Légumes Semis Truc du jour

Votre premier semis de légumes à l’intérieur

Photo: homegrown-garden.com/blogs

Ça y est: vous êtes décidé. Cette année, vous tenterez de faire, pour la première fois, des semis à l’intérieur pour votre potager extérieur l’été prochain. Vous n’en avez jamais fait auparavant, mais l’an dernier, vous avez vu la moitié de vos voisins s’y lancer et récolter au cours de l’été de délicieux légumes frais du jardin. Ça ne paraît pas si difficile…

Et ça ne l’est pas, non plus. C’est même si facile que les instituteurs font faire des semis aux enfants de la maternelle! 

Mais il y a un petit secret: il faut commencer avec des variétés faciles, comme le concombre, la tomate, le basilic, etc. (D’autres suggestions apparaissent dans le tableau ci-dessous.) Habituellement, que des plantes à croissance rapide, qui donneront des résultats en très peu de temps. Ne semez pas des pépins de pomme en pensant récolter de belles pommes avant… au moins 10 ans! 

Heureusement, c’est justement surtout les plantes à croissance rapide qu’on trouve dans les sachets de semences commerciales. Alors, tout s’aligne pour le mieux! C’est le karma!

Faut-il semer à l’intérieur ou à l’extérieur?

Il n’est pas toujours nécessaire de semer les graines de légumes à l’intérieur. Certaines réussissent mieux quand on les sème en pleine terre. Et c’est encore plus facile ainsi: moins de manipulations de votre part. 

Et parfois vous avez le choix: un semis à l’intérieur vous donnant une petite avance sur la saison, mais un semis en plein air est parfaitement possible. Ou encore, on sème la première récolte à l’intérieur comme primeur (laitues et autres légumes-feuilles), puis les semis successifs en pleine terre.

Pour les légumes de la première colonne du tableau suivant, cependant, un démarrage à l’intérieur est obligatoire dans la plupart des climats.

Voici ce qu’il en est en ce qui concerne les légumes les plus populaires:

Semer à l’intérieurSemer à l’intérieur ou 
à l’extérieur
Semer à l’extérieur
Artichaut
Asperge

Aubergine
Basilic
Brocoli
Céleri
Cerise de terre
Chou
Chou kale

Chou-fleur
Choux de Bruxelles
Gombo
Oignon (à partir de 
semences)
Poireau
Poivron/piment
Tomate
Bette à carde
Chicorée 

Concombre
Coriandre/cilantro
Courge (citrouille, 
courgette, etc.)
Endive
Laitue
Melon 

Persil






Betterave
Bourrache
Carotte
Épinard
Fève
Haricot
Maïs sucré
Navet
Pois
Radis
Rutabaga


Les semis particulièrement faciles à semer à l’intérieur paraissent en bleu dans le tableau. Ceux en noir… un peu plus complexes. Peut-être l’an prochain? Mais laissez les légumes en rouge, qui sont nettement plus difficiles, pour quand vous aurez quelques années d’expérience!

Quelques achats à faire

Matériaux nécessaires pour faire un semis: terreau, seaux, pots, etc.
On peut souvent recycler des contenants pour faire des semis, mais il faut un bon terreau frais.

Vous trouverez des sachets de semences en jardinerie, sur Internet ou dans un catalogue. De plus, il vous faut un terreau pour semis, des pots, un plateau et un dôme transparent assorti.

Il vous faut acheter du terreau, bien sûr, mais vous pouvez recycler de petits contenants comme pots (il faut percer un trou au fond de chacun).

Quant aux plateaux et dômes, les barquettes recyclées de vos achats au supermarché sont parfaites!

Semez au bon moment

OK, vous voulez semez des tomates et des concombres à l’intérieur. (Deux semis pour une première expérience: c’est bien assez. Vous en ferez d’autres quand vous aurez plus d’expérience!) 

Il ne faut surtout pas les semer trop tôt. C’est même l’erreur principale des débutants! Si cet article paraît si tôt dans la saison (en février), c’est pour que vous puissiez vous préparer à l’activité. Et notamment, acheter des semences. Dans la plupart des régions, non seulement au Québec, mais même en France (bonjour, les amis!), on sème la majorité des graines à la fin mars, en avril ou en mai: rarement en février! 

Endos de sachets de semences montrant les dates pour le semis.
Souvent, la date recommandée pour le semis est indiquée sur le sachet de semences. Photo: jardinierparesseux.com

La date de semis idéale varie d’une plante à l’autre. Pour la trouver, regardez sur le sachet de semences ou encore, sur Internet, dans un livre (puis-je alors vous suggérer le mien, Les semis du jardinier paresseux, fraîchement réédité cet hiver) ou dans un catalogue. 

Habituellement, on présente l’information selon la formule «xx semaines avant la date où il n’y a plus de risque de gel». Voici quelques dates à partir desquelles vous pouvez faire vos calculs pour la province du Québec. 

25 mai (Montréal et les environs, Laval)
5 juin (Drummondville)
5 juin (Hull)
5 juin (Trois-Rivières) 
10 juin (Saint-Hyacinthe) 
10 juin (Sherbrooke) 
10 juin (Québec et les environs) 
10 juin (Matane) 
20 juin (Chicoutimi) 
25 juin (Gaspé) 
1er juillet (Senneterre)

Quant à Amos et La Sarre, calculez le 1er juillet aussi… mais sachez qu’il y a risque de gel même en juillet dans votre région: soyez toujours prêt à protéger vos plantations!

Avec cette information en main, il ne reste alors qu’à compter à rebours pour trouver la date appropriée. 

Comment semer à l’intérieur

Ça y est! Vous avez calculé que la date pour faire vos semis de basilic est le 1er mai et vous voilà prêt à faire le premier pas.

1. Commencez par humidifier le terreau en le versant dans un seau et en y ajoutant de l’eau tiède. Brassez jusqu’à ce que le terreau soit uniformément humide. Légèrement humide. Comme une éponge essorée.

2. Maintenant, versez le terreau humide dans de petits pots d’environ 8 cm de diamètre ou des plateaux à alvéoles et égalisez avec le dos d’une cuillère.

Main plaçant 3 graines dans un trou au centre d'un pot vert.
Semez trois graines au centre du pot.

3. Au centre du pot, faites un trou d’une profondeur environ égale à trois fois le diamètre de la graine et déposez-y trois graines. (On sème toujours plus de graines que nécessaire au cas où la germination soit faible.) 

Vaporisation du terreau après le semis.
Recouvrez les semis de terreau et vaporisez.

4. Comblez maintenant le trou de terreau et vaporisez avec de l’eau tiède pour légèrement tasser le terreau. Identifiez le pot d’une étiquette portant le nom de la plante et la date du semis.

Pots de semis dans une barquette.
Recouvrez les contenants de semis d’un dôme transparent… recyclé, si possible! Photo: FunconVenntional, reddit.com

5. Placez les pots dans un plateau étanche et recouvrez le plateau du dôme transparent. Mettez le tout dans un emplacement chaud (environ 21 à 24 °C) et bien éclairé, mais à l’abri du soleil direct. 

Après la germination

6. Quand de petites plantules apparaissent (qui peut prendre de 3 jours à 3 semaines selon la variété), enlevez le dôme. C’est que la forte humidité qu’il procure, si bénéfique à l’étape de la germination, peut être néfaste aux semis en croissance. 

Semis de courge sur un rebord de fenêtre.
Placez le plateau dans un emplacement très ensoleillé. Photo: Pexels

7. Avec le dôme enlevé, il n’y a plus de risque de surchauffe. Mettez alors le plateau dans un emplacement très ensoleillé (devant une fenêtre exposée au sud si possible) et plutôt frais la nuit (entre 15 et 18 °C). Si plus d’un semis lève par pot, supprimez les plus faibles, en les coupant aux ciseaux, pour ne laisser qu’une plante par pot.

Pots de semis qui trempent dans l'eau d'un plateau.
Arrosez les semis en les faisant tremper dans de l’eau tiède.

8. Surveillez étroitement les arrosages, car, sans dôme, le terreau s’assèchera rapidement, devenant brun pâle. Quand il est sec, versez de l’eau tiède dans le plateau. En absorbant l’eau, le terreau reprendra sa couleur foncée. Videz alors tout surplus du plateau. 

9. Après deux ou trois semaines, quand les semis ont 4 à 6 vraies feuilles, commencez à fertiliser, ajoutant hebdomadairement à l’eau d’arrosage un engrais tout usage soluble au quart de la dose recommandée. 

10. Après deux ou trois semaines, les semis ont 4 à 6 vraies feuilles.

L’acclimatation

Plateaux de semis en acclimatation.
Acclimatez les semis aux conditions d’extérieur. Photo: jardinierparesseux.com

11. Quand la température extérieure se réchauffe et qu’il n’y a plus de risque de gel, acclimatez vos semis aux conditions extérieures, leur donnant 2 ou 3 jours à l’ombre, 2 ou 3 jours à la mi-ombre et 2 ou 3 jours au soleil. Si la température rafraîchit subitement pendant cette période, rentrez-les dans un garage ou un cabanon pendant la nuit.

Le repiquage

Main qui plante un semis au potager.
Transplanter vos semis en pleine terre… et récoltez bientôt les fruits de vos labeurs!

12. Pour terminer, transplantez vos plants (ce ne sont plus des semis!) en pleine terre, en bac ou en balconnière et arrosez-les bien. À partir de ce moment, commencez à les entretenir selon les besoins de la plante adulte.

Bon succès avec votre premier semis! Vous verrez à quel point c’est facile!

Page couverture du livre Les semis





Pour en apprendre plus sur les semis, procurez-vous le livre  Les semis du jardinier paresseux, , fraîchement réédité et offert dans les bonnes librairies.

La plupart des illustrations accompagnant ce billet sont de ClaireTourigny et sont tirés du livre Les semis du jardinier paresseux.

Journaliste et blogueur horticole, auteur de plus de 60 livres de jardinage, conférencier très en demande et jardinier passionné, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, vit et jardine à Québec. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2 000 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

31 comments on “Votre premier semis de légumes à l’intérieur

  1. oui, bonjour de France l’ami paresseux !

  2. Veronique Riel

    Oh lala! Un vrai régal cet article!!
    Comme si vous aviez lu dans mes pensées de débutante!!!

    • Veronique Riel

      Tres complet, bien organisé et agréablement illustré!! Un vrai cadeau… Merci beaucoup!!!

  3. Carole Myette

    J’aime beaucoup la nouvelle présentation de votre blog du jardinier paresseux. Merci, c’est simple et agréable à lire.

  4. Faire des semis de fines herbes pour les garder à l’intérieur jusqu’en juin, est-ce une bonne idée?

    • Pas un problème en général: juin est LE mois de plantation où je vis, entre autre. Il faut quand même comprendre que les fines herbes, c’est un groupe de plantes très variées. Il n’y a pas une seule méthode qui conviendrait à toutes les très diverses variétés.

  5. Lise Ranger

    Merci pour toutes ces informations, Jardinier Paresseux. Moi aussi, je pense à faire mes premiers semis de tomates, cette année.

  6. Bonjour, merci pour cet article! Je me posais la question, lorsque nous achetons des semis de concombres ou de melon en pepiniere il y a souvent 3 ou 4 semis dans le meme pot, devrions-nous considerer ces plants comme 1 seul plant par rapport a la quantite de terre/grosseur du pot necessaire? Et devrions-nous faire de meme a la maison et conserver entre et 4 semis par petit pot? Merci!

  7. Louise Proulx

    Merci beaucoup pour les informations, ça semble si simple! J’espère bien réussir mes semences!

  8. Ginette Laplante

    10 juin pour le dernier gel à St-hyacinthe, ça me semble tard, le 25 mai me semble plus juste même si un gel historique à été observé le 3 juin.

  9. Merci pour cet article très pertinent . Je me suis acheté un fluorescent pour donner plus de lumière à mes semis, est-ce que je dois l’utiliser pour la germination des semis jusqu’au moment du repiquer au jardin?

    • Vous pouvez, ou encore, pour la germination, et puis les placer près d’une fenêtre. C’est souvent nécessaire quand les semis, tout petits au début, grossissent et prennent trop de place sous la lampe. Et, dans l’un cas ou l’autre, il faut quand même acclimater les semis aux conditions du jardin.

  10. Eugénelle de St-Jérôme

    J’adore la nouvelle version du jardinier paresseux, c’est plus grand, plus simple et au goût du jour! Comme quoi, parfois, le hasard fait bien les choses! En tout cas, j’ai bien rigolé quand j’ai lu de quelle manière cette version a été présentée avant la date prévue. Bravo aussi à votre fils!

  11. Elise Labonte-LeMoyne

    Merci pour les informations! Vos dates de gel me surprennent, quand je regarde ailleurs sur internet je vois pour Montréal la première semaine de Mai ou même le 30 avril sur almanac.com. D’où tenez vous ces dates?

  12. La plupart des calculs utilisent la date moyenne du dernier gel: une année sur deux, il y a risque de gel après cette date. Je préfère une date sécuritaire, au-delà de tout risque de gel, quand le sol et l’air sont habituellement réchauffés. On peut trouver ses dates chez les agriculteurs, qui prennent ces choses-là plus au sérieux.

  13. Lettifi salim

    Bonjour d’Algérie, je vous remercie vivement pour vos conseils.
    Vous m’encouragez à me lancer dans le jardinage. Seulement, pour les températures, chez nous il fait très chaud même en cette saison 19 à 27°c.

  14. Quelle différence! Eh bien, pas tant ce matin (-3°c), mais avant-hiver: -19°c!.

    • Johanne Jalbert

      Bonjour Très intéressant comme toujours .
      Quand vous parler d’engrais tout usage
      Quel seraient les chiffres que vous recommandez et ajoutez vous de la mycorhise

  15. Louise Martel

    Merci beaucoup très instructiff t simple à suivre!

  16. Johanne jalbert

    Bonjour Très intéressant comme toujours .
    Quand vous parler d’engrais tout usage
    Quel seraient les chiffres que vous recommandez et ajoutez vous de la mycorhise

  17. En fait, tout engrais est un engrais tout usage: les chiffres n’ont réellement pas d’importance véritable et d’ailleurs varieront énormément d’une marque d’engrais à l’autre. Mais je trouve que c’est important de « soutenir » les engrais qui disent honnêtement qu’ils servent pour toutes les plantes plutôt que les engrais que les fabricants promouvoient, sans aucune preuve de leur efficacité, pour telle ou telle plante.

  18. Bonjour! Article très intéressant! J’achetais des plants auparavant pour certains légumes mais je ferai mes semis cette année. J’ai lu ailleurs 🙂 qu’il fallait une lumière artificielle pour partir des semis même si on a beaucoup de lumière, est-ce vrai? Je suis près de Québec et la durée du jour sera encore courte en mars mais j’ai beaucoup de grandes fenêtres pour mes semis, qu’en pensez-vous?
    Merci

    • Si vous semez très tôt dans la saison (entre décembre et la mi-mars), un éclairage artificiel est presque obligatoire, mais pour la plupart des semis, qu’on fait entre la fin de mars et le début de mai, non: l’éclairage naturel est suffisant.

  19. Marcel Cabana( PAPY)

    Bonjour, Je voudrais trouver des informations concernant les semis intérieur de piments forts. Est ce que je peux faire tremper les graines dans l’eau avant de faire le semis? Est ce que ces semis doivent être à la lumière afin de germer?
    Merci..

  20. Ping : Keep on sowing… – Mon p'tit nid

  21. Marianne Mongrain

    pour mes semis, j’utilisais une lampe sous-armoire avec un tube néon. mais ce type d’éclairage ne se fait plus qu’avec un système Del. Est-ce aussi efficace ?

  22. Nathalie Rondeau

    j’ai semé à l’intérieur des graines de salade, tomates et épices, etc. J’ai mis des dômes sur des pots de plastique qui ont des trous en-dessous également. J’utilise un terreau spécialement pour les semis. J’ai des néons pour semis que je garde allumés 14 heures par jour. J’ai seulement le soleil de fin de journée qui va sur mes semis. La fenêtre est à 3 pieds des semis. Après 1 ou 2 journées j’ai constaté une mousse blanche à la surface du terreau de chacun de mes pots. Est-ce normal? Que faire?

    • Cher lecteur / Chère lectrice,
      Je vous remercie pour votre question et pour l’intérêt que vous portez à mon blogue. Mes lecteurs sont très importants pour moi.

      Cependant, à la suite de l’augmentation de la popularité du blogue Le jardinier paresseux, il ne m’est malheureusement plus possible de répondre aux questions qui me sont acheminées par écrit. Il n’y a tout simplement pas suffisamment d’heures dans une journée!

      Je vous invite alors à utiliser l’outil de recherche sur la page du blogue pour voir si un billet passé pourrait répondre à votre interrogation.

      Bon jardinage!

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :