsailbot.coms.jpg

Figuier lyre (Ficus lyrata). Source: olinsailbot.com

Le figuier lyre est le plus facile à cultiver des figuiers ou ficus; par exemple, il est moins porté à perdre ses feuilles quand on le change de place que le figuier pleureur (Ficus benjamina). Ses grandes feuilles vert foncé sont en forme de violon. Avec le temps, il devient gigantesque: il ne faut pas hésiter à le tailler quand il dépasse les bornes.

  1. Hoya, fleur de cire ou fleur de porcelaine (Hoya carnosa)
20180126H Hoya carnosa Yvan Leduc, WC.jpg

Hoya (Hoya carnosa). Source: Yvan Leduc, Wikimedia Commons

Le hoya est l’une des rares plantes de culture très facile qui fleurit fiablement. Par contre, la croissance de cette plante grimpante est terriblement lente: le hoya peut donc prendre de 5 à 10 ans avant de commencer à produire ses premières ombelles de fleurs parfumées roses ou blanches au cœur plus foncé. En attendant, heureusement, son feuillage est attrayant: épais et ciré, parfois panaché ou curieusement enroulé. C’est une plante grimpante ou retombante aux tiges qui courent partout.

  1. Langue de belle-mère ou sansevière (Sansevieria trifasciata)
20180126I Sansevieria trifasciata 'Laurentii' www.homedepot.com.jpg

Langue de belle-mère (Sansevieria trifasciata ‘Laurentii’). Source: http://www.homedepot.com

Cette plante succulente, aux longues feuilles charnues et pointues marbrées de gris, parfois panachées aussi, qui s’élèvent directement du sol, sans pétiole, est l’une des plantes les plus tolérantes à l’ombre, même si elle préfère un soleil intense.

  1. Philodendron grimpant (Philodendron hederaceum, anc. P. scandens, P. cordatum et P. oxycardium)
20180126J Phiiodendron hederaceum www.amazon.com_.jpg

Philodendron grimpant (Philodendron hederaceum oxycardium). Source: www.amazon.com

Le philodendron grimpant est une plante grimpante aux feuilles vert foncé en forme de cœur. Sa tolérance à l’ombre est légendaire: on connaît des plantes quinquagénaires qui n’ont pas vu un seul rayon de soleil direct depuis qu’elles ont été vendues! On peut bien sûr le faire grimper sur un treillis ou un autre support, mais aussi le faire retomber d’un panier suspendu.

  1. Pied d’éléphant (Beaucarnea recurvata)
20180126K Beaucarnea recurvata www.ikea.com.jpg

Pied d’éléphant (Beaucarnea recurvata). Source: http://www.ikea.com

Le pied d’éléphant est une plante succulente avec une tolérance surprenante des coins sombres (la plupart des succulentes exigent un éclairage intense). Le tronc de ce petit arbre est enflé à la base, comme un pied d’éléphant. Ses longues feuilles étroites et souvent ondulées retombent comme des cheveux. Sa croissance est très lente.

  1. Plante-araignée ou phalangère (Chlorophytum comosum)
20180126L Chlorophytum comosum 'Vittatum' brightside.me.jpg

Plante-araignée (Chlorophytum comosum ‘Vittatum’). Source: brightside.me

Toujours populaire, la plante-araignée présente une rosette de feuilles rubanées arquées souvent striées de blanc crème et d’innombrables «bébés», portés sur des cordons ombilicaux (en fait, des stolons) tout autour de la plante mère. Elle est excellente en suspension. Notez que les bébés ne paraîtront pas si la plante est placée trop à l’ombre.

  1. Pothos (Epipremnum aureum)
20180126M Epipremnum aureum 'Marble Queen'. www.instagram.com:houseplantjournal.jpg

Pothos (Epipremnum aureum ‘Marble Queen’). Source: http://www.instagram.com/houseplantjournal

Le pothos est très proche du philodendron, mais ses feuilles sont un peu plus allongées et sont striées ou maculées de jaune ou de blanc. Comme le philodendron, on peut le faire grimper ou le laisser retomber.

