Les lavatères virent mauves

Par défaut

Les lavatères (Lavatera), comme ce Lavatera × clementii ‘Rosea’, sont maintenant des mauves (Malva)! Malva × clementii ‘Rosea’ Photo: gardenersdream.co.uk

Oui, le genre Lavatera disparaîtra, du moins sur le plan taxonomique, car ses espèces ont été transférées dans le genre Malva, communément appelé mauve. Des études génétiques et morphologiques publiées en 1998 par le botaniste Martin Forbes Ray démontraient déjà que les deux genres présentaient tant de caractéristiques communes qu’il n’y avait aucune raison de les séparer.

Le genre combiné contient maintenant une cinquantaine d’espèces, dont des annuelles, des bisannuelles, des vivaces et des arbustes à bois tendre.

La réaction des jardiniers

Dans un sens, ce changement sera un soulagement pour les jardiniers comme moi qui ont toujours eu du mal à distinguer les lavatères (Lavatera) et les mauves (Malva). D’ailleurs, si je montre un Lavatera à un groupe de jardiniers, même assez chevronnés, la plupart d’entre eux vont l’identifier comme un Malva. Aussi, dans le langage commun, le nom commun pour plusieurs Lavatera a toujours été «mauve», par exemple le nom «mauve annuelle» appliqué à Lavatera trimestris, maintenant Malva trimestris.

Mauve (Malva moschata) à gauche, ancienne lavatère (Lavatera thuringiaca, maintenant Malva thuringiaca) à droite. Les fleurs sont presque impossibles à distinguer. Photos: plants.alsipnursery.com & Nordelch, Wikimedia

Cependant, Linné, qui fut à l’origine de la séparation de ces plantes en deux genres, Lavatera et Malva, était très porté à l’utilisation des organes floraux comme moyen d’identification des plantes. Ainsi, il décida que les espèces dont les épicalices (une rangée supplémentaire de parties florales sous les sépales) étaient fusionnés à leur base devaient s’appeler Lavatera, tandis que celles dont les épicalices étaient libres (non fusionnés ensemble) seraient des Malva. C’était, au mieux, un détail assez mineur: vous deviez tourner une fleur à l’envers pour voir la différence!

Aujourd’hui, cependant, l’étude de l’ADN des végétaux est considérée comme plus valable pour les distinguer que des différences entre les parties florales. Or, plusieurs des anciens Lavatera étaient génétiquement plus près de certains Malva que d’autres Lavatera et vice versa. Il n’y avait donc pas à séparer les espèces de Lavatera de leurs proches parentes, les Malva.

Refus ou acceptation?

Mais non! Il faudrait alors que je change mes étiquettes! Ill.: Chelsea O’Byrne, http://www.theglobeandmail.com

Ce changement de nom n’est appliqué qu’à contrecœur dans le monde horticole (les pépiniéristes n’aiment généralement pas que les noms des plantes changent!), donc la plupart des pépinières utilisent toujours Lavatera dans leurs descriptions des nouveaux Malva. C’est plutôt parmi les botanistes que le changement est mieux passé… mais ce ne sont pas eux qui préparent les étiquettes des plantes!

C’est d’ailleurs depuis peu que Wikipedia a commencé à reconnaître le changement et d’ailleurs, pour l’instant du moins, seulement le Wikipedia de langue anglaise: la mention «toutes les espèces précédemment placées dans Lavatera ont maintenant été transférées dans le genre apparenté Malva» (ma traduction) apparaît maintenant sur la page Lavatera et un texte similaire, sur la page Malva. Wikipédia français n’a pas encore fait la mise à jour sur ses pages Lavatera et Malva

Pour la plupart des espèces, heureusement, seul le nom du genre change, donc, par exemple, Lavatera thuringiaca devient Malva thuringiaca, donc il n’y a pas vraiment grand-chose de nouveau à retenir. D’autant plus que le jardinier moyen a toujours appelé les lavatères par le nom de mauve de toute façon.

Mauve annuelle (Malva trimestris, anc. Lavatera trimestris). Photo: http://www.vanmeuwen.com

Voici quelques-unes des espèces les plus connues avec leur nouveau nom:

  • Malva cachemeriana (anciennement Lavatera cachemeriana).
  • Malva × clementii (anciennement Lavatera × clementii).
  • Malva maritima (anciennement Lavatera maritima).
  • Malva olbia (anciennement Lavatera olbia).
  • Malva thuringiaca (anciennement Lavatera thuringiaca).
  • Malva trimestris (anciennement Lavatera trimestris).

Alors, changez vos étiquettes… ou pas. Mais je pense que le monde du jardinage va lentement accepter ce changement, car il est tellement évident!