Trucs pour obtenir des semis de première qualité

Par défaut

Si vous êtes comme moi, vous cultivez chaque année des dizaines de végétaux à partir de semences: annuelles, légumes, herbes, vivaces, etc. Pourtant, vous ne pouvez pas vous empêcher d’être un peu déçu des résultats.

Au moment de la plantation, les semis produits à la maison sont généralement un peu pâles et étiolés et ressemblent peu aux plants compacts et verdoyants que vous pouvez vous procurer dans votre pépinière locale. Bien sûr, vous découvrirez que vos semis d’apparence chétive reprendront rapidement des forces une fois qu’ils seront plantés en plein air, mais… n’est-il pas possible de rendre vos bébés plus vigoureux pendant qu’ils sont à l’intérieur?

Heureusement, il y a plusieurs choses que vous pouvez faire pour améliorer leur état. Mais d’abord, vous devez comprendre pourquoi les semis maison sont rarement aussi fringants que ceux qui sont vendus en jardinerie. Il y a en fait deux raisons principales: chez vous, ils obtiennent moins de lumière et vivent des températures plus chaudes.

Plein soleil, mais nuits fraîches

Dans une serre commerciale, la lumière fuse de partout! Photo: http://www.roughbros.com

Il est difficile d’égaler les conditions de serre quand il s’agit de l’éclairage. Dans une serre, la lumière vient d’en haut et des quatre côtés. Si vous cultivez vos semis sur un rebord de fenêtre, par contre, même si la fenêtre est orientée au sud, les semis reçoivent au maximum 5 à 6 heures de plein soleil… et d’une seule direction. Et beaucoup d’entre nous cultivons nos semis devant des fenêtres orientées à l’est ou à l’ouest où ils profitent d’encore moins de lumière.

En ce qui concerne la température, les producteurs en serre commencent leurs semences dans des aires spéciales à température contrôlée et où il fait chaud (souvent 24 °C et parfois 28 °C [pour les variétés d’origine tropicale]). De plus, la température est maintenue de façon stable jour et nuit, ce qui est la situation idéale pour la germination. Par contre, après la germination, les horticulteurs professionnels déplacent les semis dans des aires nettement plus fraîches. 

Évidemment, l’objectif principal derrière ce déménagement est d’économiser sur les coûts de chauffage: au printemps, une «serre froide» ne nécessite que peu ou pas de chauffage autre que celui offert par le soleil. Mais il se trouve aussi que la majorité des semis poussent mieux avec des températures diurnes modérées et des températures nettement plus fraîches la nuit. Et c’est ce qu’ils ont en serre. Combinez le plein soleil, des journées modérément chaudes et des nuits fraîches chez vous et vous aussi obtiendrez des plants courts, trapus et très, très verts.

Les semis produits sur un rebord de fenêtre sont généralement un peu chétifs. Photo: Karen, flickr.com

Comparez ces conditions à celles que reçoivent les semis maison typiques. Ils se trouvent généralement sur ou près d’un rebord de fenêtre ou sous une lampe de culture. Ni l’un ni l’autre n’offrent un éclairage aussi intense qu’une serre. De plus, nous avons tendance à chauffer nos maisons pour notre confort, donc rarement à moins de 18 °C, même la nuit. Mais la plupart des semis préféreraient une température de 18 °C le joursuivie d’une chute nocturne jusqu’à 10 °C ou 13 °C; moins encore pour les vivaces. Alors, que pouvez-vous faire chez vous pour donner à vos semis les «conditions de serre» qu’ils préfèrent?

La famille grelotte, mais les semis sont bien

Baissez le thermostat pour obtenir des semis plus compacts et verts. Ill.: Classroomclipart.com & ua.all.biz, montage: jardinierparesseux.com

Si vous êtes persuasif, vous pourriez peut-être convaincre votre famille des avantages d’une bonne nuit de sommeil au frais. Sortez alors les sacs de couchage et réglez le thermostat à 5 °C. La nuit, placez les semis qui aiment les températures plus chaudes (tomates et poivrons, par exemple) vers l’intérieur de la pièce où il ne fera pas aussi frais, mais les autres semis apprécieront la fraîcheur du rebord de la fenêtre. (Et non, la température ne baissera pas vraiment à 5 °C dans votre chambre!) Votre famille se plaindra sans doute, mais vos semis seront heureux. 

Rappelez-vous aussi que le chien de famille fait un excellent chauffe-pied, mais partagez-le équitablement.

C’est clair qu’on éclaire

Une de mes mini-serres, utilisée au printemps pour cultiver des semis sous un éclairage maximal tout en leur offrant une protection contre les nuits froides. Photo: jardinierparesseux.com

Ce n’est pas si facile de résoudre des problèmes d’éclairage. Une verrière orientée au sud vous donnerait des intensités lumineuses proches de celles d’une serre, mais fait un ajout fort coûteux. Il est plus logique d’installer une couche froide: elle coûte beaucoup moins cher et, par définition, ne requiert aucun chauffage. Ou installez une serre temporaire: il existe de nombreux modèles sur le marché ou vous pouvez en fabriquer une vous-même. 

Quand même, continuez à démarrer les semis à l’intérieur de votre demeure (ils ont besoin d’une chaleur relativement intense et constante pour bien germer), puis placez-les dans leurs nouveaux locaux – intensément éclairés, mais plus frais – quand ils auront 4 à 6 vraies feuilles. Déjà, au moment où la neige disparaît, la plupart des couches froides et des serres temporaires n’ont même plus besoin de chauffage: la chaleur accumulée pendant la journée garde l’intérieur de la structure assez chaud pour prévenir le gel pendant toute la nuit. Vous serez d’ailleurs surpris de voir à quel point vos plantes auront fière allure quand vous les cultiverez ainsi!

Si cela n’est pas possible, placez à tout le moins vos semis tout près de la fenêtre dans la pièce la plus éclairée que vous avez.

Si vous cultivez vos semis sous une lampe de culture fluorescente ou DEL, il y a deux choses que vous pouvez facilement faire pour augmenter l’intensité lumineuse: rapprocher les plantes des tubes et prolonger la durée de l’éclairage.

Gardez les plantules aussi près que possible de la lampe si vous voulez une croissance dense. Ici, elles sont trop loin des tubes et commencent à s’étioler. Photo: backroadjournal.wordpress.com

Des générations de jardiniers ont appris que les semis réussissent mieux, et restent beaucoup plus compacts, quand ils ne sont qu’à 3 à 5 cm des tubes. Le problème est alors qu’ils ne cessent de croître, vous obligeant à ajuster leur emplacement tous les deux ou trois jours. Je garde sous la main une pile de pots de différentes hauteurs: inversés, ils constituent d’excellents supports pour mes plateaux à semences. Au début, donc, avant que les semis lèvent, j’utilise de gros pots pour que le pot touche presque à la lampe, puis, à mesure que les semis grandissent, je les remplace par des pots de plus en plus petits, conservant ainsi la tête des semis à 3 à 5 cm des tubes. 

Si la lampe est suspendue par des chaînes, on peut facilement ajuster sa hauteur. Ill.: Claire Tourigny, tirée du livre Les Idées du jardinier paresseux: Semis

Si votre lampe est suspendue par des chaînes, vous pouvez raccourcir leur longueur à mesure que les semis gagnent du galon et ainsi monter la lampe à une hauteur convenable. Ne les laissez pas toucher aux lampes, toutefois, sinon leurs feuilles risquent de se dessécher.

En outre, achetez une minuterie bon marché et réglez les jours entre 14 et 18 heures. Cela donnera à vos semis beaucoup plus de lumière et, heureusement, des jours longs conviennent très bien à la vaste majorité des espèces. 

Il reste que quelques semis ont besoin de jours courts pour bien pousser. Un de ces rares exemples est l’œillet d’Inde (Tagetes erecta) qui a besoin de jours courts (moins de 12 heures) pour déclencher sa floraison. Cependant, les semis d’œillet d’Inde poussent quand même mieux sous des jours longs. Que faire alors? Cultivez les jeunes semis sous des jours de 14 à 18 heures, puis, environ 3 semaines avant le repiquage en pleine terre, ajustez leur minuterie à 11 heures d’éclairage par jour. Cela vous donnera de belles plantes à la floraison abondante.

Autres astuces 

Ajoutez des mycorhizes au terreau s’il n’y en a pas déjà. Ill.: Claire Tourigny, tirée du livre Les Idées du jardinier paresseux: Semis

Utilisez un mélange à semis contenant des champignons bénéfiques (mycorhizes) ou ajoutez-en au moment du semis. Ils encouragent une meilleure croissance et aident à prévenir certaines maladies.

Pour des semis verts et sains, vous devrez commencer à fertiliser dès que la plante aura environ 4 vraies feuilles. Personnellement, j’utilise un engrais d’algues pour les semis, dilué selon le mode indiqué sur l’étiquette, car c’est un engrais très doux qui ne risque pas de brûler les semis encore fragiles.

