Plantes aux feuilles bizarres: les feuilles qui bougent

Par défaut
20180211A www.oogazone.com & freedesignfile.com.jpg

Oui, certaines feuilles sont motiles. Lisez plus loin pour comprendre pourquoi! Source: www.oogazone.com & freedesignfile.com

De temps en temps, j’écris un article sur les feuilles bizarres. En voici un autre, à propos des plantes dont les feuilles sont motiles.

Les feuilles bougent tout le temps

En réalité, il n’est pas si rare que les feuilles des plantes bougent. Elles remuent notamment au vent, quand un animal les frôle et quand des gouttes de pluie les frappent. Cependant, il s’agit alors de mouvements causés par une action extérieure: les feuilles ne bougent pas d’elles-mêmes; quelque chose les a déplacées. Mais certaines plantes ont des feuilles qui bougent d’elles-mêmes et les raisons de cette motilité sont diverses.

Bouger pour se protéger

Beaucoup de plantes ont des feuilles qui s’enroulent sous des conditions stressantes — lors d’une sécheresse ou quand il fait très froid, par exemple — mais qui se rétablissent par la suite.

20180211B apalacheehills.comJPG.JPG

Les frondes de la fougère de résurrection (Pleopeltis polypodioides) peuvent paraître mortes, mais reprennent leur forme après une pluie. Source: apalacheehills.com

La fougère de résurrection (Pleopeltis polypodioides, anc. Polypodium polypodioides) peut survivre sans une goutte d’eau pendant de nombreuses années (jusqu’à 100 ans, paraît-il!), puis ses frondes, apparemment mortes, redeviennent complètement vertes et fonctionnelles dans les 24 heures suivant une pluie. Deux autres «plantes de résurrection», comme on appelle parfois ces végétaux capables de complètement s’assécher puis de renaître lorsqu’il pleut, sont la rose de Jéricho (Selaginella lepidophylla) et le ramonda (Ramonda spp.), une gesnériacée alpine.

20180211C rhododendron hiver www.indefenseofplants.com.jpg

Les feuilles des rhododendrons s’enroulent et se replient quand il fait froid, mais reprennent leur forme au printemps. Source: www.indefenseofplants.com

Quant au mouvement pour mieux résister au froid, les feuilles de plusieurs rhododendrons rustiques (Rhododendron spp.) en sont d’excellents exemples. À l’automne, les feuilles s’enroulent et commencent à pendre. Plus il fait froid, plus elles se replient. Elles ont vraiment l’air en détresse! Pourtant, au printemps, au retour du beau temps, les feuilles se déroulent et se redressent, reprenant une position horizontale comme si de rien n’était. On pense que cette transformation hivernale aide à réduire la formation de cristaux de glace dans les cellules, ce qui aurait mené à la mort de la feuille.

Se tourner vers le soleil

Sur la plupart des plantes, les feuilles se tournent en direction du soleil, au moins dans une certaine mesure. C’est ce qu’on appelle le phototropisme, un terme qu’on vous a sûrement expliqué à l’école, mais que la plupart d’entre nous avons eu le temps d’oublier.

20180211D Donnie, www.houzz.com.jpg

Si l’on ne tourne pas les plantes d’intérieur régulièrement, leurs feuilles — et même leurs tiges! – pencheront en direction du soleil. Source: Donnie, http://www.houzz.com

Si vous transplantez ou déplacez une plante, ou même si vous ne faites que couper une branche en surplomb, les feuilles s’ajusteront, changeant de position pour capter plus de soleil. La correction peut prendre plusieurs jours, voire des semaines, mais elle s’effectue quand même.

Le fait que les feuilles se dirigent vers la source de lumière est particulièrement facile à observer à l’orée d’une forêt, où la lumière vient du côté plutôt que du haut, et aussi chez nos plantes d’intérieur, car encore, elles reçoivent surtout un éclairage horizontal. Si l’on ne leur donne pas un petit quart de tour de temps à autre, la plupart des feuilles s’orienteront très nettement vers la source de lumière.

Les plantes qui bougent la nuit

D’autres plantes ont la curieuse habitude de replier leurs feuilles la nuit venue. Dans certains cas, elles se replient vers le bas; dans d’autres, vers le haut. On appelle ce phénomène la nyctinastie et il est en fait assez commun, surtout dans les familles des légumineuses (Fabacées) et de l’oxalis (Oxalidacées).

20180211E Aida F., www.pinterest.

Les feuilles de la plante prieuse se replient vers le haut, comme des mains en prière. Source: Aida F., http://www.pinterest

Vous avez peut-être remarqué ce mouvement chez le trèfle (Trifolium spp.) ou le faux trèfle (Oxalis triangularis), mais la plante nyctinastique la plus connue des jardiniers est la plante prieuse ou maranta (Maranta leuconeura), une plante d’intérieur populaire dont les feuilles se replient vers le haut la nuit comme des mains en prière.

Ce type de mouvement est causé par une structure en forme de charnière à la base de la feuille. Appelée pulvinus, elle est remplie d’eau pendant la journée, mais se draine la nuit, de sorte que le manque de turgescence de cet organe fait replier la feuille.

Les scientifiques ne savent pas encore pourquoi les plantes font cela, mais peut-être que cela aide à réduire la transpiration pendant que la feuille est «endormie».

Les plantes qui dansent

20180211F Oxalis hedysaroides 'Rubra', bluepumilio.com.jpg

Les feuilles de l’oxalide à feuilles d’hédysarum (Oxalis hedysaroides ‘Rubra’) sont en mouvement presque constant le jour, puis se referment la nuit. Source: bluepumilio.com

Il y a certaines plantes qui, dans des conditions appropriées, vont un peu plus loin que de simplement fermer leurs feuilles la nuit. Leurs feuilles sont aussi munies de pulvinus et oui, elles se referment aussi la nuit, mais de plus, pendant la journée, elles semblent constamment se réajuster. On croit qu’elles le font pour capter un maximum de soleil. Comme le soleil se déplace constamment dans le ciel, sa lumière filtrant à travers des branches surplombantes, cela crée un effet d’ombre et de lumière qui ne cesse de changer. Alors, ces feuilles passent la journée à se repositionner pour attraper le plus de lumière possible.

20180211N gfycat.com .gif

Photo en accéléré montrant comment la plante qui danse (Codariocalyx motorius) se remue. Source: gfycat.com

L’oxalide à feuilles d’hédysarum (Oxalis hedysaroides ‘Rubra’) et la plante qui danse (Codariocalyx motorius, anc. Desmodium gyrans) sont des plantes d’intérieur que l’on voit à l’occasion et dont les feuilles sont en mouvement constant. Cela n’est évident que quand la température est relativement chaude et que l’humidité atmosphérique est bonne. De plus, les mouvements sont subtils. Il faut fixer la plante pendant quelques minutes avant de les apercevoir. Très honnêtement, on ne voit rien au début, mais à force de fixer la plante, on remarque finalement que les feuilles bougent très peu, mais constamment. Après quelques minutes, le mouvement paraît si évident qu’on a de la difficulté à comprendre pourquoi on ne l’a pas vu dès le début!

