Catégories

Recherche

À chaque mois sa plante, juillet 2019: le monstera

L’histoire du monstera Le monstera (Monstera deliciosa) a beaucoup à offrir: une tige épaisse, un port en liane, des feuilles XXL et aussi d’impressionnantes racines aériennes. Cela lui vaut un énorme succès sur Instagram et en fait un élément très apprécié pour l’aménagement d’une «jungle urbaine» chez soi.  Le plus curieux est la forme des feuilles. Elles sont toujours en forme de cœur. Sur les jeunes spécimens, les feuilles sont entières. Avec l’âge, cependant, les feuilles deviennent de plus en plus grandes (elles peuvent éventuellement atteindre 90 cm de diamètre!) et commencent à se découper et à se percer. La feuille finit par ressembler à un fromage suisse! En plus, le monstera a le pouvoir d’assainir l’air, contribuant ainsi à l’instauration d’un climat agréable dans la maison. C’est un argument de vente très intéressant pour cette plante tendance. Origine  Le monstera fait partie de la famille des Aracées et est ainsi un proche parent des philodendrons. Il y en a... Lire la suite >

Des plantes aux noms qui font peur!

Source: www.succesrama.com C’est l’Halloween. Ce soir, de petits fantômes et de petits monstres sonneront à nos portes dans des costumes conçus pour nous effrayer. Les plantes aussi ont parfois des noms à vous glacer le sang. Voici une sélection de végétaux aux noms horrifiants qui semblent avoir été spécialement conçus pour l’Halloween. Sanguinaire (Sanguinaria canadensis) Commençons par la sanguinaire. Elle est courante dans les forêts feuillues un peu partout dans l’est de l’Amérique du Nord et fait une excellente fleur vivace pour les jardins de sous-bois. La fleur blanc immaculé de la petite plante n’a rien de sanguin, toutefois. C’est en tranchant le rhizome que vous verrez couler la sève rouge sang qui lui a valu son nom. La sanguinaire a autrefois servi en médecine traditionnelle pour traiter les maladies sanguines et les cancers, mais son extrême toxicité la met au ban de la médecine moderne. Plante fantôme (Monotropa uniflora) La plante fantôme, ou monotrope uniflore, doit son nom funeste à sa coloration blanc... Lire la suite >

Cinq plantes aux feuilles bizarres

Le rôle d’une feuille est de capter la lumière du soleil, de la convertir en sucres au moyen de la photosynthèse et d’ainsi contribuer à la croissance de la plante sur laquelle elle pousse. Ainsi, tout ce qu’il faut à une feuille pour être fonctionnelle est d’être verte et d’être portée de façon à ce que le soleil puisse l’atteindre. On pourrait alors penser qu’une simple feuille large et plane suffirait pour tous les végétaux, mais non. Il y a autant de formes et de tailles de feuilles qu’il y a de plantes et elles viennent dans beaucoup plus de couleurs qu’elles ne le devraient théoriquement. Voici quelques-unes des plus intéressantes et des plus curieuses. Monstera délicieux (Monstera deliciosa) Il s’agit d’une plante d’intérieur populaire et facile à trouver dont les feuilles ne cessent de grossir… et de devenir de plus en plus bizarres avec le temps. Si vous en avez déjà cultivé un à partir d’un jeune plant, vous... Lire la suite >

Plantes d’intérieur comestibles

Question: Existe-t-il des plantes d’intérieur qui sont comestibles et jolies en même temps? Clecio Turgeon Réponse: Bien sûr. Il existe de nombreuses plantes tropicales qu’on peut cultiver comme plantes d’intérieur pour égayer nos appartements et qui nous fournissent aussi de quoi nous mettre sous la dent. Mais relativement peu des plantes d’intérieur les plus courantes sont dans cette catégorie. La plupart des «plantes d’intérieur de tous les jours» ne sont pas considérés comestibles ou certaines (philodendrons, dieffenbachias, la plupart des euphorbes, etc.) sont même toxiques. Ce qui suit donnera une petite idée des plantes d’intérieur comestibles. Plantes absentes de la liste Je me permets d’être sélectif dans mon choix de «plantes d’intérieur comestibles». Ainsi, je balaie de la liste la plupart des fines herbes qu’on rentre pour l’hiver, car ce ne sont pas véritablement des plantes d’intérieur. Sans un long séjour à l’extérieur l’été, elles ne font pas long feu dans nos maisons. Je n’inclus pas non plus les fines herbes et... Lire la suite >

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!