Pincez pour renforcer et densifier les vivaces

Par défaut

Le pinçage est le moyen classique pour créer de beaux chrysanthèmes denses et arrondis. Photo: http://www.wilsonbrosgardens.com

Si vous trouvez que certaines de vos vivaces tendent à s’affaisser à moins que vous ne les fixiez à un tuteur, surtout les grandes vivaces et celles qui fleurissent à la fin de l’été et à l’automne, il y a une solution plus simple. Pincez-les! Cela les force à se ramifier et augmente aussi le nombre de fleurs tout en stimulant la formation de tiges plus robustes.

Ce type de taille est traditionnellement appelé pinçage, mais il va plus loin que le pinçage habituel, où, pour stimuler la ramification, on ne supprime que la pointe de croissance des jeunes plants entre l’index et le pouce. Avec cette méthode, vous réduirez la plante d’un tiers ou même de moitié. Et pas nécessairement entre votre pouce et votre index, non plus. Si la tige est dure, vous aurez besoin d’un sécateur.

Vous pouvez pincer vos vivaces avec le taille-bordure. Ill.: http://www.epicentrofestival.com & webstockreview.net, montage: jardinierparesseux.com

Vous pouvez même utiliser un taille-bordure ou un taille-haie pour «pincer» vos vivaces: c’est beaucoup plus rapide que de pincer les tiges une par une.

L’inconvénient de pincer les vivaces de cette façon est que cela retardera également la floraison d’environ deux semaines. Parfois aussi les fleurs qui en résulteront seront un peu plus petites, mais l’augmentation du nombre de fleurs compensera largement cela.

Il faut pincer au bon moment

Ce sédum ‘Autumn Joy’ (Hylotelephium ‘Herbstfreude’) s’est affaissé sous le poids de ses fleurs. Pourtant, il serait resté solidement debout s’il avait été pincé au début de l’été. Photo: http://www.daily-journal.com

Il faut faire ce pinçage au bon moment. Habituellement, entre la mi-mai et la mi-juin, même fin juin dans les régions les plus septentrionales. Le faire en juillet est toutefois risqué, car à cette date, la floraison a souvent déjà été initiée et la plante n’aura pas le temps de produire de nouvelles fleurs avant l’arrivée du gel.

Il s’agit d’un traitement classique pour les chrysanthèmes (Chrysanthemum morifolium), les sédums d’automne (Hylotelephium spp, anciennement Sedum) et les asters d’automne (principalement Symphotricum novae-angliae et S. novi-belgi), mais qui mérite aussi un essai sur les vivaces suivantes:

  • Aconit (Aconitum)
  • Armoise Silver Mound (Artemisia schmidtiana)
  • Eupatoire (Eupatorium)
  • Galane (Chelone)
  • Hélénie (Helenium)
  • Monarde (Monarda)
  • Népéta (Nepeta)
  • Phlox des jardins (Phlox paniculata)
  • Physostégie (Physostegia)
  • Silphie perfoliée (Silphium perfoliatum)
  • Vernonie (Vernonia)
  • Véronicastre (Veronicastrum)
  • Véronique (Veronica)

N’essayez pas cette technique sur les vivaces qui ne se ramifient pas à la suite d’une taille, comme les astilbes (Astilbe), les hémérocalles (Hemerocallis), les iris (Iris), les lys (Lilium), les tritomes (Kniphofia) et les différentes graminées ornementales.