Notez que l’oxalide à feuilles d’hédysarum réagit aussi au toucher (voir plus loin), mais seulement de façon très minimale.

20180211M Averrhoa carambola, biogeodb.stri.si.edu.jpg

Les feuilles de la carambole (Averrhoa carambola) bougent lentement pendant toute la journée.  Source: biogeodb.stri.si.edu

La carambole (Averrhoa carambola), un fruitier tropical de la famille des Oxalidacées, a également des folioles qui se referment la nuit et qui bougent visiblement le jour bien que lentement… mais encore faut-il observer très patiemment!

Les feuilles qui bougent quand on les touche

Les plantes qui réagissent au toucher sont certainement les plantes les plus étranges parmi les plantes aux feuilles qui bougent. Ce phénomène, connu sous le nom de thigmonastie ou séismonastie, se produit quand quelque chose touche ou secoue la feuille. Et certaines réagissent aussi quand vous tenez une allumette à proximité.

Cette réaction peut être très rapide et est certainement bien visible. Comme pour les plantes nyctinastiques, c’est habituellement un pulvinus à la base de la feuille ou de la foliole qui se vide rapidement, provoquant l’affaissement des feuilles. D’ailleurs, la plupart sont nyctinastiques aussi et donc leurs feuilles se ferment la nuit et réagissent au toucher le jour.

20180211G Mimosa pudica worldoffloweringplants.com.jpg

La sensitive (Mimosa pudica) réagit très rapidement au toucher. Source: worldoffloweringplants.com

La plante thigmonastique la plus connue est la sensitive ou mimosa pudique (Mimosa pudica), une légumineuse aux feuilles bipennées. Il s’agit d’une plante d’intérieur assez facile à cultiver, mais de courte vie, car habituellement elle meurt après la floraison. Dans les pays tropicaux, c’est une mauvaise herbe qui envahit gazons et potagers.

20180211H Mimosa_Pudica Hrushikesh, WC.gif

La sensitive réagit très rapidement au toucher. Source: Hrushikesh, Wikimedia Commons

Sa réaction au toucher est phénoménale. Un léger contact provoquera l’effondrement d’une seule foliole, mais un contact plus ferme entraînera la chute de l’ensemble de la feuille. Secouer la plante provoquera le repliement de toutes ses feuilles. Et si vous passez un doigt le long de la feuille, les folioles se refermeront l’une après l’autre comme autant de dominos! Si vous laissez la feuille tranquille par la suite, elle se rétablira, mais moins visiblement, l’opération prenant de 15 à 30 minutes.

En plus d’utiliser les pulvinus, typiques des plantes nyctinastiques, pour faire replier les feuilles et les folioles en les vidant rapidement de leur eau, le mimosa peut transmettre la réaction aux feuilles ou folioles voisines en émettant un courant électrique qui imite le système nerveux des animaux. Il y a aussi une réaction chimique impliquée dans ce mouvement. La sensitive a été très étudiée, notamment par Charles Darwin, qui était fasciné par cette plante pas comme les autres.

On pense que la réaction au toucher de la sensitive aide à la protéger du broutage des animaux. Après tout, imaginez la surprise d’une vache qui s’apprête à manger une sensitive d’apparence verdoyante pour découvrir, dès que sa langue touche à la première feuille, que la plante ne semble plus avoir de feuilles (elles se sont repliées), mais présente plutôt un amas de branches apparemment brunes, sèches et, de plus, épineuses!

D’autres sensitives

Si M. pudica est la sensitive la plus couramment cultivée, il y a quelque 400 autres espèces dans le genre Mimosa, à la fois des herbes et des arbustes, toutes sensibles au toucher, bien que certaines soient plus «réactives» que d’autres. Il existe même une sensitive rustique (zone 5) qui peut être cultivée dans nos plates-bandes comme vivace, M. nuttallii.

201802110 Acacia dealbata informations-documents.com.jpg

Le mimosa d’hiver (Acacia dealbata) n’est pas un véritable mimosa et ses feuilles ne réagissent pas au toucher. Source: Ainformations-documents.com

Il faut faire attention aux plantes portant le nom commun mimosa. En effet, plusieurs autres arbres et arbustes sont ainsi nommés, mais ils appartiennent à d’autres genres et aucun ne réagit au toucher. Ils partagent quand même avec les vrais mimosas (genre Mimosa) des fleurs plumeuses et des feuilles pennées similaires et sont aussi des légumineuses. Parmi ces «prétendants non motiles», il y a Albizia julibrissin (arbre à soie) et plusieurs acacias, dont Acacia dealbata (mimosa d’hiver ou mimosa des fleuristes).

Il y a aussi plusieurs espèces de «sensitives aquatiques», les neptunies (Neptunia spp.), qui ont des feuilles bipennées semblables à celles de la sensitive et qui réagissent au toucher de la même manière. Comme leur nom l’indique, elles poussent dans l’eau ou au moins dans des conditions très marécageuses.

20180211I Biophytum_sensitivum, Kenraiz, WC.jpg

Biophytum sensitivum. Source: Kenraiz, Wikimedia Commons

Moins connu, Biophytum sensitivum (communément appelé sensitive, comme les divers Mimosa) est une petite plante herbacée des Oxalidacées. Cette sensitive ressemble à un petit palmier et est parfois utilisée comme arbre miniature dans les terrariums et les jardins de fées. Elle est sensible au toucher… mais c’est aussi une «plante qui danse», car ces feuilles se déplacent toutes seules, changeant d’orientation d’après les mouvements du soleil.

Enfin, le pois perdrix ou pois sensible (Chamaecrista fasciculata, syn. Cassia fasciculata) est une légumineuse annuelle originaire de l’est des États-Unis de plus en plus cultivée comme plante mellifère à naturaliser qui a également des feuilles bipennées qui ferment la nuit… et qui sont légèrement sensibles au toucher pendant la journée.

Les carnivores à feuilles réactives

L’autre groupe de plantes sensibles au toucher est celui des plantes carnivores ou, plus précisément, insectivores.

20180211IJ Dionaea muscipula, Citron : CC-BY-SA-3.0, WC.jpg

Les feuilles de la dionée attrape-mouche (Dionaea muscipula) agissent comme pièges à insectes. Source: Citron / CC-BY-SA-3.0, Wikimedia Commons

La plus connue de ces plantes est la dionée attrape-mouche (Dionaea muscipula). Elle est souvent offerte comme plante d’intérieur, bien qu’elle vive rarement très longtemps sous les conditions d’un salon typique, étant incapable de tolérer l’eau du robinet et la chaleur hivernale. J’ai déjà écrit un peu à son sujet dans l’article Cinq plantes aux feuilles bizarres.

Ses feuilles en forme de piège à ours portent de minuscules poils sensitifs. Si un insecte touche à un poil, rien ne se passe. Cela est considéré comme une protection pour empêcher la feuille de fermer pour des raisons inopportunes, comme quand une goutte de pluie ou une feuille morte la touche en tombant. Cependant, si le poil est touché une seconde fois dans les 20 secondes suivantes, ou si un deuxième poil est touché dans le même délai, cela indique la présence probable d’un arthropode errant et le piège se ferme rapidement, en un dixième de seconde. Après cela, l’insecte est lentement digéré, puis le piège s’ouvre à nouveau, ce qui prend de 10 à 12 heures.

Pour en savoir plus sur la délicate culture de la dionée attrape-mouche, lisez Pas de hamburger pour l’attrape-mouche.

20180211K Utriculaira wetland-plants.co.uk.png

Les pièges des utriculaires (Utricularia spp.) sont généralement aquatiques. Source: wetland-plants.co.uk

Moins connues que la dionée attrape-mouche, les utriculaires (Utricularia spp.) sont encore plus rapides que celle-ci. Leurs pièges en forme de vessie sont de petites feuilles modifiées, appelées utricules, conçues de telle sorte qu’un vide se forme à l’intérieur de chacune avec un «clapet» pour garder l’entrée. Si une puce d’eau ou un autre petit invertébré touche le poil sensitif situé à l’extérieur, le piège s’ouvre, aspire instantanément la créature, puis se referme. Cela ne prend que dix à quinze millièmes de seconde!

Cette plante est moins populaire auprès des jardiniers que la dionée, car son action se déroule plus ou moins hors de vue, sous l’eau ou même sous terre dans un sol détrempé, car les utriculaires sont des plantes aquatiques ou de marécage.

20180211L Drosera capensis Noah Elhardt, WC.JPG

Les feuilles de Drosera capensis s’enroulant autour d’une mouche prise au piège. Source: Noah Elhardt, Wikimedia Commons

D’autres plantes insectivores ont aussi des feuilles motrices. Certaines espèces de rossolis (Drosera spp.) ont des feuilles qui s’enroulent autour de leur proie après que cette dernière se soit fait prendre par les poils collants qui les recouvrent, mais cela se produit si lentement que vous aurez besoin d’une vidéographie en accéléré pour remarquer le mouvement. Les feuilles de grassettes (Pinguicula spp.) s’enroulent aussi légèrement lorsqu’elles capturent une proie, mais leur mouvement est encore moins impressionnant que celui des rossolis.


Des feuilles qui bougent: une des petites surprises de mère Nature!20180211A www.oogazone.com & freedesignfile.com

Publicités

15 plantes d’intérieur passe-partout

Par défaut
20180126A Darlene Taylor, YouTube .jpg

Certaines plantes d’intérieur sont plus faciles à cultiver que d’autres. Source: Darlene Taylor, YouTube

Pourquoi est-ce que les jardiniers novices semblent toujours vouloir débuter avec les plantes les plus compliquées à réussir? Gardénias, bonsaïs, plantes carnivores, pierres vivantes et plantes à fleurs en général, soit des végétaux qui donnent du fil à retordre même aux jardiniers les plus expérimentés? Idéalement, il faudrait commencer par des plantes faciles, afin de s’y faire la main, puis ajouter progressivement des plantes de plus en plus complexes.

Voici donc 15 plantes passe-partout, des végétaux qui réussiront sous presque toutes les conditions d’intérieur. Notamment, elles sont toutes capables de tolérer un éclairage faible, soit la cause principale de la perte des plantes d’intérieur, et supportent aussi l’air sec, un autre problème majeur dans nos demeures.

  1. Aglaonéma (Aglaonema)
20180126B www.homedepot.com.jpg

Aglaonéma (Aglaonema). Source: www.homedepot.com

L’aglaonéma est une plante dressée aux tiges épaisses et courtes et aux feuilles lancéolées charnues souvent marquées d’argent, parfois de rose ou de rouge. Sa croissance est très lente… mais il tolère les coins les plus sombres!

  1. Aspidistra ou plante de belle-mère (Aspidistra elatior)
20180126C Aspidistra www.palmaverde.nl.jpg

Aspidistra (Aspidistra elatior). Source: www.palmaverde.nl

L’aspidistra est parfois appelé plante des marchands de vin, car il peut pousser, d’après la légende, dans un caveau à vin. C’est un peu exagéré, mais sa tolérance à l’éclairage faible est légendaire. La plante ressemble à une touffe de muguet géant, mais sans les fleurs, aux feuilles coriaces vert foncé, parfois panachées de blanc. Sa croissance est extrêmement lente.

  1. Dieffenbachia (Dieffenbachia)
20180126D Dieffenbachia www.homedepot.com.jpg

Dieffenbachia (Dieffenbachia). Source: http://www.homedepot.com

Le dieffenbachia est une plante dressée au «tronc» épais vert et à larges feuilles maculées de blanc. Quand il atteint le plafond, on coupe et bouture la tête alors que la plante mère recommence à pousser à partir de la base. C’est la plante classique des églises sombres et des corridors de bureau, où peu d’autres végétaux réussissent.

  1. Dracéna ou dragonnier (Dracaena spp.)

 

20180126E Dracaena fragrans 'Massangeana' www.homedepot.com.jpg

Dracéna (Dracaena fragrans ‘Massangeana’). Source:  http://www.homedepot.com

Il existe plusieurs espèces de dracénas, mais l’espèce la plus facile à cultiver est le dracéna fragrant (D. fragans), au tronc épais et ligneux et aux larges feuilles lancéolées arquées, parfois avec une bande jaunâtre au centre. Il ressemble à un plant de maïs. Le dracéna de Derema (D. deremensis), à tige verte et aux feuilles plus étroites vert foncé souvent rehaussées de striures jaunes ou blanches, n’est plus considéré comme une espèce à part, mais plutôt comme une variante de D. fragrans. Et il est tout aussi facile à cultiver.

  1. Faux zamier (Zamioculcas zamiifolia)
20180126F Zamioculcas www.homedepot.com .jpg

Faux zamier (Zamioculcas zamiifolia). Source: www.homedepot.com

Cette plante curieuse à frondes pennées luisantes et au pétiole enflé ressemble à un palmier, mais sans tronc. Pourtant, le faux zamier est plutôt une Aracée: de la famille du philodendron! Il est parfaitement à l’aise dans les coins les plus ombragés et tolère la négligence, ayant la capacité de repousser à partir d’un épais rhizome souterrain si jamais vous oubliez de l’arroser pendant quelques mois.

  1. Figuier lyre (Ficus lyrata, syn. F. pandurata)
20180126G Ficus lyrata, olinsailbot.coms.jpg

Figuier lyre (Ficus lyrata). Source: olinsailbot.com

Le figuier lyre est le plus facile à cultiver des figuiers ou ficus; par exemple, il est moins porté à perdre ses feuilles quand on le change de place que le figuier pleureur (Ficus benjamina). Ses grandes feuilles vert foncé sont en forme de violon. Avec le temps, il devient gigantesque: il ne faut pas hésiter à le tailler quand il dépasse les bornes.

