Comment prévenir la mouche de la carotte

Par défaut

Les asticots de la mouche de la carotte creusent des galeries dans les racines des carottes. Photo: gardening.which.co.uk

La mouche de la carotte (Chamaepsila rosae, anciennement Psila rosae) embête bien des jardiniers. La larve de cet insecte, qu’on appelle le ver de la carotte, mais qui est plutôt un asticot, perce de belles galeries dans les racines des carottes (Daucus carota), provoquant la pourriture et les rendant inutilisables. Mais il y a moyen de prévenir son attaque.

Notez que cet insecte s’attaque aussi à d’autres ombellifères, comme le céleri, le persil et le panais, et que vous pouvez appliquer la plupart des techniques présentées ici pour les protéger aussi.

On gagne à retarder le semis

La mouche est petite, les dégâts sont grands! Photo: Sarefo, Wikimedia Commons

Premièrement, vous pouvez tout simplement retarder le semis. La première génération de la mouche de la carotte sort tôt, dès la mi-mai, et ces mouches pondent rapidement leurs œufs dans le sol près des semis de carotte qu’elles trouvent. Au début, les jeunes larves se nourrissent des radicelles des semis, puis pénètrent à l’intérieur de la carotte pour y compléter leur développement plus tard, quand la racine grossit.

Mais… si vous semez vos carottes tardivement, à la mi-juin, les mouches ne seront plus là une fois que les semis germeront (environ 2 semaines plus tard) et vous pourrez alors éviter la catastrophe! Cela vous donnera un retard de production, mais quand même de très belles carottes.

Il y a bien une deuxième génération de cette mouche qui apparaît vers la fin de juillet, mais s’il n’y a pas de carottes sauvages ou d’autres légumes ombellifères dans le secteur, il y a très peu de chances qu’elle trouve vos carottes. Et même si quelques mouches y parviennent, cette génération cause rarement des dégâts très importants.

Désherbez svp

Il est toujours sage d’éliminer les carottes sauvages (Daucus carota) des environs d’un potager, sinon il y aura toujours des mouches de la carotte dans le secteur.

Installez une barrière

Une couverture flottante créera une barrière entre les mouches et vos carottes. Photo: http://www.amazon.ca

Une autre possibilité est de semer vos carottes tôt, mais de mettre en place une barrière d’exclusion au moyen d’une «couverture flottante» aussi appelée voile anti-insectes, filet d’exclusion ou toile flottante («floating row cover» ou «frost cover» en anglais). Il s’agit d’une étoffe translucide et très légère qui laisse passer l’eau de pluie, l’air et, bien sûr, la lumière du soleil.

Pour que cette barrière soit efficace, il faut faire une rotation de culture. La technique ne fonctionnera pas si vous semez vos carottes au même endroit que l’année précédente, car la mouche de la carotte hiverne dans le sol près de racines qu’elle a mangé l’été précédent, et ce, sous forme de pupe. Ainsi, quand les mouches adultes sortiront du sol, elles se trouveront à l’intérieur de la barrière, prêtes à manger vos carottes! Mais si vous semez vos carottes dans un nouvel emplacement et installez la couverture par la suite, les mouches ne pourront pas les atteindre.

Il faut bien fixer la couverture flottante, sinon il y aura des ouvertures par lesquelles la mouche pourra pénétrer. Photo: wimastergardener.org

Il s’agit de recouvrir lâchement le rang ou le carré où vous avez semé les carottes de la toile flottante et de la retenir sur les bords avec des piquets, des briques, de la terre ou des pierres, afin qu’elle ne parte pas au vent. Aucun tuteur ou support n’est nécessaire: l’étoffe est tellement légère qu’elle «flotte» au-dessus des feuilles, d’où son nom. La marge doit toutefois être pressée contre le sol ou même enterrée: si les mouches trouvent une ouverture, elles y pénétreront.

Vous pouvez enlever la toile à la fin de juin, quand la première génération de la mouche sera morte.

Passez une année

Passez-vous de carottes pendant un été et les mouches disparaîtront. Photo: journeywithjill.net & clipart-library.com

Encore plus facile, si vous avez eu des ennuis avec la mouche de la carotte une année, évitez d’en semer l’année suivante. Ainsi, quand les mouches sortiront du sol à la fin du printemps, elles ne trouveront pas de carottes à proximité où pondre leurs œufs. La plupart mourront, tout simplement, incapables de trouver un hôte convenable.

Le printemps suivant, il n’y aura pas de pupes hivernantes dans le secteur, donc pas de mouches, pas d’asticots et pas de dégâts. Problème réglé!

Il faut souvent 4 à 7 ans de culture de carottes avant que la mouche ne les trouve de nouveau.

Des carottes que les mouches détestent

Carotte ‘Resistafly’. Photo: http://www.kingsseedsdirect.com

Mais la méthode la plus paresseuse pour contrôler la mouche de la carotte est de cultiver des carottes que les mouches n’aiment pas. 

C’est que la mouche trouve les plants de carottes d’après l’odeur d’acide chlorogénique qu’elles dégagent. Et de plus, les asticots ont besoin de cet acide pour leur survie. Sans la présence d’acide chlorogénique, ils meurent rapidement.

Or, il existe des carottes à très faible teneur en acide chlorogénique ou même qui n’en contiennent pas du tout, comme les suivantes:

  • ‘Flyaway’
  • ‘Flyfree’
  • ‘Healthmaster’
  • ‘Ibiza’
  • ‘Maestro F1’
  • ‘Parano’
  • ‘Resistafly’
  • ‘Sytan’

Ces carottes attirent peu les mouches et même si ces dernières les trouvent, elles en subissent peu de dégâts, car les larves meurent peu après leur éclosion.

Vous trouverez des graines de carottes résistantes à la mouche de la carotte dans les catalogues de semences les plus évolués et parfois même en jardinerie.


Voilà! Avec ces méthodes en tête, il est enfin facile de cultiver de belles carottes sans craindre les dégâts causés par les asticots de la mouche de la carotte.

Passer une année pour contrôler la mouche de la carotte

Par défaut

20180507A gardening.which.co.uk.jpg

On voit rarement la mouche de la carotte ou son asticot (ils sont très petits et discrets), mais les dégâts qu’ils provoquent aux racines sont très visibles. Source: gardening.which.co.uk

Parfois, la façon la plus simple pour se débarrasser de la mouche de la carotte (Psila rosae) est de cesser la culture des carottes (et d’autres plantes pouvant l’héberger comme le panais, le céleri, le céleri-rave et l’aneth) pendant un an.

C’est que, une fois que la mouche de la carotte a trouvé votre jardin, elle reviendra encore et encore… parce que vous la nourrissez. Si vous cessez de l’alimenter, elle mourra.

Voici la situation. Cet insecte passe l’hiver sous le sol sous forme de pupes et les adultes en émergent à la fin du printemps. Ils commencent aussitôt à pondre leurs œufs dans le sol près des carottes et des plantes apparentées (famille des Apiacées). Les larves (de petits asticots sveltes) descendent dans le sol et commencent à creuser des tunnels dans vos carottes. Les tunnels s’infectent et noircissent et, quand vous arrachez les carottes, leur racine n’est plus récupérable. Puis, le cycle recommence au printemps suivant. (Il y a, en fait, une deuxième génération, celle qui ira en pupaison à l’automne, mais cela ne change rien aux résultats : une récolte à moitié gâchée!)

20180507B ww.floatproject.org.jpg

Asticot de mouche de la carotte. Souvent présent, mais rarement vu. Source: ww.floatproject.org

Mais, si vous ne cultivez pas de carottes et compagnie pendant 12 mois, les pauvres mouches qui écloront à la fin du printemps ne trouveront pas d’endroit à proximité où pondre leurs œufs. Comme elles ne volent que très faiblement, elles n’iront pas loin. La plupart mourront, tout simplement, incapables de trouver un hôte convenable.

Le printemps suivant, il n’y aura pas de pupes dans le secteur, donc pas de mouches, pas d’asticots et pas de dégâts. Problème réglé!

Étant donné leur incapacité à voler loin, les mouches prendront du temps à revenir dans le secteur. Habituellement, au moins 5 à 6 ans et souvent une décennie… et, à ce moment-là, vous pourrez encore les contrecarrer en ne semant rien qu’elles puissent manger pendant un an.

Contrôler ces ennemis de nos légumes en provoquant une disette de leur nourriture obligatoire? Pourquoi pas?

Moins efficace au jardin communautaire

Notez que cette méthode trouve son efficacité en éliminant la source de nourriture du prédateur. Elle ne fonctionnera probablement pas dans un jardin communautaire, car il y aura certainement d’autres jardiniers qui cultiveront des carottes à seulement quelques lots du vôtre… sauf si vous pouvez convaincre tous les jardiniers de ne pas cultiver de carottes (et leurs cousins) pendant un an. Mais elle fonctionne à merveille dans les potagers individuels isolés!

Des carottes que les mouches n’aiment pas

Par défaut

20160505A.jpg

Carottes abîmées par la mouche de la carotte.

La mouche de la carotte (Chamaepsila rosae, anciennement Psila rosea) embête bien des jardiniers. La larve de cet insecte perce de belles galeries dans les racines de carotte, provoquant la pourriture et les rendant inutilisables. Mais il y a moyen de prévenir son attaque.

20160505B.jpg

Larve de la mouche de la carotte.

C’est que la mouche trouve les plants de carotte d’après l’odeur d’acide chlorogénique qu’ils dégagent. Elle peut même détecter cette odeur à plusieurs kilomètres de distance. Et de plus, les larves de la mouche ont besoin de cet acide pour leur survie. Sans la présence d’acide chlorogénique, les larves meurent rapidement.

Or, il existe des carottes à très faible teneur en l’acide chlorogénique ou même qui n’en contiennent pas du tout, comme ‘Fly Away’, ‘Flyfree’, ‘Resistafly’, ‘Healthmaster’, ‘Ibiza’, ‘Parano’, ‘Maestro F1’, ou ‘Sytan’. Ces carottes attirent peu les mouches et même si la mouche les trouve, en subissent peu de dégâts, car les larves meurent peu après leur éclosion.

Vous trouverez des graines de carottes résistantes à la mouche de la carotte dans plusieurs catalogues, comme Veseys (www.veseys.com), Halifax Seed Company (www.halifaxseed.ca), West Coast Seeds (www.westcoastseeds.com), T & T Seeds Ltd. (www.ttseeds.com) et Thompson & Morgan (www.thompson-morgan.com).

2016 : L’année de la carotte

Par défaut

Carrot_Neptune-Sakata.jpg

Carotte ‘Neptune’. Photo: National Garden Bureau

Chaque année le National Garden Bureau déclare une «année de» que met en vedette quatre plantes: un légume, une vivace, une annuelle et, pour la première fois en 2016, un bulbe. Regardons aujourd’hui le légume de l’année, la carotte. Je traiterai des autres lauréats dans des blogues subséquents.

Origines

20160102B

Racine de carotte sauvage.

La carotte sauvage (Daucus carota) est une bisannuelle de la famille des Apiacées, originaire des régions tempérées de l’Eurasie, mais qui est maintenant abondamment naturalisée un peu partout dans le monde, dont en Amérique du Nord où elle est courante dans les champs et le long des routes. Elle est généralement considérée une mauvaise herbe.

20160102C.jpg

Ombelle de carotte sauvage.

Elle forme la première année une rosette de feuilles très découpées et une longue racine tubérisée pivotante. La racine est normalement blanche, mais violette dans certaines parties de son aire de distribution. La deuxième année, la plante fleurit, produisant sur une tige de 30 à 60 cm de hauteur une ombelle de fleurons blancs (très rarement roses), souvent avec un fleuron central rouge pour mieux attirer les pollinisateurs. À maturité, l’ombelle s’assèche, tombe au sol et, aidée par sa forme arrondie, est poussée par le vent, assurant une large distribution des semences.

La racine de la carotte sauvage est comestible pendant qu’elle est jeune, mais devient rapidement trop coriace. D’ailleurs, à l’origine, les humains consommaient davantage le feuillage des carottes que leur racine, un peu comme on utilise de nos jours le persil (Petroselinum crispum), qui est d’ailleurs un proche parent de la carotte. Les graines aromatiques aussi étaient consommées.

On croit que la domestication de la carotte ait eu lieu en Perse (aujourd’hui Iran et Afghanistan) environ 5000 ans avant notre ère. On appelle la forme domestiquée D. carota sativus. Grâce à la sélection de génération en génération, la racine coriace est devenue plus douce et sucrée avec un cœur moins ligneuse et une bonne partie de l’amertume est disparue. On mentionne pour la première fois une racine qui pourrait avoir été une carotte dans des écrits romains au 1er siècle de notre ère, mais le légume est presque disparu de l’Europe par la suite avant d’être réintroduit par les Maures au 8e et au 10e siècle. La carotte gagne la Chine au 14e siècle. À cette époque, on connaissait surtout les carottes blanches, violettes, rouges et jaunes.

Ce n’est qu’au 17e siècle que la carotte orange qu’on connaît est née aux Pays-Bas. C’est la grande concentration en bétacarotène qui lui donne cette coloration vive.

Culture

20160102D.jpg

Semis de carotte.

Nous cultivons la carotte comme annuelle, la récoltant la première année. On la sème dès que le sol se réchauffe au printemps. Dans les régions froides, on ne fait habituellement qu’un seul semis, car la carotte mûrit très lentement et demande alors toute une saison pour arriver à sa taille maximale, mais on peut faire des semis successifs dans les régions au climat doux ou si on préfère récolter des bébés carottes (carottes immatures).

20160102I.jpg

Dans un sol caillouteux ou glaiseux, les racines sont souvent fourchues.

La qualité du sol est très importante. Idéalement, le sol serait un loam sablonneux, donc très aéré et meuble. Pour une longue carotte droite, il faut surtout éviter les sols caillouteux, car rencontrer des obstacles fait fourcher la racine. Si le sol est glaiseux, il faut l’ameublir abondamment en ajoutant de la matière organique, encore afin d’obtenir une racine de belle forme. Évitez toutefois les fumiers frais et les composts jeunes, tout comme les engrais azotés, car eux aussi stimulent la formation de racines fibreuses. Un pH du sol de 5 à 7,0 est bien acceptable.

Si votre sol est caillouteux ou glaiseux, une autre option serait de cultiver des carottes rondes: elles produisent de belles racines même quand la texture du sol est mauvaise.

On peut aussi cultiver la carotte en contenant, mais alors, un pot d’au moins 30 cm de hauteur serait nécessaire, même 40 cm, à moins de vouloir cultiver des carottes rondes ou bébés.

Semez les graines à 5 mm de profondeur, les recouvrant de terre meuble ou de sable (jamais de glaise, sinon la terre deviendra croûtée, empêchant la levée des semis). Les graines peuvent prendre de 1 à 3 semaines pour germer et leur croissance est très lente au début. Éclaircissez à 5 à 8 cm d’espacement dans tous les sens (culture en carré) pour obtenir des racines bien formées. (Vous pouvez consommer les jeunes carottes que vous éclaircissez.) Si vous les cultivez en rang, laissez 30 à 40 cm entre les rangs. Quand les plants ont 5 cm de hauteur, paillez pour empêcher le verdissement du collet et pour décourager la mouche de la carotte. Aussi, le paillis aidera à maintenir une humidité égale dans le sol, fort apprécié des carottes.

20160102E.jpg

Récolte.

On peut récolter les carottes à tout stade de leur développement. Les carottes rondes et autres bébés carottes arrivent à maturité en seulement 50 à 60 jours. Les carottes longues, en 75 à 120 jours, selon le cultivar. On peut laisser les carottes longtemps en sol à l’automne, les récoltant à mesure de vos besoins, car les températures froides donnent des racines non seulement plus sucrées, mais qui se conservent mieux.

Une fois qu’on en a enlevé les fanes, les carottes se conservent pendant 2 à 4 semaines au réfrigérateur; dans un caveau à légumes, couvertes de sable, pendant presque tout l’hiver. Évitez de les conserver près des pommes ou des poires, car ces fruits dégagent de l’éthylène, un gaz qui rend les racines amères.

Et sachez que les fanes aussi se mangent. Elles sont délicieuses cuites, en velouté, dans une quiche ou incorporées à une purée de pommes de terre. Et on peut aussi les utiliser en condiment, finement hachées comme du persil.

Nutrition

La carotte est un légume très nutritif, contenant des antioxydants, des anti-inflammatoires, des vitamines (surtout C, K et tous les vitamines du groupe B sauf la B12), beaucoup de fibres et une abondance de minéraux, surtout du calcium, du magnésium, du potassium et du fer. Toutefois on la reconnaît surtout pour sa contenue exceptionnelle en bétacarotène (provitamine A). Une seule portion de 25 g couvre plus de la moitié du besoin quotidien de vitamine A pour un adulte.

Variétés

20160102F.jpg

La carotte: plus variée qu’on ne le pense!

Il existe des centaines de variétés de carotte dans une vaste gamme de formes et de couleurs. En Amérique du Nord, les semenciers tendent à suivre le classement suivant quant à la forme de la carotte :

Chantenay : racine conique et plutôt courte, collet large, extrémité arrondie.

Danvers : racine épaisse et cylindrique, extrémité pointue.

Imperator : longue racine étroite et fuselée (la carotte typique du supermarché).

Nantes : cylindrique (en forme de saucisse), extrémité nettement arrondie.

Ronde : globulaire, pour les récoltes hâtives.

Faits divers au sujet de la carotte

Oui, les carottes contiennent du bétacarotène, un précurseur de la vitamine A, et oui la vitamine A est importante pour la santé des yeux, mais la croyance qui prétend que manger des carottes améliore de façon significative la vision nocturne est une légende urbaine.

Il faut semer les carottes sur place, car si on repique des jeunes semis, ils ne forment pas la racine tubérisée pivotante tant désirée.

20160102G.jpg

Concours de carotte la plus longue.

La carotte la plus longue au monde mesurait 6,245 m de longueur, soit environ l’équivalent de 2 étages. La plus pesante: 10.17 kg.

Manger trop de carottes peut rendre la peau orangée, un effet qui disparaît après quelques semaines si on cesse leur consommation.

Si on les paille bien, on peut laisser les racines des carottes en terre pendant l’hiver pour une récolte printanière. Il faut les récolter rapidement au printemps, toutefois, sinon elles montent en graines et ne sont plus palatables.

On ne peut pas cultiver des carottes en hydroponie, car dans un milieu aqueux, elles ne forment que des racines fines, jamais de racine tubérisée.

Il existe des lignées de carottes qui résistent à la mouche de la carotte, comme ‘Resistafly’ et ‘Fly Away’. Elles contiennent peu ou pas d’acide chlorogénique dont la mouche a besoin pour trouver son hôte.

Les mini-carottes pelées qu’on trouve en sac au supermarché ne sont pas des carottes naines, mais des carottes de longueur standard qui ont été taillées pour épouser la forme désirée.


20160102J.jpgEt voilà!

Tous ce que vous vouliez savoir sur la carotte (et probablement beaucoup plus!).

Fêtons alors ensemble 2016, l’année de la carotte! Bugs Bunny en aurait été fier!