Des plantes couvre-sol pour le soleil

Par défaut
20170426A.jpg

Différents thyms utilisés comme couvre-sols.

Vous cherchez une plante tapissante pour un emplacement ensoleillé ou mi-ensoleillé? Peut-être parce que le gazon n’y pousse pas bien ou que l’endroit est difficile à tondre… ou que vous ne tenez pas à tondre? Voici une liste de plantes qui pourraient convenir:

  1. Acéna à petites feuilles (Acaena microphylla), zone 4b, résistance au piétinement: faible
  2. Alchémille molle (Alchemilla mollis), zone 3, résistance au piétinement: nulle
  3. Armoise de Steller naine (Artemisia stelleriana ‘Boughton Silver’, syn. ‘Silver Brocade’), zone 3, résistance au piétinement: nulle
  4. Aspérule odorante ou gaillet odorant (Galium odoratum), zone 3, résistance au piétinement: nulle
  5. Bergenia (Bergenia crassifolia, syn. B. cordifolia), zone 2, résistance au piétinement: nulle20170426WFR.jpg
  6. Brunelle à grandes fleurs (Prunella grandiflora), zone 4, résistance au piétinement: nulle
  7. Bugle rampante (Ajuga reptans), zone 3, résistance au piétinement: moyenne
  8. Céraiste tomenteux (Cerastium tomentosum), zone 2, résistance au piétinement: faible
  9. Chrysogonum (Chrysogonum virginianum), zone 4, résistance au piétinement: faible
  10. Cœur saignant (Dicentra formosa et D. eximia), zone 3, résistance au piétinement: nulle
  11. Comptonie voyageuse (Comptonia peregrina), zone 2, résistance au piétinement: nulle
  12. Corbeille d’or (Aurinia saxatilis, syn. Alyssum saxtile), zone 3, résistance au piétinement: nulle
  13. Coronille bigarrée (Coronilla varia), zone 4, résistance au piétinement: nulle
  14. Cotonéastre de Dammer (Cotoneaster dammeri), zone 5b, résistance au piétinement: nulle

    20170426B Crusier, WC.jpg

    Le cyprès de Sibérie (Microbiota decussata) fait un couvre-sol tellement dense qu’il étouffe toutes les mauvaises herbes. Photo: Crusier, Wikimedia Commons

  15. Cyprès de Sibérie (Microbiota decussata), zone 3, résistance au piétinement: nulle
  16. Delosperme de Cooper (Delosperma cooperi), zone 5b, résistance au piétinement: faible
  17. Épimède rouge (Epimedium x rubrum), zone 3, résistance au piétinement: nulle
  18. Fraisier décoratif (Fragaria x rosea), zone 3, résistance au piétinement: moyenne
  19. Fusain de Fortune (Euonymus fortunei), zone 5b, résistance au piétinement: moyenne
  20. Genêt poilu (Genista pilosa), zone 5, résistance au piétinement: faible
  21. Genévrier horizontal (Juniperus horizontalis), zone 2, résistance au piétinement: faible
  22. Géranium à gros rhizome (Geranium macrorrhizum), zone 3, résistance au piétinement: nulle
  23. Géranium de Cambridge (Geranium x cantabrigiense), zone 3, résistance au piétinement: nulle
  24. Géranium Rozanne™ (Geranium ‘Gerwat’), zone 4, résistance au piétinement: nulle

    20170425C European Environment Agency.jpg

    Herbe aux écus dorée (Lysimachia nummularia ‘Aurea’)

  25. Herbe aux écus (Lysimachia nummularia), zone 3, résistance au piétinement: moyenne
  26. Herbe-aux-goutteux (Aegopodium podagraria ‘Variegatum’), zone 3, résistance au piétinement: faible
  27. Herniaire glabre (Herniaria glabra), zone 4, résistance au piétinement: bonne
  28. Heuchère (Heuchera cvs), zone 3, résistance au piétinement: nulle
  29. Hosta (Hosta), zone 3, résistance au piétinement: nulle
  30. Iris crêté (Iris cristata), zone 3, résistance au piétinement: nulle
  31. Joubarbe (Sempervivum spp. ), zone 3, résistance au piétinement: nulle
  32. Lamier maculé (Lamium maculatum), zone 2, résistance au piétinement: nulle
  33. Léptinelle noire (Leptinella squalida ‘Platt’s Black’), zone 4, résistance au piétinement: bonne
  34. Lierre (Hedera helix et autres), zone variable selon l’espèce: 4-9, résistance au piétinement: faible
  35. Liriope (Liriope muscari), zone 6 ou 7, résistance au piétinement: nulle
  36. Lotier corniculé (Lotus corniculatus ‘Pleniflorus’, syn. ‘Plenus’, zone 3, résistance au piétinement: bonne
  37. Millepertuis à grandes fleurs (Hypericum calycinum), zone 6, résistance au piétinement: nulle
  38. Mousse écossaise (Sagina subulata glabrata ‘Aurea’), zone 3, résistance au piétinement: moyenne
  39. Muguet (Convallaria majalis), zone 3, résistance au piétinement: nulle

    Nepeta x faassenii 'Six Hills Giant'

    Népéta hybride (Nepeta faassenii). Photo: Wouter Hagens, Wikimedia Commons

  40. Népéta hybride (Nepeta x faassenii), zone 3, résistance au piétinement: nulle
  41. Onoclée sensible (Onoclea sensibilis), zone 3, résistance au piétinement: nulle
  42. Ophiopogon noir (Ophiopogon plansicapus ‘Nigrescens’), zone 7, résistance au piétinement: nulle
  43. Oreilles d’agneau (Stachys byzantina ‘Silver Carpet’), zone 3, résistance au piétinement: nulle
  44. Origan (Origanum vulgare), zone 4, résistance au piétinement: nulle
  45. Ortie jaune (Lamium galeobdolon), zone 2, résistance au piétinement: nulle
  46. Pachysandre du Japon (Pachysandra terminalis), zone 4, résistance au piétinement: nulle
  47. Petite pervenche (Vinca minor), zone 2b, résistance au piétinement: moyenne
  48. Phlox mousse (Phlox subulata), zone 2, résistance au piétinement: nulle
  49. Raisin d’ours (Arctostaphylos uva-ursi), zone 2, résistance au piétinement: moyenne
  50. Renouée du Népal (Persicaria affinis, syn. Polygonum affine), zone 3, résistance au piétinement: moyenne
  51. Sédum bâtard (Sedum spurium), zone 3, résistance au piétinement: nulle

    20170426E Maja Dumat, WC.jpg

    Sédum orangé (Sedum kamtschaticum ‘Weihenstephaner Gold’). Photo: Maja Dumat, Wikimedia Commons

  52. Sédum orangé (Sedum kamtschaticum), zone 3, résistance au piétinement: nulle
  53. Sédum rupestre ‘Angelina’ (Sedum rupestre ‘Angelina’), zone 3, résistance au piétinement: nulle
  54. Stéphanandra crispé (Stephanandra incisa ‘Crispa’), zone 3b, résistance au piétinement: nulle
  55. Thym laineux (Thymus pseudolanuginosus), zone 3, résistance au piétinement: moyenne
  56. Thym serpolet (Thymus serpyllum), zone 3, résistance au piétinement: moyenne
  57. Tiarelle cordifoliée (Tiarella cordifolia), zone 3, résistance au piétinement: nulle
  58. Trèfle blanc (Trifolium repens), zone 3, résistance au piétinement: moyenne
  59. Véronique rampante (Veronica repens), zone 2, résistance au piétinement: moyenne
  60. Violette du Labrador (Viola riviniana ‘Purpurea’, syn. V. labradorica), zone 4, résistance au piétinement: nulle
  61. Waldsteinie (Waldsteinia spp.), zone 4, résistance au piétinement: faible

Un peu de contrôle

La plupart des plantes couvre-sol sont un peu à très envahissantes. C’est presque innée chez une plante qui tapisse le sol que ses tiges s’enracinent au contact avec le sol et donc qu’elle peut envahir l’espace des autres végétaux. Il est donc toujours sage de prévoir une barrière quelconque autour d’un secteur où vous planterez des couvre-sols pour limiter leur tendance à vagabonder. Il peut s’agit d’un sentier, de pavés, d’une bordure à gazon, de plantations denses plus hautes, etc.

Couvre-sols pour l’ombre

Si vous cherchez des plantes couvre-sols pour l’ombre, veuillez consulter l’article Des plantes couvre-sols pour l’ombre.

couvre-solEnfin, pour plus de détails sur les couvre-sols, consultez le livre Couvre-sols et grimpantes de Larry Hodgson, disponible dans toute bonne librairie.20170426A

Publicités

L’histoire nébuleuse du trèfle irlandais

Par défaut

20170317A.pngAujourd’hui, le 17 mars, c’est la Fête de la Saint-Patrick, une fête célébrée partout au monde où le peuple irlandais est disséminé… c’est-à-dire presque partout. Moi-même je compte des ancêtres irlandais… et je ne suis pas seul. On estime que jusqu’à 40% des Québécois francophones ont des ancêtres irlandais.

Que le trèfle soit le symbole du peuple irlandais est très bien connu et il est d’ailleurs l’emblème officiel de l’Irlande, mais savez-vous d’où vient cette tradition?

Et Saint Patrick prit une feuille…

20170317B.jpg

Saint Patrick lors du traditionnel défilé de la Saint-Patrick à Boston, É-U. Photo: Laura Siegert, Wikimedia Commons

Patrick d’Irlande ou Saint Patrice est un personnage presque mythique. Bien que qu’il ait sans doute véritablement existé, il y a tellement d’histoires et de légendes à son égard que les historiens ont de la difficulté à déterminer ce qui s’est véritablement passé. Il est d’ailleurs même possible qu’il y ait eu deux Patrick d’Irlande et que leurs histoires soient entremêlées.

Voici une esquisse rapide de ce qui aurait été (peut-être) la vie de Saint Patrick.

Né en ce qu’on appelle aujourd’hui l’Angleterre vers l’an 385, il aurait été enlevé par des pirates irlandais à l’âge de 16 ans et vécut alors comme esclave dans ce pays pendant 6 ans. C’est pendant cette période qu’il devint un chrétien dévot.

S’échappant de ses maîtres, il retourna dans sa famille, fit des études et devint prêtre. En 432, le pape Célestin, apprenant qu’il parlait irlandais, l’envoya en Irlande pour évangéliser le peuple jusqu’alors païen, sans trop de succès au début. Cependant, lors d’un sermon impromptu au Rock de Cashel, il se pencha et pris une feuille de trèfle, expliquant que ses trois folioles représentaient la Saint-Trinité. Ce mini-miracle plut aux Irlandais qui se convertirent rapidement au christianisme.

Patrick devint le premier évêque d’Irlande et mourut le 17 mars 461… et le trèfle, que les Irlandais appellent shamrock (seamróg), devint le symbole-même de l’Irlande.

Mais quel trèfle?

20170317C.jpg

L’un des prétendants au titre de trèfle irlandais, le petit trèfle jaune (Trifolium dubium). Photo: Kenraiz, Wikimedia Commons

Il reste un problème. De quel trèfle s’agit-il? Le mot shamrock ne le precise pas: il peut s’agir de n’importe quelle plante à 3 folioles. Au cours des années, différents experts ont proposé que le vrai trèfle irlandais soit le petit trèfle jaune (Trifolium dubium), le trèfle blanc (T. repens), le trèfle rouge (T. pratense), la luzerne (Medicago lupulina), tous des Fabacées, et même l’oxalide des bois (Oxalis acetosella), d’une autre famille complètement. D’ailleurs, aucune de ces plantes n’est unique à l’Irlande: ce sont des plantes assez communes dans tout l’hémisphère nord.

Quant aux Irlandais, un sondage tenu en 1988 indique que environ 45% considèrent que le petit trèfle jaune (T. dubium) est leur emblème, mais un tiers préfèrent le trèfle blanc (T. trifolium)… et les autres ont d’autres opinions. Donc, pas de consensus là non plus.

Le trèfle irlandais chez nous

20170317D.jpg

Trèfle blanc (Trifolium repens). Photo: Ranko, Wikimedia Commons

Si vous trouvez des potées de trèfle à petites feuilles bien vertes en vente à la Saint-Patrick (une tradition dans bien des pays), il s’agit inévitablement du trèfle blanc (T. repens), le même trèfle qui pousse dans nos gazons. Cette plante de climat froid est assez éphémère en pot et ne survit pas longtemps à moins qu’on la plante en pleine terre.

20170317E.jpg

Trèfle d’appartement (Oxalis triangularis)

Il y a bien le trèfle d’appartement (Oxalis triangularis, anciennement O. regnellii), aussi appelé oxalis à folioles triangulaires, qui est parfois vendu sous le nom «trèfle irlandais» et qui fait une excellente et durable plante d’intérieur, mais cette plante vient d’Amérique du Sud. Si vous voulez le cultiver comme trèfle irlandais, toutefois, allez-y.


On dit que tout le monde est Irlandais lors de la Fête de la Saint-Patrick. Portez alors du vert… et mettez votre plante de trèfle irlandais, peu importe qu’elle soit vraie ou fausse, en vedette pour la journée.20170317A