  1. Hoya, fleur de cire ou fleur de porcelaine (Hoya carnosa)
20180126H Hoya carnosa Yvan Leduc, WC.jpg

Hoya (Hoya carnosa). Source: Yvan Leduc, Wikimedia Commons

Le hoya est l’une des rares plantes de culture très facile qui fleurit fiablement. Par contre, la croissance de cette plante grimpante est terriblement lente: le hoya peut donc prendre de 5 à 10 ans avant de commencer à produire ses premières ombelles de fleurs parfumées roses ou blanches au cœur plus foncé. En attendant, heureusement, son feuillage est attrayant: épais et ciré, parfois panaché ou curieusement enroulé. C’est une plante grimpante ou retombante aux tiges qui courent partout.

  1. Langue de belle-mère ou sansevière (Sansevieria trifasciata)
20180126I Sansevieria trifasciata 'Laurentii' www.homedepot.com.jpg

Langue de belle-mère (Sansevieria trifasciata ‘Laurentii’). Source: http://www.homedepot.com

Cette plante succulente, aux longues feuilles charnues et pointues marbrées de gris, parfois panachées aussi, qui s’élèvent directement du sol, sans pétiole, est l’une des plantes les plus tolérantes à l’ombre, même si elle préfère un soleil intense.

  1. Philodendron grimpant (Philodendron hederaceum, anc. P. scandens, P. cordatum et P. oxycardium)
20180126J Phiiodendron hederaceum www.amazon.com_.jpg

Philodendron grimpant (Philodendron hederaceum oxycardium). Source: www.amazon.com

Le philodendron grimpant est une plante grimpante aux feuilles vert foncé en forme de cœur. Sa tolérance à l’ombre est légendaire: on connaît des plantes quinquagénaires qui n’ont pas vu un seul rayon de soleil direct depuis qu’elles ont été vendues! On peut bien sûr le faire grimper sur un treillis ou un autre support, mais aussi le faire retomber d’un panier suspendu.

  1. Pied d’éléphant (Beaucarnea recurvata)
20180126K Beaucarnea recurvata www.ikea.com.jpg

Pied d’éléphant (Beaucarnea recurvata). Source: http://www.ikea.com

Le pied d’éléphant est une plante succulente avec une tolérance surprenante des coins sombres (la plupart des succulentes exigent un éclairage intense). Le tronc de ce petit arbre est enflé à la base, comme un pied d’éléphant. Ses longues feuilles étroites et souvent ondulées retombent comme des cheveux. Sa croissance est très lente.

  1. Plante-araignée ou phalangère (Chlorophytum comosum)
20180126L Chlorophytum comosum 'Vittatum' brightside.me.jpg

Plante-araignée (Chlorophytum comosum ‘Vittatum’). Source: brightside.me

Toujours populaire, la plante-araignée présente une rosette de feuilles rubanées arquées souvent striées de blanc crème et d’innombrables «bébés», portés sur des cordons ombilicaux (en fait, des stolons) tout autour de la plante mère. Elle est excellente en suspension. Notez que les bébés ne paraîtront pas si la plante est placée trop à l’ombre.

  1. Pothos (Epipremnum aureum)
20180126M Epipremnum aureum 'Marble Queen'. www.instagram.com:houseplantjournal.jpg

Pothos (Epipremnum aureum ‘Marble Queen’). Source: http://www.instagram.com/houseplantjournal

Le pothos est très proche du philodendron, mais ses feuilles sont un peu plus allongées et sont striées ou maculées de jaune ou de blanc. Comme le philodendron, on peut le faire grimper ou le laisser retomber.

  1. Schefflera miniature (Schefflera arboricola, syn. Heptapleurum arboricola)
20180126N Schefflera arboricola www.plantandpot.nz.jpg

Schefflera miniature (Schefflera arboricola). Source: www.plantandpot.nz

Plus facile à cultiver que l’autre schefflera communément cultivé, soit celui à grandes feuilles (S. actinophylla), le schefflera miniature n’a de miniature que ses feuilles, car il peut devenir un arbre d’intérieur avec le temps. Il porte des feuilles digitées vert foncé souvent rehaussées de panachures blanches ou crème. Sa croissance un peu désordonnée nécessite une taille occasionnelle. C’est une plante classique des banques et des centres commerciaux à cause de sa tolérance à la négligence.

  1. Syngonium (Sygonium podophyllum)
Syngonium podophyllum www.homedepot.com.jpg

Syngonium (Syngonium podophyllum). Source:  www.homedepot.com

Ce parent du philodendron est tout aussi résistant au manque de soleil. Dans sa jeunesse, le syngonium produit une rosette de feuilles en forme de flèche, parfois marbrées de crème ou de couleur rose ou rouge. Avec le temps, il développe toutefois des tiges longues et des feuilles découpées, devenant de plus en plus une plante grimpante ou retombante.

  1. Trèfle d’appartement (Oxalis triangularis, anciennement O. regnellii)
20180126P Oxalis triangularis shop.harros-pflanzenwelt.de.JPG

Trèfle d’appartement (Oxalis triangularis). Source: shop.harros-pflanzenwelt.de

Le trèfle d’appartement porte des feuilles à trois folioles triangulaires vertes ou pourpres, souvent une maculées d’argent ou de rose. Il fleurit assez facilement, avec des fleurs roses ou blanches. Il est très facile à cultiver… mais il y a toujours quelques feuilles ou fleurs séchées à enlever, donc il n’est pas sans entretien.

Culture 

20180126Q clipart-library.com.jpg

Quand on choisit des plantes d’intérieur passe-partout, l’entretien est facile! Source: clipart-library.com

Évidemment, chacune de ces plantes a ses propres besoins culturaux, mais en général, vous pouvez les placer au soleil ou à l’ombre (avec, j’espère, quand même un peu de lumière: après tout, les plantes retirent toute leur énergie du soleil)! Aussi, ces plants réussissent à merveille dans les bureaux, loin des fenêtres, tant qu’il y a un éclairage adéquat venant de plafonniers. Toutes sont parfaitement à l’aise avec les températures normales d’intérieur et tolèrent l’air sec l’hiver… mais préféreront quand même une bonne humidité atmosphérique si vous pouvez la fournir.

Quant à l’arrosage, appliquez tout simplement la règle d’or de l’arrosage: arrosez abondamment, assez pour humidifier toute la motte de racines, puis attendez que le terreau soit sec avant d’arroser de nouveau. Rien de plus facile!

Faut-il fertiliser ces plantes? Si l’éclairage est faible, non. Sous un bon éclairage, on peut les fertiliser, en douceur, avec un engrais tout usage à un quart de la dose recommandée par le fabricant, d’avril à octobre.


Voilà! 15 plantes d’intérieur passe-partout que vous pouvez placer presque n’importe où dans la maison et qui verdiront votre demeure pendant des décennies. Pratiquez-vous avec ces plantes de base avant de vous lancer dans la culture des plantes d’intérieur plus compliquées, comme les plantes à fleurs, les bonsaïs, les pierres vivantes et les autres plantes qui posent un certain défi.

Bon succès!20180126A Darlene Taylor, YouTube

L’histoire nébuleuse du trèfle irlandais

Par défaut

20170317A.pngAujourd’hui, le 17 mars, c’est la Fête de la Saint-Patrick, une fête célébrée partout au monde où le peuple irlandais est disséminé… c’est-à-dire presque partout. Moi-même je compte des ancêtres irlandais… et je ne suis pas seul. On estime que jusqu’à 40% des Québécois francophones ont des ancêtres irlandais.

Que le trèfle soit le symbole du peuple irlandais est très bien connu et il est d’ailleurs l’emblème officiel de l’Irlande, mais savez-vous d’où vient cette tradition?

Et Saint Patrick prit une feuille…

20170317B.jpg

Saint Patrick lors du traditionnel défilé de la Saint-Patrick à Boston, É-U. Photo: Laura Siegert, Wikimedia Commons

Patrick d’Irlande ou Saint Patrice est un personnage presque mythique. Bien que qu’il ait sans doute véritablement existé, il y a tellement d’histoires et de légendes à son égard que les historiens ont de la difficulté à déterminer ce qui s’est véritablement passé. Il est d’ailleurs même possible qu’il y ait eu deux Patrick d’Irlande et que leurs histoires soient entremêlées.

Voici une esquisse rapide de ce qui aurait été (peut-être) la vie de Saint Patrick.

Né en ce qu’on appelle aujourd’hui l’Angleterre vers l’an 385, il aurait été enlevé par des pirates irlandais à l’âge de 16 ans et vécut alors comme esclave dans ce pays pendant 6 ans. C’est pendant cette période qu’il devint un chrétien dévot.

S’échappant de ses maîtres, il retourna dans sa famille, fit des études et devint prêtre. En 432, le pape Célestin, apprenant qu’il parlait irlandais, l’envoya en Irlande pour évangéliser le peuple jusqu’alors païen, sans trop de succès au début. Cependant, lors d’un sermon impromptu au Rock de Cashel, il se pencha et pris une feuille de trèfle, expliquant que ses trois folioles représentaient la Saint-Trinité. Ce mini-miracle plut aux Irlandais qui se convertirent rapidement au christianisme.

Patrick devint le premier évêque d’Irlande et mourut le 17 mars 461… et le trèfle, que les Irlandais appellent shamrock (seamróg), devint le symbole-même de l’Irlande.

Mais quel trèfle?

20170317C.jpg

L’un des prétendants au titre de trèfle irlandais, le petit trèfle jaune (Trifolium dubium). Photo: Kenraiz, Wikimedia Commons

Il reste un problème. De quel trèfle s’agit-il? Le mot shamrock ne le precise pas: il peut s’agir de n’importe quelle plante à 3 folioles. Au cours des années, différents experts ont proposé que le vrai trèfle irlandais soit le petit trèfle jaune (Trifolium dubium), le trèfle blanc (T. repens), le trèfle rouge (T. pratense), la luzerne (Medicago lupulina), tous des Fabacées, et même l’oxalide des bois (Oxalis acetosella), d’une autre famille complètement. D’ailleurs, aucune de ces plantes n’est unique à l’Irlande: ce sont des plantes assez communes dans tout l’hémisphère nord.

Quant aux Irlandais, un sondage tenu en 1988 indique que environ 45% considèrent que le petit trèfle jaune (T. dubium) est leur emblème, mais un tiers préfèrent le trèfle blanc (T. trifolium)… et les autres ont d’autres opinions. Donc, pas de consensus là non plus.

Le trèfle irlandais chez nous

20170317D.jpg

Trèfle blanc (Trifolium repens). Photo: Ranko, Wikimedia Commons

Si vous trouvez des potées de trèfle à petites feuilles bien vertes en vente à la Saint-Patrick (une tradition dans bien des pays), il s’agit inévitablement du trèfle blanc (T. repens), le même trèfle qui pousse dans nos gazons. Cette plante de climat froid est assez éphémère en pot et ne survit pas longtemps à moins qu’on la plante en pleine terre.

20170317E.jpg

Trèfle d’appartement (Oxalis triangularis)

Il y a bien le trèfle d’appartement (Oxalis triangularis, anciennement O. regnellii), aussi appelé oxalis à folioles triangulaires, qui est parfois vendu sous le nom «trèfle irlandais» et qui fait une excellente et durable plante d’intérieur, mais cette plante vient d’Amérique du Sud. Si vous voulez le cultiver comme trèfle irlandais, toutefois, allez-y.


On dit que tout le monde est Irlandais lors de la Fête de la Saint-Patrick. Portez alors du vert… et mettez votre plante de trèfle irlandais, peu importe qu’elle soit vraie ou fausse, en vedette pour la journée.20170317A

Plantes d’intérieur comestibles

Par défaut

 

20170127AA.jpg

Le caféier (Coffea arabica) est parmi les plantes comestibles qu’on peut cultiver comme plantes d’appartement.

Question: Existe-t-il des plantes d’intérieur qui sont comestibles et jolies en même temps?

Clecio Turgeon

Réponse: Bien sûr. Il existe de nombreuses plantes tropicales qu’on peut cultiver comme plantes d’intérieur pour égayer nos appartements et qui nous fournissent aussi de quoi nous mettre sous la dent. Mais relativement peu des plantes d’intérieur les plus courantes sont dans cette catégorie. La plupart des «plantes d’intérieur de tous les jours» ne sont pas considérés comestibles ou certaines (philodendrons, dieffenbachias, la plupart des euphorbes, etc.) sont même toxiques.

Ce qui suit donnera une petite idée des plantes d’intérieur comestibles.

Plantes absentes de la liste

Je me permets d’être sélectif dans mon choix de «plantes d’intérieur comestibles». Ainsi, je balaie de la liste la plupart des fines herbes qu’on rentre pour l’hiver, car ce ne sont pas véritablement des plantes d’intérieur. Sans un long séjour à l’extérieur l’été, elles ne font pas long feu dans nos maisons.

20170126B.jpg

Les micro-pousses ne sont pas de véritables plantes d’intérieur

Je n’inclus pas non plus les fines herbes et légumes qu’on peut semer dans la maison pour une récolte rapide: germes, pousses, jeunes plants à feuillage comestible, têtes de carotte ou pieds de céleri qu’on fait enraciner, etc. Ce sont des plantes éphémères, généralement avec comme seul attrait un feuillage comestible. Ce ne sont pas non plus, de mon avis, de véritables plantes d’intérieur.

Enfin, sont aussi rayées de la liste les plantes toxiques qui ne deviennent comestibles qu’après des traitements très spéciaux, comme le taro (Calocasia esculenta) et le manioc ornemental (Manihot esculenta ‘Variegata’), qu’il faut cuire dans plusieurs eaux pour enlever les toxines. Parfois les gens lisent mes textes rapidement et je ne veux pas les induire en erreur, surtout avec un sujet aussi sensible que ce qui est une plante comestible.


Plantes d’intérieur classiques

Voici quelques «plantes d’intérieur de tous les jours» qui sont comestibles. Vous les trouverez dans presque n’importe quelle jardinerie:

20170126C.jpg

Ananas ornemental

Ananas (Ananas comosus)
Il existe plusieurs variétés d’ananas ornementaux, à feuillage rougeâtre, panaché, etc. et tous produisent des fruits qui sont peut-être petits, mais qui demeurent parfaitement comestibles. On peut aussi cultiver un plant d’ananas à partir d’un fruit acheté et il fructifiera dans quelques années.