  1. Schefflera miniature (Schefflera arboricola, syn. Heptapleurum arboricola)
20180126N Schefflera arboricola www.plantandpot.nz.jpg

Schefflera miniature (Schefflera arboricola). Source: www.plantandpot.nz

Plus facile à cultiver que l’autre schefflera communément cultivé, soit celui à grandes feuilles (S. actinophylla), le schefflera miniature n’a de miniature que ses feuilles, car il peut devenir un arbre d’intérieur avec le temps. Il porte des feuilles digitées vert foncé souvent rehaussées de panachures blanches ou crème. Sa croissance un peu désordonnée nécessite une taille occasionnelle. C’est une plante classique des banques et des centres commerciaux à cause de sa tolérance à la négligence.

  1. Syngonium (Sygonium podophyllum)
Syngonium podophyllum www.homedepot.com.jpg

Syngonium (Syngonium podophyllum). Source:  www.homedepot.com

Ce parent du philodendron est tout aussi résistant au manque de soleil. Dans sa jeunesse, le syngonium produit une rosette de feuilles en forme de flèche, parfois marbrées de crème ou de couleur rose ou rouge. Avec le temps, il développe toutefois des tiges longues et des feuilles découpées, devenant de plus en plus une plante grimpante ou retombante.

  1. Trèfle d’appartement (Oxalis triangularis, anciennement O. regnellii)
20180126P Oxalis triangularis shop.harros-pflanzenwelt.de.JPG

Trèfle d’appartement (Oxalis triangularis). Source: shop.harros-pflanzenwelt.de

Le trèfle d’appartement porte des feuilles à trois folioles triangulaires vertes ou pourpres, souvent une maculées d’argent ou de rose. Il fleurit assez facilement, avec des fleurs roses ou blanches. Il est très facile à cultiver… mais il y a toujours quelques feuilles ou fleurs séchées à enlever, donc il n’est pas sans entretien.

Culture 

20180126Q clipart-library.com.jpg

Quand on choisit des plantes d’intérieur passe-partout, l’entretien est facile! Source: clipart-library.com

Évidemment, chacune de ces plantes a ses propres besoins culturaux, mais en général, vous pouvez les placer au soleil ou à l’ombre (avec, j’espère, quand même un peu de lumière: après tout, les plantes retirent toute leur énergie du soleil)! Aussi, ces plants réussissent à merveille dans les bureaux, loin des fenêtres, tant qu’il y a un éclairage adéquat venant de plafonniers. Toutes sont parfaitement à l’aise avec les températures normales d’intérieur et tolèrent l’air sec l’hiver… mais préféreront quand même une bonne humidité atmosphérique si vous pouvez la fournir.

Quant à l’arrosage, appliquez tout simplement la règle d’or de l’arrosage: arrosez abondamment, assez pour humidifier toute la motte de racines, puis attendez que le terreau soit sec avant d’arroser de nouveau. Rien de plus facile!

Faut-il fertiliser ces plantes? Si l’éclairage est faible, non. Sous un bon éclairage, on peut les fertiliser, en douceur, avec un engrais tout usage à un quart de la dose recommandée par le fabricant, d’avril à octobre.


Voilà! 15 plantes d’intérieur passe-partout que vous pouvez placer presque n’importe où dans la maison et qui verdiront votre demeure pendant des décennies. Pratiquez-vous avec ces plantes de base avant de vous lancer dans la culture des plantes d’intérieur plus compliquées, comme les plantes à fleurs, les bonsaïs, les pierres vivantes et les autres plantes qui posent un certain défi.

Bon succès!20180126A Darlene Taylor, YouTube

Quand nos plantes d’intérieur sont des mauvaises herbes

Par défaut
20170116A.jpg

Les bébés plantes de kalanchoé sautent dans les pots voisins.

On n’en parle pas souvent, mais certaines plantes d’intérieur peuvent se montrer des mauvaises herbes. Comme celles de nos platebandes et jardins, elles s’étendent de pot en pot, cherchant à s’accaparer à elles toutes seules le terreau qu’on y trouve.

Quelques coupables

Kalanchoé

20170116B.jpg

Bébés plantes sur une feuille de Kalanchoe daigremontiana.

