La Journée nationale du poinsettia

Par défaut
20171212A Pixabay FR.jpg

Le 12 décembre est la Journée nationale du poinsettia. Source: jardinierparesesseux.com

Saviez-vous que le 12 décembre est la Journée nationale du poinsettia?

La date a été choisie en l’honneur de Joel Robert Poinsett, homme politique, médecin et botaniste amateur qui fut ministre plénipotentiaire (ambassadeur) des États-Unis au Mexique de 1825 à 1830. Lors de son séjour, il tomba sous le charme d’un joli arbuste à «fleurs» rouges, déjà connu des botanistes sous le nom d’Euphorbia pulcherrima, et fit envoyer quelques boutures chez lui en Caroline du Nord. Par la suite, il partagea des boutures avec des jardiniers du secteur qui donnèrent le nom «poinsettia» à la plante. Ainsi, il lança, sans trop le savoir, une industrie globale qui vaut aujourd’hui plus de 250 millions de dollars par année.

C’est en commémoration de la mort de Joël Poinsett le 12 décembre 1851 que le Congrès des États-Unis décida d’instaurer la Journée nationale du poinsettia en 2002, suivi peu après par les Pays-Bas, l’Espagne, le Canada, la France et plusieurs autres pays.

20171212D faytur.com.jpg

Fête du Dia de la Virgen à Mexico. Source: faytur.com

Par pure coïncidence, le 12 décembre est aussi le Dia de la Virgen, l’une des fêtes catholiques les plus importantes du Mexique, le pays d’origine de la plante. La date rappelle l’apparition de la Vierge Marie à Guadalupe, maintenant au cœur de la ville de Mexico, le 12 décembre 1531. Et devinez quelle plante est utilisée pour célébrer le Dia de la Virgen?

Détails fascinants

Voici quelques «détails fascinants» à propos du poinsettia:

  1. Le poinsettia est de loin la plante d’intérieur la plus populaire au monde, avec quelque 65 millions de plantes vendues chaque année.
  2. Il s’agit d’une plante de jours courts qui fleurit tout naturellement vers Noël dans l’hémisphère Nord.
  3. Non, le poinsettia n’est pas toxique aux êtres humains en dépit d’une légende urbaine de longue date qui prétend le contraire. Il faudrait qu’un enfant de 23 kg mange 500 feuilles de poinsettia pour que cela puisse avoir un effet nocif… et la feuille a un goût si amer qu’il serait difficile d’en faire avaler même une seule à un enfant! Certaines personnes allergiques au latex peuvent toutefois aussi être allergiques à la sève du poinsettia. Et le poinsettia est légèrement toxique aux chats et aux chiens: s’ils mâchouillent des feuilles, cela peut provoquer des nausées ou même des vomissements ou de la diarrhée. Il est donc sage de toujours placer un poinsettia hors de portée des animaux domestiques.

    20171212B pxhere.jpeg

    Les petites «boules» au centre de l’inflorescence du poinsettia sont ses véritables fleurs. Photo: pxhere

  4. Les véritables fleurs du poinsettia sont les petites «boules» de couleur jaune et vert au centre de l’inflorescence. Les grands «pétales» si vivement colorés sont en fait des bractées, soit des feuilles modifiées. Ces bractées servent à attirer les pollinisateurs vers les vraies fleurs, assez insignifiantes.
  5. L’Église catholique bannit la culture du poinsettia au moment de la Conquête espagnole du Mexique, le considérant comme une plante païenne parce que les Aztèques le vénéraient. Ces derniers voyaient les bractées rouge sang comme un symbole de pureté et l’utilisaient pour décorer leurs temples. Cependant, l’Église s’est réconciliée avec le poinsettia au cours des siècles suivants et d’ailleurs, le poinsettia est maintenant bien intégré aux traditions de Noël au Mexique et dans d’autres pays hispanophones où on l’appelle «flor de Nochebuena» (fleur de la nuit sainte).
  6. Le rouge est la couleur originale du poinsettia, mais il y a maintenant plus de 125 cultivars dans toutes les nuances de rouge, blanc, crème, rose, pourpre, jaune, saumon et certains sont même bicolores. Par contre, si vous voyez des poinsettias en bleu, violet foncé, vert fluorescent ou orange criarde, sachez que ces couleurs viennent de teintures pulvérisées sur un poinsettia blanc.

    20171212C Frank Vincentz, WC.jpg

    Le poinsettia sauvage est un grand arbuste ou petit arbre. Source: Frank Vincentz, Wikimedia Commons

  7. À l’état sauvage, le poinsettia est un grand arbuste ou petit arbre et peut atteindre jusqu’à 4 m de hauteur. Les poinsettias courts et compacts que nous connaissons sont le résultat d’une infection phytoplasmique qui nanifie la plante et la stimule à se ramifier abondamment.
  8. Si la plante est bien entretenue (températures chaudes, bonne humidité atmosphérique, arrosages réguliers, etc.), les bractées du poinsettia peuvent tenir pendant six mois ou plus. En Martinique, on l’appelle d’ailleurs «six mois beau».
  1. Oui, on peut faire refleurir un poinsettia sous les conditions typiques d’une maison ou d’un appartement, même avec une facilité relative… mais pour ce faire, et en plus à temps pour Noël, vous devrez lui offrir des jours courts (12 heures ou moins d’éclairage) à partir de la fin septembre. Le plus facile, c’est de placer la plante dans une pièce abondamment éclairée le jour, mais qui ne reçoit aucune lumière artificielle la nuit. Comme les jours sont naturellement courts à cette saison, du moins dans l’hémisphère Nord, la plante fleurira sans peine à temps pour Noël.
  2. Le poinsettia appartient au genre Euphorbia, le quatrième plus vaste du monde végétal, avec quelque 2 000 espèces distribuées un peu partout dans le monde. Son nom spécifique signifie «très beau», une épithète qu’il mérite bien.