Caféier (Coffea arabica)
On trouve facilement de jeunes caféiers sur le marché, généralement à peine plus que des semis. Après 2 ou 3 ans, ils donneront des fleurs blanches parfumées suivis de fruits rouges dont on peut manger la chair sucrée et rôtir et moudre les graines pour faire une boisson délicieuse.

20170126D.jpg

Géranium à senteur de rose (Pelargonium graveolens ‘Grey Lady Plymouth’)

Géranium à senteur (Pelargonium graveolens et autres)
Il existe une foule de variétés aux arômes des plus variables: citron, rose, noix de coco, pomme, pêche, fraise, clou de girofle, etc. En plus de sentir leur feuillage en les frôlant, on peut utiliser les feuilles en cuisine pour aromatiser les mets. La firme Richters (Canada) en offre plus de 70 variétés!

Hibiscus rose de Chine (Hibiscus rosa-sinensis)
Les fleurs sont comestibles et souvent utilisées en tisane. Voici un article au sujet de cette plante: Cultiver un hibiscus à l’intérieur.

20170126E.jpg

Monstera (Monstera deliciosa)
Aussi appelé philodendron (nom qui appartient en fait à un proche parent), le monstera, avec ses grandes feuilles découpées, fait une plante d’appartement impressionnante. Quand il arrive à maturité, il fleurit, produisant une fleur blanche rappelant une calla et par la suite, un fruit comestible, d’où son épithète botanique deliciosa. Il faut laisser mûrir le fruit pendant 11 à 12 mois. Quand les écailles commencent à tomber, il est prêt à manger. Notez que tout le reste de la plante, dont les feuilles, les tiges et les fruits immatures, est toxique.

Oranger calamondin ou oranger d’appartement (X Citrofortunella microcarpa, anc. X C. mitis)
C’est le seul agrume couramment offert comme plante d’intérieur et il fleurit et fructifie abondamment à l’intérieur. Les fruits sont très acides, mais on peut les utiliser en cuisine, notamment dans la préparation de marmelades. Pour quelques autres suggestions d’agrumes d’intérieur, lisez plus loin.

Piment décoratif (Capiscum annuum et autres)
Tous les piments sont comestibles, mêmes les variétés vendues comme plantes ornementales. Ce sont des piments forts, même très forts. Pourtant, parfois la plante porte à l’achat l’étiquette «impropre à la consommation humaine». Pourquoi? C’est que ces plantes ont été traités avec des insecticides potentiellement toxiques pour les humains. Vous pourriez toutefois récolter et semer leurs graines et obtenir des fruits comestibles à la 2e génération.

Théier (Camellia sinensis)
On le trouve maintenant en pépinière, même s’il n’est pas aussi courant que les plantes précédentes. Voici un article à son sujet: Le théier comme plante d’intérieur.

20170126F.jpg

Peu de gens savent que les feuilles du trèfle d’appartement sont comestibles.

Trèfle d’appartement (Oxalis triangularis, syn. O. regnellii)
Les feuilles de cette plante populaire, qui peuvent être pourpres ou vertes, avec ou sans une macule argentée ou rose, ont un goût acidulé. Il ne faut pas en consommer en trop grosse quantité, à moins de les faire cuire, car l’acide oxalique qu’elles contiennent est toxique si consommée en quantité importante. Pour vous rassurer, sachez que les épinards, que nous mangeons couramment, contiennent aussi de l’acide oxalique et aussi sont toxiques si consommés en trop grosses quantités. Comme on dit, c’est la dose que fait le poison. Mangez-en modestement et il n’y aura pas de problème.


Fruitiers

La plupart des fruitiers tropicaux doivent atteindre une trop grande taille avant de fleurir ou sont à de nombreuses années de toute fructification, ce qui n’en fait pas de bonnes plantes comestibles pour la maison. On peut bien les cultiver comme plantes d’intérieur ornementales, mais il est peu probable qu’ils produisent des fruits chez vous. Dans ce groupe se trouvent les nombreuses plantes tropicales qu’on peut cultiver à partir d’une graine, d’un pépin ou d’une noix, comme l’avocatier (Persea americana), le manguier (Mangifera indica), le papayer (Papaya carica), etc. Il est plaisant de les semer et de les regarder pousser… mais il ne faut pas compter des fruits, même après de nombreuses années. Sachez toutefois qu’il existe souvent des variétés naines de ces fruitiers qui peuvent produire des fruits à l’intérieur… si vous pouvez les trouver!

Les fruitiers qui suivent sont plus adaptés à la culture dans nos maisons et font alors de bonnes plantes d’intérieur comestibles.

20170126G.jpg

Acérole: belles fleurs, beaux et délicieux fruits!

Acérole ou cérisier des Barbades (Malpighia glabra)
Un petit fruitier arbustif qui produit des fleurs roses et des fruits rouges rappelant une cerise, au moins par leur apparence. De culture assez facile.

20170126H.jpg

Le limettier des Antilles est une variante naine de la lime et fleurit et fructifie très bien à l’intérieur.

Agrumes (Citrus spp., Microcitrus australasica et Fortunella spp.)
Tel que mentionné dans l’article Un citronnier ou oranger dans votre salon?, les véritables citronniers, orangers, pamplemoussiers, etc. sont trop gros pour être de bonnes plantes d’intérieur et prennent généralement 10 ans et plus avant de produire des fruits. D’autres agrumes moins connus, à croissance plus rapide et de taille plus restreinte, font de bien meilleures plantes d’intérieur. C’est notamment le cas du citronnier Meyer (Citrus x meyeri) qui, malgré son nom, n’est pas un véritable citron, du limettier des Antilles ou Key lime (C. x aurantiifolia) et du citron caviar ou Australian finger lime (Microcitrus australasica). On peut les semer et avoir des fruits 2 ans plus tard!

Les kumquats (Fortunella spp.) aussi font d’excellentes plantes d’intérieur.

20170126I.jpg

Bananier nain

Bananier nain (Musa spp.)
Même un bananier nain prend beaucoup d’espace dans maison (parmi les cultivars les plus petits, il y a ‘Super Dwarf Cavendish’ et ‘Truly Tiny’) et il lui faut beaucoup d’humidité, de chaleur et de soleil pour arriver à faire des fruits. Malgré tout, il n’est pas impossible que votre bananier nain produise un régime de bananes après quelques années de culture.

Le bananier d’ornement (Musa velutina), aux fleurs et aux fruits roses, est comestible aussi, même si le fruit contient de grosses graines, et suffisamment petit pour cultiver à l’intérieur.

Cacaotier (Theobroma cacao)
Difficile à trouver et difficile à cultiver, le cacaotier peut quand même produire des cabosses de cacao chez vous… si vous convertissez votre maison en jungle ultra-humide et chaude à l’année longue.

Figuier comestible (Ficus carica)
Il préfère passer sont été à l’extérieur… et a la mauvaise habitude de laisser tomber ses feuilles pendant l’hiver, mais le figuier produit quand même assez facilement des fruits dans la maison. De plus, son feuillage est comestible.

20170126J.JPG

Grenadier nain

Grenadier nain (Punica granatum ‘Nana’)
Version miniature du grenadier qui donne les grosses pommes de Grenade, le grenadier nain forme un petit arbuste aux fleurs orange qui donnent des pommes de petite taille, mais néanmoins comestibles.

20170126K.jpg

Grenadille (Passiflora edulis)

Grenadille ou passiflore comestible (Passiflora edulis)
Cette grimpante vigoureuse aura besoin d’un bon treillis, mais peut produire ses fleurs blanches à auréole pourpre et ses fruits pourpres ou jaunes, selon le cultivar, dans un emplacement bien ensoleillé.

Pitahaya ou fruit du dragon (Hylocereus undatus, H. polyrhizus, H. megalanthus et autres)
Ces cactus grimpants prennent beaucoup d’espace, mais fleurissent assez facilement quand ils atteignent leur maturité (après 5 ou 6 ans), produisant d’énormes fleurs blanches nocturnes très parfumées suivies de gros fruits rouges ou jaune à la chair blanche ponctué de graines noires. On peut produire des plants à partir de graines prelevées dans un fruit acheté au supermarché.

20170126L.jpg

Cactus arête de poisson (Epiphyllum anguliger)

Je cultive chez moi un cactu plus petit, le cactus arête de poisson (Epiphyllum anguliger), aux tiges aplaties curieusement échancrées (d’où son nom commun) et de nature retombantes. Ses fleurs blanches nocturnes très parfumées donnent des petits fruits verts comestibles… mais il est difficile de juger quand ils sont mûrs. Comme ses parents, il prend plusieurs années avant de commencer à fleurir.

Prunier du Natal (Carissa macrocarpa)

Petit arbuste épineux à feuilles lisses qui produit des fleurs blanches et des fruits rouges comestibles. On l’utilise parfois en bonsaï. Toute la plante est toxique; il n’y a que les fruits mûrs qui sont comestibles.

20170126M.jpg

Fruits de roselle

Roselle (Hibiscus sabadariffa)
Cet arbuste à petits fleurs jaune pâle ou blanches fleurit assez rapidement par semences et peut donner donc des fruits rouges, souvent utilisées dans les boissons et les gelées, dès la première année.

Vigne Pixie (Vitis x Pixie® Pinot Meunier)
Mutation naine de la vigne à raisin Pinot Meunier qui produit des fruits toute l’année sur une plante de petite taille. Ses feuilles aussi sont comestibles. On peut la cultiver comme plante d’intérieur.


Épices et herbes fines

Ces plantes servent à aromatiser nos repas et aussi parfois comme plantes médicinales. Je me suis limité aux variétés qui font réellement de bonnes plantes d’intérieur.

20170126N.jpg

Tiges et rhizomes de gingembre

Gingembre (Zingiber officinale)
On peut cultivar des plants de gingembre à partir de rhizomes achetés au marché. Attention, toutefois: souvent les rhizomes ainsi offerts ont été traités chimiquement ou irradiés pour ne pas germer. Il vous faut des rhizomes vivants, avec des bourgeons indiquant qu’ils sont prêts à pousser. Un supermarché asiatique devrait en avoir.

Il s’agit tout simplement d’enfoncer une section de rhizome dans un pot de terreau et d’arroser: un plante verte avec une petite allure de bambou poussera. Avec le temps, le rhizome se divisera et vous pourrez alors récolter les surplus. Il est rare que le gingembre commun fleurisse à l’intérieur, par contre.

D’autres épices de la famille du gingembre produisent aussi des rhizomes comestibles et font, elles aussi, d’excellentes plantes d’intérieur: le galanga (Alpinia galanga), le cucurma (Cucurma longa) et la cardamome (Elettaria cardamomum) ne sont que quelques exemples.

Laurier-sauce (Laurus nobilis)
Une des rares fines herbes classiques qui pousse assez bien dans la maison pour être une bonne plante d’intérieur.

20170126O.jpeg

L’origan cubain panaché (Plectranthus amboinicus ‘Variegatus’) est la variété la plus populaire.

Origan cubain ou gros thym (Plectranthus amboinicus)
Cette plante n’est ni un origan (Origanum spp.) ni un thym (Thymus spp.), mais un proche parent du coléus (Plectranthus scutellaroides, syn. Solenostemon scutellarioides et Coleus blumei). Les feuilles épaisses sont ajoutées aux mets dans les pays chauds pour remplacer l’origan. Très facile à cultiver.

Poivre noir (Piper nigrum)

Grimpante aux feuilles lisses et à longues épis pendants de fruits verts devenant rouges, le poivre noir n’est pas difficile à cultiver à l’intérieur si vous pouvez lui offrir une bonne humidité. Les graines donnent du poivre noir, blanc ou rouge, selon le traitement qu’on leur donne.

Stevia (Stevia rebaudiana)
De plus en plus populaire pour ses feuilles édulcorantes qui donne un goût sucré aux mets sans ajouter des calories.

20170126P.jpg

Tulbaghie violacée

Tulbaghie violacée (Tulbaghia violacea)
Plante bulbeuse à feuilles en lanière et à petites fleurs en trompette roses: toute la plante dégage une odeur d’ail. Si vous utilisez les feuilles ou fleurs comestibles en cuisine, sachez elles ne donnent pas mauvaise haleine, d’où le nom anglais «society garlic» (ail de société). Ainsi on peut sortir “en société” après les avoir consommées.


Légumes

Il n’y a pas beaucoup de plantes qu’on pourrait qualifier de légumes qui font de bonnes plantes d’intérieur. Je n’en ai pu trouver que les deux suivantes:

20170126Q.JPG

Épinard de Malabar (Basella alba)

Épinard de Malabar (Basella alba, syn. B. rubra)
Grimpante assez ornementale à feuilles mucilagineuses qui remplace l’épinard dans les pays chauds où l’épinard pousse difficilement. L’espèce produit des tiges vertes et des fleurs blanches, mais B. alba ‘Rubra’, probablement plus cultivé que l’espèce, a des tiges rougeâtres et des fleurs roses. Très facile à cultiver.

20170126R.jpg

Figuier de Barbarie sans épine (Opuntia ficus-indica ‘Burbank Spineless’

Figuier de Barbarie ou nopal (Opuntia ficus-indica et autres)
Ce cactus aux raquettes aplaties produit des fruits comestibles lorsqu’on le cultive en plein air sous un climat chaud et sec, mais à l’intérieur il fructifie rarement. On utilise plutôt ses raquettes comme légume sous son nom mexicain: nopal. Préférez un cultivar qui n’a pas d’épines (ou presque pas d’épines) comme ‘Burbank Spineless’. Il faut le plein soleil pour bien le réussir. Et oui, on peut bouturer les raquettes en vente à l’épicerie.

Où les trouver?

