Les plantes ne savent pas lire les étiquettes d’engrais

Par défaut

384.K

Il existe une profusion de fertilisants sur le marché, chacun plus extraordinaire l’un que l’autre pour convenir à tout végétal depuis le gazon jusqu’aux orchidées en passant par les légumes, les «cèdres» (thuyas), les rosiers et les tomates. Ainsi vous vous sentez obligé d’acheter au moins une boîte de chaque sorte pour contenter votre marmaille.

Il y a juste un problème avec tout cela: les plantes ne savent pas lire les étiquettes! Ainsi, si vous donnez un engrais à orchidées à vos rosiers et un engrais à «cèdres» à votre gazon, ça marche pareil!

En effet, on a beaucoup exagéré les bénéfices des ratios N-P-K (azote-phosphore-potassium) spécifiques. D’accord, toutes les plantes* ont besoin de tous les éléments majeurs (et aussi, de tous les éléments mineurs), mais en fait la proportion exacte n’a que peu d’importance.

L’engrais le plus honnête sur le marché est donc l’engrais tout usage ou multi-usage. Il porte bien son nom, car il peut aller sur toutes les plantes*. Mais tous les autres fertilisants – les engrais «malhonnêtes» comme je les appelle – aussi peuvent aller sur toutes les plantes.

Mon conseil? Quand il est temps de fertiliser, utilisez le premier engrais qui vous tombe sous la main et employez-le sur toutes vos plantes, potagères ou ornementales, d’extérieur ou d’intérieur. Quand il n’en reste plus, prenez un autre et finissez-le aussi. Quand il ne vous reste plus aucun engrais spécifique, achetez un engrais tout usage (on peut bien récompenser les fournisseurs qui sont honnêtes avec leur clientèle, n’est-ce pas?) ou encore, un engrais qui ne vise pas explicitement une catégorie de plantes: l’engrais d’algues, l’émulsion de poisson, la farine de sang, etc. Ces engrais aussi sont tout usage.

Personnellement j’opte toujours pour un engrais biologique, mais ça, c’est une histoire à raconter dans un autre truc!


*Les plantes carnivores n’ont besoin d’aucun engrais, même tout usage.