Couvre-sols Fines herbes Pelouse Truc du jour

Une pelouse de thym : oui ou non?

Pelouse de thym serpolet.

Par Larry Hodgson

En avez-vous assez de tondre encore et encore votre pelouse de graminées? De la fertiliser à répétition? De la traiter contre ses nombreux ennemis? De la bichonner à tout bout de champ? Peut-être qu’une pelouse qui n’a pas besoin de tonte ni d’entretien pointilleux vous conviendrait davantage… comme une pelouse de thym. 

Mais une pelouse de thym est-elle vraiment un bon choix? Examinons ensemble les pour et les contre.

Pour

pelouse de thym rouge
Pelouse de thym rouge. Photo: amazon.com

Une pelouse de thym offre plusieurs avantages. 

  • Elle n’a en général aucun besoin de tonte (dans le cas des thyms couvre-sols, mais il peut être intéressant de tondre les thyms buissonnants annuellement, après la floraison, pour les égaliser un peu). 
  • Elle dégage un arôme agréable quand on y marche.
  • Elle reste verte à l’année. 
  • Elle fleurit très joliment, alors qu’une pelouse de graminée reste sans fleurs, puisqu’on la tond avant qu’elle n’arrive à la floraison… et que, de toute façon, la floraison des graminées de pelouse n’est pas particulièrement attrayante.
  • Elle tolère les sols pauvres et secs, poussant très bien dans des endroits tels que les pentes et les endroits sablonneux ou secs, où les graminées de gazon ne réussissent pas bien. 
  • Une fois établie, la pelouse de thym n’exige aucune fertilisation, ni même d’arrosage sauf dans les climats les plus secs. 
  • Elle n’est pas affectée par les insectes nuisibles (comme les vers blancs) et rarement par les maladies. 
  • Contrairement aux graminées de pelouse, elle peut pousser sur les sols salins, prospérant ainsi très facilement le long des routes traitées avec des produits déglaçants aussi bien qu’en bordure de mer. 
  • Elle attirera beaucoup d’abeilles, des pollinisateurs qui sont en difficulté de nos jours et dont il faut encourager la présence sur nos terrains. Leur bourdonnement doux, mais presque constant est un baume pour l’oreille.

Contre

pelouse de thym
La pelouse de thym préfère les emplacements ensoleillés et plutôt secs.. Photo: etsy.com

Quant aux désavantages d’une pelouse de thym :

  • Elle nécessite le plein soleil. Même à la mi-ombre, elle sera moins dense et donc moins efficace.
  • Elle exige un sol parfaitement drainé. Vous ne pouvez pas la cultiver avec succès sur un emplacement qui demeure détrempé au printemps ou après la moindre pluie.
  • Elle est plus compliquée à installer qu’une pelouse de graminées. Après tout, aucun marchand n’offre des plaques de thym prêtes à poser comme on le fait pour la pelouse de graminées!
  • Elle coûte plus cher à installer qu’une pelouse de graminées. D’abord, la plupart des gens auront à éliminer leur gazon de graminées existant avant même de penser à l’installer, ce qui implique des frais en temps sinon en argent. Mais même dans une situation où vous êtes devant une surface dénudée de végétation et prête à planter, le thym coûtera quand même plus cher. 
  • Il faudra du temps (souvent 2 ou 3 ans) avant que votre pelouse de thym soit entièrement fonctionnelle.
Pas japonais dans une pelouse de thym.
Il peut être nécessaire de placer des pas japonais aux endroits les plus passants. Photo: myfoodandflowers.wordpress.com
  • Sa tolérance au passage des pieds est moindre. Oui, on peut y marcher, mais il ne faut pas exagérer : si vous y passez régulièrement, elle sera endommagée. Il peut donc être sage d’installer des pas japonais là où vous marchez souvent. Et jamais elle ne tolérera des jeux d’enfants comme une pelouse de graminées robuste peut le faire.
  • Une pelouse de thym attirera beaucoup d’abeilles… un détail souligné parmi les avantages d’une pelouse de thym ci-dessus, mais il y a aussi des contrindications. Par exemple, il ne serait pas très sage de vous promener pieds nus sur votre pelouse de thym quand elle est en fleurs. Et si vous êtes une de ces personnes qui ont une peur bleue des abeilles ou qui est allergique à leurs piqures, évitez la pelouse de thym à tout prix : vous ne serrez jamais à l’aise avec un grand nombre d’abeilles qui bourdonnent tout près de votre patio! 

Semences ou plantes?

Vous aurez quelques choix à faire si vous voulez installer une pelouse de thym. Surtout, allez-vous la semer ou la planter?

Semences de thym.
Il est généralement facile de trouver des semences de thym en quantité. Photo: gloco.ca

Les semences coûtent moins cher (mais quand même plus que les semences de graminées), mais prennent plus de temps à s’établir (2 ou 3 ans) et surtout, les semis de thym faits sur place peuvent devenir infestés de mauvaises herbes qu’il faut extraire à la main. 

Vous pouvez aussi acheter des plants de thym en pépinière (habituellement vendus dans des pots de 7,5 cm ou 10 cm) et les repiquer, mais il vous en faudra beaucoup (il faut les planter à un espacement de 30 à 40 cm) et le prix sera astronomique pour une pelouse de la moindre envergure! 

Plateau de mini-mottes de thym
Plateau de mini-mottes. Photo: richters.com

Une excellente solution de remplacement est l’achat de plants en mini-mottes («plugs» en anglais). Il s’agit de jeunes plants offerts dans des plateaux aux alvéoles très étroits (typiquement, le plateau contient 84, 96 ou 128 plants). Cela permet une économie considérable par rapport aux plants en pots et le taux de succès est meilleur qu’avec un semis sur place.

On trouve rarement des plateaux de mini-mottes en magasin, toutefois : typiquement, il faut les commander par correspondance. Par exemple, Richters Herbs au Canada (Ontario) ou Plantagenêt en Europe en offrent. Notez qu’il est généralement nécessaire de commander ces plateaux à l’avance, avec en vue une plantation au printemps ou à l’automne.

Ou vous pouvez combiner les deux méthodes : semez vous-même le thym en plateau à l’intérieur au printemps, ce qui vous donnera des plants en mini-mottes prêts à repiquer en terre à l’automne.

Boutures de thym en mini-mottes.
Boutures de thym en mini-mottes. Photo: kitoran.seesaa.net

Ou prenez des boutures de thym au printemps, les faisant enraciner dans un plateau de mini-mottes, encore en vue d’une plantation automnale.

Installation

Logiquement, vous sèmeriez ou planteriez votre pelouse de thym au printemps quand il n’y a plus de risque de gel ou à l’automne, 5 semaines avant le premier gel.

Terre mise à nu.
Il faut dégager le sol de toute plante avant de poser une pelouse de thym. Photo: hgturf.com.au

Peu importe sous quelle forme vous pensez installer votre pelouse de thym, il faut d’abord enlever ce qui pousse déjà sur le site de la future pelouse. Il est illusoire de penser que vous allez pouvoir semer du thym ou repiquer des plants de thym dans une pelouse établie, même clairsemée. Les graminées de gazon (et les mauvaises herbes qui les accompagnent) étoufferont les jeunes plants de thym qui ne tolèrent pas la concurrence, surtout dans leur jeunesse. Il faut donc commencer par faire table rase.

Vous pouvez découper et enlever le gazon avec une pelle de jardin, mais c’est tout un effort! Il est beaucoup plus facile de louer une déplaqueuse de gazon pour enlever la pelouse existante. Dans les deux cas, rajoutez ensuite une couche de terre drainante et libre de mauvaises herbes pour remplacer la terre enlevée.

Ou utilisez la méthode du jardinier paresseux et couvrez la surface de carton ou de 7 à 10 feuilles de papier journal (pour étouffer les plantes déjà présentes), puis recouvrez cette barrière de 15 cm de terre bien drainée et libre de mauvaises herbes. (Explications ici.)

Si vous avez décidé de semer sur place, faites-le légèrement sur toute la surface, à la volée ou avec un épandeur, sans couvrir les graines qui ont besoin de soleil pour germer. Ensuite, gardez le sol humide jusqu’à la germination, qui prend de 15 à 30 jours, puis un peu plus sec par la suite. 

Si vous plantez des mini-mottes, un espacement de 20 cm peut convenir. Si vous repiquez des plants, donc des végétaux plus matures, 30 ou même 40 cm serait adéquat, car la couverture sera plus rapide. Il faut bien arroser les jeunes plants à la plantation et régulièrement aussi pendant le mois suivant si la pluie vient à manquer. 

Désherbez manuellement si des indésirables s’installent, ce qui risque d’arriver tant que le tapis de thym ne recouvrira pas complètement le sol. 

Par la suite, il n’y aura à peu près aucun entretien à faire.

Choix de thyms

Thym serpolet.
Il existe de nombreux cultivars de thym serpolet. Photo: Andrey Korzun, Wikimedia Commons

Il existe une foule de thyms sur le marché, que l’on retrouve dans deux catégories principales : 

  • les variétés naturellement tapissantes, soit de petites plantes au port rampant, comme le thym serpolet (Thymus serpyllum), le thym rouge (T. groupe Coccineus) et le thym laineux (T. pseudolanuginosus).
  • les variétés plutôt buissonnantes, formant un dôme bas et arrondi, comme le thym commun (T. vulgaris), le thym à feuilles larges (T. pulegioides) et le thym citron (T. citriodorus). 
Thym avec mauvaises herbes.
Les thyms rampants sont souvent envahis de mauvaises herbes qu’il faut extraire une par une. Photo: Krzysztof Golik, Wikimedia Commons

Si vous pensez qu’il serait logique de choisir un thym tapissant, il y a toutefois un bémol : ces thyms sont si bas (ils dépassent rarement 5 cm de hauteur) que les semis de mauvaises herbes parviennent souvent à y germer. Ainsi, ils nécessiteront un désherbage régulier, alors que les thyms buissonnants, étant plus hauts (de 15 à 20 cm), créent une couverture plus dense que les plantes indésirables trouvent difficile à envahir. 

Astuce

Tapis perse de thyms
Mélange de thyms dans le jardin Sissinghurst Castle. Photo: Sissinghurst Castle

Vous pouvez même mélanger différents thyms pour créer un effet bigarré, surtout évident au moment de la floraison. On appelle parfois cette pelouse multicolore un «tapis perse». 

La plupart des thyms résistent assez bien aux hivers froids et conviennent aux zones de rusticité 3 ou 4 à 8 ou 9.


Maintenant que vous avez une idée plus éclairée des possibilités, à vous de décider s’il y aura une pelouse de thym dans votre futur!

Journaliste et blogueur horticole, auteur de plus de 60 livres de jardinage, conférencier très en demande et jardinier passionné, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, vit et jardine à Québec. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2 000 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

26 comments on “Une pelouse de thym : oui ou non?

  1. Roselyne

    Merci beaucoup pour votre article. Très éclairant. J’ai enlevé ma pelouse cet été. J’ai planté des plants de thym car j’ai un caniveau (drainage). Et je planterai des fleurs style marguerites au centre.
    J’ai trouvé des sortes de plants rampant d’Afrique du Sud qui ressemblent à dy thym mais qui n’a pas d’odeur ni le goût. Du travail et beaucoup de satisfaction!!

  2. Merci ! Votre chronique répond à beaucoup de mes questions. Je pense changer ma pelouse conventionnelle par un couvre sol qui requiert moins d’entretien et d’eau et qui est plus écologique.

  3. Je propose, comme alternative à la pelouse de thym, l’utilisation de la sarriette de montagne (Satureja montana) qui a sensiblement les mêmes caractères que le thym mais semble plus rustique.
    Je l’ai expérimentée par hasard : à partir d’un pied planté dans un coin du jardin, elle s’est répandue par marcottage naturel et forme des tapis aussi bien à l’ombre comme couvre sol, qu’au soleil. Elle offre au printemps une floraison aussi belle et abondante que le thym.

    Comme le thym, c’est un lamiacée odorante d’origine méditerranéenne (le pebre d’aï des provençaux), qui peut être également utilisée en cuisine et en tisanes. Elle laisse peu de chance aux adventices qui voudraient la concurrencer mais est facile à maîtriser.

  4. Gabrielle LaRue

    A l’ombre, y a t’il un couvre-sol qui peut efficacement remplacer les graminées de pelouse?

  5. Les abeilles ne me dérangent pas. Toutefois les guêpes oui, ma fille étant allergique. Je présume que les fleurs de thym les attirent aussi. Ai-je raison?

  6. Jean Marc Ostiguy

    Dans notre cas, nous semons du trèfle blanc et du lotier. Je me procure les semences en ligne. https://www.oscseeds.com/.

  7. En 2017, j’ai semé du micro-trèfle pipolina sur tout mon terrain. C’est parfait sauf que dans les zones plus séches, comme le dessus de mon champs d’épuration, il a de la difficulté pendant les périodes de canicule. J’ai donc semer du thym qui s’établi tranquillement, là où le trèfle ne résiste pas. De plus, je crois que mon trèfle est grignoté par des insectes, style punaise ou sauterelle, ou je ne sais pas trop, mais le thym lui n’est pas touché.

  8. Jean-Pierre

    J’ai essayé de semer du thym par-dessus mon gazon clairsemé mais cela n’a pas fonctionné. En revanche, le trèfle blanc fonctionne très bien et possède des avantages par rapport au gazon.

  9. Michelle Watrin

    J’ai vu la merveilleuse pelouse de thym du Jardin des quatre vents! Une immense pelouse qui embaumait! J’ai voulu aussitôt en avoir une! J’ai acheté la même sorte de thym dans une pépinière de La Malbaie et j’en ai planté en revenant à Montréal.
    Le succès ne fut pas au rendez-vous….

  10. Lorsque j’ai acheté une maison, la pelouse avait été remplacée par du thym. J’étais enchantée jusqu’à ce que je doive passer un temps fou à enlever les mauvaises herbes qui poussaient à travers. Il faut bien y réfléchir. Pas de tondeuse, mais beaucoup de temps investi à genoux.

  11. Bonjour, ou puis-je trouvé des plateaux de mini mottes de thym ? je demeure à Saint-Hubert. Merci

  12. C’est dommage que ça demande beaucoup de temps et d’argent pour remplacer la pelouse par autre chose sans entretien et bon pour la faune. J’ai transformé une petite partie de mon terrain en champs fleuri et ça pris un temps fou à enlever les mauvais herbe jour après jour. C’est donc impossible pour moi de faire tout le terrain en champs fleuri (trop dispendieux et trop de temps). Je pensais que le thym serait la solution mais non. J’espère qu’un jour un agronome inventera quelque chose de facile pour remplacer la pelouse.

    • Anonyme,

      Suivez le rythme de la nature : investissez peu, mais régulièrement, petit à petit, et vous récolterez en grande mesure !

      Dans ma cour arrière gisait une piscine hors terre à l’achat de ma maison. Après avoir vendu la piscine, le sol de la cour arrière était entièrement recouvert de sable. À l’époque où j’ignorais tout du jardinage écologique et que je croyais que seul le gazon pouvait et devait orner mes deux cours, j’ai acheté de la terre noire et des semences de gazon. Le gazon n’a pas bien poussé, surtout dans ma cour arrière dont le sol est argileux contrairement à celui de la cour avant. Puis, par intérêt écologique, je me suis mise à jeter dans ma cour arrière mes déchets alimentaires végétaux. (Mes contributions à l’usine de compostage locale sont devenues rares et minimes.) En à peine deux ans ma cour arrière s’est emplie de verdure ! Différentes sortes d’herbes (dont du trèfle, du plantain « occidental », du laiteron, et d’autres encore considérées mauvaises alors qu’elles sont en fait très nutritives, ai-je appris grâce, entre autres, à M. Hodgson) et types de fleurs qui m’étaient ou me sont encore inconnus y poussent, même des champignons apparemment magiques. Reste-t-il encore de la pelouse ? Je n’en remarque plus et cela ne m’importe plus.

      Au printemps, j’ai entrepris de cultiver quelques légumes et fruits divers dans quelques parcelles de ma cour arrière. Et c’est bien la première fois en treize ans que je vois autant de papillons, d’abeilles, de guêpes, de sauterelles et d’espèces différentes d’oiseaux voler dans ma cour ! Aucune de ces bêtes n’a nui à mes cultures, hormis de gros insectes qui ressemblent à de gigantesques mouches brunâtres (mais bougeant plus lentement que les mouches noires) et qui rongent les feuilles de mes légumes, de mes vignes, et surtout des renouées. J’ignore leur nom et que faire pour m’en débarrasser de façon écologique.

      Bref, je ne tonds plus ma cour arrière. La plupart des variétés d’herbes y poussant dépassent de peu ma cheville, quoique les vergerettes atteignent plus d’une soixantaine de centimètres. Toute cette verdure qui m’apaise énormément n’a exigé que peu de frais (voire aucuns), très peu d’entretien et relativement peu de temps. Quel enrichissement ! Oui, vive la polyculture !

  13. Bainvelzweig bernadette

    D’abord merci pour vos articles que je lis avec intérêt et délices….J’habite en France, à 15 km au sud de Lyon.
    J’ai moi aussi des difficultés avec un espace d’environ 200m2, très sec et pauvre, où j’ai renoncé à faire pousser un gazon de graminées.
    J’ai essayé au printemps quelques plants « d’hernaria glabra » ou Turquette. C’est un succès. Les plants se sont bien étalés et même se marcottent. Un peu de déserbage au début.
    J’envisage d’en planter sur toute ma surface. Mais cela représente un sacré investissement à 4 € le plants !
    Savez-vous où je pourrais me procurer des mini-mottes ? Un semis est-il envisageable ?
    Merci de votre réponse.

  14. Bonjour. Je me demandais si des bulbes de tulipes botaniques arriveraient à percer un tapis de thym rouge et si celui-ci serait ensuite fort endomagé ?

    • Les bulbes passeront à travers, fleuriront et disparaîtront sans faire de dommages.

      • C’est donc vraiment une solution parfaite pour éviter de devoir tondre entre les tulipes 😀 et pour ne pas avoir un sol nu le reste de l’année !

        Merci pour votre retour.

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :