Animaux bénéfiques Truc du jour

La musaraigne: amie insoupçonnée de nos jardins!

Musaraigne

Par Larry Hodgson

Vous en voyez rarement. Et personne n’en parle. Pourtant, les musaraignes sont parmi les meilleures amies de nos jardins.

Malheureusement, les seules musaraignes que j’ai déjà vues étaient mortes. Un de mes chats les attrapait et les laissait sur le seuil de la porte. Les chats ne les mangent pas, ou du moins, la plupart ne le font pas, car elles sentent mauvais: elles dégageant un musc semblable à celui d’une mouffette lorsqu’elles sont capturées. J’ai été étonné du nombre de musaraignes qu’il a attrapées, ne réalisant pas à l’époque le grand nombre de musaraignes qui partagent nos environnements. Une estimation pour la Grande-Bretagne suggère plus de 50 musaraignes par hectare dans les zones boisées. Et vous les trouvez presque partout, même en ville.

Les musaraignes ressemblent beaucoup à des souris. Elles sont toutefois minuscules et généralement plus petites que la plupart des souris. Elles sont gris ou marron-grisâtre, avec des yeux noirs minuscules qui ne voient pas très clairement et de petites oreilles. C’est leur long museau pointu qui les trahit: aucune souris n’est ainsi faite. Et les dents aussi sont de bons identifiants, du moins si vous examinez une musaraigne morte. Les musaraignes ne sont pas des rongeurs (elles ne sont pas apparentées aux souris et aux rats) et n’ont donc pas la paire de longues incisives typiques des rongeurs. À la place, elles ont une multitude de petites dents pointues. 

Les musaraignes sont plus étroitement apparentées aux taupes, mais ne vivent pas constamment sous terre comme les taupes. C’est vrai que certaines espèces creusent des terriers et que d’autres peuvent adopter des tunnels abandonnés laissés par des taupes ou d’autres animaux fouisseurs, mais elles viennent souvent à la surface. Elles appartiennent à plusieurs genres différents, mais la plupart des musaraignes de climat tempéré appartiennent aux genres Sorex (musaraignes à longue queue), Crocidura (musaraignes à dents blanches) et Blarina (musaraignes à queue courte).

Le mot «musaraigne» vient du latin mus-araneus pour souris-araignée, car l’animal ressemblait à une souris et sa morsure était réputée venimeuse, comme celle d’une araignée.  

Il existe quelque 385 espèces de musaraignes que l’on trouve dans tout l’hémisphère Nord ainsi qu’en Afrique et dans le nord de l’Amérique du Sud. Elles sont absentes de l’Australie, de la Nouvelle-Zélande, de l’Antarctique et de nombreuses îles. Certaines espèces sont arboricoles, d’autres sont aquatiques, mais la plupart vivent essentiellement comme les musaraignes qui habitent probablement votre jardin: ce sont de petits mammifères terrestres discrets qui passent une grande partie de leur vie cachés dans la litière de feuilles, de petits terriers ou sous des troncs, des branches, des plantes et des arbustes.

Bien que minuscules, les musaraignes sont très rapides, courant toujours rapidement en zigzaguant. Elles sont plutôt nocturnes, ce qui explique en partie pourquoi vous les voyez rarement, mais aussi elles sont tellement méfiantes envers les humains qu’elles se tiennent généralement bien à l’écart de nous. Et quand vous les voyez, c’est d’habitude seulement pour un instant: elles sont si rapides!

Pourquoi les musaraignes sont-elles utiles?

Musaraigne carrelet
La musaraigne carrelet (Sorex araneus) est la musaraigne la plus courante en Europe. Photo: depositphotos

Bien que souvent classées comme insectivores, les musaraignes sont en réalité omnivores. Elles mangeront presque n’importe quoi de leur taille ou plus petit. Cela comprend les chenilles, les pucerons, les coléoptères, les vers blancs, les criquets, les fourmis, les mille-pattes, les cloportes, les limaces, les escargots, les souris, les graines, les noix, les aliments pour animaux de compagnie et bien plus encore. La plupart sont quelque peu venimeuses (ce qui est inhabituel pour un mammifère): leur morsure dégage un poison qui paralyse les petites proies. Elles peuvent ensuite les emporter et les stocker dans une cache afin de les manger plus tard. Certains insectes ainsi paralysés restent vivants jusqu’à 13 jours!

Si une musaraigne vous mord (très peu probable à moins que vous ne la manipuliez physiquement), cela fera mal et une certaine douleur pourrait persister pendant des jours, mais le venin que leur morsure injecte n’a pas plus d’effets sur les humains.

Les musaraignes doivent passer une bonne partie de leur vie à manger. D’ailleurs, elles mangent presque constamment. Leur métabolisme est plus actif que celui de presque tout autre mammifère et leur cœur peut battre jusqu’à 1000 fois par minute. Elles ont besoin de beaucoup d’énergie juste pour rester en vie. La plupart ont besoin de manger entre 1/2 et 2 fois leur propre poids corporel par jour. C’est beaucoup… et beaucoup d’ennemis des plantes tombent entre leurs griffes. Les musaraignes sont probablement la principale raison pour laquelle les limaces, la proie principale de plusieurs espèces dans un espace-jardin, ne vident pas complètement vos plantations!

Bien sûr, les musaraignes ne font pas la différence entre les amis et les ennemis du jardin. Oui, elles mangeront des créatures bénéfiques : pollinisateurs, vers de terre, couleuvres et même de petits oiseaux si elles les trouvent, mais dans l’ensemble, elles sont bien plus utiles aux jardiniers que nuisibles.

Avec une si mauvaise vue, les musaraignes trouvent principalement leurs proies grâce à leurs longues moustaches mobiles (vibrisses) qu’elles fouettent constamment pendant qu’elles se promènent. Elles peuvent déchiffrer ce que les vibrisses ont rencontré — ami ou ennemi, aliment ou non — par le seul toucher. Elles utilisent aussi l’odorat pour se guider et même de l’écholocalisation (oui, comme une chauve-souris!), mais surtout pour s’orienter. Les vibrisses sont leur principal outil de chasse.

Les musaraignes en hiver

Les musaraignes n’hibernent pas, mais ralentissent considérablement leur métabolisme l’hiver et entrent en torpeur pendant un temps, du moins dans les climats plus froids. De nombreuses espèces réduisent considérablement leur poids corporel à l’arrivée de l’hiver et même la taille de leur crâne et de leur cerveau. Ainsi, elles n’ont pas besoin de manger autant et peuvent plus se fier aux réserves qu’elles ont mises en cache à l’automne.

Une vie à toute vitesse

grande musaraigne
La «grande musaraigne» (Blarina brevicauda), commune en Amérique du Nord, n’est pas si grande: elle mesure rarement plus que 14 cm. Photo : Gilles Gonthier, Wikimedia Commons

Les musaraignes vivent vite et meurent jeunes. La plupart ne vivent qu’un an ou deux. Et elles se reproduisent souvent: 2 ou 3 fois par an au Québec, jusqu’à 5 fois en France, principalement pendant les mois les plus chauds. Dans les tropiques, certaines espèces produisent jusqu’à 10 portées par an. Après une période de gestation de 17 à 32 jours, selon l’espèce, la musaraigne femelle donne naissance à 2 à 10 petits. La femelle est souvent enceinte alors même qu’elle allaite: à la naissance des nouveaux petits, elle sèvre les précédents et les pousse hors de son nid pour faire place aux nouveaux venus.

Il y a probablement de nombreuses musaraignes dans votre jardin, mais on ne peut pas parler de «colonie». Elles sont essentiellement solitaires, ne se réunissant que pour s’accoupler. Chaque musaraigne aura alors son propre petit territoire et le défendra vigoureusement contre tout intrus.

Prédateurs des musaraignes

Musaraigne morte et sur le dos avec des pattes de chat à proximité
Je n’ai vu des musaraignes chez moi que lorsque mon chat les a rapportées. Beaucoup de gens ont la même expérience. Photo : maxpixel.freegreatpicture.com

Les chats sont leurs principaux prédateurs en milieu urbain. Comme mentionné, ils les attraperont et les tueront, mais ne les mangeront généralement pas. La plupart des autres mammifères prédateurs (renards, belettes, chats sauvages, etc.) apprennent à les laisser tranquilles. Par contre, les hiboux et les autres oiseaux de proie semblent immunisés contre leur odeur musquée et les attrapent avidement. Aussi, les poissons les prennent souvent si elles s’approchent trop du rivage.

Comment maintenir une population de musaraignes en bonne santé

Musaraigne cendrée sur doigt humain.
La musaraigne cendrée (Sorex cinereus), que l’on trouve dans une grande partie de l’Amérique du Nord, est la deuxième plus petite espèce de musaraigne. Photo: Loren Ayers/WI DNR

J’espère qu’après cette lecture, vous aurez appris que les musaraignes sont les amies du jardinier et serez prêt à les laisser vivre leur petite vie sur votre terrain. Il n’y a vraiment aucune raison de vouloir les éliminer de votre jardin: elles vous aident vraiment!

Pour aider à maintenir une population saine de musaraignes, gardez votre chat à l’intérieur et laissez votre jardin devenir un peu plus «naturel». Vous pouvez, par exemple, laisser une section en friche, tondre la pelouse plus haut, permettre au matériel végétal de se décomposer sur place et laisser les branches basses en place. Évitez aussi d’utiliser des pesticides toxiques (le savon insecticide et l’huile de neem ne leur sont pas nuisibles, mais les appâts pour limaces et escargots à base de métaldéhyde peuvent leur être fatals). Un tas de compost ou même tout simplement un tas de feuilles mortes peut leur servir d’abri ou encore, un petit tas de pierres ou quelques planches superposées laissées au sol. 

Et n’hésitez pas à installer une mangeoire à oiseaux sur votre terrain. Les graines qui tomberont au sol aideront à nourrir la population de musaraignes.

Comment se débarrasser des musaraignes

Il existe de nombreux sites Web traitant de ce sujet, dont beaucoup sont excessivement alarmistes, faisant des musaraignes une sorte de fléau qu’il faut à tout prix arrêter. Je considère que le contrôle des musaraignes est une mauvaise pratique de jardinage et je ne l’encouragerai pas dans ce blogue.

La seule exception est quand une musaraigne (pas «beaucoup de musaraignes», rappelez-vous qu’elles sont solitaires!) aboutit accidentellement dans votre maison et est incapable de trouver la sortie. Elle mourra rapidement, souvent en moins de 24 heures, à moins que vous ne puissiez l’attraper et la replacer à l’extérieur. 

Vous pouvez utiliser à cette fin un piège à souris de type Havahart, conçu pour capturer l’animal vivant. Vous pouvez l’appâter avec presque tout produit comestible, car les musaraignes sont omnivores, mais le bacon croustillant, le beurre d’arachide ou les tranches de saucisse à hot-dog seraient particulièrement efficaces. Vous pourriez alors la libérer dans votre jardin.


Les musaraignes: de toute petite taille, mais de grandes amies de nos jardins et pourtant des amies que la plupart de jardiniers ignorent!

Journaliste et blogueur horticole, auteur de plus de 60 livres de jardinage, conférencier très en demande et jardinier passionné, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, vit et jardine à Québec. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2 000 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

25 comments on “La musaraigne: amie insoupçonnée de nos jardins!

  1. Merci beaucoup pour cet article très interessant.

  2. Jeannette Guindon

    Article intéressant et instructif. Je n’avais pas fait la différence entre une musaraigne et une taupe. J’aimerais que vous nous parliez de la taupe. J’en ai dans mon jardin et un peu partout sur mon terrain. Je le sais grâce aux tunnels et aux mottes de terre laissées un peu partout. Devrais-je chercher à m’en débarrasser?

  3. Mon jardin en possède probablement……, heureuse de l’apprendre. Il ne reste qu’à faire connaissance. Merci pour le post plus qu’intéressant.
    Bonne journée!😃👍

  4. J’apprends toujours avec vous, merci!

  5. Quand j’habitais en Montérégie, j’avais trouvé un nid avec des bébés musaraignes dans le jardin, sous des débris de feuilles.
    Sympathique. Je me demandais si c’était des souris, mais je suis certaine à 99.99% que c’était des musaraignes – les petits yeux ne trompent pas. De mémoire, il me semble que le nez était typique aussi. Je suis bien contente d’apprendre ici qu’elles sont utiles car je les avais laissées en paix 🙂 … mais comme j’avais un chat, pas sûre qu’elles aient survécu. ! 🙁

  6. Daniel Fantino

    Merci de nous montrer leur utilité. Étant en campagne je ne suis pas surpris d´en trouver surtout lors de la tonte du gazon, ou comme les souris, elles se sauvent. Idem pour les crapauds et grenouilles. J´immobilise mon tracteur jusqu´à ce que la bestiole soit loin. Pour les batraciens je dois souvent en descendre et les encourager à s´éloigner. Ainsi en repassant dans le coin je n´ai pas à me demander où elle est. Les souris et mulots finissent souvent par se faire bouffer.
    Les taupes plus discrètes ne laissent que des mottes soulevées que dans la saison des pluies automnales. sol trop mouillé ? Étrangement les endroits différent à chaque année. Un article sur le sujet serait apprécié.

  7. Merci beaucoup! Très intéressant! Je réalise maintenant qu’elles sont vraiment utile. J’ai un chat qui est dégriffés heureusement. Je troive malheureux que plusieurs oiseaux et musaraignes tombent sous les griffes des chats non dégriffés!

    • Torturer un chat pour sauver les musaraignes… Curieuse idée!
      Peut-être plutôt acheter une peluche, non?

  8. Merci, je viens d’apprendre pourquoi mes chats ne les mangent pas. 😽

  9. Danielle Brossard

    Il y a quelques années, j’ai réussi à filmer une musaraigne en hiver en laissant des graines de tournesol devant son trou pour l’attirer. J’avais remarqué qu’il y avait un petit trou dans la neige, mais j’étais curieuse de connaître son propriétaire jusqu’à ce que je découvre cette petite bête qui n’arrêtait pas de faire des aller-retour pour ramasser les graines et ce, à une course olympique. Il a fallu que je lise la vidéo au mode ralenti pour constater qu’il s’agissait bien d’une musaraigne. C’était magnifique!

  10. J’ai un grand jardin et bien sur j’ai plein de  »bibittes » j’aimerais que vous me parliez des tamias , J’ai l’impression qu’ils font plus de dégats que les écureuils ou les taupes.

  11. Bonjour. J’habite dans la forêt laurentienne. Dans les pièges extérieurs à souris que j’installe (une chaudière remplie d’eau, beurre d’arachides et passerelle) j’attrape autant de souris que de musaraigne. Comme n’attraper que les souris (qui passent beaucoup de temps à gruger les murs et m’empêchent de dormir)? Je n’ai pas le choix de mettre un piège extérieur, car j’ai tellement bien construit et isolé ma maison que les souris n’arrivent à entrer que dans les murs, pas à l’intérieur. Ô jardinier paresseux, avec toute votre expérience, vous avez peut-être une réponse étonnante? Merci beaucoup!

  12. Pierre lacasse

    Bonjour,
    J’aimerais connaître votre opinion concernant le fait de couvrir son gazon avec une bâche pour l’hiver.
    Pour ma part, je ne voit pas l’utilité et même peut-être inapproprié pour la santé du gazon.
    Vos commentaires sont toujours très intéressants.
    Merci

    • Non plus. Tellement de travail d’installation, de nettoyage et d’entreposage alors qu’on pourrait ramasser le sable avec un ShopVac en quelques minutes au printemps.

  13. Il y a longtemps que j’ai fait connaissance avec les musaraignes de mon jardin. Je les rencontre surtout lorsque je vide le composteur, ce que je fais avec précaution car je sais qu’il est habité.
    Le plus étonnant, impressionnant, émouvant même, ce sont les cris de terreur aigus que ces pauvres minuscules bestioles poussent lorsqu’elles sont découvertes.
    Quand elle a ou (ont ) disparu à l’abri dans une galerie, je peux reprendre mon travail .

  14. Sylvain Lecours

    Chaque année, j’en repêche une dizaine dans ma piscine creusée mortes de noyade … probablement à cause de leur faible vue.

  15. Quand ont a récolté nos patates ont a trouvé 2 nid avec plein de bébé. Nous ont ne les aiment pas trop car il mange nos patates. Ont habite près d’un boisé sa se comprend

  16. Cet année ont a trouvé 2 nid dans nos patates ,il les mange . C’est comprenable ont habite près d’un boisé

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :