Mythes horticoles Terres et terreaux Truc du jour

Mythe horticole: On peut stériliser la terre à jardin et l’utiliser pour les semis

La stérilisation de la terre fut populaire autrefois, mais est rarement utilisée de nos jours. Photo: sublimesucculents.com

Question: J’ai entendu dire qu’on pouvait stériliser la terre du potager au four pour s’en servir pour démarrer nos plants l’hiver. Qu’en pensez-vous?

Danielle Dumoulin

Réponse: Quand j’ai commencé à jardinier il y a 50 ans, cela se faisait encore couramment, mais même là, stériliser une terre de jardin pour faire des semis ou des boutures était considéré dépassé. 

C’est une vieille technique datant de l’époque où il n’y avait pas de terreau de qualité pour la culture intérieure dans les commerces et où il fallait préparer son propre terreau, mais elle a été presque entièrement abandonnée à cause des piètres résultats que cette terre donnait et aussi à cause d’odeur épouvantable qui envahit la maison lors de la stérilisation. La seule fois que je l’ai essayé, toute la famille a dû dîner en plein air par une journée assez frisquette, le temps d’aérer la maison. (Encore une autre de mes expérimentations qui a mal tourné!)

Voici toutefois une recette de l’époque, prise dans un vieux livre:

«Remplir une casserole de terre humide (et non saturée d’eau), la couvrir de papier d’aluminium et la mettre une heure au four réglé à une chaleur constante de 82 °C (180 °F). Cette chaleur détruit les mauvaises herbes, les ravageurs et les organismes dangereux sans nuire aux bactéries utiles. Cependant, la terre dégage une odeur peu agréable.»

Effectivement, la terre doit être humide, car c’est surtout la vapeur qui tue les microbes, graines de mauvaises herbes (du moins, la plupart), insectes, lombrics, limaces et autres habitants de la terre de jardin plutôt que le réchauffement de la terre elle-même. 

La stérilisation ne stérilise pas

Le but de cette stérilisation est de tuer les éléments nuisibles de la terre traitée, mais la terre n’est pas vraiment stérilisée. Certains bactéries et champignons survivent au traitement. De toute façon, aussitôt que la terre rafraîchit, plusieurs microbes reviennent, transportés par l’air, les mains du jardinier, les outils contaminés, etc., notamment les champignons qui causent la fonte des semis. Ces derniers envahissent rapidement la terre traitée, mais au moins les plus grosses bestioles, comme les limaces, sont éliminées.

Laboratoire.
Il faudrait des conditions de laboratoire pour maintenir la stérilité d’une terre. Photo: felixioncool, pixabay.com

À l’extérieur d’un laboratoire, il n’est pas possible de garder une terre stérile. Les microbes la regagnent toujours! 

Une terre de troisième qualité

Pelle avec terre de jardin.
La terre de jardin n’est pas très appropriée pour les semis, même après stérilisation. Photo: theprairiehomestead.com

L’odeur désagréable et les microbes qui se rétablissent ne sont pas les seuls problèmes. En général, la structure de terre prélevée dans le jardin n’est pas appropriée pour la culture à l’intérieur. Elle tend à être lourde, dense et peu aérée (alors que l’idéal est exactement le contraire: pour les semis — ou d’ailleurs pour toute culture à l’intérieur —, on veut une terre légère et aérée). De plus, son pH n’est pas toujours approprié pour les semis. 

Aussi, chauffer le sol augmente les risques de phytotoxicité due à la concentration accrue des sels solubles et à la formation de composés organiques toxiques. Souvent la terre devient hydrofuge: elle repousse l’eau! Autrement dit, chauffer la terre change profondément sa nature et la rend moins appropriée pour la culture des végétaux.

Fonte des semis

Semis fauchés par la fonte des semis.
La fonte des semis fauche les jeunes semis. Elle est surtout un problème dans la terre prélevée au jardin. Photo: therustedgarden.blogspot.com

Le problème principal avec la terre de jardin stérilisée est toutefois la fonte des semis. Cette maladie, causée en fait par plusieurs champignons différents dont les spores sont présentes dans l’air, se développe rapidement dans la terre de jardin une fois qu’elle est réhumidifiée. C’est une maladie qui fauche les jeunes semis, les faisant tomber sur le côté, et anéantit les efforts du jardinier de prendre de l’avance sur la saison.

Quand vous faites des semis dans cette sorte de terre, c’est une course contre la montre: les semis doivent pousser rapidement avant que les champignons ne les attaquent. Parfois, on réussit, parfois on échoue.

Les terreaux commerciaux modernes — à base de tourbe horticole («peat moss»), de coir, d’écorce, de perlite, de vermiculite, etc. — ne sont pas parfaitement stériles (aucun producteur de terreau n’affirmera que son produit est stérile), mais il se trouve qu’aucun des ingrédients n’est très propice aux champignons qui causent la fonte des semis. Cette maladie n’est pas impossible quand vous utilisez un terreau à semis commercial, mais est quand même plus rare, beaucoup plus rare. Si vous ajoutez de la «vraie terre» à votre mélange de terreau, vous introduirez des problèmes!

💡 Conseil pratique: Quand vous faites des semis, ouvrez un sac de terreau frais. Il y a alors moins de risque que les spores de champignons nuisibles soient déjà présentes. Utilisez le terreau d’un sac déjà ouvert depuis quelques mois et donc probablement contaminé pour empoter des semis, des plantes d’intérieur ou autres plantes plus développées qui ne sont plus sujets à la fonte des semis ou encore, dans vos jardinières en plein air.

Quand j’étais jeune jardinier et que les terres commerciales étaient à base de terre de jardin, nous perdions régulièrement nos semis — souvent tous nos semis! — à la fonte des semis. Il était considéré nécessaire de traiter la terre avec des produits antifongiques pas très bios, comme le No-Damp (benzoate d’oxine), pour penser avoir du succès. Avec les terreaux modernes, la fonte des semis est beaucoup plus rare et aucun traitement spécial n’est nécessaire la plupart du temps. Beaucoup de jardiniers expérimentés n’ont jamais même rencontré la fonte des semis. 

Autrement dit… la terre du jardin devrait rester au potager. Les terreaux vendus pour les semis (ainsi que les terreaux tout usage et les terreaux pour plantes d’intérieur, qui sont très similaires) sont faits pour la culture à l’intérieur et le jardinier sage les utilisera. 

Très honnêtement, on peut économiser sur bien des choses dans le monde du jardinage, mais pas sur la terre. Elle doit toujours être de qualité!

Journaliste et blogueur horticole, auteur de plus de 60 livres de jardinage, conférencier très en demande et jardinier passionné, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, vit et jardine à Québec. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2 000 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

14 comments on “Mythe horticole: On peut stériliser la terre à jardin et l’utiliser pour les semis

  1. À moins d’pprécier une forte odeur de forêt dans la maison 😂

    • C’est plus l’odeur d’une forêt qui brûle!

      • Je pense qu’au four ça doit être encore autre chose niveau odeur… pour ma part c’était au micro-ondes (j’avais suivi les instructions d’un site, bref) et c’était un mélange entre une odeur forte de forêt et de champignon 🍄 Pour rien car j’ai quand même eu des moisissures/champignons dans mes semis, j’ai parfumé la maison, le micro-ondes et me suis cassée la tête à rien du tout 🙄 Sans doute parceque ce « terreau » contenait beaucoup de débris de bois loun d’être totalement décomposé, et pas du tout adapté pour des semis, mais je n’avais que ça sous la main pendant le 1er confinement…

  2. Il y a tres longtemps je faisais ca dehors, dans le bbq.

  3. Françoise C

    Oui, pour moi, en plus de l’odeur, j’ai brisé mon micro-ondes… Plus jamais !

  4. MIchelle Gauvin

    OK donc il ne faut pas utiliser de terreau extérieur pour culture à l’intérieur…c’est clair….
    mais le terreau de nos jardinières estivales, potées fleuries, potager surélevé, peut il lui être conserver en monticule à l’extérieur l’hiver pour être en tout ou en partie réutilisé le printemps -été prochain…?

  5. marcel menin

    Depuis des années je chauffe mon terreau fait de compost maison au four de manière modérée, il m’en faut peu car je sème en plateau sans alvéoles; je remplis d’une couche de terreau non stérilisé et termine avec une couche d’un pouce environ de terreau qui fut chauffé.
    la semence germe en milieu traité après germination les jeune racines vont trouver plus bas le terreau ayant gardé sa biologie intacte.
    Résultat j’ai un taux de germination et de croissance entre 75 et 80 pour cent en semences de fleurs et légumes
    je n’ai jamais fonte de semis , je ne recouvre que très peu de temps d’une vitre ,je préfère arroser souvent en vaporisant en air libre et ne couvrant que la nuit.
    Voilà la méthode qui me réussit pour les semences de toute taille aussi fine que le pétunia ou l’impatience.

  6. Bonjour, est-ce qu’il y a une autre méthode pour récupérer de la terre (plante intérieures) qui aurait été contaminée par les trips? Est-ce qu’un hiver ou deux dans le hangar pourrait suffire? Je n’aime pas jeter la terre aux poubelles (et la jeter dans le parterre n’est certainement pas une bonne idée non plus).
    Merci!

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :