Contrôlez les mouches du terreau (sciarides)

Par défaut
20180111A media.pixcove.com & moziru.com .jpg

Les sciarides sont petites, mais combien dérangeantes! Source: media.pixcove.com & moziru.com

Vous êtes assis tranquillement dans votre salon et, subitement, une petite mouche noire – vraiment minuscule! – passe devant votre visage en zigzagant. Vous la chassez avec une main. Attirée par le CO2 que vous dégagez, elle revient. Vous finissez par l’avoir… mais bientôt une autre apparaît.

Quel est cet insecte? Et d’où vient-il?

Certains la prennent pour une mouche des fruits (Drosophila spp.), mais ce ne sont pas les fruits qui l’intéresse. Elle semble plutôt venir de vos plantes d’intérieur.

Il s’agit sans doute d’une mouche du terreau ou sciaride, un diptère de la famille des Sciaroidae. On estime qu’il en existe plus de 20 000 espèces travers le monde, mais la plupart des espèces qui fréquentent les plantes d’intérieur se trouvent dans les genres Scatella, Bradysia, Orfelia et Sciara. Certaines d’entre elles peuvent facilement élire domicile dans nos demeures.

Une description

20180111B Luis Miguel Bugallo Sánchez, WC .jpg

La sciaride est si petite qu’il faudrait une loupe pour en voir les détails. Source: Luis Miguel Bugallo Sánchez, Wikimedia Commons

L’adulte est une très petite mouche, mesurant rarement plus de 4 mm de longueur, de couleur noire et aux ailes transparentes ou grisâtres. Elle se tient notamment près des tas de bois de chauffage et des plantes d’intérieur, mais vagabonde aussi partout dans la maison et, tel que mentionné, semble particulièrement intéressée par l’haleine des humains.

20180111C larve de sciaride ag.umass.edu

Larves de sciarides. Source: ag.umass.edu.

La larve, qui ressemble à un petit ver blanchâtre et translucide à tête noire d’environ 5 mm de longueur, a besoin d’humidité pour survivre et on la trouvera alors dans tout milieu organique humide, comme le bois de chauffage fraîchement entré et le terreau des plantes d’intérieur.

L’été, les adultes peuvent entrer dans la maison au vol et débuter une infestation. Par contre, ce sont par les œufs que la plupart des infestations commencent. On les rentre par accident sur le bois de chauffage et aussi quand on achète de nouvelles plantes d’intérieur ou un sac de terreau contaminés.

En effet, les terreaux pour plantes d’intérieur et pour semis ne sont jamais tout à fait stériles comme les jardiniers le pensent (le fabricant ne veut pas tuer les organismes bénéfiques qui y vivent), et alors, malheureusement, contiennent parfois des œufs de sciarides. Habituellement, les fabricants de terreau font très attention de fournir un produit de qualité et alors les contrôlent assez bien à l’origine, mais même si le terreau sort de l’usine d’emballage libre d’œufs, les adultes peuvent en pondre en magasin (toute jardinerie a inévitablement au moins une petite population de sciarides) si le sac est le moindrement percé. Un trou de moins de 1 mm suffit pour leur donner accès au terreau!

Bonne nouvelle, mauvaises nouvelles

La bonne nouvelle est que les sciarides sont généralement assez anodines.

20180111D fungus+gnat www.707pestsolutions.com.jpg

Sciaride adulte. Source: www.707pestsolutions.com

À part d’embêter les humains par leur simple présence (qui veut voir tante Mathilde dérangée par une nuée de moucherons quand elle vous rend visite!), les mouches adultes ne causent pas de dégâts. Elles ne mordent ni ne piquent les plantes, les humains ou les animaux. Dans la nature, elles agissent même parfois comme pollinisatrices!

Même les larves sont généralement peu dommageables: elles consomment d’abord et avant tout les matières végétales en décomposition dans le sol ainsi que de petits champignons, notamment ceux présents dans les sols toujours saturés en eau. Et là, elles peuvent être encore plus utiles que nuisibles, car en digérant ces produits, elles produisent des déjections riches en minéraux dont les plantes peuvent se nourrir.

20180111J Clipart Library & moziru.com.jpg

Parfois les larves de sciuridé s’attaquent aux radicelles des plantes. Source: Clipart Library & moziru.com

Par contre, parfois, surtout quand il n’y a rien d’autre à manger, les larves de certaines espèces (mais pas toutes) s’attaquent aux radicelles (petites racines) des plantes, en commençant par celles qui sont en train de pourrir suite à un arrosage excessif. Sur une plante en santé, cela est rarement très nuisible. Même que la «taille» qu’elles font à ces petites racines a souvent comme conséquence de stimuler la plante à produire un système racinaire plus dense et plus efficace!

Leur effet sur les semis, par contre, peut être très sérieux, car les petits plants n’ont pas encore beaucoup de racines et ne sont pas assez robustes pour supporter leur perte. De plus, les mouches adultes peuvent transporter des spores de champignons nuisibles, comme la redoutable fonte des semis. De plus, les petites blessures qu’elles laissent peuvent servir de porte d’entrée pour la pourriture, ce qui pourrait nuire aux plantules déjà mal en point.

Ainsi, même si les sciarides ne sont pas toujours très nuisibles, c’est toujours une bonne idée de les contrôler…. et très rapidement, de surcroît, quand vous remarquez que c’est un plateau de semis qu’elles infestent.

Connaître son ennemi

20180111I Knock-Out Gnats Granules..jpg

Source: Knock-Out Gnats Granules

Les sciarides peuvent être présentes dans nos demeures en toute saison et produire plusieurs générations par année. L’adulte vit rarement plus de 8 jours, mais la femelle pond pendant ce temps entre 50 et 200 œufs dans un terreau humide ou des débris organiques, de préférence en présence de champignons dont l’odeur l’attire. Les œufs éclosent en environ 5 jours et les larves se nourrissent ensuite pendant plus ou moins 2 semaines. Par la suite, elles entrent en pupaison pendant 5 jours, puis les adultes émergent et le cycle recommence.

Il y a une génération aux 30 jours environ, moins par temps chaud et humide.

Comment les contrôler

Arroser correctement

La première clé de succès avec les sciarides est de comprendre qu’elles ont absolument besoin d’un terreau humide pour survivre pendant leur stade larvaire. Si vous prenez l’habitude de laisser sécher le terreau de vos plantes un peu plus longtemps, très souvent cela règle le problème complètement. D’ailleurs, plusieurs experts considèrent les sciarides davantage comme un symptôme d’arrosage excessif que comme un véritable problème en soi.

20180111E pixabay.com

Retarder l’arrosage d’une journée ou deux pourrait aider à éliminer les sciarides. Source: pixabay.com

Apprenez à appliquer la règle d’or de l’arrosage: arrosez abondamment, assez pour humidifier toute la motte de racines, puis attendez que le terreau soit sec avant d’arroser de nouveau. Beaucoup de jardiniers découvrent qu’ils n’ont pas besoin de plus pour bien contrôler les sciarides.

Ne vous découragez pas si cela ne semble pas fonctionner au début, toutefois: il faut compter au moins un mois avant de dire que le traitement aura atteint tous les stades de l’insecte.

Une barrière en surface

20180111F Graystone Gnat Nix

En couvrant le terreau d’une couche de sable ou de petites pierres (ici, avec du Gnat Nix fait de verre recyclé), vous pouvez tuer l’infestation de sciarides dans l’œuf. Source:  Growstone Gnat Nix

Une autre possibilité est de rendre le terreau en surface impropre à leur développement. Les larves vivent près de la surface du terreau (à 3 cm ou moins de profondeur), car elles doivent monter régulièrement à la surface pour respirer et ont besoin d’un terreau organique constamment humide. Si vous couvrez le terreau d’une couche de 1 cm de sable ou de petits cailloux (il existe même des produits commerciaux développés spécialement à cet effet, comme le Gnat* Nix), les larves ne pourront plus y vivre… et d’ailleurs, les adultes ne pourront pas y pondre leurs œufs non plus.

*«Gnat», ou plutôt «fungus gnat» est le mot anglais pour sciaride.

Piéger les adultes

20170111G Catchmaster.com.jpg

Un piège lumineux attrapera tous les insectes volants qui osent entrer dans votre maison. Source: Catchmaster.com

Pour contrôler les adultes, des pièges collants jaunes ou, mieux encore, un piège lumineux peuvent se montrer très efficaces.

Traitement insecticides

Il est aussi possible d’arroser le sol avec un insecticide, de préférence, j’espère, un ayant peu d’effets nuisibles sur l’environnement, comme un savon insecticide ou de l’huile de neem. On peut aussi rendre le terreau moins attirant aux larves en y mélangeant de la terre de diatomées ou de la cannelle en poudre.

Des prédateurs à la rescousse

20180111H Knock-Out-Gnats, amazon.como.jpg

Sac de BTI. Source: amazon.com

Le larvicide biologique Bti** (Bacillus thuringensis israelensis), une bactérie utilisée habituellement pour contrôler les moustiques, contrôle bien les larves de sciarides aussi. Faites-en une solution et arrosez le terreau quand les larves sont actives. Il y a même des formulations développées expressément à cet effet, comme Knock-Out-Gnats et Gnatrol, sinon écrasez des pastilles de type MosquitoDunk pour en faire une solution.

Il peut falloir répéter le traitement au Bti hebdomadairement pendant 3 ou 4 semaines.

**Il est inutile d’utiliser le Btk (Bacillus thuringensis kurstaki), conçu pour les larves de papillons, sur les sciarides. Il faut le Bti, spécifique aux larves de diptères (mouches).

Ou utilisez d’autres prédateurs pour contrôler les sciarides, comme des nématodes (le Steinernema feltiae, par exemple), ou des acariens prédateurs comme le Hypoaspis miles. On peut commander ces prédateurs sur Internet.


Les sciarides: souvent elles sont plus dérangeantes que vraiment nuisibles, mais, en utilisant les bons moyens de contrôle, il est relativement facile de les éliminer.20180111B Luis Miguel Bugallo Sánchez, WC

Publicités

Nématodes contre vers blancs

Par défaut
20170828AScarabée_Japonais_3_Stades_larvaires David Cappaert, Michigan State University, WC

Trois stades de ver blanc. Le plus petit est le plus sensible aux nématodes. Photo: David Cappaert, Michigan State University

On peut traiter les infestations de vers blancs (larves de hannetons communs et européens et de scarabées japonais et du rosier) dans le gazon par des nématodes, de petits vers parasites qui investissent les jeunes larves et y injectent des bactéries qui leur sont toxiques. Appliquez-les entre à la mi-août et la mi-septembre, quand les vers blancs sont fraîchement éclos et que le sol est relativement chaud (entre 21 et 30°C).

20170828C CSIRO

Les nématodes sont des vers parasites microscopiques, donc trop petits pour être observés à l’œil nu. Photo: CSIRO

Notez que ces nématodes sont inoffensifs pour les insectes bénéfiques, tels que les abeilles et les coccinelles, ainsi que pour les vers de terre, les oiseaux, les reptiles, les amphibiens, les mammifères, etc. Ils parasitent toutefois d’autres insectes dont le stade larvaire et souterrain et peuvent ainsi aider à lutter contre certains autres insectes nuisibles tels que les charançons, les puces, les perceurs, les vers fil-de-fer, les mouches de l’oignon et les sciarides.

Vous devriez pouvoir trouver des nématodes bénéfiques dans votre jardinerie locale. Sinon, il existe bon nombre de fournisseurs sur l’Internet.

Notez que, en magasin, les nématodes sont généralement conservés en réfrigérateur et le réfrigérateur n’est pas toujours placé dans un endroit public. Il faut alors les demander. Et à la maison, conservez-les au réfrigérateur aussi jusqu’à leur application.

20170828B GreenEarth

Certaines formulations de nématodes n’ont plus besoin de conservation au réfrigérateur.

Du moins, c’était la situation dans le passé. Récemment, des développements technologiques dans le stockage ont conduit à des marques qui ne nécessitent pas de réfrigération et qui sont alors placées dans les rayons avec les autres produits de contrôle des insectes nuisibles. À la maison, aucune réfrigération n’est nécessaire pour ces nouvelles variétés, mais il faut les conserver à l’abri du soleil.

Application

20170828D Spray-N-Grow

Les nématodes peuvent être appliqués à l’aide d’un pulvérisateur fixé sur le tuyau d’arrosage. Photo: Spray-N-Grow

Pour appliquer des nématodes, mélangez le produit à l’eau et pulvérisez-le sur la pelouse, de préférence le soir ou par temps gris, en suivant le mode d’emploi sur le produit acheté (il variera un peu selon l’espèce de nématode et la formulation du produit). Le sol doit être humide, si possible. Donc, faites l’application après une pluie, sinon arrosez profondément la veille. Arrosez la pelouse après l’application et au besoin au cours des 14 jours suivants afin de garder le sol humide. Cela est particulièrement important dans le cas des sols lourds ou argileux, car cela assure que les nématodes descendent assez profondément dans le sol pour atteindre leurs proies.

Combinés avec d’autres méthodes de contrôle (notamment un gazon enrichi au compost, tondu plus haut [8 cm] et comprenant d’autres végétaux que des graminées, comme le trèfle), les nématodes se montrent passablement efficaces… à moyen et à long terme. Vous risquez toutefois d’être déçu le deuxième été, car les nématodes tuent surtout les jeunes vers blancs fraîchement éclos. Or certains vers blancs, notamment les larves du hanneton commun ou barbeau (Phyllophaga anxia), l’espèce qui est le principal ver blanc au Québec, ont un cycle vital de trois ans. Comme ce sont les larves de la deuxième et troisième année du cycle qui causent la plupart des dégâts et qu’elles auront été peu touchées par le traitement, c’est souvent la troisième été que vous verrez les pleins résultats de votre traitement, car la génération montante aurait été en bonne partie éliminée.

Sachez que, par la suite, les nématodes demeurer actifs dans le sol pendant plusieurs années, donnant un contrôle à long terme.

20170828E

Un pelouse peut supporter une certaine population de vers blancs.

Notez qu’il n’est pas nécessaire d’éliminer tous les vers blancs pour obtenir d’excellents résultats. Une pelouse en santé peut tolérer une population réduite de vers blancs sans montrer le moindre symptôme (plaques jaunes dans le gazon).

Vivre et laisser vivre: toujours la devise du jardinier paresseux!20170828C CSIRO

Des pesticides au spectre le plus étroit possible

Par défaut
20170208A.jpg

Le pesticide idéal ne s’attaque qu’à un seul ennemi… mais les tablettes des jardineries sont remplies de pesticides à large spectre.

Le pesticide idéal aurait le spectre le plus étroit possible, n’agissant que sur un seul ennemi et rien d’autre. Ainsi l’impact sur l’environnement sera minimal: on élimine un seul insecte, maladie ou végétal, par exemple, sans toucher à quoi que ce soit d’autre.

Pour l’instant, la plupart de pesticides qui sont sur le marché sont, au contraire, à large spectre: des insecticides qui tuent tous les insectes, même les coccinelles et les abeilles, des herbicides qui éliminent toutes les plantes à feuilles larges, même les plants de nos plates-bandes et des fongicides qui inactivent tous champignons, même les champignons nécessaires à la décomposition des feuilles mortes, etc.

20170208B.jpg

Le Btk (Bacillus thuringiensis kurstaki) ne touche qu’aux chenilles et rien d’autre.

Cependant il y a quelques percées intéressantes parmi les produits plus spécifiques, qui ne touchent alors qu’à une gamme réduite de proies. Le Btknotamment, ne contrôle que les chenilles… et les nématodes bénéfiques sont spécifiques aux larves qui vivent sur les racines,. Et de nombreuses recherches très prometteuses s’effectuent dans ce domaine.

Un jour, on pourra sans doute obtenir un produit biologique qui agit uniquement sur l’herbe aux goutteux (Aegopodium podagraria) ou les araignées rouges et absolument rien d’autre.

Pour l’instant, par contre, appliquez tout pesticide, même biologique, avec beaucoup de précaution, car il y a toujours risque de dommages collatéraux.20170208A.jpg

Pour contrôler le scarabée japonais

Par défaut
20160721A.jpg

Scarabée japonais

Il n’est pas facile de contrôler le scarabée japonais (Popillia japonica), un coléoptère  introduit accidentellement du Japon au New Jersey aux États-Unis en 1916 (oui, c’est son 100e anniveraire!) et en progression constante depuis ce temps. Il est maintenant largement distribué dans tous les états américains à l’ouest du Mississipi et en Nouvelle-Écosse et, depuis environ une décennie, gagne massivement le Québec, l’Ontario et le Nouveau-Brunswick. Il n’en reste que, au Québec, sa présence demeure très localisée: vous pouvez très bien avoir un problème majeur avec cet insecte alors que personne dans la paroisse voisine ne l’a jamais vu.

On le trouve surtout dans le centre et sud-ouest de la province: Sorel-Tracey, rive sud de Montréal, Drummondville et par endroits en Estrie et en Lanaudière. Il ne semble pas présent, ou du moins il ne persiste pas jusqu’à ici, dans l’est et le nord du Québec

Le scarabée japonais est bien établi aussi en Italie depuis quelques années et on craint qu’il gagnera tout l’Europe avec le temps.

Ses dégâts

20160721B.JPG

Le scarabée japonais peur réduire le feuillage en charpie.

Il s’attaque à un grand nombre de plantes (plus de 400), dont des vivaces, des annuelles, des grimpantes, des arbres et des arbustes (mais rarement les conifères), mangeant le feuillage, les fleurs et les fruits. Ils squelettisent les feuilles, ne laissant souvent que des nervures, et ce qui reste fini par brunir et tomber: souvent de loin un arbre sévèrement atteint semble brûlé. Après le passage des scarabées, les plantes atteintes refont toutefois de nouvelles feuilles et ne souffrent pas autant de l’infestation que leurs propriétaires humains, mais plusieurs années de défoliation peuvent les affaiblir ou même les tuer.

Plantes hôtes

Allez ici pour trouver une Liste des plantes hôtes préférées du scarabée japonais.

Une description

20160721C.jpg

Scarabée japonais adulte

L’adulte est un coléoptère dodu d’environ 13 mm de longueur à la tête et corps vert métallique et aux élytres (couvertures des ailes) brun cuivré. Six touffes de poils blancs longent chaque côté des élythres. Il est assez joli, je trouve!

21060721D.jpg

Larves de scarabées japonais à 3 stades différents.

La larve vit sous le sol et fait partie des «vers blancs» (larves de hannetons) couramment vus dans les pelouses. Elle est en forme de C et a la tête brune et le corps couleur crème… comme les autres vers blancs. Il n’est pas la peine d’essayer de distinguer entre les différentes espèces de ver blanc: les différences d’apparence sont minueures et de plus, elles font les mêmes dégâts et nécessitent environ le même traitement.

Les adultes émergent à la fin de juin ou en juillet et se nourrissent d’abord de plantes basses avant de migrer vers les arbres. Ils aiment être au soleil et ainsi s’attaquent d’abord aux feuilles supérieures, dévorant les feuilles inférieures seulement après celles de dessus sont réduites en squelette de façon à ce que le soleil perce.

Après quelques semaines de consommation intense, les femelles commencent à pondre dans les gazons, quelques œufs à la fois à quelques centimères sous le sol, puis elle recommence le lendemain ou aux deux jours. Elles pondent en fin de journée.

Les larves éclosent assez rapidement. Elles mangent surtout les racines de graminées. À l’automne, elles descendent jusqu’à 35 cm de profondeur dans le sol pour éviter le gel, puis remontent au printemps. Souvent le gazon atteint commence à mourir par plaques juste avant que les adultes émergent… mais il est très difficile de distinguer les dégâts des larves de scarabée japonais de ceux des autres vers blancs.

Deux détails importants à retenir

D’abord, il faut comprendre que les invasions de scarabées japonais sont fortement reliées à la surabondance des pelouses de graminées des environs. Là où il y a moins de gazon, les scarabées sont plus rares (en ville, par exemple) et causent peu de dégâts. Dans son pays d’origine, le Japon, où les pelouses sont rarissimes, le scarabée japonais n’est pas considéré un problème majeur. Mais en Amérique du Nord, où de vastes pelouses de graminées dominent le paysage de toutes les banlieues et en l’absence d’un prédateur vraiment efficace, l’énorme nombre d’insectes provoque un véritable catastrophe pour beaucoup de jardiniers. Les scarabées préfèrent des pelouses cultivées au plein soleil dans un sol sablonneux. Déjà laisser la pelouse plus haute (10 à 15 cm) que la normale plutôt que de la scalper à 5 cm peut aider à décourager les femelles de pondre.

21060721E.jpg

Les scarabées japonais sont grégaires: on les trouve toujours en groupe.

Tout aussi important, il faut noter que les scarabées du Japon sont grégaires. Ils se tiennent toujours «en gang». On en voit souvent 3 ou 4 l’un par-dessus l’autre en traine de copuler. L’odeur de scarabées en attirera d’autres. Ainsi, si vous êtes assidu dans votre contrôle au tout début de la saison et gardez le nombre très bas, ils feront peu de dégâts, mais iront plutôt rejoindre leurs amis ailleurs, là où l’odeur est plus concentré.

Comment les contrôler

1. Enlever peu à peu, sur plusieurs années, les plantes les plus touchées pour les remplacer par les plantes qu’ils aiment moins peut faire beaucoup pour régler le problème. Et le résultat sera durable. C’est de loin la méthode la plus efficace.

20160721H.jpg

L’éclairage nocturne peut attirer les scarabées.

2. Évitez d’éclairer les gazons et les platebandes la nuit. La lumière les attire.

3. Ramassez les insectes et faites les tomber dans un seau d’eau savonneuse. Ou encore, utilisez un aspirateur portatif pour les récolter. Mieux vaut faire ce travail tôt le matin, quand ils sont moins actifs.

4. Vaporisez tôt le matin, cela afin ne pas toucher les pollinisateurs et autres insectes bénéfiques, avec une solution de savon insecticide, de neem ou de pyrèthre. Évitez le savon à vaisselle, toxique à plusieurs plantes. Il existe aussi des pesticides systémiques de synthèse qui rendent toute la plante toxique, mais ces produits ne sont pas offerts au grand public à cause de leur grande dangerosité.

20160721F

Piège aux phéromones pour scarabées japonais.

5. Utilisez des pièges aux phéromones conçus pour les scarabées japonais et nettoyez-les quotidiennement au plus fort de l’invasion. Ils contiennent deux phéromones: une phéromone sexuelle qui imite l’odeur du scarabée japonais femelle et qui attire alors les scarabées mâles et une autre qui dégage une odeur florale qui attire les deux sexes. Il est cependant très important de placer ses pièges à au moins 15 m (50 pies) de leurs plantes préférées, sinon vous allez empirer la situation, car seulement une partie des scarabées rentent dans le piège: les autres vont bouffer les plantes attrayantes des environs. Pour plus de renseignements sur les pièges aux phéromones, lisez Au piège de l’amour.

20160721F

Nématodes bénéfiques.

6. On peut traiter le gazon aux nématodes bénéfiques de la mi-août au début de septembre, au moment où les larves commencent à éclore. Les nématodes sont vivants: il faut les acheter au moment propice et les conserver au réfrigérateur. Aussi, arrosez la veille et après l’application, puis gardez le sol humide pendant 4 à 7 jours. De préférence, vous traiteriez par une journée grise, sinon tôt le matin, car le soleil intense peut tuer les nématodes fraîchement appliqués.

7. Il y a une maladie bactérienne, la maladie laiteuse (Paenibacillus popilliae, anciennement Bacillus popilliae (appelée milky spore disease en anglais), qui peut tuer les larves de vers blancs et qui s’applique un peu à la manière des nématodes. Elle a une plus grande persistance que les nématodes (jusqu’à 20 ans!), mais il faut 2 à 3 ans avant que la quantité de spores présentes dans le sol soit assez abondante pour arriver à contrôler les larves, donc il faut être très patient. De plus, ce produit n’a jamais été homologué pour le Canada et ainsi ne peut pas être vendu dans ce pays.

8. Il y a aussi une forme spéciale de BT, soit le BTG (Bacillus thuringiensis galleriae), une bactérie qui est spécifique aux scarabées et aux coléoptères similaires (hannetons), mais il n’est pas encore offert commercialement. Il est efficace contre tous les stades de maturation des scarabées japonais.

9. Semez du trèfle dans votre gazon ou même, remplacez votre gazon de graminées par une pelouse de trèfles. Les scarabées ne peuvent se nourrir de trèfles, ni les adultes ni les larves.

10. N’arrosez pas la pelouse au mois d’août. Si le sol est sec au moment de l’éclosion des larves et que, par conséquence, les graminées sont en dormance estivale, la plupart des larves mourront de faim.

20160721G

Les musaraignes sont parmi les prédateurs des scarabées japonais.

11. Encouragez la présence de prédateurs naturels (crapauds, oiseaux, musaraignes, taupes, etc.) ou libérer des canards ou des poules dans le secteur. Les mouffettes aussi mangent les larves… mais font beaucoup de dégâts dans la pelouse en les recherchant. Deux prédateurs naturels asiatiques des scarabées du Japon ont été libérés aux États-Unis, la mouche Istocheta aldrichi et la guêpe Tiphia vernalis, et commencent à s’étendre, réduisant la population dans ce pays. En autant que je sache, toutefois, ils ne sont pas offerts commercialement.

12. On peut couvrir les légumes et les petits fruits de couvertures flottantes afin de les protéger. Il faut placer la protection en début de saison, avant que les scarabées ne soient présents.

13. Certains végétaux sont toxiques aux scarabées japonais. C’est le cas notamment des fleurs de pélargonium des jardins (Pelargonium x hortorum) et de marronnier à petites fleurs (Aesculus parviflora) et des feuilles de ricin (Ricinus communis) et de quatre heures (Mirabilis jalapa), mais notez qu’il faut que les scarabées les mangent pour que ce traitement soit efficace, donc il faut être prêt à sacrifier ces plantes pour sauver les autres. Il ne faut pas présumer que ces plantes pièges fassent pus que légèrement baisser la population.

14. D’autres végétaux ont la réputation de repousser les scarabées, notamment les alliums (oignon, poireau, ail, ciboulette, etc.), la rue (Ruta graveolens) et la tanaisie (Tanacetum vulgare), mais l’effet est limité, même nul quand la population est très forte… et la tanaisie, surtout, est très envahissante.

Peu de solutions parfaites

Vous comprendrez en lisant ce qui procède que presque aucun traitement contre les scarabées n’est parfait, sauf le premier (remplacer les plantes susceptibles par les plantes que les scarabées ne mangent pas), mais à force de les combiner sagement, il est possible de réduire la population au point où les scarabées deviennent plutôt un petit désagrément qu’un fléau. À vous de les apprivoiser!20160721C