Les dômes sont parfaits pour la germination, mais une fois que les plants ont germé, retirez-les pour permettre une circulation d’air adéquate. Photo: jardinierparesseux.com

Maintenez une bonne humidité atmosphérique: l’air sec peut provoquer des feuilles sèches. Un humidificateur peut vous aider ou encore, utilisez un plateau humidifiant (plateau étanche rempli de gravier sur lequel vous versez de temps en temps de l’eau, ce qui crée un effet local très humide). Ou cultivez tout simplement vos plateaux de semis les uns près des autres, car ce sont des humidificateurs naturels en soi. Cependant, ne laissez pas le dôme en plastique (employé lors de la germination) sur les semis plus de 2 ou 3 jours après l’apparition des premières feuilles vertes. D’accord, les semis vont adorer l’air humide, mais le manque de circulation d’air sous un dôme peut entraîner des maladies telles que la pourriture et la fonte des semis.

Passez votre main sur le feuillage pour stimuler une croissance plus compacte. Photo: http://www.tomatodirt.com

Secouez 2 ou 3 fois par jour les contenants de semis ou frottez leurs feuilles supérieures d’avant en arrière avec votre main ou une brosse douce, et ce, pendant 1 minute. Ce mouvement imite l’action du vent et aide les plants à développer une tige plus courte et plus robuste. Ou encore, vous pouvez diriger un ventilateur (au réglage le plus faible) vers vos semis en remplacement du vent. 

Donnez un quart de tour à vos semis pour les redresser. Ill.: Claire Tourigny, tirée du livre Les Idées du jardinier paresseux: Semis

Si vous cultivez vos semis devant une fenêtre, donnez un quart de tour (dans le sens des aiguilles d’une montre ou le contraire, mais soyez constant!) aux plateaux de semis tous les quelques jours. Sinon, ils auront tendance à se pencher vers le soleil! (Cela ne sera pas nécessaire si vous les cultivez sous des lampes ou dans une serre.)

N’oubliez pas d’arroser. Les semis sont très délicats et la moindre sécheresse les ralentira. Vous devrez vérifier leur état souvent, chaque jour si possible, car les plateaux à semences sèchent souvent très rapidement.

Pour vos lampes de culture, préférez les tubes Cool White (blanc froid ou 4100K). D’accord, les tubes horticoles à grand spectre sont censés faire des merveilles, mais ils ont été conçus pour stimuler la floraison et non pour aider la croissance du feuillage. Or, au stade du semis, c’est la qualité du feuillage qui importe! Les tubes horticoles sont moins intenses que les Cool White, coûtent beaucoup plus cher et ne donnent tout simplement pas de bons résultats avec les semis. Conservez-les pour la culture de plantes qui en ont vraiment besoin, comme les orchidées ou les cactus.

Acclimatez les semis aux conditions extérieures avant de les y planter. Photo: priorunitygarden.wordpress.com

Enfin, acclimatez toujours vos plants aux conditions de plein air avant de les y repiquer. Personnellement, je leur donne 2 ou 3 jours d’ombre, 2 ou 3 jours de mi-ombre et 2 ou 3 jours de soleil avant de le faire. Et en cas de coup de froid, je les ramène tous à l’intérieur, dans une couche froide ou dans une serre pendant la nuit. Pourquoi risquer de perdre vos semis alors que vous êtes si près de votre objectif!

Oui, vous aussi pouvez produire des plants de qualité professionnelle: il vous suffisait de savoir comment le faire!

Publicités

5 réflexions sur “Trucs pour obtenir des semis de première qualité

  1. Fantastique merci beaucoup vivement le printemps!! J’a Savoir quelles ampoules mettre dans un plafonnier pour la meilleure lumière possible pour les semis?

    Nécessaire les ampoules horticoles très chères? Ou les anciens modèles qui chauffent? Si non les LED? Ou les halogènes??? Combien de 40-60-100w?
    Au secours
    Mille mercis

    • C’est assez compliqué à expliquer, mais, de façon générale, les lampes fluorescentes ou DEL conviennent le mieux pour la culture des plantes. Préférez pour les semis les tubes Cool White (fluorescent) ou leur équivalent pour les DEL. Donc, non, pas les tubes horticoles. Les lampes incandescentes dégagent trop de chaleur et un éclairage de faible qualité. Les lampes aux halogénures donnent un éclairage de qualité, mais la chaleur demeure un problème. Pour les fluorescents et les DEL, les watts (60-60-100 W, etc.) sont plutôt déterminés par le format que vous choisirez, notamment la taille de la lampe, donc ne sont pas un facteur important: si vous achetez lampe X, il faut acheter des tubes en conséquence de cela.

  2. Patrick Francoeur

    J’utilise un terreau de type pro-mix bx pour mes semis intérieur qui, à la base, ne contient aucun élément « N-P-K ». Selon vous, devrais-je débuter plus rapidement l’utilisation d’un engrais soluble (algues) ou il est tout de même préférable d’attendre l’apparition des quatres à six premières feuilles? Merci pour la richesse des informations que vous nous offrez!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s