Le perce-neige: pour des fleurs tôt, tôt, tôt

Par défaut

Allez dans une jardinerie à cette saison et vous verrez des étalages presque sans fin de bulbes à floraison printanière — tulipes, narcisses, jacinthes, etc. — chacun plus désirable que l’autre. Des plantes hautes ou basses, hâtives ou tardives, doubles ou simples… et dans toutes les couleurs de l’arc-en-ciel. Ces plantes populaires assureront un feu roulant de couleurs au printemps: il suffit de les planter à l’automne, voilà tout. Mais il y a aussi, dans les mêmes étalages, des bulbes un peu moins voyants, aux couleurs un peu plus modestes, qui sont moins connus des jardiniers. Moins connus, mais pas moins intéressants. Et l’un de ses «bulbes négligés» est le perce-neige.

Perce-neige commun (Galanthus nivalis). Photo: http://www.crocus.co.uk

Allez dans une jardinerie à cette saison et vous verrez des étalages presque sans fin de bulbes à floraison printanière — tulipes, narcisses, jacinthes, etc. — tous plus désirables les uns que les autres. Des plantes hautes ou basses, hâtives ou tardives, doubles ou simples… et dans toutes les couleurs de l’arc-en-ciel. Ces plantes populaires assureront un feu roulant de couleurs au printemps: il suffit de les planter à l’automne, voilà tout.

Mais il y a aussi, dans les mêmes étalages, des bulbes un peu moins voyants, aux couleurs un peu plus modestes, qui sont moins connus des jardiniers. Moins connus, mais pas moins intéressants. Et l’un de ces «bulbes négligés» est le perce-neige.

Une petite plante qui a fait le tour du monde

Distribution des différentes espèces de Galanthus. Ill.: Nalagtus, Wikimedia Commons

Le nom «perce-neige» désigne toute plante du genre Galanthus, un genre d’environ 20 plantes bulbeuses assez similaires, toutes originaires d’Europe ou d’Asie. L’espèce la plus couramment cultivée est le perce-neige commun, Galanthus nivalis, originaire d’Europe. C’est d’ailleurs une des plantes les plus largement distribuées du continent et elle y forme des tapis blancs au printemps à la fonte des neiges.

Le nom Galanthus vient du grec: gala veut dire lait, et anthis, fleur, une référence à la couleur blanc lait de la fleur.

Le perce-neige fleurit souvent à travers la neige. Photo: auntiedogmasgardenspot.wordpress.com

Il s’agit d’une plante à bulbe, donc possédant un petit «oignon» que l’on plante à l’automne. La plante pousse sous la neige durant l’hiver et est ainsi prête à fleurir dès que celle-ci fond. D’où son nom commun, perce-neige, car c’est une des premières fleurs du printemps. En Europe, on le considère comme une plante à floraison hivernale, car il fleurit habituellement en janvier ou février. Au Québec, où je vis, la floraison a habituellement lieu en avril ou mai, mais débute parfois à la fin de mars dans les emplacements où la neige fond de bonne heure. Elle dure longtemps: 3 semaines et davantage. Plus le printemps est froid, plus longtemps la floraison persiste.

Ne pas confondre

Nivéole du printemps (Leucolum vernum) à gauche et perce-neige commun (Galanthus nivales) à droite. Photo: powo.science.kew.org & http://www.easytogrowbulbs.com

Ne confondez pas les perce-neiges (genre Galanthus) avec les nivéoles (genre Leucojum), un autre bulbe à floraison printanière. Les deux sont apparentés, appartenant tous deux à la famille des Amaryllidacées, mais les perce-neiges portent trois sépales blancs bien séparés, comme une hélice, avec une couronne blanc et vert au centre, alors que les tépales des nivéoles forment une coupe blanche avec un point vert à l’extrémité de chacun. De plus, les nivéoles sont des plantes de plus grande taille qui fleurissent plus tard dans la saison que les perce-neiges.

Une description

Le perce-neige commun est une plante toute simple: chaque bulbe ne produit que 2 feuilles étroites graminiformes qui sortent en même temps que les fleurs. Elles continuent de pousser après la floraison, atteignant 15 cm de longueur.

C’est une fleur toute simple: trois sépales blancs et une couronne blanche marquée de vert. Photo: André Karwath, Wikimedia Commons

La fleur unique est portée sur une tige arquée d’environ 10 cm de hauteur et pend sur un mince pédicelle. Elle est composée d’un ovaire ovale vert suspendu qui se termine en trois sépales blanc pur de bonne longueur et d’une couronne intérieure plus courte (en fait, trois pétales très rapprochés) et souvent peu visible lorsque la fleur est vue de haut. La couronne est blanche marquée de vert à son extrémité. 

Un seul bulbe formera une petite colonie avec les années. Photo: http://www.whiteflowerfarm.com

Le bulbe se divise annuellement et donc, en peu de temps, ce qui était à l’origine un seul bulbe devient une petite colonie. Alors, l’effet s’améliore avec le temps. Le perce-neige est très longévif et fleurira annuellement pendant jusqu’à 150 ans au même endroit. 

Le perce-neige est peu touché par les prédateurs: même les écureuils, si friands des bulbes de tulipes, l’évitent… et tant mieux pour eux, car les bulbes des perce-neiges sont toxiques. Malgré cette toxicité, le perce-neige est utilisé en médecine depuis fort longtemps et est sous étude pour ses effets contre la maladie d’Alzheimer. N’essayez pas les traitements maison! Il faut savoir bien doser la plante pour éviter tout effet nocif.

Plantez sans tarder

Les bulbes de perce-neige doivent avoir cette apparence au moment de la plantation. S’ils sont ratatinés et secs, retournez-les au magasin! Photo: wimastergardener.org

Plantez les perce-neiges peu après leur arrivée en magasin, soit entre le début de septembre et la mi-octobre. On les plante à environ 8 à 10 cm de profondeur et autant d’espacement. Pour un bel effet, plantez-les par groupes d’au moins 10 bulbes. 

Le perce-neige se plaît dans tout sol bien drainé, tant qu’il y a un peu de soleil printanier. Il peut donc pousser sous des arbres à feuilles caduques, car le soleil pénètre à leur pied au printemps. Le perce-neige est totalement indifférent à l’ombre estivale, car son feuillage jaunit et disparaît avant que le déploiement des feuilles des arbres ne débute. Il se pérennise bien dans les sous-bois et dans le gazon dans les zones 3 à 8. 

Théoriquement, les perce-neiges se répandent avec le temps par semis spontané. Photo: Lisa Stewart, @LGSpace

Théoriquement, aussi, les perce-neiges se ressèment abondamment… mais pas chez moi. Alors que les scilles (Scilla sibiricaS. bifoliaS. mischtschenkoana et autres), les gloires des neiges (différentes espèces de Chionodoxa) et les puschkinias (Puschkinia scilloides) se multiplient à qui mieux mieux dans mes plates-bandes et ma pelouse, les perce-neiges restent sagement là où je les ai plantés, se contenant de former des touffes de plus en plus larges. Pour en avoir d’autres, je dois les multiplier par division, facile à faire au moment où le feuillage jaunit à la fin du printemps. Vous n’avez pas à remiser les bulbes récoltés jusqu’à l’automne avant de les planter (une idée fausse, mais bien ancrée chez les jardiniers amateurs): il est beaucoup plus facile de les replanter immédiatement après la récolte. 

Aucun arrosage ni fertilisation n’est habituellement nécessaire pour les perce-neiges: en fait, après la plantation initiale, le perce-neige n’exige aucun entretien! 

Une fleur coupée aussi!

Le premier bouquet de la saison! Photo: Lori Aab, pinterest.ca

Enfin, on peut aussi faire de petits bouquets de perce-neiges quand ils sont en fleurs tôt au printemps. Vous découvrirez alors que les fleurs sont doucement parfumées, un détail qui nous échappe habituellement quand les perce-neiges poussent au sol, loin de nos narines.

Variétés

Galanthus nivalis ‘Flore-Pleno’ produit des fleurs doubles… pas toujours évident à voir quand on regarde d’en haut les fleurs penchées. Photo: http://www.ebay.co.uk

Les différentes espèces de perce-neige se ressemblent beaucoup et il n’est donc pas nécessaire de dépenser de l’argent pour l’achat de variétés plus rares à moins d’être collectionneur: dans la plupart des cas, le perce-neige commun (G. nivalis) suffit. Il y a quand même une variété à fleurs doubles du perce-neige commun appelée G. nivalis ‘Flore-Pleno’ que vous pourriez trouver intéressante, ou encore, une espèce plus grande, le perce-neige géant (G. elwesii), qui pourrait peut-être vous tenter. Mais je trouve que ce dernier porte mal son nom commun, car le «géant» ne mesure qu’environ 20 cm de hauteur! Parfois, je vois aussi en magasin G. woronowii, environ de la taille du perce-neige commun, mais à feuilles plus larges.

Le cultivar ‘Wendy’s Gold’ produit des fleurs jaunes et blanches. Photo: katob427.com

Si le choix est plutôt maigre dans les jardineries locales au Canada, les Américains et surtout les Européens profitent d’un choix beaucoup plus vaste d’espèces et d’hybrides: ‘Dionysus’, ‘Hippolyta’, ‘Magnet’, ‘Mount Everest’, ‘Wendy’s Gold’, etc. On y trouve même des galanthophiles, amateurs de perce-neiges qui collectionnent les hybrides les plus récents et les plus rares. J’ai déjà visité le jardin printanier d’une galanthophile américaine au Maryland: j’ai été ébahi par toute la variété que ce simple petit bulbe pouvait offrir! 

Où en trouver?

Voici la meilleure source que je connaisse au Canada: Phoenix Perennials, mais le choix est quand même plutôt mince.

En Europe, il y a beaucoup plus de choix, surtout en Suisse et au Royaume-Uni. Essayez North Green Snowdrops ou Swiss Drops

Aux États-Unis, la meilleure source est probablement Carolyn’s Shade Gardens.


Le perce-neige: facile à cultiver, bon marché et résultats garantis. Que demander de plus d’un bulbe à floraison printanière?

Ces bulbes qui apportent le printemps

Par défaut

20150418E

Sous la neige le matin, en fleurs l’après-midi!

Je suis aux anges, car j’ai enfin des fleurs dans mon jardin! Oui, je le sais. Je suis en retard par rapport à presque tout le monde, mais c’est ça vivre dans la très neigeuse ville de Québec: la neige tarde à partir. Mais quand elle fond enfin, il y déjà des fleurs. Tout de suite! À mesure que la neige recule, des fleurs sortent du sol comme par magie. On dirait qu’elles repoussent la neige, qui a l’air de battre en retraite devant leurs fleurs si colorées. C’est pourquoi je appelle ces plantes «bulbes repousse-neige».

Ce sont de petits bulbes qu’il faut planter à l’automne (j’en parlerai davantage plus loin) et qui ont comme caractéristique de commencer à pousser sous la neige. Sans farce! En plein hiver, quand toutes les autres plantes dorment, les bulbes repousse-neige sont en pleine croissance, se préparant à fleurir. Ainsi leurs pousses sont déjà sorties quand la neige fond enfin… et souvent ils sont en fleurs seulement quelques heures plus tard.

20150418C

Crocus tommassinianus

Vous ne verrez pas les bulbes repousse-neige à l’œuvre partout. Là où il y a peu de neige qui s’accumule, attendez-vous à plusieurs semaines de sol nu avant que ces fleurs apparaissent. Elles fleuriront avant les autres, quand même, mais alors pas en présence de la neige. C’est là où la neige est abondante, qu’elle prend du temps à fondre, que ces bulbes sont à leur plus fascinant. Dans la nature, on voit ce spectacle dans les hautes montagnes de Suisse, d’Autriche, etc. En Amérique, c’est surtout dans l’Est et le Nord du Québec qu’on voit cette floraison remarquable à seulement quelques centimètres de la neige fondante.

Les bulbes repousse-neige

De quelles plantes s’agit-il ? Il y a essentiellement 4 bulbes repousse-neige: les perce-neige, les éranthes, les crocus botaniques et les iris réticulés.

Perce-neige (Galanthus nivalis et autres)

SnowdropsC’est le plus connu des bulbes repousse-neige… et son nom est tellement évocateur. Chaque bulbe produit une seule tige florale de 10 à 15 cm de hauteur, chacune portant une seule fleur blanche suspendue, avec une petite couronne marquée de vert en sol milieu. La fleur peut durer une semaine s’il fait chaud et jusqu’à un mois s’il fait froid. Zone 3.

Éranthe commune (Eranthis hyemalis)

20150418BLe moins connu des bulbes repousse-neige, mais avec sa fleur jaune vif entouré d’une collerette verte, c’est l’un des plus intéressants, notamment quand l’éranthe (qu’on appelle aussi helléborine ou aconit d’hiver) fleurit à travers la neige, car il dégage de la chaleur au printemps et la fait fondre. La fleur est de la couleur et la forme d’un bouton d’or (Ranunculus acris)… ce qui est normal, puisque c’est une proche parente. Zone 4.

Crocus botanique (Crocus spp.)

Il y a plusieurs crocus repousse-neige. Les plus courants sont, environ dans l’ordre de floraison:

Crocus d’Ankara (C. ancyrensis): bouquet de petites fleurs jaune vif. Zone 5 (3 ou 4 sous couverture de neige).

20150418A

Crocus sieberi sublimis ‘Tricolor’

Crocus tricolore (C. sieberi sublimis ‘Tricolor’): bleu violet avec une gorge orange, les deux séparés par une bande blanche).
Zone 4.

Crocus de Tommassini (C. tommassinianus): fleurs plus grosses, bleu lavande à pointe plus foncé. Aussi différentes teintes de bleu et de violet chez ses cultivars. Zone 3.

20150418D

Divers Crocus chrysanthus dans une pelouse.

Crocus doré (C. chrysanthus) : normalement jaune strié de brun à l’extérieur, mais il en existe une foule de cultivars de différentes teintes de jaune, violet ou blanc, habituellement aux fleurs marquées de pourpre ou de brun à l’extérieur. Zone 3.

Ces crocus fleurissent une semaine plus tôt que les plus populaires crocus de Hollande (C. vernus), aux fleurs plus grosses.

Iris réticulé (Iris reticulata et ses hybrides)

20150418G

Iris ‘Katharine Hodgkin’

Des fleurs assez grosses et réellement très typique d’ un iris. Elles sont offertes dans différentes teintes de violet ou de pourpre ainsi qu’en blanc. De ce groupe, le plus spectaculaire et le plus hâtif est I. ‘Katharine Hodgkin’, aux fleurs turquoise. Zone 4.

Des «bulbes après neige»

Il y a d’autres bulbes qui fleurissent juste un peu plus tard (puschkinias, anémones grecques, chionodoxas, certains narcisses très hâtifs, etc.), mais… s’il n’y a plus de neige dans les parages, ce ne sont pas, d’après ma définition  – et, après tout, c’est moi qui ai créé le terme!  – des bulbes repousse-neige.

Marquez votre agenda

Sans farce! Qui n’a pas un agenda électronique de nos jours? Si vous ne notez pas tout de suite «plantez des bulbes repousse-neige vers la mi-septembre» sur votre agenda, vous oublierez et ainsi vous manquerez les toutes premières fleurs du printemps. Et ça, sous un climat froid, c’est impardonnable! Vous pouvez aussi planter d’autres bulbes à la même période: tulipes, narcisses, jacinthes, etc., mais ils fleuriront plus tardivement. Ce sont les bulbes repousse-neige qui apportent le printemps… et qui n’a pas besoin de printemps dans sa vie?

Les cultiver

Plantez-les bulbes repousse-printemps à une profondeur égale à trois fois leur hauteur, et ce, avant le début d’octobre si possible (les bulbes d’éranthe en particulier s’assèchent et meurent si on ne les plante pas dans les deux semaines de leur arrivée en magasin). On peut les planter dans une plate-bande ou dans une rocaille, mais le sol doit être bien drainé et l’emplacement, ensoleillé au printemps (qu’il soit ombragé par du feuillage l’été n’a pas d’importance, car les bulbes seront alors en dormance). On peut aussi les naturaliser dans une pelouse, comme j’ai fait chez moi. Il suffit de soulever une plaque de gazon, de placer des bulbes dans le trou et de remettre la plaque à sa place. Dans les deux ças, arrosez pour compléter la plantation.

À part la plantation, les bulbes repousse-neige ne nécessitent aucun entretien particulier: laissez dame Nature s’en occuper. Au printemps, après la floraison, laissez le feuillage disparaître de lui-même. Si vous les avez plantés dans le gazon, pas de problème: au moment où le gazon demandera sa première tonte, le feuillage de ces bulbes sera déjà en voie de disparition s’il n’est pas déjà complètement disparu, donc vous pouvez tondre sans gêne.

Vive le printemps fleuri!