Les grimpantes savent trouver le soleil!

Par défaut
20171110A.jpg

Tant qu’il y a au moins une petite percée de soleil, les grimpantes vont s’y rendre.

On vous dit que la plante grimpante que vous lorgnez préfère le soleil alors que vous n’avez que de l’ombre? Il ne faut pas trop vous en inquiéter.

Presque toutes les grimpantes peuvent tolérer l’ombre dans leur phase juvénile; c’est à l’âge adulte que le soleil est nécessaire. Pourvu que le support que vous leur offrez pour grimper (treillis, pergola, mur, arbre, etc.) s’élève au-dessus des végétaux et des autres obstacles environnants, les grimpantes s’y hisseront éventuellement pour atteindre le soleil qu’elles recherchent.

Il suffit d’avoir un peu de patience.

Publicités

Des montants minces rendent les grimpantes heureuses

Par défaut

La plupart des grimpantes s’agrippent à leur support en s’enroulant autour d’elles. On les dit «volubiles». Ces variétés montent facilement sur les supports relativement minces, mais ne peuvent pas toujours s’entortiller autour d’un poteau, d’un gros tronc d’arbre ou même des barreaux trop larges de certains treillis.

20150607A

Tige volubile.

La plupart des variétés aux tiges volubiles, comme les gloires du matin et les haricots, préfèrent les montants de pas plus de 4 cm (1 1/2 po). Quant aux grimpantes qui se hissent sur leur support aux moyen de vrilles (organes filiformes en forme de tirebouchon), comme les pois et les clématites, elles peuvent rarement bien se fixer sur les montants de plus de 5 mm (1/4 po) de diamètre.

20150607B

Vrille.

Vous remarquerez que beaucoup de supports vendus pour les grimpantes, et notamment les treillis, ont des montants trop larges sur lesquelles elles se fixent difficilement, vous obligeant de les y attacher. Vous pouvez toutefois les aider à grimper toutes seules en fixant sur leur support un grillage métallique ou un filet plastique (comme un filet de jardin ou un filet anti-oiseaux). Ou encore, attachez-y tout simplement des longueurs de corde allant du sol au sommet du support.

Mieux encore, le plus facile, c’est de choisir dès le départ des supports solides, mais aux montants ou traverses relativement minces. Avec le bon outil en main, vous aurez toujours moins de travail à accomplir!

Grimpera, grimpera pas

Par défaut

Une plante grimpante grimpe, n’est-ce pas? Alors il s’agit de la planter près d’un support (treillis, clôture, obélisque, pergola, etc.) et… vogue la galère! Sauf que ce n’est pas toujours vrai!

20150512A

Il faut fixer un rosier grimpant à son support.

Certaines plantes dites «grimpantes» sont en fait sarmenteuses, c’est-à-dire qu’elles ne grimpent pas vraiment, elles s’appuient. Dans la nature, elles poussent dans tous les sens jusqu’à ce qu’elles trouvent un support contre lequel s’appuyer (un arbre, un arbuste, etc.), puis elles se mêlent aux branches de leur hôte et réussissent ainsi à monter. En culture, il faut diriger ces plantes vers le support désiré, puis les y attacher.

Pour fixer une plante sarmenteuse à son support, vous pouvez utiliser des lanières de tissu ou de bas nylon, des attaches couvertes de mousse, des clips à tomate ou autres. Si vous utilisez de la corde, du fil métallique ou un lien torsadé, assurez-vous de ne pas trop serrer la tige, sinon ces produits peuvent «étrangler» la tige lorsqu’elle prend son expansion, empêchant la circulation de la sève.

Le rosier grimpant est la grimpante sarmenteuse la plus connue, mais la tomate et la ronce aussi sont sarmenteuses. C’est aussi le cas de certains chèvrefeuilles grimpants (Lonicera x italica ‘Harlequin’ notamment), de la bougainvillée (Bougainvillea spp.) et du plumbago (Plumbago auriculata). Toutes sont des grimpantes sarmenteuses qui s’avéreront plutôt rampantes si vous ne les fixez pas à leur support.