Pots

Une soucoupe collée a failli tuer mon bonsaï

En travaillant sur le blogue, j’ai trouvé ce texte de mon père, Larry Hodgson, qui avait été sauvegardé, mais jamais publié. Bonne lecture !

Mathieu

Je n’arrivais pas à comprendre où je me trompais. J’ai l’habitude de cultiver des plantes d’intérieur et j’attends généralement d’elles une croissance raisonnable. Surtout quand je sais de quelles espèces il s’agit et ce que les autres jardiniers recommandent. Mais dans ce cas, la plante ne réagissait tout simplement pas à mes soins.

Deux ficus ginseng
Le ficus ginseng : deux formes de banian de Chine (Ficus microcarpa) greffées l’une sur l’autre. Photo: Jules Verne Times Two.

La plante en question était un «ficus ginseng», deux formes de banian chinois (Ficus microcarpa) greffées l’une sur l’autre: un clone à croissance rapide et à racines épaisses, dont le sommet des racines est exposé pour lui donner l’apparence d’un tronc torsadé multiple. Et une variété à croissance plus lente et plus dense, souvent F. microcarpa ‘Green Island’, greffée au sommet pour fournir du feuillage. On dit que l’ensemble ressemble à un bonsaï. De ce fait, le ficus ginseng est généralement commercialisé comme un bonsaï et vendu dans un pot pseudo-bonsaï constitué d’un pot en céramique avec une soucoupe assortie. C’est exactement ce que j’ai ramené du magasin IKEA local en ce jour d’hiver.

La plupart des gens le prendraient pour un bonsaï… bien qu’un spécialiste des bonsaïs ne le ferait certainement pas.

Défaillance des soins de base

Je suis invalide maintenant, très limité dans mes mouvements, alors mon amie Hélène vient s’occuper de mes plantes d’intérieur. Elle fait généralement du bon travail. Pourtant, elle n’arrivait pas à comprendre cette plante. Elle perdait sans cesse des feuilles et en produisait rarement de nouvelles.

Elle a mentionné à plusieurs reprises qu’elle avait des problèmes avec cette plante, mais je n’y ai jeté qu’un coup d’œil rapide. Je l’avais récemment achetée lors d’une de mes rares sorties magasinage, donc je n’étais pas si inquiet. Peut-être était-elle simplement lente à s’adapter à mes conditions. Ce sont des choses qui arrivent !

Les conditions auraient dû être parfaites, pourtant, puisque d’autres ficus s’épanouissaient dans la même partie de la maison. La lumière était vive, voire intense, les températures étaient tièdes à chaudes dans la journée et plus fraîches la nuit, l’humidité se situait dans une fourchette de 50 à 60 %. Ça aurait dû être parfait.

Non, je n’ai pas demandé à Hélène d’essayer de le fertiliser. Seules les plantes performantes reçoivent de l’engrais !

Astuce

Ne fertilisez jamais des plantes faibles. Seules les plantes montrant des signes de croissance et de reprise doivent être fertilisées !

Déclin marqué

Cependant, les choses ne s’amélioraient pas. J’ai donc demandé à Hélène de me l’apporter pour y jeter un coup d’œil. J’ai arraché quelques feuilles jaunies, taillé quelques branches mortes. Hmmm… Aucun signe d’insecte…

Puis j’ai touché la terre : elle était trempée ! Comment cela est-il possible ?

J’ai regardé Hélène.

Elle a dit qu’elle n’arrivait pas à comprendre. Elle avait l’habitude d’arroser tous les 4-6 jours (moins en hiver) et toutes les plantes qui ne se desséchaient pas après cette période, elle les arrosait la session suivante. Mais celle-ci ne semblait jamais se dessécher. Alors, après avoir sauté trois arrosages, elle s’est sentie obligée de l’arroser. Après tout, un ficus n’est pas une plante grasse et n’est donc pas adapté aux conditions sèches !

«Arrose-là et on verra ce qui se passe», ai-je suggéré. Elle l’a fait. C’est resté là. Le sol était vraiment saturé. Pourtant, aucune eau ne s’est écoulée dans la soucoupe en céramique à sa base. C’était inattendu.

J’ai regardé plus attentivement (les médicaments que je prends ont provoqué la formation de cataractes sur mes yeux, si bien que je ne vois plus aussi clairement qu’avant). Une seconde ! C’est alors que j’ai remarqué qu’il y avait un pot de culture en plastique vert juste à l’intérieur du pot de bonsaï. Il s’avère que la plante était en double pot !

Nous avons retiré le pot de culture et l’avons examiné.

Ouaip ! Il y a des trous de drainage, donc l’excès d’eau devrait pouvoir s’échapper. Parfait ! Mais le pot du bonsaï (pot extérieur) semblait suspect. Il ressemblait à un pot épais en céramique noire placé dans une soucoupe en céramique noire de même taille. Je pouvais voir trois trous de drainage dans le fond du pot. L’excès d’eau aurait donc dû pouvoir s’écouler du pot du bonsaï vers la soucoupe. Mais cela ne semblait pas être le cas.

pot avec une fausse soucoupe attachée à celui-ci.
C’est une pseudo-soucoupe. Strictement décoratif. Il y a même 3 faux trous percés dans le fond.

Une soucoupe qui ne veut pas s’enlever!

J’ai essayé d’enlever la soucoupe. Elle ne bougeait pas. J’ai essayé de la tourner. Pas plus de chance. J’ai essayé de la frapper contre la table. Mais les coups n’ont pas réussi à séparer le pot de la soucoupe. Elle était vraiment collée solidement au pot.

Pot de pseudo-bonsaïs

C’est alors que j’ai compris : ce n’était pas une vraie soucoupe. C’était une pseudo-soucoupe. Strictement décorative. Il y avait même 3 trous percés dans le fond de la soucoupe, mais ils ne menaient nulle part. Au lieu de cela, ils étaient bouchés ! Helene avait arrosé la plante en supposant que l’excès d’eau s’écoulait, mais en fait, ce n’était pas le cas.

Au lieu de cela, le pot de pseudo-bonsaï était un double pot de pseudo-bonsaï, car ce n’était même pas un pot de bonsaï, mais plutôt un cache-pot de bonsaï dans lequel la pépinière avait planté directement le ficus ginseng. Et vous ne devriez jamais faire pousser une plante dans un cache-pot*.

*Un cache-pot est un pot extérieur ornemental pour les plantes d’intérieur. La plante s’enracine dans un pot de culture, muni de trous de drainage, et est placée dans le cache-pot pour être exposée. Après l’arrosage, l’eau qui reste dans le cache-pot peut être versée. Lisez Les cache-pots changent la donne: il faut repenser l’entretien de nos plantes d’intérieur pour plus d’informations.

Les plantes cultivées directement dans les cache-pots meurent inévitablement.

Sauvé par le temps

J’ai demandé à Hélène de retirer la plante de son pot. Comme elle est un peu réticente à tailler et que je ne le suis pas, j’ai coupé la masse de racines pourries et malodorantes, réduisant la plante à quelques racines vivantes. Elle a réussi à trouver un demi-pot (un pot en plastique de la moitié de la hauteur d’un pot de fleurs ordinaire) qui s’insérait presque parfaitement dans ce que nous pensions être une jardinière de bonsaï et y a empoté le ficus. En moins de 30 minutes, nous avions déplacé le ficus dans un nouveau pot, avec une terre fraîche, humide, mais pas détrempée. Il avait l’air faible au début, mais malgré cela, il semblait presque pousser un soupir de soulagement !

ficus ginseng
Le ficus ginseng, autrefois faible et mourant, est maintenant dense et vert foncé.

C’était à l’époque…

Maintenant, Hélène peut arroser le ficus ginseng d’une manière logique. Lorsque le sol est sec au toucher, elle l’arrose abondamment. Ensuite, l’excédent d’eau s’écoule dans la jardinière ou la soucoupe, qu’elle draine. Sinon, elle attend la séance suivante avant d’arroser.

Après 6 mois, le ficus ginseng, autrefois faible et mourant, était dense et vert foncé. En fait, il a maintenant besoin d’être taillé et fertilisé de temps en temps.

Une leçon que j’ai dû apprendre

Vérifiez toujours qu’il existe un moyen d’évacuer l’excès d’eau d’un contenant de plantes, même si cela implique de percer un trou dans le fond. Cela permet de garder la plante en bonne santé et heureuse beaucoup, beaucoup plus facilement !

Notez également que, généralement, une soucoupe pour plantes, même si elle est conçue pour s’accorder avec le pot du dessus, est plus grande que le pot : elle doit l’être pour que l’eau puisse s’écouler. Je m’en veux maintenant de ne pas l’avoir remarqué dès le départ !

De plus, ne supposez pas que la plante que vous achetez a été mise en pot correctement. Je ne l’ai pas fait… et j’ai failli perdre ma plante à cause de cela !

À propos Larry Hodgson

Journaliste et blogueur horticole, auteur de 65 livres de jardinage, conférencier et vulgarisateur hors pair, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, nous a quitté en octobre 2022. Reconnu pour sa grande générosité, sa rigueur et son sens de l'humour, il a touché plusieurs générations de jardiniers amateurs et professionnels pendant 40 ans de carrière. Grâce à son fils, Mathieu Hodgson, et une équipe de collaborateurs, le blogue jardinierparesseux.com continuera sa mission de démystifier le jardinage et le rendre plus accessible à tous. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2800 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

19 comments on “Une soucoupe collée a failli tuer mon bonsaï

  1. Merci d’avoir déniché un texte non publié de votre père…..et que parfois il faut se méfier de la joliesse des pots lorsque l’on nous vend une plante!

  2. Vive émotion d apprendre que Larry nous a quittés.
    ??? Paix à son Âme
    Le Paradis des plantes et des belles Âmes l ont accueilli..
    ?avec une infinie Gratitude
    ??? INFINIES GRATITUDES Larry
    Merci à votre fils Mathieu et ses Équipes pour la relève
    ? Fraternellement

    • Bizarres ces ???J ai mis ceci
      ??? Paix à son Âme
      Et des coeurs roses ??? devant INFINIES GRATITUDES Larry
      L IA s amuse..de nous

  3. Johanne Girard

    Comme un message de l’au-delà. Cher Larry, vous me manquez! J’ai fait l’erreur de placer mes succulentes dans des pots jolis, mais à l’assiette beaucoup trop étroite. L’arrosage est devenu un cauchemar. Vais devoir me résigner à corriger tout ça bientôt.

  4. Vraiment super un article jamais publié
    Et pour les amoureux de bonsaï
    Mais juste vous signaler, car c’est trop drôle, sous une des photos il est mentionné pseudo- saucisse plutôt que pseudo soucoupe. 😉

  5. Cher Larry, merci de continuer à nous écrire et nous éclairer de l’au-delà! J’avais justement un questionnement du genre avec mon ficus bonsaï… même si on est en décembre, je vais aller voir ce qui se trame dans le pot… Je sais que le problème n’est pas la saucisse… oups la soucoupe… mais peut-être que ce sont les racines? A suivre!

  6. Viviane Haeberlé

    Merci Mathieu, d’avoir déniché cet article et de nous en faire profiter. J’espère que quelqu’un va le faire suivre à IKEA pour que cesse cette pratique barbare de vendre des plantes qui sont condamnées à cause de leur pots sans drainage (aussi appelés pseudo-saucisses par les experts).

  7. Marie-Claude L'Or

    La méthode , l’observation…l’observation , la méthode !?L’amour du monde végétal , des talents hors -pair de conteur et un super sens de l’humour ! Merci pour la publication de cet article.
    Je pense à Larry presque tous les jours, lui qui ne fut pas paresseux du tout, à sa générosité, son naturel …Je me sens meilleure humaine d’avoir accès à ces articles et ses livres.C’est drôle hein?!
    J’ai tout juste eu le temps de lui serrer la pince au début de la pandémie , à la fête des semences…
    Merci Mathieu !??

  8. J’aimerais bien quelques explications pour savoir comment tailler un bonsaï, et quelques autres trucs. Merci

  9. Johane Cantin

    Ouf! Même les spécialistes font les mêmes erreurs que nous… Merci à Mathieu H.pour les informations encore toujours pertinentes

  10. Pas du tout dans l’article que j’ai reçu.

  11. Je parle de la prétendue soucoupe
    saucisse!

  12. Moi aussi je n’ai pas lu le mot saucisse … j’ai relu l’article par 2 fois …

    • Mathieu Hodgson

      J’ai fait la correction! C’était bien une « soucoupe saucisse » à l’origine!

  13. Danielle Charette

    J’ai sounevt remarqué que de tels pots achetés au magasin à rabais $ sont incorrectement percés entre le pot et la soucoupe, en fait le glacis céramique a bouché les trous latérauc communiquant avec la soucoupe intégrée. Je fais un test avec de l’eau, et si l’ecou est inadequat, j’utilise une perceuse avec mèche à céramique pour y remédier. Sans doute que ces détaillants achètent des lots défectueux pour les offrir à bas prix.

  14. merci pour ce conseil, intéressant à savoir

  15. Agnès Gendron

    Quelle émotion. Merci pour ce partage. Larry tu reste dans nos cœur grâce à ton fils.

  16. elsewhereraid

    I appreciate your finding a driving directions previously unpublished work by your father, and I hope you’ve learned not to judge a plant by its container.

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :