Votre poinsettia est malade… et tant mieux!

Par défaut
20151206A.jpg

Dans la nature, le poinsettia peut atteindre plus de 4 m de hauteur.

Le poinsettia (Euphorbia pulcherrima) n’a pas toujours été la plante compacte que nous connaissons aujourd’hui. Il est en fait un grand arbuste ou même un petit arbre de 4 m et plus de hauteur et de diamètre, bien trop gros pour entrer dans nos maisons. Ainsi, pendant longtemps, les seuls poinsettias vendus à Noël étaient sous forme de bouquets!

En 1923, cependant, chez un producteur de fleurs coupées de Californie, Ecke Nursery, on a remarqué un poinsettia court et compact, d’à peine 75 cm à maturité. À la différence avec un poinsettia normale, qui produisait des ramifications à tous les 60 cm environ et qui était donc très grand et très peu fourni, le nouveau poinsettia – dit «à ramification libre» – produisait des embranchements abondants, formant donc presque une boule de feuillage et de fleurs.

20151206B.jpg

Feuille atteinte de mosaïque du poinsettia. Photo: Plant Management Network

Par contre, malgré sa belle forme, le nouveau poinsettia manquait de vigueur et présentait, lorsque le moindrement stressé, un feuillage irrégulièrement maculé de jaune, un effet très peu intéressant. De plus, d’autres poinsettias dans la même serre ont commencé à produire des plantes avec les mêmes symptômes. On a vite présumé que la «ramification libre» était en fait une maladie, associée avec la marbrure du feuillage. En effet, des études ont démontré que la marbrure était causée par un virus, qu’on nomma la mosaïque du poinsettia (PnMV). Donc, le poinsettia compact ne semblait plus une bonne chose, mais plutôt un désastre pour l’industrie bourgeonnante du poinsettia. On recommandait de détruire à vue les poinsettias compacts pour ne pas que la maladie s’attaque à d’autres poinsettias.

Une expérience qui a porté fruit

Cependant des scientifiques de l’époque expérimentaient avec des traitements contre différentes mosaïques chez les végétaux et avaient découvert que un traitement à la chaleur pouvait détruire le virus. En traitant des poinsettias virosés, on a donc réussi à les débarrasser de la mosaïque et le feuillage était redevenu d’un beau vert, sans marbrure. Mais au grand étonnement des scientifiques, les plantes sont restées compactes et bien ramifiées. Qu’est-ce qui c’était passé, car des études ont démontré que ces poinsettias, pourtant à ramification libre, ne portaient plus le virus? Mystère et boule de gomme!

Puis une autre constatation. Quand on greffait un poinsettia normal (un grand poinsettia) sur un poinsettia à ramification libre, le premier aussi se mettaient à produire de nombreuses ramifications et à rester compact. Sans trop savoir pourquoi cela arrivait, les producteurs de poinsettia ont commencé à convertir leurs grands poinsettias en petits poinsettias pour le marché de la potée fleurie. L’industrie du poinsettia empoté était née!

Une infection nanifiante

20151206C.jpg

Joli poinsettia au port dense et nain… provoqué par une maladie!

Aujourd’hui on sait que ce qui rend les poinsettias plus ramifiés est un phytoplasme, un organisme assez semblable à une bactérie qui vit dans les tissus des plantes infestées. À l’origine, il avait été transféré de poinsettia en poinsettia en même temps que le virus de la mosaïque, mais il est resté dans la plante même quand le virus avait été détruit.

Du point de vue d’un poinsettia sauvage, ce phytoplasme est un désastre, car la plante reste petite et dense et est vite dominée par les végétaux environnants qui créent tellement d’ombre que la petite malade meurt. Pour les producteurs de poinsettias, cependant, le phytoplasme est une bénédiction: il donne des plantes basses et compactes, mais autrement aussi vigoureuses qu’un poinsettia sans phytoplasme, des plantes facilement acceptées par le public comme plantes de Noël.

De plus, on pouvait transmettre ce phytoplasme à tout autre poinsettia via le greffage (mais pas, curieusement, à aucune autre plante). Aujourd’hui tous les poinsettias vendus en pot sont infestés de phytoplasme.

Une belle maladie

Quand vous contemplez votre magnifique poinsettia, dense et fourni comme on les aime, il est curieux de penser qu’en fait il est malade. Mais le phytoplasme est une maladie essentiellement bénigne et ne cause pas de tort à la plante autre que de la laisser bien ramifiée. Heureuse maladie!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s