Avec Noël qui arrive dans deux semaines, il me semble que la Journée nationale du poinsettia est un excellent moment pour installer un poinsettia de Noël chez vous!20171212A Pixabay FR

Publicités

Votre poinsettia est malade… et tant mieux!

Par défaut
20151206A.jpg

Dans la nature, le poinsettia peut atteindre plus de 4 m de hauteur.

Le poinsettia (Euphorbia pulcherrima) n’a pas toujours été la plante compacte que nous connaissons aujourd’hui. Il est en fait un grand arbuste ou même un petit arbre de 4 m et plus de hauteur et de diamètre, bien trop gros pour entrer dans nos maisons. Ainsi, pendant longtemps, les seuls poinsettias vendus à Noël étaient sous forme de bouquets!

En 1923, cependant, chez un producteur de fleurs coupées de Californie, Ecke Nursery, on a remarqué un poinsettia court et compact, d’à peine 75 cm à maturité. À la différence avec un poinsettia normale, qui produisait des ramifications à tous les 60 cm environ et qui était donc très grand et très peu fourni, le nouveau poinsettia – dit «à ramification libre» – produisait des embranchements abondants, formant donc presque une boule de feuillage et de fleurs.

20151206B.jpg

Feuille atteinte de mosaïque du poinsettia. Photo: Plant Management Network

Par contre, malgré sa belle forme, le nouveau poinsettia manquait de vigueur et présentait, lorsque le moindrement stressé, un feuillage irrégulièrement maculé de jaune, un effet très peu intéressant. De plus, d’autres poinsettias dans la même serre ont commencé à produire des plantes avec les mêmes symptômes. On a vite présumé que la «ramification libre» était en fait une maladie, associée avec la marbrure du feuillage. En effet, des études ont démontré que la marbrure était causée par un virus, qu’on nomma la mosaïque du poinsettia (PnMV). Donc, le poinsettia compact ne semblait plus une bonne chose, mais plutôt un désastre pour l’industrie bourgeonnante du poinsettia. On recommandait de détruire à vue les poinsettias compacts pour ne pas que la maladie s’attaque à d’autres poinsettias.

Une expérience qui a porté fruit

Cependant des scientifiques de l’époque expérimentaient avec des traitements contre différentes mosaïques chez les végétaux et avaient découvert que un traitement à la chaleur pouvait détruire le virus. En traitant des poinsettias virosés, on a donc réussi à les débarrasser de la mosaïque et le feuillage était redevenu d’un beau vert, sans marbrure. Mais au grand étonnement des scientifiques, les plantes sont restées compactes et bien ramifiées. Qu’est-ce qui c’était passé, car des études ont démontré que ces poinsettias, pourtant à ramification libre, ne portaient plus le virus? Mystère et boule de gomme!

Puis une autre constatation. Quand on greffait un poinsettia normal (un grand poinsettia) sur un poinsettia à ramification libre, le premier aussi se mettaient à produire de nombreuses ramifications et à rester compact. Sans trop savoir pourquoi cela arrivait, les producteurs de poinsettia ont commencé à convertir leurs grands poinsettias en petits poinsettias pour le marché de la potée fleurie. L’industrie du poinsettia empoté était née!

Une infection nanifiante

20151206C.jpg

Joli poinsettia au port dense et nain… provoqué par une maladie!

Aujourd’hui on sait que ce qui rend les poinsettias plus ramifiés est un phytoplasme, un organisme assez semblable à une bactérie qui vit dans les tissus des plantes infestées. À l’origine, il avait été transféré de poinsettia en poinsettia en même temps que le virus de la mosaïque, mais il est resté dans la plante même quand le virus avait été détruit.

Du point de vue d’un poinsettia sauvage, ce phytoplasme est un désastre, car la plante reste petite et dense et est vite dominée par les végétaux environnants qui créent tellement d’ombre que la petite malade meurt. Pour les producteurs de poinsettias, cependant, le phytoplasme est une bénédiction: il donne des plantes basses et compactes, mais autrement aussi vigoureuses qu’un poinsettia sans phytoplasme, des plantes facilement acceptées par le public comme plantes de Noël.

De plus, on pouvait transmettre ce phytoplasme à tout autre poinsettia via le greffage (mais pas, curieusement, à aucune autre plante). Aujourd’hui tous les poinsettias vendus en pot sont infestés de phytoplasme.

Une belle maladie

Quand vous contemplez votre magnifique poinsettia, dense et fourni comme on les aime, il est curieux de penser qu’en fait il est malade. Mais le phytoplasme est une maladie essentiellement bénigne et ne cause pas de tort à la plante autre que de la laisser bien ramifiée. Heureuse maladie!