Une légende du cactus de Noël

Par défaut

Cactus de Noël (Schlumbergera spp.). Source: worldofsucculents.com

La plupart des légendes sont de tradition orale et leur origine est perdue dans la nuit des temps… mais il a bien fallu qu’elles commencent quelque part. Voici alors une légende de ma plume, mais toute simple, pour les jeunes et les moins jeunes, présentant l’origine imaginée de l’une de nos plantes de Noël préférées.


20181225C LH

Il était une fois un petit garçon nommé Paolo qui demeurait seul avec sa mère, Silvia, dans un petit village du sud du Brésil; ils vivaient pauvrement, mais convenablement, avec l’argent qu’elle faisait comme lavandière. C’était un travail dur et monotone, mais elle le faisait sans se plaindre, car c’était une femme fière.

Un matin, cependant, la fatigue accumulée eût raison de Silvia qui tomba malade avec de la fièvre, et Paolo la trouva étendue dans son lit, incapable de se lever. Malgré ses sept ans, il était un petit garçon bien vaillant et il entreprit non seulement de s’occuper de sa mère malade, mais aussi de trouver de quoi soutenir la petite famille. Trop petit pour faire le lavage, il ne trouva rien d’autre que de ramasser des branches et de préparer des fagots qu’il vendit aux autres villageois pour quelques sous. Il gagna ainsi à peine assez d’argent pour acheter du gruau, seule nourriture que ses faibles revenus lui permettaient d’acheter.

Découragée et mal nourrie, Silvia ne réussit pas à se débarrasser de sa fièvre et dut garder le lit alors que Paolo faisait tout ce qu’il pouvait pour aider sa mère à regagner sa santé. Comme Pâques approchait, il se mit à la recherche d’un cadeau pour rehausser son état d’esprit.

20181225D Niccokuntzman, openclipart.org .jpgTout près du village, il y avait, sur un flanc de montagne, des cactus de tout acabit: petits et ronds ou grands et cylindriques, ils étaient toujours majestueux. Paolo décida d’en rapporter un à sa mère et choisit un beau cactus cierge, avec deux bras solides, qui lui faisait penser à une sculpture, et le mit en pot pour le présenter à sa mère. En voyant le beau cactus, sa mère sourit pour la première fois depuis des mois. Paolo espérait que cela fut un signe de rétablissement, mais sa mère demeura malade.

20181225E LH.jpgÀ la fête des Mères, il retourna sur la montagne et rapporta un petit cactus boule couvert d’épines argentées. Là encore, sa mère sourit et, cette fois, réussit à lever la tête pendant quelques minutes, mais peu après, elle sombra de nouveau dans les tourments de sa fièvre.

20181225F LH.zazzle.com & amazon.com.jpgPour la Fête de João Batista, la fête du village, Paolo remonta la côte de la montagne et trouva encore un cactus pour sa mère, cette fois-ci un cactus rampant appelé reine de la nuit qui portait d’énormes boutons de fleurs. Quand il arriva chez lui le soir venu, les boutons s’épanouirent magiquement, révélant de magnifiques fleurs blanches si parfumées que leur effluve remplit la hutte tout entière. Sous une telle influence, Silvia ne put que se sentir mieux et s’assit dans son lit et les admira durant toute la nuit. Le lendemain matin, cependant, les fleurs se fanèrent aussi rapidement qu’elles s’étaient épanouies et Silvia sombra de nouveau dans la fièvre.

20181225G.jpgLa veille de Noël, alors que la maladie de sa mère approchait le seuil d’une deuxième année, Paolo retourna sur la montagne à la recherche d’un autre cactus pour égayer sa mère: malheureusement, il ne restait plus qu’un petit cactus chétif aux segments aplatis et sans le moindre attrait. Découragé, Paolo se mit à pleurer, ce qu’il fit si fort que des gouttes de sang perlèrent de ses yeux, s’accumulant aux extrémités des tiges du petit cactus.

Alors, il se produisit un miracle comme il peut seulement en arriver à la veille de Noël: les gouttes de sang se changèrent en boutons de fleurs. Lorsque Paolo essuya sa dernière larme et regarda à nouveau le petit cactus, il vit qu’il était loin d’être chétif et sans attrait, mais recouvert de fleurs rouges retombantes. Surpris et excité, Paolo ramassa le petit cactus et l’apporta à sa mère, le plaçant bien en vue dans la hutte. À minuit, il réveilla sa mère qui, surprise par la beauté du cadeau de son fils, put non seulement s’asseoir dans son lit, mais même se lever.

