Peut-on réutiliser le terreau des jardinières?

Par défaut

Le terreau des bacs de jardinage est-il récupérable? Photo: Gary Pilarchik

Question: Je suis à ramasser mes jardinières à l’extérieur et je me demande ce que je dois faire avec la terre qu’elles contiennent. Dois-je la conserver ou l’envoyer au centre de récupération? Puis-je la réutiliser pour refaire mes jardinières au printemps prochain? Sinon, est-ce que je pourrais l’utiliser sur ma pelouse au printemps?

Marc-André

Réponse: J’ai déjà entendu une employée de jardinerie expliquer à un client qu’il fallait jeter la terre de jardinière à la fin de la saison et acheter un terreau frais chaque printemps. J’ai été horrifié: quel gaspillage! Car en fait ce terreau peut servir encore et encore, même pendant des décennies. Évidemment, il est plus payant pour la jardinerie si vous achetez du terreau frais tous les ans, donc on peut deviner que ce conseil est plus pécuniaire que pratique. Mais cela explique pourquoi cette fausse information circule parmi les jardiniers.

Donc, oui, vous pouvez réutiliser cette terre. Il est toutefois certain qu’un terreau de jardinière deviendra plus compact et dense avec le temps, car une partie de son contenu (tourbe, fibres de coco, résidus de bois, etc.) est organique et se décomposera. Ainsi, il faudra rajouter occasionnellement de la matière organique — compost, fumier, terreau frais, etc. — quand le niveau du terreau baissera. 

Si vous ne voulez pas réutiliser terreau en jardinière, il est parfaitement loisible de l’employer presque à toute fin de jardinage: pour réparer une pelouse, pour ajouter au potager ou à une plate-bande, etc. Mais ne l’utilisez qu’en plein air: ne rentrez jamais une terre d’extérieur dans la maison (pour les semis, pour empoter les plantes d’intérieur, etc.), car il peut contenir des microbes, des maladies ou des insectes qui n’ont pas leur place dans nos demeures.

Terreau des plantes d’intérieur

La situation du terreau des plantes d’intérieur est un peu différente, surtout un terreau vieux de 4 ans et plus. 

Pot avec cerne blanche indiquant une accumulation de sels minéraux.
Quand vous voyez une croûte blanche sur le bord du pot et même sur la tige de la plante, c’est que le terreau est contaminé aux sels minéraux. Photo: bettyongardening

Dans la maison, où l’eau est appliquée en circuit fermé (le surplus se draine dans une soucoupe pour être réabsorbée par la suite), des sels minéraux — provenant de l’eau d’arrosage et des engrais appliqués — s’accumulent peu à peu, au point où le terreau devient toxique et commence à endommager les racines. Cela n’arrive pas aux terreaux de jardinière en plein air, car ils sont régulièrement lessivés par la pluie et les arrosages et le surplus d’eau se draine hors du pot, dans la nature. Donc les minéraux ne s’y concentrent pas.

La place logique pour le terreau usé des plantes d’intérieur serait dans le composteur. Comme il sera très riche en minéraux, son ajout stimulera les microbes dans le composteur à travailler encore plus assidument, aboutissant en un compostage plus rapide. 

Vous pourriez aussi le mélanger à la terre du potager ou de la plate-bande dans une proportion de pas plus qu’une partie de terreau «contaminé» par quatre parties de terre à jardin.

Ou le terreau de plantes d’intérieur peut aller au centre de récupération écologique (écocentre), bien sûr.