Pour prévenir le vol des plantes

Par défaut
20180312A Victor Kerlow, choppedintwo.blogspot.capng.png

Le vol des végétaux? C’est loin d’être rare! Source: Victor Kerlow, choppedintwo.blogspot.ca

Avez-vous déjà été victime du vol de vos plantes? Moi, oui. Et plus d’une fois.

La pire situation était à mon avant-dernière résidence, dans un quartier plutôt pauvre. J’y vivais régulièrement le vol de fleurs et de plantes.

En façade, j’avais une toute petite plate-bande de fleurs près de la rue et un potager le long du garage, d’ailleurs les seuls jardins du coin. On aurait dit que certaines personnes du quartier considéraient le fait que la plate-bande soit située près de la rue comme un signe que j’offrais aux passants une autocueillette florale gratuite. Combien de fois je suis sorti de l’appartement pour constater que presque toutes les fleurs avaient disparu, comme si quelqu’un avait préparé un bouquet à mes dépens!

Au moins, la plupart du temps, ils ne volaient que des fleurs et les plantes finissaient par en produire d’autres. Ils touchaient moins aux légumes… sauf aux tomates, que j’ai rapidement appris à cueillir avant leur mûrissement complet, car les fruits très rouges sont, paraît-il, irrésistibles aux hors-la-loi. Mais parfois, ils partaient avec des plantes entières, de toute évidence arrachées sans plus de pensée.

Dans la cour arrière — qui était facilement visible de la rue, malheureusement —, ils volaient moins de fleurs, s’en prenant plutôt à mes plantes en pot: orchidées, euphorbes, hibiscus, etc. Tout ce qui était facile à emporter risquait de disparaître. Mais mon  appartement était si sombre qu’un été en plein air était essentiel pour la survie de mes plantes d’intérieur. J’ai donc dû prendre le risque… et ainsi j’ai perdu une quarantaine de plantes au cours des cinq années que j’ai vécu là, dont plusieurs plantes uniques que je n’ai jamais pu remplacer.

20180312B portugalresident.com.jpg

C’est vrai qu’il est difficile de résister à un clivia en pleine floraison! Source: http://portugalresident.com

À ma résidence actuelle, dans une banlieue nettement plus verte, il n’y a eu qu’un seul vol, mais c’en était tout un! J’avais placé en façade pour l’été un magnifique clivia dans un énorme pot. Mon clivia s’est mis à fleurir au milieu de l’été. Il était superbe, avec de multiples tiges florales pleinement épanouies de fleurs orange vif, comme un phare au cœur du jardin… et était donc, il faut croire, trop tentant! Car un jour, il n’était plus là… et la plante était tellement lourde qu’il y avait des marques de pas enfoncées dans le sol jusqu’à la rue!

C’est le dernier vol que j’ai subi. Mon terrain s’est « végétalisé » depuis l’époque et le gazon qui permettait de tout voir à partir de la rue a complètement disparu. Aujourd’hui, même la maison n’est presque plus visible de la rue et les végétaux en bordure cachent bien le reste des jardins! Ainsi, même si j’avais une plante très aguichante au plein centre du terrain, il est loin d’être certain que qui que ce soit pourrait la voir de la rue. Donc, on peut présumer que cacher les plantes de la vue est une façon assez efficace pour les protéger du vol, mais voici quelques autres idées.

Idées pour prévenir le vol de végétaux

Si vous voulez prévenir le vol de vos plantes, voici quelques solutions possibles :

  1. Cultivez de grosses plantes en pleine terre. À un certain point, elles deviennent inarrachables.

    20180312C harpernoelphotography.com.jpg

    Les gros contenants sont plus difficiles à voler. Source: harpernoelphotography.com

  2. Cultivez des plantes dans de gros pots très lourds, comme une demi-barrique. Mon clivia était presque dans cette catégorie, mais il faut croire que son pot était juste assez léger pour permettre le vol. S’il faut deux paires de mains pour déplacer un pot, sa sécurité est presque assurée. Ou vissez le contenant au sol ou à la terrasse.
  3. Placez les plantes voyantes ou de grande valeur en retrait où elles ne seront pas visibles des passants comme je fais maintenant. En façade, surtout tout près de la rue, limitez-vous aux petites plantes anodines dont la perte ne sera pas aussi traumatisante.

    20180312D, Corbis, A-Ludovig, global.handelsblatt.com.jpg

    Laissez les petits voleurs prendre les fruits en bordure du verger et généralement ils n’iront pas plus loin. Source: Corbis & A-Ludovig, global.handelsblatt.com

  4. Pour contrer les voleurs de fruits, il est parfois sage de sacrifier une plante pour protéger les autres. Les voleurs de pommes, de poires, de cerises, de raisins, etc. (souvent, d’après mon expérience, mais je ne tiens pas trop à en révéler les détails, de jeunes garçons) cherchent le gain facile. Si vous plantez un spécimen bien en évidence dans un endroit facile d’accès où ils peuvent assouvir leurs instincts et les autres, soit le gros de votre verger, au fond de votre terrain où chercher les fruits serait plus complexe et risqué, vous aurez davantage la paix. Mais récoltez quand même vos fruits prestement pour ne pas encourager les pilleurs.

    20180312E Was a bee, WC. jpg.jpg

    Une bonne chaîne peut rendre une plante difficile à voler. Source: Was a bee, Wikimedia Commons

  5. Fixez les plantes avec des chaînes ou des câbles. Il faut les attacher à un ancrage solide. D’accord, les voleurs vraiment organisés peuvent apporter un coupe-boulons, mais ils doivent être vraiment déterminés alors que, à mon avis, la plupart des voleurs de plantes agissent impulsivement, trop attirés par une plante particulièrement alléchante.
  6. Procurez-vous un chien jappeur. Ça peut facilement décourager les intrus. (Mais pour être honnête, ma chienne, Pouchie, pourtant assez aboyeuse, a laissé partir mon clivia sans la moindre réaction!)
  7. Prévenez les vols de nuit avec des appareils détecteurs de mouvement. Lumières, sons criards, jets d’eau, etc. Mais il faut bien les placer. Vous ne voudriez pas activer l’appareil vous-même par accident!
  8. Installez une caméra de surveillance. Pour être dissuasive, elle doit être bien en vue ou encore, bien annoncée. Mais même avec un appareil caché, vous aurez au moins le plaisir de voir qui a pris votre plante. (Drôlement intéressant quand vous soupçonnez que le voleur est un voisin!)
  9. Clôturez votre terrain ou entourez-le d’une haie d’arbustes piquants. Et verrouillez la porte du jardin, du moins la nuit.

    20180312F www.vectorstock.com.jpg

    Parfois l’humour est plus efficace que la menace! Source: www.vectorstock.com

  10. Installez une pancarte dissuasive. Quelques exemples : « Attention : chien méchant! », « Ne pas toucher : herbe à puce » ou, ma préférée, « Les voleurs de plantes seront compostés ». (Parfois l’humour peut faire prendre conscience au futur brigand que ce qu’il songe à faire est un délit.)

Dans les jardins publics

Les jardins publics ont beaucoup de problèmes de vols de plantes, et ce, partout dans le monde: des gens qui partent avec des potées complètes ou qui arrachent des plantes aux « petits voleurs » qui s’éclipsent avec des boutures ou des semences, il n’y a pas un jardin ou parc public qui ne doive investir encore et encore pour réparer les dégâts causés par les gens inconscients.

20180312G Patche99z, WC.jpg

Je vous suggère de ne pas toucher aux plantes dans la serre des plantes alpines des Wisley Gardens. Source: Patche99z, Wikimedia Commons

Un jardin qui a pris les grands moyens pour protéger de petites plantes de grande valeur est Wisley Gardens en Angleterre. J’étais là, dans une des serres de plantes alpines, quand une dame de mon groupe s’est penchée pour toucher une plante. Une sirène s’est mise instantanément à sonner et un jardinier est arrivé à la course. Paraît-il qu’on avait fait installer un système où un courant électrique faible courait de plante en plante et qu’il suffisait du moindre toucher pour faire sonner l’alarme. La pauvre dame ne parlait pas anglais, mais j’ai pu l’aider à expliquer qu’elle n’avait fait que frôler la plante de ses doigts et on l’a laissée aller avec un simple avertissement : on ne touche pas aux plantes dans un jardin public.

Je ne sais pas si ce système fonctionne toujours (l’incident a eu lieu il y a environ 25 ans!), mais je peux vous assurer que c’était très efficace : plus personne de mon groupe n’a touché à une plante du reste du voyage!20180312A Victor Kerlow, choppedintwo.blogspot.ca.png

Publicités