20181225H LHPaolo craignait que la floraison ne dure qu’une seule soirée, comme celle de la reine de la nuit, mais le lendemain le petit cactus était encore en fleurs et, encore une fois, sa mère se leva pour mieux le voir et put cette fois faire un premier pas. Ainsi, tous les jours, sous l’influence des magnifiques fleurs du petit cactus, elle prit du mieux et, lorsque la dernière fleur se fana, plusieurs semaines plus tard, elle était complètement rétablie et put reprendre son ouvrage. Avec les revenus conjoints de Silvia la lavandière et de Paolo, qui continua le métier de fagotier qu’il avait appris durant la maladie de sa mère, tous deux purent bien se nourrir et donc vivre en bonne santé.

Depuis ce jour, le petit cactus chétif et sans intérêt est devenu le célèbre cactus de Noël, se parant tous les ans de boutons floraux ayant la forme de gouttes de sang et de magnifiques fleurs retombantes pour égayer les maisons du monde entier dans le temps des Fêtes.

Illustrations: jardinierparesseux.com, Niccokuntzman openclipart.org, zazzle.com, amazon.com & plantsarethestrangestpeople.blogspot.com, montage: jardinierparesseux.com

Publicités

50 plantes d’intérieur qui tolèrent l’air sec

Par défaut
20171227A pexels.com .jpg

La plupart des plantes d’intérieur sont malheureuses quand l’air de nos demeures est aussi sec que celui d’un désert. Source: pexels.com

L’air sec est un problème majeur pour les plantes d’intérieur pendant l’hiver… et d’ailleurs, pour toute plante qui pousse à l’intérieur (semis, boutures, etc.) à cette saison. Lorsque l’humidité atmosphérique est inférieure à 40%, ce qui est certainement le cas dans de nombreuses maisons, les plantes s’efforcent de compenser en transpirant plus abondamment, c’est-à-dire en libérant de l’eau par leurs stomates (pores respiratoires). Plus l’air est sec, plus elles transpirent, et cela peut les conduire à perdre leur eau plus rapidement que les racines ne peuvent la remplacer, endommageant les tissus fragiles des feuilles et des fleurs. Cela peut conduire à toutes sortes de symptômes de stress: flétrissement, boutons floraux brunis ou avortés, feuilles qui se recourbent, feuilles aux pointes brunes, mort de la plante, etc.

Les feuilles stressées par l’air sec sont également plus sujettes aux dégâts des ravageurs (araignées rouges, aleurodes, thrips, etc.)

Certaines plantes tolèrent l’air sec

Cela dit, de nombreuses plantes, en particulier celles qui sont originaires de climats arides ou qui sont exposées à de longues périodes de sécheresse dans la nature, ont développé des façons de compenser l’air sec. Les cactus et les plantes succulentes, par exemple, sont généralement très résistants à l’air sec, de même que certaines plantes épiphytes, comme les hoyas.

Certaines plantes résistent à l’air sec en produisant des feuilles avec moins de stomates que la normale, réduisant ainsi la perte d’eau. Beaucoup ont même abandonné l’utilisation de feuilles et respirent par leurs tiges vertes (beaucoup de cactus, par exemple). D’autres gardent leurs stomates fermés pendant le jour, quand le soleil est le plus chaud et la perte d’eau, donc, plus importante, respirant seulement la nuit. (C’est ce qu’on appelle le métabolisme acide crassuléen ou CAM.) En d’autres termes, elles retiennent leur souffle 12 heures par jour!

20171227B davisla.wordpress.com..jpg

Souvent, les plantes résistantes à l’air sec ont un feuillage épais et ciré. Source: davisla.wordpress.com

De plus, les plantes résistantes à l’air sec ont souvent des feuilles ou des tiges très épaisses et recouvertes de cire, de poudre ou de poils, d’autres facteurs qui réduisent l’évapotranspiration.

Plantes d’intérieur qui tolèrent l’air sec

La liste qui suit présente quelques plantes d’intérieur qui ne seront pas dérangées outre mesure si l’air dans votre maison est plutôt sec. Non pas qu’elles souffrent si vous augmentez l’humidité à des niveaux plus acceptables (la plupart des plantes préfèrent une humidité relative de 50% ou plus), ce qui est bon pour votre santé aussi, mais si vous ne pouvez tout simplement pas améliorer l’humidité atmosphérique, au moins les plantes suivantes n’en souffriront pas trop!

