Prêtez attention aux plantes phototoxiques!

Par défaut
20180416F wagwalking.com & www.handinorme.com .jpg

Il y a des plantes qu’il ne faut pas toucher, du moins pendant une journée ensoleillée, comme cette grande berce (Heracleum mantegazzianum). Source: wagwalking.com & www.handinorme.com, montage: jardinierparesseux.com

Avec la saison de jardinage extérieur qui débute, il peut être utile de rappeler aux jardiniers (et aux randonneurs!) d’éviter, si possible, tout contact avec les plantes phototoxiques présentes dans nos jardins et nos campagnes ou, du moins, de les éviter par une journée ensoleillée.

20180416B Vincent, WC.jpg

Réaction phototoxique au contact avec la rue (Ruta graveolens). Source: Vincent, Wikimedia Commons

Une plante phototoxique est une plante qui provoque une réaction cutanée chez l’humain ou chez l’animal quand il y a eu contact avec la peau suivi d’une exposition au soleil. Donc, au contraire des plantes qui causent une dermite de contact simple en toutes circonstances, comme l’herbe à la puce (Toxicodendron radicans) ou l’ortie (Urticaria spp. et Laportea spp.), et avec lesquelles la réaction peut donc avoir lieu en tout temps même si le contact a eu lieu la nuit, les plantes phototoxiques ne créent de désagréments que par de belles journées ensoleillées… quand justement les jardiniers et les randonneurs sont en plein air.

20180416C Westdelta, www.youtube.com.jpg

Panais sauvage (Pastinaca sativa). Source: Westdelta, http://www.youtube.com.

Les principaux composés chimiques qui provoquent une réaction phototoxique sont les furocoumarines, produites par certaines plantes pour se protéger des prédateurs. On les trouve surtout dans deux familles végétales : la famille des Apiacées (ombellifères) et la famille des Rutacées (famille de l’oranger). Certaines sont des plantes sauvages ou des mauvaises herbes, comme la berce du Caucase (Heracleum mantegazzianum) et le panais sauvage (Pastinaca sativa), alors que d’autres sont des plantes de jardin, comme la rue (Ruta graveolens), plante médicinale et condimentaire, et la fraxinelle (Dictamnus albus), plante ornementale.

La sensibilité aux plantes phototoxiques (photosensibilité) varie beaucoup d’une personne à l’autre. Certaines personnes n’y réagissent pas du tout, d’autres ne sont que légèrement touchées, avec une réaction qui ressemble à un simple coup de soleil, alors que d’autres voient leur peau se couvrir de cloques qui peuvent résulter en des cicatrices permanentes. Contrairement à la dermatite photoallergique, la réaction n’implique pas de phénomène immunologique et peut se présenter dès la première exposition à la substance. Les personnes très sensibles finissent parfois à l’hôpital! Les enfants sont souvent plus photosensibles que les adultes, mais par contre, à la manière d’une allergie, d’autres personnes en deviennent plus sérieusement affectées à la suite de contacts répétés.

20180416D kupindo.com.jpg

Rue (Ruta graveolens). Source: kupindo.com

Notez que le type de plante est aussi un facteur. La berce du Caucase a la réputation d’être la plante la plus phototoxique, mais certaines personnes réagissent aux plantes qui ne dérangent pas le moindrement la plupart des humains : la carotte sauvage (Daucus carota), par exemple, commune dans les champs presque partout dans le monde. Plusieurs herbes aromatiques et médicinales, ainsi que certains légumes de tous les jours, peuvent donner des réactions cutanées aux gens très sensibles qui manipulent leur feuillage, notamment l’aneth, l’anis, l’angélique, le céleri, la carotte, la coriandre, le fenouil, la livèche, le persil et — surtout! — la rue (environ un tiers de la population est sensible à cette dernière).

Parmi les plantes alimentaires tropicales, il n’est pas rare de voir les gens réagir négativement aux limes, aux citrons et aux oranges amères et certaines personnes sont sensibles aux figues si elles s’exposent au soleil après les avoir mangées. En général, ce sont alors les lèvres et la peau autour des lèvres qui écopent!

20180415A www.invadingspecies.com.jpg

Travailleur habillé de la tête au pieds pour combattre une invasion de berce du Caucase (Heracleum mantegazzianum). Source: www.invadingspecies.com

Même si vous n’avez jamais réagi dans le passé aux plantes réputées très phototoxiques comme la berce du Caucase et le panais sauvage, mieux vaut toujours éviter tout contact avec ces plantes, surtout par une journée ensoleillée. Même par une journée grise, il est plus sage de porter des gants et des vêtements longs si vous pensez avoir à manipuler ces végétaux… et de bien vous laver à l’eau savonneuse une fois arrivé à la maison!20180416F wagwalking.com & www.handinorme.com .jpg

Publicités

Déjà des semis à faire en janvier?

Par défaut
20180103 worldartsme.com, rdkate.blogspot.ca & mzayat.com.jpg

Source: worldartsme.com, rdkate.blogspot.ca & mzayat.com

La nouvelle année vient à peine de commencer, mais il est déjà temps de semer certaines graines à l’intérieur.

