La pourriture chez les plantes d’intérieur

Par défaut

Poinsettia (Euphorbia pulcherrima) souffrant de pourriture: le feuillage fane, mais le terreau est encore humide. Source: www.missouribotanicalgarden.org & http://www.buttonmuseum.org

Votre plante d’intérieur préférée semble flétrir tout d’un coup. Pourtant, elle ne manque pas d’eau, car son terreau est encore humide au toucher. Mais si vous sentez le terreau, il dégage parfois une odeur de pomme de terre pourrie. Quand vous dépotez la plante, les racines, ou du moins une bonne partie de celles-ci, sont molles et brunes plutôt que blanches ou jaunes comme celles d’une plante en santé. La tige aussi peut être atteinte. C’est la pourriture… et c’est généralement fatal à la plante!

Qu’en est la cause?

Une maladie pathogénique

20181130B www.eplants.com.au

Racines saines (à gauche), racines pourries (à droite). Source: http://www.eplants.com.au

D’abord, il faut comprendre que la pourriture est une maladie généralement causée par divers champignons (Pythium, Phytophthora, Rhizoctonia ou Fusarium notamment), mais parfois aussi par des bactéries. Les pathogènes responsables de la pourriture sont généralement polyphages, c’est-à-dire qu’ils n’ont pas de préférence et s’attaquent indifféremment aux plantes de plusieurs genres.

Par contre, ces pathogènes peuvent facilement être présents sans causer la pourriture. D’ailleurs, c’est habituellement le cas, puisqu’on les trouve presque partout : dans l’air, dans le terreau, sur les pots et les outils sales, etc. Pourquoi alors certaines plantes tombent-elles malades alors que d’autres restent en bonne santé? Qu’est-ce qui déclenche le développement de la maladie?

Des conditions propices

Pour que la pourriture s’installe, il faut habituellement un manque d’oxygène aux racines ou des blessures à la base de la plante. Dans le jardin, c’est parfois un sol trop compact (donc l’absence d’oxygène) qui en est la cause. Ou le gel, qui tue certaines racines, ouvrant la porte aux agents pathologiques. Ou un insecte ou un animal qui a grugé la tige, laissant pénétrer le pathogène. Ou vous avez peut-être blessé la plante en sarclant.

Dans le cas des plantes d’intérieur, l’élément déclencheur est généralement la stagnation — et donc la quasi-absence d’oxygène — de l’eau présente dans le terreau. Car les racines ont besoin d’oxygène pour survivre.

20181130C www.lowes.com.jpg

On arrose toujours abondamment, mais dans une situation normale, l’eau est rapidement absorbée par les racines et la pourriture ne s’installe pas. Source: http://www.lowes.com

Dans un cas normal, vous arrosez vos plantes abondamment, assez pour complètement imbiber la motte de racines, mais le terreau ne reste pas humide. Les racines absorbent la majeure partie de cette eau sans trop tarder et une autre portion s’évapore. Donc, le terreau devient sec au toucher, vous arrosez de nouveau, l’eau disparaît encore : l’eau est donc régulièrement recyclée et il n’y a pas de stagnation.

Par contre, quand la plante manque de lumière, elle fait beaucoup moins de photosynthèse et utilise beaucoup, beaucoup moins d’eau. Le surplus reste dans le terreau et peut alors stagner. Il ne faut donc pas être surpris de constater que c’est chez les plantes en manque de lumière qu’on trouve la plupart des cas de pourriture!

20181130E JP.jpg

Il ne faut pas laisser le pot tremper trop longtemps dans l’eau, sinon il y a risque de pourriture. Source: Claire Tourigny, tiré du livre Les 1500 trucs du jardinier paresseux

Mais la pourriture survient aussi quand on laisse le pot dans une soucoupe remplie d’eau pendant trop longtemps (24 heures ou plus) ou qu’on cultive la plante dans un pot sans trou de drainage (un cache-pot ou un terrarium, par exemple) et qu’on arrose un peu trop.

20181130D JP.jpg

Touchez au terreau pour savoir s’il est temps d’arroser. Source: Claire Tourigny, tiré du livre Les 1500 trucs du jardinier paresseux

Aussi, quand vous avez la mauvaise habitude d’arroser sans vérifier l’état du terreau (il devrait être sec ou presque sec au toucher avant que vous pensiez arroser de nouveau), il est possible que  le terreau au fond du pot reste toujours détrempé. Dans ce cas, il n’y a pas d’apport d’oxygène aux racines inférieures et la pourriture s’installe.

Comment prévenir la pourriture

D’abord, employez toujours un terreau léger et aéré pour les plantes d’intérieur. La bonne nouvelle est que la plupart des terreaux commerciaux sont légers et aérés. C’est un bon départ!

20181130W www.missouribotanicalgarden.org.jpg

Les succulentes (ici, un Echeveria) manquant de lumière sont très sujettes à la pourriture. Source: http://www.missouribotanicalgarden.org

Offrez aussi un éclairage adéquat. Voilà le grand bobo, la cause principale de la pourriture. On juge mal les besoins en lumière des plantes et on les place donc souvent trop loin des fenêtres ou dans un autre endroit où l’éclairage est faible. Il n’est pas surprenant que la pourriture s’installe souvent à l’automne ou à l’hiver quand l’éclairage est naturellement faible. Il faut généralement offrir un maximum de lumière à cette période, une place près d’une fenêtre ensoleillée, par exemple.

Quant aux pots sans trou de drainage, leur utilisation est rarement une bonne idée. Si vous achetez une plante dans un pot sans trou de drainage (malheureusement, le marché est inondé de ces contenants ces temps-ci!), percez-y un trou sans tarder… ou rempotez la pauvre plante sans trop tarder dans un pot d’où tout surplus d’eau peut se drainer.

Si vous n’avez pas d’autre choix que de cultiver la plante dans un pot sans trou de drainage, comme un terrarium, faites très attention lors de l’arrosage. Souvent, une cuillerée d’eau suffit! Si le terreau est encore plutôt sec après une bonne heure, essayez une autre cuillerée d’eau. Comme les parois d’un terrarium sont vitrées, vous pouvez littéralement voir si le terreau est sec ou humide : le terreau sera pâle s’il est sec, foncé s’il est humide. Mieux vaut que les plantes en terrarium manquent un peu d’eau qu’elles en reçoivent trop.

Couche de drainage : inutile!

20181130G JP.jpg

Une couche de drainage n’est jamais utile et n’aide pas au drainage. Même, elle peut provoquer la pourriture. Source: Claire Tourigny, tiré du livre Les 1500 trucs du jardinier paresseux

La célèbre couche de drainage de tessons ou de gravier que les gens mettaient au fond des pots autrefois est strictement inutile. En fait, elle nuit au drainage! N’en mettez pas. S’il y a un trou de drainage, le surplus d’eau se drainera dans la soucoupe d’où vous pourrez le jeter. Il n’y a aucun besoin d’une couche de quoi que ce soit au fond d’un pot.

Je n’en reviens pas que la mode de mettre une couche de drainage au fond d’un terrarium semble reprendre. Pourtant, cette méthode a été déboutée il y a fort longtemps! Même s’il y a une couche de gravier dans le fond d’un terrarium, si l’eau s’y accumule, les racines finiront par y tremper. Et l’eau y stagnera, bien sûr, et bientôt vos plantes commenceront à pourrir. C’est une pure perte de temps que de mettre une couche de drainage dans un terrarium. D’ailleurs, le taux du succès du terrarium diminue quand une couche de drainage est présente.

Comment sauver une plante souffrant de pourriture?

Les nouvelles ne sont pas bonnes. Généralement, on ne remarque la pourriture que lorsqu’elle atteint un stade très avancé, trop tard pour sauver la plante, surtout quand cette dernière a seulement une tige. Par contre, quand la plante pousse en touffe ou qu’il y a plusieurs plantes dans le même pot, il y a souvent des sections encore saines que vous pouvez, avec un peu de chance, récupérer.

20181130Y www.gkvks.com.jpg

Rincez les racines et supprimez celles qui sont pourries. Source: http://www.gkvks.com

Commencez par déterrer la plante en détresse. Maintenant, enlevez le gros du terreau et rincez bien les racines pour mieux voir ce que vous faites. Essayez d’enlever la partie pourrie (molle et brune) avec un couteau ou sécateur propre, tranchant dans la chair en santé pour enlever la moindre trace de pourriture, comme vous le feriez pour enlever la pourriture d’une pomme de terre. Stérilisez l’outil avec de l’alcool isopropylique (alcool à friction) entre chaque coupe. Il ne faut laisser que des racines et des tissus sains.

Notez qu’il existe peu de fongicides efficaces contre la pourriture, du moins, parmi ceux offerts aux jardiniers amateurs. Il est donc probablement inutile d’en appliquer.

Rempotez alors dans un terreau frais et gardez le terreau à peine humide pendant quelque temps. Il peut être utile de placer la plante à l’étouffée dans un sac de plastique transparent, créant un effet de serre, le temps qu’elle récupère.

Les cactus et succulentes font exception à la règle. Après avoir nettoyé la blessure, rempotez-les dans un terreau sec. Laissez la blessure se cicatriser (former un cal) avant d’arroser, ce qui peut prendre quelques jours (blessures mineures) à quelques mois (grosses plaies). Et ne couvrez pas les succulentes d’un sac de plastique une fois que vous les aurez empotées.

Malheureusement, comme une gangrène végétale, la pourriture a la mauvaise tendance de continuer son avancée malgré vos efforts d’amputation.

20181130H www.missouribotanicalgarden.org

Ici, la pourriture a déjà gagné la couronne et il ne reste aucune racine en santé. Pour sauver la plante, il faudrait tenter un bouturage. Source: http://www.missouribotanicalgarden.org

Le taux de succès est meilleur quand vous prenez des boutures des parties aériennes de la plante qui sont encore en santé, donc pas encore fanées. Probablement donc une bouture de tige. Il est toutefois possible aussi de faire des boutures de feuille de certaines plantes: violettes africaines, sédums, echeverias, etc.

Si vous efforts n’apportent par le succès voulu, jetez la plante morte et le terreau infesté au compost, nettoyez bien le pot avant de le réutiliser et recommencez avec une autre plante… en offrant, cette fois-ci, un éclairage adéquat, un bon drainage et des arrosages appropriés.

Publicités