20171227C Aeonium arboreum 'Atropurpureum' Bernard Dupont, WC.jpg

Les feuilles épaisses et serrées les unes contre les autres aident Aeonium arboreum ‘Atropurpureum’ à survivre à l’air sec. Source: Bernard Dupont, Wikimedia Commons

  1. Aeonium spp. (aeonium)
  2. Agave spp. (agave)
  3. Aglaonema spp. (aglaonéma)
  4. Aloe spp. (aloès)
  5. Ananas comosus (ananas)
  6. Aspidistra elatior (aspidistra)
  7. Beaucarnea recurvata (pied d’éléphant)
  8. Cephalocereus senilis (barbe de vieillard)
  9. Cereus peruvianus (cactus cierge)
  10. Ceropegia woodii (chaîne de cœurs)
  11. Clivia miniata (clivia)
  12. Crassula ovata (plante jade)
  13. Crassula spp. (crassula)
  14. Cryptanthus spp. (cryptanthe)

    20171227 Dieffenbachia seguine Forest & Kim Starr, WC.jpg

    D’habitude, les feuilles épaisses du dieffenbachia résistent bien à l’air sec, mais remarquez comme cette feuille est légèrement endommagée vers sa pointe. Source: Forest & Kim Starr, Wikimedia Commons

  15. Dieffenbachia spp. (dieffenbachia)
  16. Echeveria spp. (echeveria)
  17. Echinocactus grusonii (coussin de belle-mère)
  18. Epipremnum aureum (pothos)
  19. × Epicactus (cactus orchidée)
  20. Euphorbia lactea (euphorbe candélabre)
  21. Euphorbia milii (couronne d’épines)
  22. Euphorbia tirucalli (plante-crayon)
  23. Ficus elastica (caoutchouc)
  24. Ficus lyrata (figuier lyre)
  25. Gasteria spp. (gasteria)
  26. Gymnocalycium mihanovichii friedrichii ‘Hibotan’ (cactus boule rouge)
  27. Haworthia spp. (haworthia)
  28. Hippeastrum cvs (amaryllis
  29. Hoya carnosa (hoya, fleur de porcelaine)
  30. Kalanchoe (kalanchoé)
  31. Ledebouria socialis (scille violacée)

    20171227E Dysmorodrepanis, WC.jpg

    Peu de végétaux résistent aussi bien à l’air sec que les pierres vivantes. Source: Dysmorodrepanis, Wikimedia Commons

  32. Lithops spp. (pierre vivante)
  33. Mammillaria spp. (mammillaire)
  34. Opuntia spp. (cactus raquette, oponce)
  35. Pachypodium lamerei (palmier de Madagascar)
  36. Pelargonium graveolens (pélargonium odorant, géranium odorant)
  37. Pelargonium × hortorum (pélargonium des jardins, géranium des jardins)
  38. Peperomia obtusifolia, P. clusiifolia (pépéromia)
  39. Philodendron hederaceum oxycardium (philodendron grimpant)
  40. Rhipsalis spp. (rhipsalis)
  41. Sansevieria trifasciata (sansevière, langue de belle-mère)
  42. Schlumbergera (cactus de Noël)
  43. Sedum spp. (sédum, orpin, queue d’âne)

    20171227F Senecio rowleyanus Forest & Kim Starr, WC.jpg

    Les petites feuilles presque rondes de Senecio rowleyanus réduisent la surface exposée à l’air sec. Source: Forest & Kim Starr, Wikimedia Commons

  44. Senecio rowleyanus (collier de perles)
  45. Senecio serpens (séneçon bleu craie)
  46. Stapelia spp. (fleur de charogne)
  47. Streltizia reginae (oiseau de paradis)
  48. Syngonium spp. (syngonium)
  49. Yucca elephantipes (yucca sans épine)
  50. Zamioculcas zamiifolia (faux zamier)20171227A pexels.com

Quand les «feuilles» d’un cactus de Noël se ratatinent

Par défaut
20171213B Peter coxhead, WC.jpg

Cactus d’automne (Schlumbergera truncata), qui fleurit en novembre, souvent confondu avec le cactus de Noël (Sclumbergera buckley), qui fleurit en décembre. Source: Peter coxhead, Wikimedia Commons

En général, les gens ont beaucoup de succès avec le cactus de Noël (Schlumbergera x buckleyi) et le très apparenté cactus d’automne (S. truncata), appelé «Thanksgiving cactus» en anglais (lisez Quand votre «cactus de Noël» fleurit trop tôt pour savoir comment distinguer les deux). Ils en obtiennent même souvent deux floraisons par année, en novembre/décembre et en février/mars. Par contre, ces cactus peuvent montrer un symptôme qui porte à confusion: des segments qui deviennent ratatinés, mous, ternes et même rougeâtres. Que se passe-t-il?

20171213C Julie Weisenhorn. University of Minnesota.jpg

Non, ce que vous voyez ne sont pas des feuilles, mais des tiges aplaties. Source:  Julie Weisenhorn. University of Minnesota

Il faut bannir le mot «feuille» de votre vocabulaire en qui concerne les Schlumbergera. Ils n’en produisent pas, du moins, à part deux cotylédons éphémères présents sur les semis. Les organes aplatis et verts qui passent pour des feuilles sont plutôt des tiges modifiées. Comme justement elles sont vertes, elles font de la photosynthèse comme des feuilles et ainsi permettent à la plante de refaire le plein d’énergie. Mais même si une tige remplace une feuille, elle n’en est pas une.

20171213A Thughorse, garden.org.jpg

Les tiges lâches, ratatinées et ternes indiquent que l’eau ne se rend pas bien aux extrémités de la plante. Source: Thughorse, garden.org

Si les tiges deviennent ratatinées, c’est qu’elles sont assoiffées, qu’il n’y a pas assez d’eau qui s’y rend. Évidemment, ce qui semble le plus logique à faire est d’arroser davantage, mais ce n’est pas nécessairement la bonne action à poser.

Manque d’eau ou trop d’eau?

Il y a deux raisons principales pour expliquer pourquoi l’eau ne se rend pas correctement aux tiges. Soit que le terreau est trop sec, soit que les racines sont endommagées, peut-être par trop d’eau!

Fréquence d’arrosage des schlumbergeras

20171213H homedepot.com.jpg

Il n’y a pas de fréquence d’arrosage préférable pour les schlumbergeras. Il faut suivre la règle d’or. Source: homedepot.com

Il n’y a pas de fréquence d’arrosage spécifique à recommander pour les schlumbergeras (cactus de Noël et compagnie). Dans certains cas, ils peuvent avoir besoin d’eau après cinq jours, dans d’autres, après sept jours, dix jours, quatorze jours, voire même vingt jours. Et la fréquence peut varier selon les saisons, même si vous ne les changez pas de place. Tout dépend des conditions. Quand l’air est sec et que la température est chaude, la plante a besoin de plus d’eau. Quand la pièce est plus fraîche et que l’humidité est forte, de moins. Et la plante croît plus rapidement (et utilise plus d’eau) à certaines saisons qu’à d’autres. Il suffit de suivre la règle d’or de l’arrosage: arrosez abondamment, assez pour humidifier toute la motte de racines, puis attendez que le terreau soit sec avant d’arroser de nouveau. Cela fonctionne toujours parfaitement pour les schlumbergeras.

Si le terreau est trop sec

Si le terreau est trop sec, c’est facile à voir ou, plutôt, à sentir. Touchez-y. Vos doigts sentiront facilement qu’il est sec. Il s’agit alors d’arroser. Pas juste un peu, mais en profondeur, de façon à ce que la motte de racines au complet s’imbibe.

Parfois, quand un terreau est très, très sec, il repousse l’eau et, quand vous arrosez, l’eau n’y pénètre plus et alors la plante ne peut plus «boire». Si c’est le cas, plongez carrément le pot dans l’eau. Laissez-le tremper de 10 à 15 minutes, puis drainez bien. Une fois réhydraté, le terreau deviendra réceptif à l’eau et vous pourrez arroser normalement à l’avenir… à moins de le laisser trop sécher de nouveau.

Quand le terreau demeure humide

zensero, home-design.jpg

Malgré ses tiges molles, ratatinées et rougeâtres, symptômes d’un manque sérieux d’eau, ce cactus d’automne réussit à fleurir. Source: zensero, home-design

Par contre, souvent la plante est ratatinée et ramollie, mais le terreau est encore humide au toucher. De toute évidence, le problème n’est pas relié à un manque d’eau. C’est beaucoup plus grave. Cela arrive quand les racines sont mortes, en tout ou en partie.

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles les racines peuvent être en si mauvais état. Voici les deux principales.