On ne sème si tôt qu’un groupe très limité de plantes particulièrement lentes à arriver à une taille de repiquage raisonnable, car autrement en janvier il est beaucoup trop tôt pour faire des semences. On les fera plutôt en mars ou en avril, même en mai. Il faut toutefois environ quatre à cinq mois de culture à l’intérieur pour les sept plantes suivantes, donc il est temps de sérieusement penser à les semer en janvier ou, au plus tard, au début de février.

  1. Agastache (Agastache foeniculum)
  2. Bégonia tubéreux (Begonia × tuberhybrida)
  3. Datura (Datura metel)
  4. Linaire à feuilles d’origan (Chaenorrhinum origanifolium, syn. glaerosum)
  5. Lisianthus (Eustoma grandiflora)
  6. Dracéna des jardins (Cordyline australis, syn. indivisa)
  7. Kniphofia ou tritome (Kniphofia )

Semis hâtifs: tout un défi!

20171126b

Les semis faits en janvier auront besoin d’un éclairage supplémentaire. Source: Les Idées du jardinier paresseux: Semis

Démarrer des semences en janvier dans les régions septentrionales de l’hémisphère Nord n’est pas si simple. Les jours sont courts, le soleil est faible et, dans de nombreuses régions, le temps est plus souvent gris qu’ensoleillé, ce qui signifie que les semis souffriront d’un sérieux manque de lumière. De plus, les températures devant le rebord de la fenêtre, où la plupart des jardiniers placent leurs plateaux de semences, sont souvent froides et variables alors que presque toutes les semences ont besoin de chaleur et de températures assez uniformes pour bien germer. En conséquence, vous n’avez pas vraiment d’autre choix que de démarrer les semences de janvier (et de février) sous un éclairage artificiel, tel que les lampes de culture fluorescentes ou DEL, et ce, de plus, dans l’emplacement le plus chaud de votre demeure.

20180103D www.amazon.fr.jpg

Cultivez les semis à l’étouffée, avec un tapis chauffant si nécessaire. Source: www.amazon.fr

Commencez toujours les semences d’hiver «à l’étouffée» (en les couvrant d’un dôme ou d’un sac de plastique transparent) pour maintenir une humidité élevée et des températures stables et placez-les dans une pièce qui est au moins modérément chaude (21 à 24 °C). Une autre option pour les réchauffer est de les placer sur un tapis chauffant (un modèle spécialement conçu pour les plantes). Utilisez une minuterie pour régler la durée d’éclairage de la lampe à 14 heures par jour afin de simuler les longues journées d’été et placez les contenants de semences fraîchement semées sous la lampe à environ 15 à 30 cm de la source de lumière. Maintenant, attendez patiemment la germination. (Une raison pour laquelle certaines semences ont besoin d’un semis hivernal est qu’elles sont lentes à germer.)

Semis qui nécessitent un traitement au froid

20180103C.jpg

Pour faire germer les semences de plusieurs végétaux, il faut leur donner un traitement au froid de plusieurs semaines. Source: Les 1500 trucs du jardinier paresseux

Janvier est également, avec d’ailleurs les mois de décembre et de février, un bon moment pour semer les graines qui ont besoin d’un prétraitement au froid (stratification froide) afin de bien germer. Ce groupe comprend la plupart des arbres et arbustes de climats froids et tempérés, ainsi que de nombreuses vivaces et même quelques annuelles.

Ces semences ne germeront pas tant qu’elles n’auront pas reçu un nombre donné de jours de fraîcheur combinés avec de l’humidité. Il peut s’agir d’aussi peu qu’une ou deux semaines ou de quatre mois ou plus. Cette information vitale paraît normalement sur le sachet de semences. Si vous avez récolté les semences vous-même et ne connaissez pas la durée du traitement au froid nécessaire, je vous suggère de calculer, pour les vivaces, de six à huit semaines: c’est suffisant pour la plupart des espèces. Pour les arbres et arbustes, offrez plutôt 12 semaines.

Notez que le nombre de semaines de froid cité pour une espèce quelconque est toujours le minimum qu’il faut pour assurer la germination, mais qu’il n’y a pas de risque à prolonger le séjour au froid. Donc, si vous démarrez plusieurs semences différentes, chacune avec une durée de traitement différente, vous pouvez toutes les laisser au froid jusqu’à ce que les dernières aient terminé leur plein traitement, puis les faire germer toutes en même temps.

Pour donner une stratification froide, il suffit de semer les graines dans un récipient, exactement comme vous le feriez pour toute autre semence, puis de sceller le contenant dans un sac en plastique transparent et de le placer au réfrigérateur ou dans un caveau à légumes pendant au moins le nombre minimum de semaines. Ensuite, déplacez-le dans un endroit chaud et bien éclairé, comme sur le rebord d’une fenêtre ou sous une lampe de culture, pour que la germination commence.