Je viens de vous préparer toute une liste d’épicerie, n’est-ce pas! Tristement, la plupart de ces plantes ne sont pas disponibles dans les jardineries locales. Une bonne source au Canada pour les épices et les fines herbes mentionnées est Richters. Pour les fruitiers inhabituels, essayez Flora Exotica et Brugmansia-Québec. Pour les jardiniers européens, Denise Roby recommande AlsaGarden comme source pour les plantes et semences comestibles inhabituelles.

Bon appétit!20170126k

Un trèfle pour la Saint-Patrick

Par défaut

20160317B.gifOn dit que, la journée de la Saint-Patrick, soit aujourd’hui, le 17 mars, tout le monde est irlandais. D’accord, mais êtes-vous un jardinier irlandais? Si oui, vous avez sûrement un plant de trèfle irlandais dans votre demeure!

20160317A

Le trèfle blanc (Trifolium repens) est l’un des prétendants au titre de trèfle irlandais.

Le «trèfle irlandais» est une plante mythique à trois folioles. Saint Patrick l’aurait utilisé pour montrer la Sainte Trinité aux Irlandais jusqu’alors païens, les convertissant ainsi au christianisme. Le problème, c’est que personne ne sait véritablement quelle feuille il a utilisée: une feuille de trèfle, de luzerne ou d’oxalis? Même le nom irlandais, shamrock, ne nous aide nullement: il réfère très vaguement à une plante à trois folioles. Cela donne au jardinier une certaine liberté de choix, mais puisque ni le trèfle (Trifolium) ni la luzerne (Medicago) ne font de bonnes plantes d’intérieur –  et que toutes deux sont figées dans un sol gelé à la St. Pats –, je suggère d’utiliser l’oxalis comme symbole vivant de votre «irlandicité».

Un trèfle de maison

20160317C.jpg

Oxalis triangularis

L’oxalis à folioles triangulaires ou trèfle d’appartement (Oxalis triangularis, anciennement O. regnellii) est sans doute la meilleure espèce à utiliser comme plante d’intérieur. Originaire de l’Amérique du Sud, elle est adaptée aux conditions subtropicales et ainsi plus facile à cultiver dans la maison que les oxalis de climat tempéré.

La caractéristique principale de cette plante est que chacune des trois folioles qui composent ses feuilles est presque triangulaire. Elles sont portées sur de longs pétioles, dressés au début, mais éventuellement arqués et même retombants sous les conditions typiques de nos maisons, formant ainsi un dôme aussi large que haut. Elles ont la curieuse caractéristique de se fermer, se pliant l’une contre l’autre, le soir venu.

20160317D.jpg

Beaucoup de cultivars d’Oxalis triangularis ont des feuilles pourpres.

À l’origine les feuilles de cet oxalis étaient tout simplement vertes, mais il y a maintenant beaucoup de cultivars au feuillage pourpre ou encore, avec une tache argentée ou rose métallique au centre des folioles. De la même façon, les fleurs à cinq pétales, qui étaient blanches chez l’espèce, sont maintenant roses chez de nombreux cultivars.

20160317F.jpg

Rhizome

L’oxalis à folioles triangulaires pousse et fleurit tout au long de l’année dans nos maisons et n’est presque jamais sans fleurs. Par contre, caché sous le sol, il y a un rhizome écailleux dressé qui contient des réserves. Ainsi, si jamais vous arrêtez d’arroser votre oxalis, il peut entrer en dormance et perdre son feuillage, pour repousser à partir des rhizomes dès qu’on l’arrose de nouveau. On comprend que la plante a ainsi évolué pour faire face aux sécheresses occasionnelles dans son milieu naturel. Ainsi, c’est la plante parfaite pour les Snowbirds, car ils peuvent partir pendant six mois sans s’en préoccuper car elle repoussera rapidement quand ils reprennent les arrosages à leur retour.Les rhizomes servent aussi à la multiplication. Effectivement, après quelque temps, le pot de la plante se remplit de rhizomes. Il suffit d’en déterrer un ou deux et de les replanter pour partir une autre potée.

Entretien

Voilà une plante de culture bien facile. Les températures de nos maisons lui conviennent à merveille (à moins de 10°C ou à plus de 32˚C, par contre, elle peut entrer en dormance) et elle s’adapte à la plupart des éclairages, de faible à intense. Elle préfère toutefois un éclairage intense pendant l’hiver. Elle tolère aussi l’air sec, mais donne de meilleurs résultats sous une atmosphère humide. Le seul entretien essentiel est l’arrosage: pour la maintenir en croissance, arrosez-la règulièrement, dès que le terreau est sec au toucher. Vous pourriez ajouter une dose diluée d’engrais de toute sorte aux arrosages entre mars et octobre. Mais même si vous ne la fertilisez jamais, votre oxalis poussera très bien.

De plus, il souffre peu d’insectes ou de maladies. Si jamais vous voyez un problème, le traitement est facile: rabattez les feuilles jusqu’au sol pour éliminer l’indésirable et la plante repoussera rapidement. Après deux semaines, votre plante sera encore saine, en parfait état et à la veille de fleurir de nouveau!

Voilà pour le bon côté. Du côté négatif, l’oxalis à folioles triangulaires exige un nettoyage très fréquent. Les feuilles et les fleurs ne vivent pas longtemps et, si on ne fait pas un peu de ménage aux trois ou quatre jours, elles s’accumulent et diminuent la beauté de la plante.

Des faits surprenants

Curieusement, l’oxalis à folioles triangulaires est cultivé comme légume dans plusieurs pays de l’Amérique du Sud. On y mange les feuilles et les fleurs, mais surtout les rhizomes, les servant soit comme plat d’accompagnement ou comme condiment. Tous ont un goût délicieusement acidulé, comme l’oseille. Il ne faut pas en abuser, toutefois, car ils contiennent de l’acide oxalique qui, en grosses quantités, est toxique. En Amérique du Sud, on conseille de n’en manger pas plus souvent que trois ou quatre fois par semaine.

Attention, toutefois, aux animaux familiers (chiens, chats, etc.) qui, eux, ne savent pas qu’il faut manger la plante en modération et peuvent ainsi de rendre malades. Si votre petit ami montrer à un intérêt pour la consommation de feuilles, il faut mettre votre oxalis hors de sa portée.

On peut aussi utiliser cet oxalis à l’extérieur pendant l’été, en pot ou en pleine terre, au soleil ou à l’ombre. Le plus facile est de couper les feuilles au sol au moment de la sortie. Les feuilles qui repousseront s’adapteront plus facilement au changement de milieu que les vieilles feuilles qui risquent de brûler.

Cet oxalis n’est rustique que dans les zones de rusticité 7 et plus et ne pourrait pas survivre aux hivers québécois. Par contre, il peut servir de vivace ou de couvre-sol dans la plupart des pays européens. Contrairement à plusieurs espèces d’oxalis, l’oxalis à folioles triangulaires n’est pas envahissant, restant sagement à sa place à moins que vous ne déplacez les rhizomes, lors d’un sarclage trop vigoureux ou en passant le motoculteur, par exemple.20160317GBeannachtai na Feile Padraig! («Joyeuse Saint-Patrick!» en irlandais)