  • Terreau maintenu trop humide. Si le terreau est constamment humide, l’oxygène ne s’y rend plus, les racines ne peuvent plus respirer et elles meurent. Habituellement, c’est une pourriture (maladie causée par divers champignons dans les genres Pythium, Phytophthora, Rhizoctonia, Fusarium et autres et dont les spores sont omniprésentes) qui s’installe alors dans les racines mourantes et s’étend aux racines encore vivantes, les tuant à leur tour. Évidemment, sans racines ou avec moins de racines, la plante ne peut plus s’abreuver correctement, même si elle est plongée dans un sol très humide, et ses tiges commencent à se ratatiner.
  • Excès de minéraux. Avec le temps, des sels s’accumulent dans un terreau de plante d’intérieur. Ils sont présents dans l’eau d’arrosage et ajoutés par la fertilisation. Quand ils augmentent trop, ce qui prend plusieurs années, il arrive un moment où le sol contient plus de sels que les racines. L’eau sortira alors de la plante vers le sol afin d’équilibrer les concentrations (c’est ce que l’on appelle l’osmose inverse). Ainsi, les racines meurent et, encore une fois, la plante n’est plus capable d’absorber l’eau. Souvent, l’accumulation de sels dans le terreau s’accompagne d’une croûte blanchâtre ou jaunâtre sur le rebord du pot ou même sur la tige de la plante.

Rempotez pour sauver votre cactus

Si vous soupçonnez que ce sont des dommages aux racines qui causent le problème, la solution la plus simple est de rempoter.

20171213E Zanes Wildflora.png

Lors du rempotage, faites tomber tout le terreau ou, du moins, tout ce que vous pouvez enlever. Photo: Zanes Wildflora

Faites tomber l’ancien terreau: tout le terreau. Si les racines sont pourries (elles sentiront la pomme de terre pourrie), coupez-les. Rempotez dans un pot propre muni de trous de drainage et pas nécessairement un pot plus grand (si la plante a perdu des racines, il est souvent commode de l’empoter dans un pot un peu plus petit). Utilisez à cette fin un terreau bien drainé (presque n’importe quel terreau pour plantes d’intérieur, épiphytes ou cactus conviendrait).

Arrosez bien pour humidifier le terreau au début, puis modestement, seulement quand le terreau est sec. Habituellement, la plante refera peu à peu de nouvelles racines dans le terreau frais et sa santé commencera à s’améliorer, mais il faut être patient: il peut falloir plusieurs mois avant de voir une réaction.

Boutures en rescousse

20171213F laventanadejaviruli.blogspot.ca.JPG

Boutures de schlumbergera. Source: aventanadejaviruli.blogspot.ca

Aussi, il peut être sage de prendre des boutures, au cas où vos autres efforts ne donneraient pas un résultat probant. Si possible, choisissez une tige un peu moins ratatinée que la moyenne. Il faut une tige avec au moins deux segments, mais trois ou quatre, c’est encore mieux.

Pour prélever la bouture, tordez la tige plutôt que de la couper: elle se séparera très naturellement à la jonction d’un segment.

Insérez la bouture dans un petit pot de terreau légèrement humide, couvrant complètement le segment inférieur de terreau. Conservez le tout légèrement humide jusqu’à ce que de nouveaux segments apparaissent, ce qui peut prendre plusieurs mois.

Mauvaise réaction

Une des raisons pour lesquelles je suggère de prendre des boutures conjointement avec tout autre effort pour «sauver» un cactus mal en point est que parfois les très vieux spécimens réagissent mal au rempotage, même quand vous le faites pour leur sauver la vie. On dirait qu’ils s’acclimatent à une situation même difficile et aiment mieux mourir lentement que d’accepter un changement pour le mieux… comme certains humains, d’ailleurs.

La bouture deviendra alors votre «plan de secours».

Bonne chance!20171213A Thughorse, garden.org

La légende du cactus de Noël

Par défaut

20151224Il y une belle légende qui au sujet des origines du cactus de Noël (Schlumbergera russelliana). On dit que l’histoire vient du Brésil, pays d’origine de la plante.

Un jeune garçon qui vivait dans la jungle avait prié Dieu de lui donner un petit signe de Noël dans son monde chaud et étouffant. Dans les semaines précédant Noël, toujours rien. Le jour de Noël, cependant, il se lève pour se rendre compte que la jungle s’était remplie de fleurs au cours de la nuit: les cactus qui poussaient sur les branches des arbres environnants s’étaient tous mis à fleurir en même temps. De plus, avec leur port retombant, ils faisaient penser aux cloches de Noël. Et ainsi encore une autre légende est née!

Belle légende, n’est-ce pas, mais… le cactus de Noël fleurit quand les jours sont courts et au Brésil, dans l’hémisphère sud, les jours sont longs à Noël. Ainsi, le cactus de Noël fleurit au mois de mai dans son pays d’origine. D’ailleurs, au Brésil, on l’appelle couramment flor de maio (fleur de mai)!

Joyeux Noël!