Plusieurs kalanchoés (Kalanchoe daigremontiana, K. pinnata, K. laetivirens, etc.) parfois inclus dans le genre Bryophyllum ont la curieuse capacité de produire des plantules sur la marge de leurs feuilles. C’est mignon comme tout et donne amplement de bébés à partager avec ses amis… mais les plantules «sautent» assez facilement dans les pots voisins. Comme les bébés ainsi enracinées produisent très rapidement des bébés à leur tour, il y a souvent passablement de désherbage à faire.

Pire, les kalanchoés sont allélopathiques: ils dégagent des produits toxiques qui importunent les plantes avec lesquelles elles partagent le pot. Ainsi, la plante désirée pousse moins bien ou peut même mourir. Mieux vaut vraiment garder les «kalanchoés sauteurs» à leur place!

Plante crevette pourpre

20170117C.jpg

Plante crevette pourpre (Porphyrocoma pohliana)

La très jolie plante crevette pourpre (Porphyrocoma pohliana, aussi appelé Justicia scheidweileri) est une petite plante au feuillage mis en valeur par des nervures argentées et qui produit à son sommet un «cone» rouge durable décorée de fleurs pourpres éphémères. Je n’ai jamais eu à l’acheter: elle est apparue dans le pot d’une plante rapportée d’une pépinière et depuis ce temps, se propage chez moi de pot en pot grâce à ses fines semences qu’elle sème à tout vent.

Plante aux éphélides

20170116M.jpg

Plante aux éphélides (Hypoestes phyllostachya)

La plante aux éphélides (Hypoestes phyllostachya), aussi de la famille des Acanthacées, est une petite plante aux feuilles joliment tachetées de blanc, de rouge ou de rose, parfois au point où l’on voit très peu de vert. Les fleurs discrètes passent souvent inaperçues, mais produisent néanmoins des graines viables. Les plantes qui en résultent et qui paraissent ici et là dans d’autres pots sont beaucoup plus visibles.

Plante araignée

20170117D.jpg

Les fleurs de la plante araignée (Chlorohytum comosum) donne des graines parfois envahissantes.

La populaire plante araignée ou phalangère (Chlorophytum comosum) produit, sur ces longs stolons arqués (en fait, des tiges florales) de petites fleurs blanches qui donnent de petites graines noires. Il en résulte parfois une profusion de petites plantes araignées dans les pots voisins. Mais les semis ne sont jamais panachés comme l’est souvent la plante adulte: leur feuillage est toujours entièrement vert.

20170117E.jpg

Plante araignée orange (Chlorophytum orchidantheroides)

Elle n’est pas la seule plante araignée qui se ressème. La plante araignée orange — qui porte beaucoup à confusion à cause de ses multiples noms (Chlorophytum orchidantheroides, C. amaniense ou C. orchidastrum, avec ou sans le nom de cultivar ‘Fire Flash’) — produit de larges feuilles à nervure centrale orangée et aucun stolon rampant. Elle aussi saute de pot en pot grâce aux graines qu’elle produit. Ainsi va-t-il aussi pour la plante araignée à grandes feuilles (C. macrophyllum), à feuilles vertes de grande taille.

Euphorbe à nervures blanches

20170117F.jpg

Euphorbe à nervures blanches (Euphorbia leuconeura)

La plupart des euphorbes succulentes (genre Euphorbia) restent sagement dans leurs pots d’origine, mais une, l’euphorbe à nervures blanches (Euphorbia leuconeura), à la tige enflée dressée et aux jeunes feuilles marquées de nervures blanches (les feuilles adultes sont entièrement vertes), saute allégrement de pot en pot grâce à ses semences. À maturité, la plante expulse ses graines avec force: elles peuvent voyager jusqu’à 5 m! Vous la trouvez souvent dans les échanges de plantes: ceux qui l’ont ont toujours des bébés à donner!

Dorstenia fétide

20170117G.jpg

Dorstenia fétide (Dorstenia foetida)

La dorstenia fétide (Dorstenia foetida) est une autre succulente à tige enflée coiffée de feuilles elliptiques, mais cette fois-ci cultivée pour ses fleurs bizarres en forme de tournesol vert… et elles aussi lancent leurs graines partout.

Papyrus d’appartement

20170117H.JPG

Fleurs de papyrus d’appartement (Cyperus alternifolius)

Aussi appelé cyperus à feuilles alternes, le papyrus d’appartement (Cyperus alternifolius) est une populaire plante d’intérieur graminiforme qui pousse le pied dans l’eau et dont chaque tige se coiffe d’un parapluie de feuilles linéaires. Sous de bonnes conditions ce papyrus produit aussi une profusion de graines légères comme l’air qui germent dans les pots de ses voisins, formant de petites touffes de feuilles vertes étroites rappelant les graminées de nos pelouse.

Plante feu d’artifice

20170117I.jpg

Plante feu d’artifice (Pilea microphylla)

Ce piléa (Pilea microphylla) produit de minuscules feuilles et des fleurs si petites que vous ne les verrez pas sans loupe, mais cela ne l’empêche pas, grâce à ses petites graines, d’envahir les pots des autres plantes.

Oxalide corniculée

20170117J.jpg

Oxalide corniculée (Oxalis corniculata)

Cette plante trifoliée à fleurs jaunes (Oxalis corniculata) est strictement une mauvaise herbe: personne ne penserait la cultiver. On le trouve souvent dans les pots de cactus et des succulentes quand on les achète… et bientôt dans les pots de toutes nos plantes!

Fougères

Cyrtomium-falcatum.jpg

Fougère-houx (Cyrtomium falcatum)

Les fougères produisent des spores légères comme l’air… et qui voyagent via les courants d’air dans nos maisons. Ainsi, elles peuvent atterrir n’importe où. Elles germent notamment dans les pots de semis, car elles aiment bien l’humidité qu’on y trouve. Parmi les espèces portées à vagabonder, il y a la fougère-houx (Cyrtomium falcatum), le ptéris rubané (Pteris vittata) et le capillaire (Adiantum raddianum et autres).

Psilote nu

Psilotumyoung.jpg

Psilote nu (Psilotum nudum)

Cette bizarre de plante (Psilotum nudum) est sans racines ni feuilles, portant seulement de minces tiges vertes coriaces et fourchues. Longtemps considérée comme un ancêtre des fougères, le psliote nu est désormais accepté par lex taxologistes comme étant une fougère à part entière, mais une fougère pas comme les autres, très primitive dans toutes ces caractéristiques. Il se ressème par spores qui germent non pas à la surface du sol, comme la plupart des autres fougères, mais de façon souterraine. J’en ai plein dans mes plantes d’intérieur.

Mousses

20170117K.jpg

Mousse qui pousse dans un pot

Oui, les mousses aussi s’installent dans nos plants d’intérieur, probablement apportées de l’extérieur par le vent dans la plupart des cas, car leurs spores sont si petites qu’elles peuvent facilement traverser une moustiquaire. Les mousses tendent surtout à apparaître dans les terreaux qu’on garde plutôt humides, comme dans les pots de semis, mais même parfois dans les pots de cactus. Personnellement, je les laisse faire: elles créent un joli tapis vert qui cache le terreau de vue et ne nuisent pas à leur hôte.

D’ailleurs les amateurs de terrarium installent souvent des mousses dans leurs montages.

Hépatique

20170117L.jpg

Hépatique (Marchantia spp.)

Cette parente des mousses est moins bienvenue dans les pots de nos plantes d’intérieur. L’hépatique (Marchantia spp.) est une proche parente des vraies mousses (les deux sont des bryophytes) et, comme elles, se multiplie par spores déplacées par les courants air. La progression latérale constante de l’hépatique fait toutefois qu’elle forme un tapis rase-sol tellement dense que la circulation d’air et l’évaporation dans le sol se trouve compromise, ce qui peut mener à la pourriture des racines de la plante désirée.

On peut se débarrasser de l’hépatique en grattant et en enlevant le terreau infesté sur une profondeur de 1 cm pour le remplacer par un terreau frais. Aussi, arrosez un peu moins, car la présence d’hépatiques indique généralement un sol trop humide.


Si vous cultivez des plantes d’intérieur, tôt au tard vous trouverez assurément une ou plusieurs de ces plantes spontanées dans vos pots. À vous de décider s’il s’agit d’ennemies à abattre… ou de mignonnes nouvelles plantes à installer dans leur propre pot!20170116a