100 semences qui ont besoin d’un traitement par le froid

Voici 100 plantes qui germent mieux avec un prétraitement au froid, mais il ne s’agit que de la pointe de l’iceberg: il en existe des milliers d’autres. Consultez l’enveloppe des semences ou le site Web du fournisseur de semences pour plus d’informations.

  1. Abies (sapin)
  2. Acer (érable à sucre et plusieurs autres espèces)
  3. Aconitum (aconit)
  4. Alchemilla (alchémille)
  5. Allium (allium ornemental)
  6. Amelanchier (amélanchier)
  7. Aquilegia (ancolie)
  8. Asclepias (asclépiade)
  9. Astrantia (astrance)
  10. Baptisia (faux lupin)
  11. Buddleia (buddleia)
  12. Caltha (populage des marais)
  13. Caryopteris (caryoptère)
  14. Cercis canadensis (gainier du Canada)
  15. Chelone (galane)
  16. Cimicifuga (cierge d’argent)
  17. Clematis (clématite)
  18. Cornus (cornouiller)
  19. Corydalis (fumeterre)
  20. Delphinium (delphinium, pied d’alouette)
  21. Dicentra spectabilis, maintenant Lamprocapnos spectabilis (cœur saignant)
  22. Dictamnus (fraxinelle)
  23. Dodecatheon (gyroselle)
  24. Echinacea (échinacée)
  25. Eremurus (lis à queue de renard)
  26. Eryngium (érynge, panicaut)
  27. Eupatorium (eupatoire)
  28. Filipendula (reine-des-prés)
  29. Forsythia (forsythia)
  30. Fragaria (fraisier)
  31. Fuchsia (fuchsia)
  32. Gentiana (gentiane)
  33. Geranium (géranium)
  34. Goniolimon (statice)
  35. Helianthemum (hélianthème)
  36. Helianthus (tournesol vivace)
  37. Heliopsis (héliopside)
  38. Helleborus (hellébore, rose de Noël)
  39. Hemerocallis (hémérocalle)
  40. Heuchera (heuchère)
  41. Hibiscus moscheutos (hibiscus vivace)
  42. Hypericum (millepertuis)
  43. Iberis (corbeille d’argent)
  44. Ilex* (houx)
  45. Iris (iris, la plupart des espèces)
  46. Incarvillea (incarvillée)
  47. Kirengeshoma (kirengeshoma)
  48. Knautia (knautie)
  49. Lathyrus (pois vivace)
  50. Lavandula (lavande)
  51. Leontopodium (edelweiss)
  52. Lobelia (lobélie, espèces rustiques)
  53. Lonicera (chèvrefeuille)
  54. Macleaya (macleaya)
  55. Magnolia* (magnolia)
  56. Malus (pommier, pommetier)
  57. Mazus (mazus rampant)
  58. Mertensia (mertensia)
  59. Muscari (jacinthe à grappe)
  60. Myrrhis odorata (cerfeuil musqué)
  61. Nepeta (népéta)
  62. Oenothera (onagre)
  63. Opuntia* (opuntia rustique)
  64. Paeonia* (pivoine)
  65. Penstemon (penstemon)
  66. Persicaria (renouée)
  67. Phlox (phlox)
  68. Persicaria orientalis, syn.Polygonum orientale (renouée orientale)
  69. Physalis (coqueret, lanterne chinoise)
  70. Picea(épinette, épicéa)
  71. Platycodon (playcodon)
  72. Primula (primevère)
  73. Pulsatilla (pulsatille)
  74. Quercus (chênes rouges et noirs)
  75. Ranunculus (bouton d’or)
  76. Ratibida (sombrero mexicain)
  77. Rosa (rosier)
  78. Rudbeckia (rudbeckie)
  79. Sambucus (sureau)
  80. Sanguinaria (sanguinaire)
  81. Sanguisorba (sanguisorbe)
  82. Saponaria (saponaire)
  83. Saxifraga (saxifrage)
  84. Scabiosa (scabieuse)
  85. Sedum (sédum, orpin)
  86. Sempervivum (joubarbe)
  87. Sidalcea (sidalcée)
  88. Stokesia (stokésie)
  89. Syringa (lilas)
  90. Thalictrum (pigamon)
  91. Tiarella (tirarelle)
  92. Tricyrtis (lis des crapauds)
  93. Trillium* (trille)
  94. Trollius (trolle)
  95. Tsuga (pruche)
  96. Vernonia (vernonie)
  97. Veronica (véronique)
  98. Viburnum* (viorne)
  99. Viola (violette)
  100. Vitis (vigne, certaines espèces)
*Ces espèces ont besoin d’une double stratification froide, c’est-à-dire de deux traitements au froid séparés par un traitement au chaud, pour stimuler leur germination. Essayez deux à trois mois de froid suivis de deux mois de chaleur, puis d’encore deux à trois mois de froid. Lorsque vous exposerez ces semences assez uniques à la chaleur après ces traitements répétés, la plupart germeront assez prestement.

Bon succès avec tous vos semis!20180103 worldartsme.com, rdkate.blogspot.ca & mzayat.com